Triduum philosophique d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Triduum philosophique (Le Passeur de Gethsémani, Métamorphose de la Finitude, Les Noces de l’Agneau), Paris, Cerf, 2015, 691 pages.

9782204104050-551120b97a2c3Voici, réunies en un seul volume, trois œuvres fondamentales de la philosophie contemporaine.
Voici la lecture continue qu’Emmanuel Falque mène des trois jours de la Passion du Christ.
Voici, récapitulée, l’expérience de Dieu qui est celle de l’homme.

Qu’en est-il de l’épreuve de l’angoisse, de la souffrance, de la mort à laquelle conduit le vendredi saint ? Qu’en est-il de l’épreuve de la naissance et de la résurrection à laquelle ouvre le dimanche pascal ? Qu’en est-il de l’épreuve du corps et de l’éros, de l’animalité et du chaos intérieur à laquelle appelle le jeudi saint ? C’est bien Le Passeur de Gethsémani qui, en opérant la Métamorphose de la finitude, institue Les Noces de l’Agneau.
Ce triduum philosophique interroge l’humain pour dire et définir les conditions de son assomption par le divin.
Une œuvre capitale dont le rayonnement international ne fait que grandir.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques de Francis Choisel

Parution de l’ouvrage La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chroniques, Paris CNRS Editions (coll. « Biblis »), 664 pages.

imagesCette chronologie détaillée, la première du genre, retrace au jour le jour tous les événements, petits et grands, qui déroulent la trame historique de la Deuxième République et du Second Empire. Au lecteur, Francis Choisel propose de se placer dans la situation d’un contemporain de Lamartine et de Napoléon III qui lirait une suite de dépêches d’agence de presse, ou de brèves publiées dans son journal.

Lois, circulaires, élections, traités, guerres, personnalités, journaux, oeuvres littéraires et musicales, histoire locale, sciences et techniques… Par son caractère exhaustif, son sens aigu du détail et la richesse de sa documentation vérifiée à plusieurs sources, cette chronologie rafraîchit notre regard sur ces décennies décisives qui virent la France basculer dans la modernité.

Francis Choisel est maître de conférence à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste du Second Empire, il enseigne l’histoire à la Faculté de Lettres.

 

La France redécoupée à coups de sabre: une carte pour le Concordat

La Bibliothèque de Fels conserve une carte du diocèse de Dijon témoignant des âpres négociations entre l’Empereur et le Pape. Voyage dans les collections de l’Institut Catholique de Paris à l’occasion de l’exposition « Pie VII face à Napoléon » organisée par le Château de Fontainebleau. Ouverture le 28 mars prochain.

P1010323

Issu de la réserve précieuse de la Bibliothèque de Fels, ce document vient éclairer un épisode crucial de la longue histoire française des relations entre l’Église et l’État.
Il s’agit d’une carte représentant le diocèse de Dijon et ses limites telles qu’elles furent définies par le Concordat de 1801.

Entrée dans les collections en 1927 sous la cote Divers 713 (son mode d’acquisition par la bibliothèque nous est malheureusement inconnu), cette recomposition cartographique est un précieux témoin des conséquences territoriales engendrées par le régime concordataire. Celui-ci fut, entre autres effets, à l’origine d’un redécoupage des circonscriptions ecclésiastiques de la France.

f61.highresDès 1790, la Constitution civile du clergé avait entrepris pareille mesure en faisant coïncider les diocèses avec les départements nouvellement crées. L’accord signé le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) mit fin au décret adopté par la Constituante, sans pour autant renoncer à la volonté de rationalisation insufflée par le comité ecclésiastique de 1789. Plus encore, les promoteurs du Concordat réduisirent davantage ce maillage territorial en procédant au regroupement de deux, voire trois diocèses, rayant ainsi de la carte des juridictions vieilles de plusieurs siècles.

f3.highresC’est dans cet esprit que la bulle pour la nouvelle circonscription, promulguée le 9 avril 1802, remodela l’évêché de Dijon sur la base des frontières unifiées de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne. Suffragant de la métropole de Besançon, le nouveau diocèse fut placé sous le vocable de saint Etienne, premier martyr, et confié à Mgr Henri Reymond, ancien évêque constitutionnel de l’Isère. Avec une superficie de 1 510 528 hectares et 526 000 âmes, il représentait un vaste territoire.

La bibliothèque de Fels conserve un remarquable ensemble d’autres documents qui illustrent les rapports entre l’Église catholique et l’État sous le régime concordataire, à l’image de cet exemplaire du Mandement de Son Éminence Monseigneur le cardinal de Belloy, archevêque de Paris, qui ordonne des prières publiques pour la prospérité des armes de Sa Majesté l’Empereur, publié en 1805. Premier prélat à se soumettre au Concordat, Mgr Jean Baptiste de Belloy fit encore acte de dévotion envers Napoléon Ier en ordonnant dans son diocèse des Te Deum chantés pour les multiples victoires militaires de l’Empire alors à son apogée. Toutes ces publications ont été rassemblées en un unique recueil consultable sous la cote [14 999/57].

Le fonds de manuscrits comprend aussi des témoignages de cette époque, à l’image de cet ensemble de quatorze pièces coté [Ms français 238] traitant de Rome et des affaires de France entre 1800 et 1802. Discours, encycliques, brefs de Pie VII ainsi que lettres de démission des évêques et archevêques suite à la signature du Concordat s’y trouvent compilés sous forme manuscrite et imprimée. Un document vient enfin rappeler, à travers l’évènement survenu dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, le rapport de force qui s’était établi entre le Saint-Père et l’Empereur. Composée de huit pages, cette Notice sur l’enlèvement de Pie VII est suivie d’une relation de son entrevue avec les « députés à lui délégués au mois d’août 1811 » (cote [Ms français 331, pièce 13]). Retenu prisonnier à Savone, le pape ne céda pas face à cette délégation du Concile de Paris, précipitant son transfert à Fontainebleau en juin 1812.

A voir :

Du 28 mars au 29 juin 2015, une exposition sur le thème : « Pie VII face à Napoléon : la Tiare dans les serres de l’Aigle » présentera sur les lieux mêmes de la détention du pape, les relations entre le Souverain Pontife et l’Empereur. Près de 130 œuvres y seront exposées. Dans ce cadre, Christophe Beyeler, conservateur au Château de Fontainebleau en charge du musée Napoléon Ier et du cabinet des arts graphiques et commissaire de l’exposition, a fait appel à l’Institut Catholique de Paris en sollicitant la présence de la carte du diocèse de Dijon dans le catalogue publié par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Guillaume Boyer

Exemples de documents numérisés en partenariat avec la BnF :

f5.highres     f7.highres     f8.highres                                                 f11.highres      f13.highres       f15.highres

Pour aller plus loin :

Bernard ARDURA, Gérard CHOLVY (préface), Le Concordat entre Pie VII et Bonaparte, 15 juillet 1801 : bicentenaire d’une réconciliation, Paris : Éd. du Cerf, collection « Histoire », 2001. [cote 177 979]

Bernard PLONGERON, Des résistances religieuses à Napoléon : 1799-1813, Paris : Letouzey & Ané, collection « Mémoire chrétienne au présent », 2006. [cote 265 934]

Jean-Pierre CHANTIN, Le régime concordataire français : la collaboration des Églises et de l’État, 1802-1905, Paris : Beauchesne, collection « Bibliothèque Beauchesne », 2010. [cote 260 BB 47]

Pensée de Péguy, sous la direction de Benoît Chantre, Camille Riquier et Frédéric Worms

Parution de l’ouvrage Pensée de Péguy, Paris, Desclée de Brouwer, 2015, 308 pages. Ouvrage publié avec le concours du Service de la Recherche de l’Institut Catholique de Paris.

9782220066431Cent ans après sa mort, Charles Péguy est toujours d’actualité. Sa pensée continue à œuvrer et à s’exercer aujourd’hui sur les esprits les plus divers. Cette pensée déborde de toutes parts et bouleverse nos catégories académiques, puisqu’elle fut ensemble et tour à tour celle d’un révolutionnaire, d’un socialiste, d’un historien, d’un journaliste, d’un pamphlétaire, d’un philosophe et d’un poète. Par la force obstinée de son écriture, Péguy a réussi à rassembler des personnalités différentes. Cet ouvrage rend compte de cette pensée impossible à contenir, toujours prête à bouleverser nos habitudes acquises. Et quand bien même les auteurs de cet ouvrage ne partageraient rien d’autre entre eux que leur admiration, c’est assez pour qu’ils aient accepté d’y participer pour faire vivre Péguy.

Ce volume est issu d’un colloque qui eut lieu à l’École Nationale Supérieure et l’Institut Catholique de Paris les 14 et 15 mai 2014, et organisé par la République des savoirs/Ciepfc (USR 3608 ENS/Collège de France/CNRS) et l’Institut Catholique de Paris.

Contributions de Pauline Bruley, Benoît Chantre, Jean-Louis Chrétien, Emmanuel Falque, Alain Finkielkraut, Philippe Grosos, Jacques Julliard, Pierre Manent, Yann Moix, Marc-Olivier Padis, Jean-François Petit, Jean-Michel Rey, Camille Riquier, Alexandre de Vitry, et Frédéric Worms.

Journée d’étude sur le philosophe et théologien allemand Hemmerle

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque de Aachen (Aix-la-chapelle, Allemagne), théologien et philosophe brillant, a apporté une importante contribution pour l’approfondissement doctrinal du charisme de l’unité et pour sa diffusion parmi les évêques.

A l’occasion de son 70e anniversaire, il adresse au théologien Hans Urs von Balthasar un opuscule dont le seul titre a valeur déjà de programme. Là où des penseurs, et parmi les plus prestigieux – songeons ici à Martin Heidegger – s’emploient à écarter la question de l’être et la question de Dieu pour penser chacun à partir de lui-même et lui seul, ce petit livre en forme de manifeste relève un défi : que la pensée la plus propre au christianisme, l’affirmation de Dieu comme Dieu trinitaire, donne à revisiter ce chantier qui pourrait passer pour pure invention du philosophe et qui a pour nom ontologie. C’est cet écrit, nouvellement traduit en français (Thèses pour une ontologie trinitaire, Ad Solem, 2014), dont il importe de mesurer la fécondité.

Une journée d’étude consacrée à sa pensée se tiendra à l’Institut Catholique de Paris le 7 avril 2015. Vous pouvez en consulter le programme ici.

Découvrir les collections de l’Institut Catholique de Paris

Biblioth_qèes« Archives et Bibliothèques » explore les collections encyclopédiques de l’Institut Catholique de Paris (ICP) et les nouveaux services offerts à la recherche.

Ce premier billet vous propose une introduction aux collections imprimées, et notamment un survol des dernières entrées de fonds particuliers depuis les années 1970.

Pour mieux connaître le réseau des cinq bibliothèques de l’ICP, merci de vous reporter au Portail documentaire.

Un fonds encyclopédique et historique ouvert aux chercheurs et au grand public

Les fonds de l’ICP, répartis dans les cinq bibliothèques du réseau, sont connus pour former aujourd’hui l’un des plus vastes ensembles en sciences religieuses francophones : 641 000 imprimés, dont 30 000 avant 1811, et 500 mètres linéaires d’archives.

Pour tout le réseau, les acquisitions représentent pour l’heure un peu plus de 4700 livres par an, auxquels s’ajoutent près de 300 dons et services de presse. Pour la seule Bibliothèque de Fels, 35% des acquisitions sont ainsi consacrés aux sciences religieuses, 15% à la philosophie et à l’histoire, 10% aux sciences sociales, aux lettres et aux arts.

Mgr d'HulstMgr d’Hulst (1841-1896), fondateur de l’Institut Catholique de Paris, dans sa bibliothèque

La bibliothèque d’origine, située dans les combles de Saint-Joseph, fut créée en 1875 au moment de la fondation de l’ICP : elle n’a évidemment aucun rapport avec celle des Carmes déchaussés qui comptait 18 000 exemplaires et se trouvait dans les murs du couvent. Celle-ci a disparu au moment des confiscations révolutionnaires. La bibliothèque de l’ICP comptait donc à ses commencements 3656 volumes : elle s’est enrichie depuis 140 ans grâce à des dons remarquables qui ont permis de reconstituer un ensemble significatif sur le plan de l’histoire des idées et d’offrir aux étudiants et chercheurs des collections de haut niveau dans leurs disciplines.

TablettesToute l’histoire de l’écriture y est désormais représentée, depuis les tablettes cunéiformes, les manuscrits médiévaux – bien que ceux-ci soient encore en petit nombre – et les incunables, jusqu’aux publications contemporaines les plus spécialisées, sous forme imprimée et numérique.

Le chercheur et le grand public découvrent ainsi la théologie, la philosophie et le droit canonique, l’archéologie biblique et l’exégèse contemporaine, la liturgie et l’ecclésiologie, mais aussi les sciences de l’éducation, et les sciences humaines dans leur acception la plus large : histoire antique et médiévale, littérature française et étrangère, art, musicologie, sciences sociales, histoire des sciences.

Le réseau des cinq bibliothèques dessert un public de plus de 6000 lecteurs, formé principalement d’étudiants en Licence et en Master des six Facultés, dont 600 doctorants et enseignants-chercheurs, ainsi que de lecteurs extérieurs (15%). La Bibliothèque de Fels est ouverte à tous les publics et payante, et permet l’emprunt à domicile de plus de 50 000 documents par an. L’emprunt est autorisé pour tout imprimé depuis 1900 (hors fonds patrimoniaux et sous réserve de leur état de conservation).

Des fonds particuliersFonds

Plus encore qu’un fonds à destination des étudiants de nos Facultés et que des collections spécialisées couvrant les cinq pôles de la Recherche à l’ICP, le réseau des bibliothèques compte nombre de gisements documentaires inexploités.

A l’abri des regards, parmi ses 15 kilomètres linéaires se trouvent des ensembles souvent peu connus, issus de dons ou de dépôts, mêlant imprimés et manuscrits, cartes et estampes, photographies, brochures ou documents dactylographiés, catalogues partiels et fichiers à tiroirs.
Ces fonds peuvent avoir plusieurs origines. Il ne saurait être question d’en dresser ici la liste exhaustive. Néanmoins, à titre d’initiation aux trésors de l’ICP, nous nous intéresserons ici aux fonds entrés récemment.

Des provenances diverses

Il arrive naturellement que des chercheurs de l’ICP transmettent leur bibliothèque de travail, ce qui est heureux, puisque le fruit de leur recherche s’y trouve déjà sous la forme des publications qu’ils auront transmises à la Bibliothèque au cours de leur carrière universitaire.

Il arrive également que des institutions ou des particuliers Livres précieuxsignent une convention avec l’ICP pour mettre à la disposition des lecteurs des collections spécialisées de haut niveau ou ayant appartenu à une personnalité importante du monde de la recherche ou de la culture ; enfin, parmi ces dons ou dépôts, une partie est destinée à la Réserve des livres rares et précieux de la Bibliothèque de Fels qui isole et protège les documents répondant à un certain nombre de critères : les plus anciens naturellement, les plus fragiles, et ceux que l’on nomme les ephemera, ou ceux dont la provenance, la marque de propriété ou quelque caractéristique bibliophilique les distinguent nettement du reste des collections.

Lorsque des propositions d’enrichissement des collections leur sont faites, les bibliothécaires, en accord avec la Recherche, jugent s’il est opportun d’intégrer ces dons ou ces dépôts aux collections existantes, ou de les conserver comme des fonds particuliers à part entière. Les critères alors mis en œuvre sont ceux du domaine de Recherche, de la cohérence documentaire, de l’état physique des fonds, de l’ancienneté et de l’originalité des exemplaires, de l’absence de conditions ou de restrictions liées au don, ainsi que de la place matérielle en magasins.

De l’Arménie à Port-Royal

Ainsi, sont entrés depuis les années 1970 des fonds tels que :

– la bibliothèque arménologique du professeur Haig Berbérian (1887-1978), érudit, déposée en 1979 grâce à la générosité de la Fondation Nourhan Fringhian ; elle compte, outre les archives et manuscrits de M. Berbérian, 1843 brochures en caractères latins, dont 1654 sont signalées dans le catalogue, ainsi que 140 titres de périodiques dont 16 au catalogue, et 2869 livres en caractères non latins, principalement en arménien et en russe, non catalogués ; voir l’allocution de Mgr Poupard à l’inauguration de la bibliothèque arménologique, le 12 mai 1981 ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [NF] ;

– le fonds Jean Mohammed Ben Abd-el-Jalil (1904-1979), prêtre catholique marocain, don en octobre 1979 à l’ICP comme le précise Claudine Lehmann dans « Nouvelles de l’ICP » ; 1352 titres en caractères latins signalés dans le catalogue, et environ 2020 volumes en arabe/farsi non inventoriés ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [AEJ] ;

– le fonds Stanislas Breton (1912-2005), philosophe ; entré en 2003 et 2006 à l’ICP, don de Stanislas Breton lui-même puis de Gabriel Brossard ; cote [Ms français 786] ; 755 livres, manuscrits de cours et d’articles de 1950 à 2004, classé en 32 boîtes d’archives ; livres et tirés-à-part sont signalés dans le catalogue ; inventaire en ligne ;

– le fonds Gabriel Le Bras (1891-1971), sociologue des religions ; entré en 2004, don de son épouse Mme Le Bras, sous la cote [Ms français 384] ; 3275 pièces réparties en 92 dossiers, comprenant lettres, notes, fascicules et bulletins diocésains, cartes, graphiques, formulaires d’enquête datés de 1930 à 1970, classé dans l’ordre des diocèses ayant répondu à « L’Enquête sur les pratiques religieuses en France » ; inventaire en ligne ;

– le fonds Philippe-Alexandre Rey-Herme (1914-2005), théologien, psycho-pédagogue ; entré en 2005 au Centre de documentation de l’ISP ; environ 2000 volumes allant du XVe au XXe siècle, couvrant l’histoire des institutions et des courants pédagogiques, de l’éducation des filles et des femmes, de la littérature de jeunesse, de la philosophie de l’éducation ; en cours de catalogage ; inventaire sur demande ;

– le fonds Maurice Zundel (1897-1975), prêtre et théologien ; don du père Bernard de Boissière, sj, en 2009 et 2012 ; environ 130 dossiers (conférences, lettres, florilèges, retraites homélies, retranscriptions de notes, choix de témoignages, études sur Zundel), quelques rares autographes de Zundel ; inventaire en cours ;

Maurice Zundel

Le Père Maurice Zundel (1897-1975)

– le fonds Emmanuel Mounier (1905-1950), philosophe ; entré en 2010 à l’ICP sous la cote [EM], don de l’AEM ; comprend 2140 titres (monographies, thèses, mémoires, tirés-à-part, brochures) provenant de la bibliothèque de l’Association des Amis d’Emmanuel Mounier et de la bibliothèque personnelle d’E. Mounier ; en cours de catalogage (1000 notices au 16/03/2015) ; fonds interrogeable par « recherche alphabétique »/ « cotes diverses » / cote [EM] ;

Emmanuel MounierEmmanuel Mounier (au centre), avec Lacroix et Domenach

– le fonds Louis Cognet (1917-1970) théologien ; entré en 2012 à l’ICP, don de M. Eric Jourdan-Green ; cours, manuscrits, notes de lectures, fonds XVIIe–XVIIIe, 2400 volumes sur le Grand Siècle et Port-Royal ; inventaire disponible sur demande, catalogage en cours ;

Louis CognetLe Père Louis Cognet (1917-1970)

– le fonds Lazariste, de la Congrégation de la Mission (St-Vincent-de-Paul), entré en 2014 à l’ICP, don et dépôt ; 5000 imprimés en théologie, histoire, philosophie, dont 150 imprimés rares ou précieux du XVIe siècle au XIXe ; catalogage en cours.

Comment les consulter : chantiers en cours

C’est naturellement dans le catalogue en ligne qu’on s’attend à trouver des informations sur ces fonds.
Cependant, ces collections comportent des caractéristiques qui les rendent parfois difficilement consultables: état d’origine, confusion dans le classement, langues rares qui requièrent un catalogueur spécialisé. C’est ce qui explique, par exemple, qu’une partie malheureusement limitée de la bibliothèque arménologique se trouve aujourd’hui cataloguée.

Néanmoins, nous avons indiqué pour chacun des fonds ci-dessus si un inventaire était réalisé ou non : lorsque c’est le cas, une simple liste ou un fichier peuvent être communiqués. Des opérations importantes de mise à jour du catalogue et d’amélioration de la qualité des notices sont en cours.

La principale est la rétroconversion du catalogue des imprimés antérieurs à 1811 qui a lieu depuis 2012 dans le SUDOC, où apparaissent aujourd’hui 15 000 notices, soit près de la moitié du fonds ancien. On peut aller dans la recherche avancée et restreindre par Bibliothèque de Fels et par date, afin de ne chercher que dans cet ensemble.
Parallèlement, le fonds lazariste est intégré au circuit entrant de catalogage courant depuis 2014. Le fonds Mounier également, si bien que la moitié s’en trouve aujourd’hui signalée.

Les fonds comportant des archives nécessitent un traitement spécifique dans CALAMES, le catalogue en ligne des archives de l’enseignement supérieur, en lien avec le Service des Archives de l’ICP.

Un important travail reste à accomplir, en lien avec les chercheurs et avec les bibliothèques extérieures, pour mieux valoriser ces fonds particuliers, achever leur signalement dans le catalogue, assurer leur conservation dans de bonnes conditions, voire les numériser au sein de programmes nationaux.

Trouvez toutes les informations pratiques (accès, horaires, prêt) sur le Portail documentaire des bibliothèques.

Christophe Langlois
Conservateur des Bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris

 

Colloque de l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques : L’unité des chrétiens. Pourquoi ? Pour quoi ?

colloque iseoLe colloque œcuménique annuel de l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (ISEO) est proposé par le Theologicum, Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris, l’Institut Protestant de Théologie – faculté de Paris (IPT) et l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge (ITO).

Il se tiendra du 17 au 19 mars 2015, sur le thème « L’unité des chrétiens. Pourquoi ? Pour quoi ? »

Destiné aux enseignants et étudiants en théologie ainsi qu’aux délégués à l’œcuménisme des diverses Églises, ce colloque est ouvert également à un large public intéressé par la vie œcuménique dans les diocèses, régions ou inspections ecclésiastiques.

A noter : la conférence du père Jean-François Chiron, Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lyon, co-président du Groupe des Dombes, le mercredi 18 mars à 16h30 (conférence ouverte au public, entrée libre)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Métaphysique et christianisme : 6 conférences en mars 2015

Gilson 2015La relation entre la métaphysique et le christianisme a fait l’objet, tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux et puissants conflits d’interprétations, les unes tendant à régionaliser le christianisme dans les thèmes et les concepts de la métaphysique grecque, d’autres plaçant le discours théologique en position de science récapitulative de la quête métaphysique ou d’autres encore estimant pouvoir manifester l’hétérogénéité des deux traditions philosophique et théologique.

Étienne Gilson avait certes montré tôt et irréfutablement la part que le christianisme a effectivement prise dès avant le Moyen Age dans le destin de la métaphysique, et relevé les modalités par lesquelles la métaphysique avait pu favoriser l’auto-intelligibilité du christianisme. Sans doute, ne suffit-il plus aujourd’hui de discuter les thèses contrastées d’une métaphysique « postchrétienne » ou d’un christianisme « postmétaphysique » ; il faut, en amont, poser la question des conditions par lesquelles la métaphysique, surmontant ses apories théoriques et redéfinissant ses attendus, peut renouveler son interlocution avec le christianisme et réciproquement.

La Chaire Gilson, créée en 1995 à l’occasion du centenaire de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, s’est vouée au traitement de ces questions refondatrices. À l’occasion de son vingtième anniversaire, elle devrait permettre aux six universitaires sollicités d’établir, au-delà du bilan, les lieux et les champs d’action où une telle articulation peut être enrichie mais aussi d’en définir les enjeux pour les différents domaines de savoir.

Six conférences les 9, 10, 11, 16, 17 et 18 mars 2015 par les Professeurs :

Philippe Capelle-Dumont, Professeur à l’Université de Strasbourg. Président de la Chaire « Gilson »

Jean Greisch, Professeur à l’Université de Strasbourg. Titulaire de la Chaire « Romano Guardini  » à l’Université Humboldt de Berlin

Richard Kearney, Titulaire de la Chaire de Philosophie « Charles B.Seelig » du Boston College

Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie française. Titulaire de la Chaire de Philosophie et de Théologie « Dominique Dubarle » à l’Institut Catholique de Paris. Professeur à l’Université de Chicago. Professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne

Andreas Speer, Professeur à l’Université de Cologne. Directeur du Thomas Institut

David Tracy, Professeur émérite de théologie et de philosophie des religions à la Divinity School de l’Université de Chicago

Vous pouvez télécharger ici le programme du 20e anniversaire de la Chaire Gilson.

Parution du n° 132 de Transversalités

ombreLe n° 132 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Penser après 1914 ».

La périodisation de l’histoire contemporaine conduit parfois à proposer l’hypothèse d’un « court xxe siècle » qui débute en 1914, et s’achève en 1991. 1914 marquerait ainsi la fin d’un monde et le début de la construction d’un nouveau « siècle ». Ce xxe siècle n’est pas seulement défini par la séquence des événements politiques qui le scandent, mais également par les évolutions qui le caractérisent sur le plan de la pensée, de la culture, des paradigmes politiques qui en sont proposés comme clefs d’interprétation. 1914 apparaît ainsi non seulement comme une fracture dans l’histoire des nations européennes, mais comme le premier moment d’une crise, c’est-à-dire d’un « jugement décisif réorientant le devenir», selon la formule proposée par Julien Farges.

Quatre portes d’entrée sont proposées par le dossier « Penser après 1914 », pour investir différents aspects de la « crise » inaugurée par la grande guerre, d’un point de vue historique, littéraire, philosophique et théologique.

Consultation du sommaire du n° 132 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements et ventes au numéro  :
SER – Abonnement Transversalités
tel: 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

La voie de la ressemblance. Itinéraire dans la pensée de saint Bonaventure de Laure Solignac

Parution de l’ouvrage La voie de la ressemblance. Itinéraire dans la pensée de saint Bonaventure, Paris, Hermann (coll. « De Visu »), 2014, 452 pages.

image.htmlComment suivre la déroutante pensée de Bonaventure ? Étienne Gilson y voyait à l’œuvre une « logique de l’analogie », tandis que Hans Urs von Balthasar la présentait comme une « monadologie sans harmonie préétablie ». Dans les deux cas, c’est l’expressionnisme du Docteur séraphique qui se trouve mis en valeur : les créatures représentent leur Créateur par tout leur être, et le Créateur lui-même exprime ses créatures. Mais cet expressionnisme universel et divin n’est que la face visible d’une structure dynamique et tripartite plus vaste que l’on peut appeler, en s’appuyant sur d’importantes déclarations de Bonaventure, une logique de la ressemblance.

Outrepassant les bornes posées par saint Augustin et par Denys le pseudo-Aréopagite, Bonaventure a réuni sous le vocable de « ressemblance » toutes les entités « mineures », depuis les Frères du même nom jusqu’aux espèces sensibles, et de la plus humble créature jusqu’au Fils de Dieu. Dans ce dispositif paradoxal dont l’homme et le Christ occupent le centre en raison de leur humilité, c’est la réconciliation du ciel et de la terre, de Dieu et du monde, de la théologie et de la métaphysique, que Bonaventure donne à voir.

Laure Solignac est ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et docteur en philosophie. Elle est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et travaille plus particulièrement sur la pensée franciscaine du XIIIe siècle, la constitution d’une sagesse chrétienne au Moyen Age et l’évolution des discours anthropologiques de l’Antiquité à nos jours.

Le dialogue islamo-chrétien à l’épreuve. Père Anawati, o.p. – Dr Baraka : Une controverse au vingtième siècle d’Emmanuel Pisani

9782343036939rParution de l’ouvrage Le dialogue islamo-chrétien à l’épreuve. Père Anawati, o.p. – Dr Baraka : Une controverse au vingtième siècle, Paris, L’Harmattan (coll. « Religions et Spiritualité »), 2014, 2014 pages.

Aux controverses et polémiques du Moyen Âge, le dialogue islamo-chrétien connaît sous l’impulsion du Concile Vatican II un tournant heureux. Ce dialogue n’en demeure pas moins exigeant et difficile. Ses prophètes et artisans doivent parfois s’affronter à des oppositions ou des critiques émanant tout aussi bien de leurs coreligionnaires que des penseurs de l’autre religion.

L’histoire que retrace dans cet ouvrage le dominicain Emmanuel Pisani est celle de la position théologique du Père Anawati, personnalité éminente et expert au Concile sur les questions relatives à l’islam. S’il a cherché à justifier dans une conférence donnée au Caire le 11 septembre 1978 le dialogue et la rencontre inter-religieuse sur la base d’une foi commune entre christianisme et islam, sa position suscita les foudres d’un enseignant de la prestigieuse Université d’al-Azhar, le Dr. al- Baraka. Dans sa réponse, celui-ci semble renouer avec les heures les plus vives des controverses théologiques. La traduction et la présentation des textes est donc une contribution notoire à l’histoire contemporaine de ce dialogue.

Dans son commentaire, l’auteur offre par ailleurs des clefs précieuses de discernement et de méthodologie afin d’éviter les confusions sémantiques et théologiques pour ceux qui s’intéressent à la connaissance de l’une et l’autre religion ou qui s’impliquent dans le dialogue islamo-chrétien.

Emmanuel Pisani, dominicain de Montpellier et membre de l’IDEO (Institut Dominicain d’Études Orientales, Le Caire) est Directeur de l’ISTR (Institut de Science et de Théologie des Religions) de l’Institut Catholique de Paris. Il enseigne l’islamologie à Paris, Lyon et Rome.

Séminaire de recherche : La détermination du réel dans la philosophie française

La détermination du réel dans la philosophie française au XXe siècle aura été l’une des questions les plus disputées, en particulier grâce à l’apport de Bergson, qui en rattache la connaissance à l’actuel, au donné et donc à l’expérience. Emmanuel Mounier, en fait l’un des problèmes centraux de son Traité du caractère, solidaire en cela de toute une tradition de recherche qui prendra des tonalités variées. Le réel en vient à désigner ce qui existe véritablement ou actuellement dans une tentative de mise en place d’une métaphysique concrète, qui peut encore faire sens pour aujourd’hui.

Ce séminaire de recherche a lieu à l’Institut Catholique de Paris, co-organisé par Jean-François Petit et Yves Roullière.

1. La recherche du fait primitif : Maine de Biran (Anne Devarieux, Université de Caen)  : 3 février 2015

2. La quête du réel : Blondel et Laberthonnière (Clémence Rouvier, ICP Theologicum)  : 10 février 2015

3. Réalisme vs vitalisme : Bergson (Camille Riquier, ICP)  : 3 mars 2015

4. L’idée et le réel : Chevalier (Gérard Lurol, ICP)  : 10 mars 2015

5. La lutte pour le réel : Mounier (Yves Roullière, ICP)  : 17 mars 2015

6. Une présence totale au réel : Lavelle (Jean-Louis Vieillard-Baron, Université de Poitiers)  : 24 mars 2015

7. La radicalité du réel : Simone Weil (Emmanuel Gabellieri, Université Catholique de Lyon) : 31 mars 2015

8. Le réel social : Georges Gurvitch (Jacques Le Goff, AAEM) : 7 avril 2015

9. La question phénoménologique du réel : Levinas et Ricœur (Vincent Laquais, ICP)  : 14 avril 2015

10. Le réel et le monde : Merleau-Ponty (Jérôme de Gramont, ICP) : 5 mai 2015

11. La vie inséparée : Foucault (Philippe Chevallier) : 12 mai 2015

12. Le personnalisme face à la virtualisation de l’existence (Jean-François Petit, ICP) : 19 mai 2015

 

Séminaire de recherche : La communauté

Les choses sont, l’homme existe, cette existence pouvant alors se décliner selon les trois modes de l’être-soi, de l’être-avec et de l’être-au-monde. Nul doute que la communauté ne soit une manière de croiser ces trois dimensions, ouvrant la possibilité d’être proprement soi-même en habitant un espace commun dans un temps qui ne soit plus rythmé seulement par la violence et le déchirement. Mais cette possibilité que nous sommes (par condition) nous avons à le devenir (par volonté) : décrire la communauté et moins décrire un fait (identité donnée) qu’une tâche (communauté à venir). Ce séminaire de recherche est organisé en 7  séances et animé par les Professeurs Jérôme de Gramont et Bernard Bourdin. Il est animé conjointement par la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et le Centre d’études du Saulchoir.

1) 8 novembre 2014 : Jean-Christophe de Nadaï, Jean-François Petit: Communauté religieuse et communauté politique

2) 6 décembre 2014 : Bernard Bourdin, Thierry-Dominique Humbrecht : Communauté et communautarisme

3) 10 janvier 2015 : Emilie Tardivel, Philippe Dockwiller : Histoire et communauté

4) 7 février 2015 : Ronan Sharkey, Jacques Courcier : Communauté scientifique et langage

5) 7 mars 2015 : Jérôme de Gramont, Olivier Riaudel : Communauté ou altérité ?

6) 11 avril 2015 : Marc Grassin, Pascal David : Communauté et déracinement

7) 16 mai 2015 : Camille Riquier, Camille de Belloy : Communauté et mystique

Séminaire de recherche : La théologie des pratiques, de Liégé à Kasper

Le séminaire interrogera la notion de théologie pratique afin d’interroger la démarche théologique qui y est engagée. Il proposera pour cela un itinéraire de lecture et d’analyse critique de textes en théologie fondamentale et en théologie pratique, sur la base des propositions de Pierre-André Liégé.

Il est animé par les Professeurs Henri-Jérôme Gagey, Joël Molinario et François Moog. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 25 septembre 2014 au 15 janvier 2015.

Séminaire de recherche : Epistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodologiques et dogmatiques d’une véritable théologie de l’inculturation dans le contexte actuel. Pour accomplir ce travail, la méthode suivie se fondera essentiellement sur des questions et des études concrètes.

Ce séminaire est animé par  les Professeurs Léonard Santedi et René Tabard. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 8 janvier au 5 février 2015.

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris