Archives par mot-clé : architecture sacrée

Parution du n° 154 de Transversalités « Notre-Dame de Paris »

Un an après l’incendie de Notre-Dame de Paris, survenu les 15 et 16 avril 2019, le présent numéro de la revue Transversalités consacre son dossier à l’immense cathédrale. Sublime et incomparable, patronne des églises de France, et aussi, et même également, la plus familière et la plus comparable, le foyer qui leur est commun à toutes. Unique et commune, elle l’est encore au-delà du cercle des fidèles. Chef-d’œuvre de l’architecture médiévale, elle est classée au patrimoine des grands monuments historiques ; intimement mêlée à l’Histoire de France, elle est aussi l’un des symboles de la nation. Notre-Dame est devenu avec le temps le bien de tous, et même, dans le détail, le bien de chacun, l’une de ces richesses que la France a offertes au monde, qui participent à son rayonnement et sur lesquelles nous continuons secrètement, – mais pourquoi ne pas le dire, – à prélever une certaine fierté, voire une certaine dignité de notre ancienne grandeur.

Probablement oublions-nous trop facilement ces nombreux liens invisibles qui nous attachent à nos monuments vénérables, à Notre-Dame de Paris en particulier. Et il est toujours juste et bon d’en faire remonter quelques-uns de temps à autre à la claire conscience, tant ils sont nous-mêmes plus encore qu’à nous. Une telle raison serait déjà très suffisante pour lire les articles qui sont ici proposés et qui, par leur évocation, mettent en lumière notre cathédrale. Cécile Coulangeon remonte aux origines de sa construction, qui débute au XIIe siècle, avant de suivre le fil de son histoire architecturale jusqu’à sa restauration par Viollet-le-Duc durant la seconde moitié du XIXe siècle. En choisissant de l’éclairer sous l’angle du droit canonique, du droit français et de la science politique, Philippe Greiner la place sous le signe de la concordia. Il la voit alors traverser les temps, tel un vaisseau de pierre ouvrant sur la Jérusalem céleste. Gilles Drouin montre de quelle manière la théologie, notamment celle de l’initiation chrétienne, peut servir à l’accompagnement de « l’expérience cathédrale » que chaque visiteur aspire à faire.

Consultation du sommaire du n° 154 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Architecture et liturgie au XVIIIe siècle par Gilles Drouin

Publication de l’ouvrage Architecture et liturgie au xviiie siècle. Offrir avec et pour le peuple, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 408 p.

Mettre l’architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l’architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.

Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l’architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l’espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l’écrit l’architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une « pierre de fondation » afin de penser des espaces sacrés… pour aujourd’hui.

Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, est maître de conférences au Theologicum-Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Théologie des Pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».