Archives par mot-clé : art

Solitudes sacrées et villes saintes par Catherine Marin et Anne Marie Reijnen (éd.)

Publication de l’ouvrage Solitudes sacrées et villes saintes, Montrouge, Bayard, 2019, 322 p.

Quel lien unit les communautés humaines à tel ou tel lieu sur cette terre ? D’où vient l’universel désir humain de pérégriner sur d’anciennes routes pour y rencontrer le divin ? Comment expliquer l’émergence des lieux saints ? Voilà les questions abordées par cet ouvrage original qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde. Un haut lieu peut être investi par des communautés rivales ; une ville sainte, devenir un champ de bataille. Alors qu’est-ce qu’un lieu saint ? Tout lieu solitaire suscite, au fil du temps, la sociabilité. Vivre dans la ville sera le lot de la vaste majorité des humains : quel sera le rôle du religieux dans les mégalopoles ?
Douze expertes et experts, sous la direction de Catherine Marin et Anne Marie Reijnen, dressent le “portrait” de solitudes “sacrées” et de villes “saintes” pour en dégager chaque fois l’histoire singulière et les paradoxes. On trouve le Mont-Saint-Michel, Jérusalem, Bénarès ou Le Caire, mais aussi des grottes chinoises, des montagnes, une vallée et la forêt amazonienne… Et l’on entreprend, à travers ces lieux multiples, un étonnant itinéraire spirituel, historique et artistique.

Avec les contributions d’Elbatrina Clauteaux, Roberta Collu-Moran, Pierre Diarra, Michel Grandjean, Mireille Hadas-Lebel, Christine Kontler, Nicole Lemaître, Catherine Marin, Yara Matta, Nathalie Nabert, Jacques-Noël Pérès, Emmanuel Pisani, Anne Marie Reijnen et Ysé Tardan-Masquelier.

 

Persisting Souls in Literature, Art, History, Politics and Philosophy

How does the soul traverse time? When did the soul become the psyche? How is the soul conceived of in cultures around the world and how do such perceptions reverberate in the English-speaking world?
From Plato’s vision of the body as a prison of the soul, soma sema, in Phaedrus, to Foucault’s reverse statement, in Discipline and Punish, that the soul is a prison of the body, the concept has been open to constant reinterpretation.
This conference will consider the ways in which the soul has migrated from its origins in mythology, philosophy, and theology to find new developments and pervade literary and artistic forms as well as historical representations.

Ce colloque, organisé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, membres de l’EA 7403 ainsi que par Sara Thornton, dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut Catholique de Paris, l’Université Paris Diderot, le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA, UMR 8225) et l’Institut universitaire de France, aura lieu les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 à l’Institut Catholique de Paris. Les communications seront faites en anglais.

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

 

Parution du n° 142 de Transversalités

Le dossier du numéro 142 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités est consacré à la thématique “L’expérience artistique”.

Les sociétés contemporaines accordent à l’économie et aux échanges marchands une place privilégiée, telle que le rayonnement d’une région, d’un État, d’une nation est d’abord apprécié en fonction de ses succès industriels et commerciaux. On ne peut que constater la distance qui, progressivement, semble s’être installée entre l’activité de sociétés soumises aux servitudes matérielles, et l’expression artistique, dans toutes ses dimensions. Le dossier de ce numéro 142 de Transversalités a pour projet d’appréhender les ressorts de l’expérience artistique, d’un point de vue anthropologique, théologique et spirituel.

Consultation du sommaire du n° 142 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.