Archives par mot-clé : éducation

Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif par Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.)

Publication de : Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.), Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 2021, 191 p.

Depuis la vague d’attentats de janvier 2015 jusque dans des tragédies plus récentes, une incompréhension mine notre société : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis ? Comment des campagnes de harcèlement peuvent-elles se développer sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus de certains cours ? Les questions sont complexes, et n’appellent pas des réponses simplistes. Cet ouvrage – élaboré dans une perspective interdisciplinaire (droit, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, théologie) – est le fruit d’un colloque ayant eu lieu à l’ICP en juin 2019. Il aborde concrètement les difficultés et les actions possibles, associant chercheurs et acteurs du terrain éducatif.

Le monde éducatif est, en effet, confronté à la problématique du décalage entre discours se voulant scientifiques et dogmes religieux, menant dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). La réflexion et l’action sur ce thème supposent donc de ne pas prendre de position surplombante, mais de pallier la méconnaissance du phénomène religieux chez une partie de ceux qui se confrontent à ses manifestations contemporaines, et de prendre la mesure des failles psychiques, intellectuelles, voire spirituelles de nos dispositifs collectifs d’éducation et de transmission du savoir. Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes seraient alors à penser dans ce cadre du déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien…

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

8 février 2021 – Cynthia Fleury « Entre éducation et soin : normes, formes, styles »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 8 février 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) recevra la philosophe Cynthia Fleury.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenante :

Figure incontournable de la scène philosophique française contemporaine, Cynthia Fleury est professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam), titulaire de la Chaire « Humanités et Santé », et professeure associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Ses travaux portent sur les outils de la régulation démocratique. Elle a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les Pathologies de la démocratie (Paris, Fayard, 2005), La Fin du courage : la reconquête d’une vertu démocratique (Paris, Fayard, 2010), Le Soin est un humanisme (Paris, Gallimard, coll. « Tracts », 2019), et plus récemment, le très remarqué Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment (Paris, Gallimard, 2020).

11 janvier 2021 – Sandra Laugier « Care et éducation à la démocratie »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 11 janvier 2021 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront la philosophe Sandra Laugier.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

La crise sanitaire semble avoir donné à tous et toutes des leçons de care : elle a mis au jour le rôle des femmes et autres « petites mains » dans notre vie quotidienne. Elle révèle ce travail du care qui assure la continuité de la vie, de l’hôpital à la maison. La grammaire du care s’est imposée : nous sommes tous dépendants les uns des autres, tous vulnérables. Sous la diversité des tâches et des professions de care (des soignants à l’hôpital aux caissières, livreurs…) on découvre enfin l’unité d’une masse d’invisibles, mis au service d’autrui. Il est temps de reconnaître leur contribution à sa juste valeur.

Intervenante :

Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France. Auteure d’une œuvre significative, spécialiste notamment de philosophie du langage et de la connaissance, de philosophie analytique et du langage ordinaire, elle travaille depuis quelques années, dans le sillage du pragmatisme américain contemporain, sur la culture populaire, en particulier sur le cinéma et les séries télévisées (Nos vies en séries, Paris, Flammarion, coll. « Climats – essais », 2019), ainsi que sur des questions politiques (elle co-signe avec Albert Ogien Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, et avec Najat Vallaud-Belkacem La Société des vulnérables. Leçons féministes d’une crise, Paris, Gallimard, coll. « Tracts », n°19, 2020).

De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap par Séverine Parayre, Fabienne Serina-Karsky et Augustin Mutuale (éds.)

Publication de : De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap, Paris, L’Harmattan, coll. « Pédagogies, Formations et Recherches », 2020, 284 p.

Le nombre d’étudiants en situation de handicap augmente d’année en année. Les universités affichent aujourd’hui la volonté de les accueillir et les accompagner. Pourtant, les recherches menées ainsi que les témoignages recueillis révèlent des difficultés quand il s’agit de mettre en œuvre des politiques inclusives tout en gardant le même niveau d’excellence et d’exigence sur un plan académique. Cet ouvrage rend compte de la réalité des pratiques d’inclusion d’étudiants porteurs de handicap, dans tous les cycles d’études universitaires.

Avec une préface de Philippe Bordeyne, Recteur de l’Institut Catholique de Paris.

Séverine Parayre est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Fabienne Serina-Karsky est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Augustin Mutuale est professeur à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme par François Moog

Publication de : Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme, Paris, Salvator, coll. « Forum », 2020, 192 p.

La notion d’éducation intégrale fait écho à l’expression « écologie intégrale » popularisée par le Pape François. Elle désigne depuis Vatican II les principes de l’éducation catholique et mérite d’être interrogée alors que les écoles et structures éducatives catholiques connaissent un succès croissant et font preuve d’un dynamisme reconnu au-delà du public catholique. Mais que signifie-t-elle ? Dans un langage volontiers accessible, François Moog interroge les sources des l’expression pour mieux en dégager les ressources. Le mot « intégral » renvoie à l’Humanisme intégral de Jacques Maritain et implique que l’éducation intégrale repose sur une certaine vision de l’homme. Elle invite à revenir sur la notion de personne et sur le travail de la foi dans la culture. L’ouvrage se demande alors « Qu’est-ce qu’éduquer ? » et présente les ressources du christianisme pour permettre un renouvellement des pratiques éducatives susceptibles d’accompagner l’humanité dans la crise culturelle et sociale contemporaine.

Théologien, François Moog est professeur au Theologicum, la Faculté de théologie de l’Institut Catholique de Paris où il dirige le doctorat de théologie. Il a été directeur de l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC) et Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation. Spécialiste des questions d’éducation catholique, il a publié notamment A quoi sert l’école catholique ? (Bayard, 2012).

Les Politiques d’éducation au numérique en Europe par Michaël Bourgatte et Gabriela Motoi (éds.)

Publication de : Les Politiques d’éducation au numérique en Europe. Former des citoyens connectés, Paris, L’Harmattan, 2020, 124 p.

L’Europe et les pays européens ont placé l’éducation au numérique au cœur de leurs politiques. Ces dernières années ont vu l’augmentation sans précédent de préconisations, de textes de loi, d’initiatives ou d’appels à projets sur des questions aussi diverses que l’acquisition de compétences techniques pour accomplir des tâches professionnelles, le déploiement des collaborations autour des outils numériques ou le développement d’une expertise technologique. Ce livre propose un tour d’horizon des politiques à l’œuvre en Europe, mais aussi aux niveaux nationaux et parfois régionaux ou locaux. Il dévoile de grandes disparités dans les infrastructures, les équipements ou les compétences, mais une volonté commune de développer une éducation au numérique inclusive et tournée vers le futur.

Michaël Bourgatte est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

5 octobre 2020 : « Entre éducation et soin », première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique »

Dans le cadre de la Chaire « Numérique & Citoyenneté », Cynthia Fleury-Perkins, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et titulaire de la Chaire Humanités et Santé du Cnam, ainsi que de la Chaire de philosophie de l’hôpital Sainte-Anne, animera avec Camille Riquier, Vice-Recteur à la Recherche de l’ICP, la première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique ». Elle aura lieu à l’Institut Catholique de Paris le lundi 5 octobre 2020 de 18h à 20h (inscription libre à l’adresse suivante).

Argument : Trois métiers, selon Freud, qui se rejoignent par leur impossibilité : analyser, éduquer et gouverner. Quelle dialectique entre les trois actes ? Sont-ils, chacun, condition des deux autres ? Faut-il, à l’inverse, les séparer inlassablement ? Le tout dans un univers panoptique où plus rien n’est séparé. Les réseaux numériques ont pénétré nos vies, et mêlent comme jamais auparavant la sphère publique à celle de l’intime. Par leur capacité à tout mettre en relation avec tout, ils brouillent les lieux institutionnels qui étaient jusqu’ici réservés à l’exercice respectif de chacun de ces métiers : l’Hôpital, l’École, l’État. Ils court-circuitent les intermédiaires ; en nivelant également les échanges, ils invitent également à plus de réciprocité. Ce sont alors les figures du patient, de l’élève et du citoyen qui s’en trouvent requalifiées et qu’il faut interroger à nouveaux frais.

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique « Éducation et anthropologie chrétienne ».  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Pédagogie, éducation et formation : les enjeux essentiels du personnalisme (Séminaire Mounier)

Véritable « matrice philosophique » selon Ricœur, le personnalisme a donné lieu à des théories et pratiques éducatives variées, qu’il s’agira ici d’évaluer d’un point de vue généalogique, structural et critique en vue de leurs réélaborations contemporaines.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 18 h à  20 h.

Séances :

24 janvier : Mounier éducateur (M.- E. Bely, université catholique de Lyon)

31 janvier : Les fondements de la relation : Buber (Marie-Laure Durand, ISFEC Montpellier)

21 février : Altérité et asymétrie dans la relation éducative : Levinas (Vincent Laquais, ICP)

28 février : Une source pascalienne ? (Jean-Louis Bischoff, université d’Artois)

7 mars : Les pédagogies nouvelles : Montessori (Didier Da Silva, AAEM)

14 mars : L’école de la personne (Gabriele Weigand, université de Karlsruhe)

21 mars : Aux sources de l’éducation (Pierre Durrande, ICP, IPC)

28 mars : La communauté éducative (François Moog, Faculté d’éducation, ICP)

18 avril :   Jean Lacroix, philosophe et enseignant (Taoufik Cherif, université de Tunis)

25 avril : Éducation et personnalisme (Jacques Le Goff, université de Brest)

2 mai : Une instance au service de l’éducation (Mgr Thivierge, secrétaire général de la FIUC)

10 mai : Une éducation interculturelle est-elle possible ? (Nicolas Dittmar, post-doctorant ICP)

16 mai : Réflexions d’un praticien sur l’éducation (Xavier Darcos, Académie des sciences morales et politiques)