Archives par mot-clé : Emmanuel Mounier

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

L’événement (séminaire Mounier)

L’événement

Actif et engagé devant les « provocations de l’événement », Mounier n’a cessé de réfléchir aux conditions et aux incidences de l’événementialité, au point d’en faire une catégorie-source du personnalisme. Le philosophe en aura cherché le sens, d’abord pour la personne elle-même, dans les formes d’accueil, de présence, de témoignage, de transfiguration du monde qu’elle implique. Si l’histoire aura représenté pour lui la totalité des événements, le philosophe aura fait sienne une pensée de l’événement qu’il considérait comme un « maitre intérieur » et à qui il devait lucidité et fidélité.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

22/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit (ICP)

29/01 : Péguy et l’événement de l’affaire Dreyfus : Charles Coutel (Université d’Artois)

05/02 : Avènement ou événement de la personne ? : Emmanuel Housset (Université de Caen)

12/02 : L’événement christologique selon les Pères de l’Eglise : Alain Le Boulluec (EPHE)

19/02 : La dialectique de l’événement (Kierkegaard) : Jérôme de Gramont (ICP)

05/03 : L’événement de la Parole (Barth) : Claude Brunier-Coulin (ACVS)

12/03 : L’événement, c’est l’autre (Levinas) : Vincent Laquais (ICP)

19/03 : Le « moment mai 68 » : Guy Coq (AAEM)

26/03 : Les engagements d’après-guerre : l’amitié avec J. -M. Domenach : D. Da Silva (ISM)

02/04 : L’événement au fil de l’histoire : Gilles Marmasse (Université de Poitiers)

09/04 : L’événement et le monde : Cathy Leblanc (Université catholique de Lille)

16/04 : L’événement des droits de l’homme : Valentine Zuber (EPHE)

07/05 : L’événementialité journalistique : Eric Vinson (ICP, AAEM)

Séminaire de recherche: Révolution et libération. Pratiques, théories et imaginaires

Le regain d’intérêt pour les questions ayant trait à l’émancipation, lié aux mobilisations contemporaines et aux nouvelles théoriques critiques, oblige à faire retour sur les concepts centraux de révolution et de libération. Ceux-ci ont joué un rôle central dans la révolution « personnaliste et communautaire » d’Emmanuel Mounier. Ce parcours essayera de montrer sur quel fond philosophique ils se sont constitués pour évaluer leur opérativité dans des contextes renouvelés. On verra en quoi ils dépendent encore d’une approche classique de l’aliénation, du mythe romantique de la résistance, de leur rapport aux téléologies de l’histoire et aux questions théologiques.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit et Didier Da Silva. Il a lieu le mardi de 18h à 20h.

Séances :
1. Présentation du thème et mise en perspective (Jean-François Petit, ICP) – 2 février 2016
2. Questions autour des révolutions scientifiques (Hubert Faes, ICP) – 9 février 2016
3. Tocqueville et la révolution américaine (Pierre Manent, EHESS) – 16 février 2016
4. Révolution française et contre-révolution (Didier Da Silva, AAEM) – 8 mars 2016
5. La révolution dans la philosophie de l’histoire : Hegel et Marx (G. Marmasse, Université de Poitiers) – 15 mars 2016
6. La révolution anarchiste face à la révolution industrielle : Proudhon (Jacques Le Goff, Université de Brest) – 22 mars 2016
7. Imaginaires romantiques de la révolte (Mickael Löwy, CNRS) – 29 mars 2016
8. A. Camus : révolte ou révolution ? (A. Corbic, AAEM) – 5 avril 2016
9. Penser la libération nationale : Frantz Fanon (Serge Gougbèmon, ICP) – 12 avril 2016
10. Le pragmatisme prophétique de Cornel West (Fred Poché, UCO) – 3 mai 2016
11. Jacques Ellul et la révolution technologique (Manon des Closières, Theologicum, ICP) – 10 mai 2016
12. Religions, libérations et espace public (Jean-Marc Ferry, Université de Nantes) – 17 mai 2016

Séminaire de recherche : La détermination du réel dans la philosophie française

La détermination du réel dans la philosophie française au XXe siècle aura été l’une des questions les plus disputées, en particulier grâce à l’apport de Bergson, qui en rattache la connaissance à l’actuel, au donné et donc à l’expérience. Emmanuel Mounier, en fait l’un des problèmes centraux de son Traité du caractère, solidaire en cela de toute une tradition de recherche qui prendra des tonalités variées. Le réel en vient à désigner ce qui existe véritablement ou actuellement dans une tentative de mise en place d’une métaphysique concrète, qui peut encore faire sens pour aujourd’hui.

Ce séminaire de recherche a lieu à l’Institut Catholique de Paris, co-organisé par Jean-François Petit et Yves Roullière.

1. La recherche du fait primitif : Maine de Biran (Anne Devarieux, Université de Caen)  : 3 février 2015

2. La quête du réel : Blondel et Laberthonnière (Clémence Rouvier, ICP Theologicum)  : 10 février 2015

3. Réalisme vs vitalisme : Bergson (Camille Riquier, ICP)  : 3 mars 2015

4. L’idée et le réel : Chevalier (Gérard Lurol, ICP)  : 10 mars 2015

5. La lutte pour le réel : Mounier (Yves Roullière, ICP)  : 17 mars 2015

6. Une présence totale au réel : Lavelle (Jean-Louis Vieillard-Baron, Université de Poitiers)  : 24 mars 2015

7. La radicalité du réel : Simone Weil (Emmanuel Gabellieri, Université Catholique de Lyon) : 31 mars 2015

8. Le réel social : Georges Gurvitch (Jacques Le Goff, AAEM) : 7 avril 2015

9. La question phénoménologique du réel : Levinas et Ricœur (Vincent Laquais, ICP)  : 14 avril 2015

10. Le réel et le monde : Merleau-Ponty (Jérôme de Gramont, ICP) : 5 mai 2015

11. La vie inséparée : Foucault (Philippe Chevallier) : 12 mai 2015

12. Le personnalisme face à la virtualisation de l’existence (Jean-François Petit, ICP) : 19 mai 2015