Archives par mot-clé : Enjeux épistémologiques

15 octobre 2020 – La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (compte rendu)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Première séance : La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Hugo Tierny (Téléchargez la retranscription intégrale de la séance rédigée par Hugo Tierny)

 

Invités : Pr. Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique) et Pr. Martin Motte (Ecole Pratique des Hautes Etudes).

Organisateurs : Pr. Bernard Bourdin et Pr. Emmanuel Lincot (Institut Catholique de Paris – ICP).

Coordinatrice : Dr. Laura Pettinaroli (ICP)

Discutant : Hugo Tierny (doctorant, ICP – EPHE)

Le jeudi 15 octobre s’est déroulé à l’Institut Catholique de Paris la première séance du séminaire « Géopolitique et Religions, défis méthodologiques et épistémologiques ». Plusieurs universitaires provenant d’institutions différentes mais unis par leur expertise du sujet, se sont saisis de concert des enjeux épistémologiques présentés par l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux. Les enseignants chercheurs de l’ICP, Madame Laura Pettinaroli, Monsieur Bernard Bourdin et Monsieur Emmanuel Lincot, ont ainsi eu l’honneur d’accueillir la directrice de la revue Hérodote Madame Béatrice Giblin, et Monsieur Martin Motte, directeur d’études à l’EPHE.

Lors de son adresse introductive aux participants, le Vice-Recteur à la stratégie et au développement académique de l’Institut Catholique de Paris le Dr. Alexandre Scaggion, a rappelé la nécessité d’étudier les rapports entre géopolitique et religion pour comprendre le monde contemporain. Les sciences religieuses et la géopolitique, paradoxalement, constituent deux approches intellectuelles longtemps sous-considérées. Il fallut le retour triomphant du religieux sur la scène internationale depuis les années 1970 et la réhabilitation concomitante et patiente de la géopolitique pour inverser ces tendances. Dans bien des endroits du monde, de la Bosnie Herzégovine à la province chinoise du Xinjiang en passant par l’Inde, la connexion entre géopolitique et religion est en effet palpable, permettant au chercheur de relier des régions très différentes sous une problématique de recherche commune et par essence pluridisciplinaire.

A cette occasion, la Dr. Laura Pettinaroli a rappelé la longue genèse de ce séminaire, notant des divergences dans la compréhension selon les universitaires des termes de géopolitique et religion. Les champs d’études des sciences religieuses et des sciences humaines n’ont en effet pas forcément l’habitude de se croiser, occasionnant parfois une certaine étanchéité. C’était justement l’objet de ce séminaire que de rendre possible cette inévitable convergence entre les deux domaines en abordant les aspects méthodologiques et épistémologiques de ce rapprochement. Bien qu’il ne s’agisse pas de la tâche la plus simple, la mener à bien montre à quel point une approche interdisciplinaire mêlant géopolitique et religion constitue une excellente clef d’analyse des problèmes contemporains.

Tout d’abord, la présentation de Madame Béatrice Giblin a introduit l’auditoire au thème croisé de la géopolitique et du religieux. Professeur émérite des universités, celle-ci présenta à la fois les débuts controversés de la discipline géopolitique, et le grand intérêt de celle-ci pour expliquer les velléités de pouvoir et de domination territoriale des religions. Pour éclairer son propos, elle mobilisa les cas du maillage géographique des diocèses en France à la veille de la Révolution, puis celui des rivalités entre puissances musulmanes pour la construction de mosquées sur le territoire français. En filiation des travaux d’Yves Lacoste, sa présentation souligna ensuite la pertinence de la méthode géopolitique. Celle-ci priorise en effet le rapport aux faits et au réel, en adoptant une démarche scientifique neutre, libre de carcans scientistes dans lesquels l’outil méthodologique devient finalité et tend à se substituer à l’objet d’étude. Enfin, elle s’est penchée sur l’importance en analyse géopolitique de prendre en compte les représentations des acteurs étudiés, en tant que facteurs de déclenchement des conflits (religieux ou non), à travers les cas de la deuxième guerre d’Irak et du Kosovo au tournant du siècle.

Le Professeur Emmanuel Lincot de l’ICP a ensuite débuté son intervention, liant sur la longue durée les récits géopolitiques les plus anciens, à l’actuelle et mondiale réhabilitation des concepts philosophiques et religieux anciens à des fins de légitimation politique. Prenant appui sur l’historiographie, de L’Epopée de Gilgamesh au récit des Zhou en Chine, jusqu’à la réintroduction de la mythologie dans l’Inde de Narendra Modi et de la tradition néo-confucéenne dans la Chine de Xi Jinping, le Pr. Lincot a rappelé le caractère labile, et l’importance intangible des représentations en géopolitique. Ensuite, celui-ci est revenu sur le décloisonnement progressif depuis les années 1970 de la recherche universitaire française au profit de la géopolitique puis de la récente « Histoire culturelle », deux champs dont l’articulation lui apparaît essentielle pour comprendre le caractère géopolitique du fait religieux dans sa dimension culturelle et symbolique. En tant que sinologue expérimenté, celui-ci a conclu sa présentation en détaillant le rapport complexe du pouvoir chinois avec le fait religieux, entre répression et cooptation, en mobilisant les cas du Xinjiang (région chinoise où la minorité ouïgoure musulmane subit des persécutions), et le rapprochement entre le Vatican et Pékin.

Le Professeur Martin Motte de l’EPHE est intervenu à son tour par un exposé passionnant sur la relation entre puissance maritime et protestantisme, en s’appuyant sur les histoires britannique puis américaine, ainsi que les théories géopolitiques et géostratégiques. Pour éclairer ce lien, le Pr. Motte a procédé chronologiquement et en mobilisant l’analyse de l’iconographie des époques étudiées (tels que le globe terrestre, le Léviathan…). L’alliance entre protestantisme et puissance maritime fut ainsi scellée par les victoires anglaises sur l’Armada espagnole en 1588, et renforcée à la bataille de Trafalgar en 1805 contre Napoléon. En opposant catholiques et protestants, puissances continentales et maritimes, les deux guerres renforcèrent la conviction chez les Britanniques de constituer le « peuple élu ». Leurs tentatives consécutives d’évangélisation protestante du monde s’exprimeront ainsi par le biais de leur puissance maritime et financière, annonçant une mondialisation libérale. Le Pr. Motte rappela de cette façon que l’esprit maritime britannique inspira l’amiral américain Alfred T. Mahan, stratège et conseiller de tous les présidents des Etats-Unis de 1890 à 1914. Ce dernier participa à faire de la puissance maritime un des composants essentiels de la puissance américaine. Fervent pratiquant anglican, adepte du darwinisme social, Mahan comme les Anglais avant lui, considéra que mener le combat maritime représentait une guerre sainte pour l’établissement du progrès et de la paix par le commerce, opposé au despotisme catholique conquérant et belliqueux des puissances continentales. Ainsi, Mahan jeta les bases d’un impérialisme américain indirect et informel, dont les expressions se mélangent aujourd’hui avec les théories contemporaines de smart et de soft power de Joseph Nye.

Ce premier séminaire aura donc été riche en enseignements. Le plus important est sans doute que l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux est non seulement possible mais nécessaire eu égard à l’actualité et à l’histoire de France et du monde. Le second apport, et non des moindres, concerne l’importance de l’étude des représentations et des symboles dans les deux champs académiques de la géopolitique et des sciences religieuses. Trait d’union entre les deux disciplines, cette méthode nous permet de prendre du recul, conserver une rigoureuse neutralité scientifique, et de garder tout le rapport au réel nécessaire à l’étude des facteurs de conflits. Un avantage certain dans notre époque.