Archives par mot-clé : humanité

La Grande Histoire vue de la mer par Christian Buchet

Publication de l’ouvrage La Grande Histoire vue de la mer, préface de Jean-Louis Étienne, Paris, Le Cherche Midi, 2017.

« L’homme n’est jamais aussi grand que dans son face-à-face avec la mer.
Parce qu’elle est démesure, la mer est transcendance. »
La mer, avenir de la terre de Philip Plisson et Christian Buchet

Raconter l’histoire de l’humanité vue de la mer, c’est comprendre la grande diversité des civilisations dont les évolutions sont intimement liées aux mers et aux océans. C’est là que se sont déroulées les aventures fondatrices du monde d’aujourd’hui, présentées dans ce livre richement illustré par Christian Buchet, universitaire et spécialiste de la mer.
La mer, qui doit faire l’objet d’attention et de recherches afin d’unir dans une belle communion le destin des hommes et celui des océans. Au fil des pages, c’est toute l’évolution du monde qui devient intelligible, pleine de leçons et simple à retenir.

Christian Buchet est Professeur à l’Institut Catholique de Paris, H.D.R., docteur en histoire, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Membre de l’Académie de Marine. Il est membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

L’humanité en récits : le pouvoir des fables

Le projet de ce séminaire résolument interdisciplinaire est de s’interroger sur l’humanité de l’homme en se situant, non pas sur le plan théorique, mais sur le plan pratique : parler d’humanité, ou plus encore d’humanisation, c’est parler de pratiques qui la font exister (ou pas) ; de quelque chose qui se passe entre les hommes, qui se décide et qui dépend d’eux. De ces pratiques d’humanité (ou d’inhumanité), nombre de textes témoignent qui relèvent de genres très divers et s’offrent à des approches croisées et complémentaires : littéraire, philosophique, historique, théologique, anthropologique, etc. Fictifs ou non, ces textes (mais l’on pourra aussi convoquer les arts) donnent à ces pratiques mises en intrigues, problématisées, incarnées une visibilité et une présence singulières. Si en tout cela l’on peut se contenter de voir l’humanité représentée, l’on peut aussi adopter une autre perspective et comprendre ces textes comme une invitation à devenir humain. Il s’agit alors de réfléchir à l’acte de lecture, à la question de la réception de l’œuvre en distinguant « lecture allégorique » et « lecture parabolique ».

Ce séminaire est dirigé par Véronique Wiel. Il a lieu le lundi de 16 h à 18 h aux dates qui suivent.

Séances :

9 octobre 2017 : Introduction. Pr. Véronique Wiel.

23 octobre : Introduction (suite). Pr. Véronique Wiel.

6 novembre : Une histoire sans nom, de Barbey d’Aurevilly et La marquise d’O, de Kleist : une relecture allégorique de l’Évangile de Luc, Pr. Pierre Cahné, Paris IV-Sorbonne, Recteur honoraire de l’Institut Catholique.

13 novembre : « Ce qui me semblait amer fut changé pour moi en douceur » : la rencontre de François d’Assise et du lépreux, Laure Solignac, Faculté de Philosophie.

20 novembre : Dom Innocent Le Masson, une grande figure de maître de novices au XVIIe siècle, Pr. Nathalie Nabert, Faculté des Lettres.

27 novembre : La femme pauvre de Léon Bloy : l’humanisation par la souffrance, Jean-Baptiste Amadieu, CNRS/Collège de France/ENS.

4 décembre : Humanité et modernité chez Péguy, Camille Riquier, Faculté de Philosophie.

11 décembre : Raymond Queneau, Un rude hiver : pourquoi une lecture initiatique ?, Patrick Brunel, Faculté des Lettres.

5 février 2018 : Reprise. Pr. Véronique Wiel.

12 février : L’humain en question : les fables de la métamorphose, Pr. Pierre Brunel, Paris IV-Sorbonne, Académie des Sciences morales et politiques.

26 février : Disgrâce, de J.M. Coetze : être homme dans une mémoire tourmentée par la violence, Jean-Baptiste Sèbe, Theologicum.

5 mars : Découvrir l’autre. Coexistence et identités plurielles dans la Méditerranée ottomane du XIXe s., Marie-Carmen Smyrnelis, Faculté des Sciences sociales et économiques.

12 mars : Les dimensions humanistes dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, d’E.E. Schmitt, Pr. Oussama Nabil, Université al-Azhar, Le Caire.

19 mars : Mysticisme et humanisme dans « ayam-al-’insan al-sab’a » (Les sept jours de l’homme de Abdal-Hakim Qasim), Pr. Samir Mandour Université al-Azhar, Le Caire.

26 mars : Le caractère humain dans le miroir poétique : le cas de trois poèmes : « À mon frère blanc », de Léopold Sédar Senghor, « L’homme qui te ressemble » de René Philomé et «Le déserteur» de B. Vian, Pr. Abdel Rahman Foudah Université al-Azhar, Le Caire.

9 avril : sujet à préciser, Pr. Anne Banny, Faculté des Lettres.

23 avril : L’histoire aux frontières de l’humain : le thème de la déshumanisation dans les récits d’esclaves aux États-Unis , Delphine Louis-Dimitrov, Faculté des Lettres