Archives par mot-clé : Judaïsme

Parution du n° 159 de Transversalités “La terre d’Israël”

Fruit du travail du séminaire «Permanence d’Israël et diversité confessionnelle» entre septembre 2020 et janvier 2021, les cinq articles proposés dans ce dossier témoignent d’un travail en cours sur la terre d’Israël avec une approche œcuménique qui honore les positions et les débats internes à l’Église catholique ainsi que la diversité du protestantisme en France et à l’étranger.

Là où certains identifient des blocages concernant les avancées œcuméniques, là où d’autres pensent la relation entre judaïsme et christianisme à l’aune de leur seule confession, l’approche ici adoptée veut montrer que la quête de l’unité visible entre les chrétiens est interrogée et stimulée par la prise de conscience croissante des conséquences de la permanence d’Israël pensée à l’intérieur du dessein de Dieu. Inversement, la réflexion sur la signification de l’existence contemporaine du peuple d’Israël et sur sa vocation face aux nations conduit à faire apparaître des convergences et des divergences théologiques entre les confessions chrétiennes, mais aussi en chacune d’elles.

Consultation du sommaire du n° 159 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine par Philippe Capelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.)

Publication de : Philippe Cappelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.), Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine, Paris, Cerf, coll. « Les cahiers de la Faculté de droit canonique de l’ICP », 2021, 440 p.

La relation entre les deux traditions du judaïsme et du christianisme a fait l’objet, depuis le début du xxe siècle, d’approches philosophiques fondamentales que le présent ouvrage s’efforce de réunir et de ressaisir. De Rosenzweig à Levinas, de Bergson à Maritain, de Péguy à Sartre et de Simone Weil à Ricoeur, c’est une constellation théorique singulièrement contrastée qui s’y manifeste, mettant en lumière une histoire philosophique inspiratrice de notre espace religieux et politique. Il ne s’agit cependant pas ici de rejouer philosophiquement les antagonismes historiques. Les textes rassemblés dans ce volume posent en effet de manière irréductible la question : qui est l’autre ? À quels types d’altérations et de complémentarités la pensée est-elle ici confrontée ? Il ne saurait donc être question d’autre chose que de trouver une orientation et une signification là où les déterminations historiques ont parfois recouvert ce qu’il est permis d’appeler l’exception judéo-chrétienne.

Philippe Capelle-Dumont est professeur à l’Université de Strasbourg et doyen honoraire de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Leçons : La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives

Six leçons par Catherine Chalier, Professeure émérite de philosophie (Université Paris Ouest Nanterre – La Défense) dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche “Religion, Culture et Société” (EA 74 03)  :
“La gravité de l’amour, philosophie et spiritualité juives”,
les 14, 15, 16 et 21, 22, 23 mars 2016, de 18h à 20h.

programme GilsonThéologiens et philosophes chrétiens ont souvent minimisé, voire occulté, la dimension d’amour du judaïsme. Celui-ci fut ainsi considéré comme un pur légalisme ignorant du véritable amour de Dieu et du prochain.
Cette thèse continue d’imprégner les mentalités modernes, fussent-elles déchristianisées. Le projet de ces conférences n’est toutefois pas apologétique car il se propose d’aborder la gravité de l’amour dans la philosophie et la spiritualité juives sans s’adapter purement et simplement au cadre théorique chrétien. Les penseurs juifs ont en effet profondément médité eux-mêmes la complexité théologique, spirituelle, morale et émotionnelle de l’amour.

Le choix des questions abordées dans ces conférences dépend du
sentiment de leur caractère impérieux face aux simplifications outrancières qui s’imposent de nos jours en matière de religion. La référence à des philosophes de périodes historiques différentes et
à de grands commentateurs spirituels (surtout hassidiques) sera une façon de poursuivre le dialogue avec eux, de l’approfondir et non de le clore. Il ne s’agit pas en effet d’élaborer une thèse qui se voudrait définitive sur l’amour de Dieu dans le judaïsme mais de se demander ce que signifie la gravité de l’amour pour ceux qui désirent que leur
finitude puisse un peu mieux en témoigner.

Pour plus d’informations, voir le programme des leçons.

Voir aussi les tarifs et conditions d’inscription.