Archives par mot-clé : permanence d’Israël

Parution du n° 159 de Transversalités “La terre d’Israël”

Fruit du travail du séminaire «Permanence d’Israël et diversité confessionnelle» entre septembre 2020 et janvier 2021, les cinq articles proposés dans ce dossier témoignent d’un travail en cours sur la terre d’Israël avec une approche œcuménique qui honore les positions et les débats internes à l’Église catholique ainsi que la diversité du protestantisme en France et à l’étranger.

Là où certains identifient des blocages concernant les avancées œcuméniques, là où d’autres pensent la relation entre judaïsme et christianisme à l’aune de leur seule confession, l’approche ici adoptée veut montrer que la quête de l’unité visible entre les chrétiens est interrogée et stimulée par la prise de conscience croissante des conséquences de la permanence d’Israël pensée à l’intérieur du dessein de Dieu. Inversement, la réflexion sur la signification de l’existence contemporaine du peuple d’Israël et sur sa vocation face aux nations conduit à faire apparaître des convergences et des divergences théologiques entre les confessions chrétiennes, mais aussi en chacune d’elles.

Consultation du sommaire du n° 159 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Permanence d’Israël et diversité confessionnelle

Le choc de la Deuxième Guerre mondiale a conduit les différentes Églises chrétiennes à revisiter les positions traditionnelles qu’elles avaient adoptées dans une histoire perturbée à l’encontre du peuple d’Israël. La conviction croissante que la permanence d’Israël comme peuple dans l’histoire est un effet de la grâce divine, et non un accident de l’histoire, conduit à réinterroger les représentations
sur l’articulation entre peuple d’Israël et Église comme mystère.
Depuis Seelisberg (1947), des groupes chrétiens sensibles au rapport avec Israël ont réfléchi, avec la participation de plusieurs intellectuels juifs, comme le Pr. Jules Isaac, puis les instances officielles des Églises ont adopté des prises de position variées, soulevant parfois de profonds débats.
Le séminaire veut étudier les conséquences théologiques de cette prise de conscience de la permanence d’Israël reconnue comme une grâce de Dieu, en se centrant sur la modification des paramètres œcuméniques qu’elle induit. Face à Israël, et en dialogue avec lui, les Églises chrétiennes sont poussées à comprendre ensemble ce que Dieu attend d’elles. Cette première année sera consacrée à une exploration de cette problématique, pour faire la cartographie des propositions théologiques qui ont pris au sérieux cette question.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Thérèse Andrevon, Luc Forestier et Anne-Marie Reijnen, est réservé aux étudiants de D1 à Dn (et ouvert au réseau THÉODOC). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi et jeudi 6 et 7 novembre ; 18 et 19 décembre ; 5 et 6 février ; 29 et 30 mai 2019 (4 rencontres de 6 heures sur deux jours).