Archives par mot-clé : personnalisme

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

L’événement (séminaire Mounier)

L’événement

Actif et engagé devant les « provocations de l’événement », Mounier n’a cessé de réfléchir aux conditions et aux incidences de l’événementialité, au point d’en faire une catégorie-source du personnalisme. Le philosophe en aura cherché le sens, d’abord pour la personne elle-même, dans les formes d’accueil, de présence, de témoignage, de transfiguration du monde qu’elle implique. Si l’histoire aura représenté pour lui la totalité des événements, le philosophe aura fait sienne une pensée de l’événement qu’il considérait comme un « maitre intérieur » et à qui il devait lucidité et fidélité.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

22/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit (ICP)

29/01 : Péguy et l’événement de l’affaire Dreyfus : Charles Coutel (Université d’Artois)

05/02 : Avènement ou événement de la personne ? : Emmanuel Housset (Université de Caen)

12/02 : L’événement christologique selon les Pères de l’Eglise : Alain Le Boulluec (EPHE)

19/02 : La dialectique de l’événement (Kierkegaard) : Jérôme de Gramont (ICP)

05/03 : L’événement de la Parole (Barth) : Claude Brunier-Coulin (ACVS)

12/03 : L’événement, c’est l’autre (Levinas) : Vincent Laquais (ICP)

19/03 : Le « moment mai 68 » : Guy Coq (AAEM)

26/03 : Les engagements d’après-guerre : l’amitié avec J. -M. Domenach : D. Da Silva (ISM)

02/04 : L’événement au fil de l’histoire : Gilles Marmasse (Université de Poitiers)

09/04 : L’événement et le monde : Cathy Leblanc (Université catholique de Lille)

16/04 : L’événement des droits de l’homme : Valentine Zuber (EPHE)

07/05 : L’événementialité journalistique : Eric Vinson (ICP, AAEM)

L’engagement (séminaire Mounier)

Thème par excellence du personnalisme, l’engagement reçoit sa définition la plus élaborée avec Mounier et Landsberg, bien avant sa mise en relief dans la philosophie sartrienne. Si l’engagement participe à la réalisation de l’historicité humaine, il marque surtout un refus de l’esthétisme et de l’idéalisme. Ceux-ci ne sont que des dérobades face aux provocations des événements, que la philosophie doit s’efforcer de transformer en expérience. L’engagement seul nous fait connaitre les directions de notre vie historique et concourt à la dignité du politique.

Ce séminaire est dirigé par Jean-François Petit. Il a lieu le mardi de 18 h à 20 h aux dates qui suivent.

Séances :

23/01 : Présentation et mise en perspective du séminaire : Jean-François Petit
30/01 : Péguy : Charles Coutel (Université d’Artois)
06/02 : Jaurès : Eric Vinson (Faculté d’éducation, ICP)
13/02 : Blondel : Marie-Jeanne Coutagne (Université catholique de Lyon)
06/03 : Bonhoeffer : résistance et soumission (Arnaud Corbic)
13/03 : Bergamin/ Unamuno : Yves Roullière (AAEM)
20/03 : Etienne Gilson : Florian Michel (Université de Paris I)
27/03 : Landsberg : Markus Kneer (Université de Münster)
03/04 : Dans l’Action catholique : Jean-Hugues Soret (UCO)
10/04 : Ricoeur : Renato Boccali (IULM, Milan)
02/05 : L’engagement syndical : Laurent Tertrais (CFDT)
07/05 : Hannah Arendt et l’engagement contemporain (Hubert Faes, ICP)

Pédagogie, éducation et formation : les enjeux essentiels du personnalisme (Séminaire Mounier)

Véritable « matrice philosophique » selon Ricœur, le personnalisme a donné lieu à des théories et pratiques éducatives variées, qu’il s’agira ici d’évaluer d’un point de vue généalogique, structural et critique en vue de leurs réélaborations contemporaines.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le deuxième semestre de l’année universitaire 2016-2017, le mardi de 18 h à  20 h.

Séances :

24 janvier : Mounier éducateur (M.- E. Bely, université catholique de Lyon)

31 janvier : Les fondements de la relation : Buber (Marie-Laure Durand, ISFEC Montpellier)

21 février : Altérité et asymétrie dans la relation éducative : Levinas (Vincent Laquais, ICP)

28 février : Une source pascalienne ? (Jean-Louis Bischoff, université d’Artois)

7 mars : Les pédagogies nouvelles : Montessori (Didier Da Silva, AAEM)

14 mars : L’école de la personne (Gabriele Weigand, université de Karlsruhe)

21 mars : Aux sources de l’éducation (Pierre Durrande, ICP, IPC)

28 mars : La communauté éducative (François Moog, Faculté d’éducation, ICP)

18 avril :   Jean Lacroix, philosophe et enseignant (Taoufik Cherif, université de Tunis)

25 avril : Éducation et personnalisme (Jacques Le Goff, université de Brest)

2 mai : Une instance au service de l’éducation (Mgr Thivierge, secrétaire général de la FIUC)

10 mai : Une éducation interculturelle est-elle possible ? (Nicolas Dittmar, post-doctorant ICP)

16 mai : Réflexions d’un praticien sur l’éducation (Xavier Darcos, Académie des sciences morales et politiques)