Archives par mot-clé : Philosophie

17 octobre 2020 – The ‘Poem’ of the Breviloquium: Thought and Prayer in Saint Bonaventure par Emmanuel Falque

Emmanuel Falque, Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, interviendra le samedi 17 octobre dans le cadre du colloque « Thought and Prayer. 45th Patristic, Mediaval, and Renaissance Studies Conference » organisé par la Villanova University (Pennsylvanie, USA). La keynote aura lieu en visioconférence (au lien suivant, ZOOM) de 22h à 23h30, heures françaises. Une table ronde aura lieu le lendemain, vendredi 18 octobre, avec Emmanuel Falque et Natalie Carnes, toujours en visioconférence (au lieu suivant, ZOOM), de 16h à 17h30, heures françaises.

Consultez les dernières publications d’Emmanuel Falque

La Révélation. Lectures philosophiques et théologiques par Jérôme de Gramont et Vincent Holzer (éd.)

Publication de : La Révélation. Lectures philosophiques et théologiques, Paris, Cerf, 2020, 300 p.

Lorsque, le 15 avril 1630, dans une lettre adressée à Mersenne, Descartes décréta que révélation et théologie étaient des réalités non seulement réversibles mais identiques, le destin philosophique de la notion de révélation fut scellé et consommé. L’identité posée entre théologie et révélation est un événement instaurateur, une décision philosophique et nullement théologique. Elle a pour conséquence de ne laisser à la théologie qu’un espace de plus en plus réduit, jusqu’à ce qu’il devienne indiscernable et relègue ainsi la théologie hors de toute vérification rationnelle. Si la théologie est identique à la révélation, elle n’en est plus l’interprète puisqu’elle se confond totalement avec son objet. Cette identification tendancielle laisse le champ libre à l’investigation philosophique qui s’empare du concept de révélation et le soumet à la critique. Ce faisant, théologie et philosophie ne peuvent plus se rencontrer puisque, pour théologiser, il faudrait « être plus qu’un homme ». Lorsque Kant réclame une « théologie de la raison », il réclame que la révélation ne soit plus conçue comme un phénomène. C’est à cet endroit que la théologie impose une résistance qui va lui permettre de renaître, réclamant que le rapport de l’Idée au phénomène se résolve selon les dimensions propres à un événement de révélation qu’aucune théologie naturelle ou rationnelle ne peut raisonnablement épuiser.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Vincent Holzer est professeur au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

The Guide to Gethsemane, Nothing to It et Den Rubikon überschreiten par Emmanuel Falque

Publication de :

  • The Guide to Gethsemane. Anxiety, Suffering, Death, New York, Fordham University Press, 2019, 200 p.

Emmanuel Falque explores, with no small measure of doubt, Heidegger’s famous statement that by virtue of Christianity’s claims of salvation and the afterlife, its believers cannot authentically experience anxiety in the face of death. In this theological development of the Passion, already widely debated upon its publication in French, Falque places a radical emphasis on the physicality and corporeality of Christ’s suffering and death, marking the continuities between Christ’s Passion and our own orientation to the mortality of our bodies. Beginning with an elaborate reading of the divine and human bodies whose suffering is masterfully depicted in the Isenheim Altarpiece, and written in the wake of the death of a close friend, Falques’s study is both theologically rigorous and marked by deeply human concerns.

  • Nothing to It. Reading Freud as a Philosopher, Leuven, Leuven University Press, 2020, 136 p.

The confrontation between philosophy and psychoanalysis has had its heyday. After the major debates between Paul Ricoeur, Maurice Merleau-Ponty, Jacques Derrida, Gilles Deleuze, and Michel Henry, this dialogue now seems to have broken down. It has therefore proven necessary and gainful to revisit these debates to explore their re-usability and the degree to which they can provide new insights from a contemporary point of view. It can be said that contemporary philosophy suffers from an ‘excess of meaning’, and this is exactly where psychoanalysis comes in and may raise key questions. This is precisely what a philosophical reading of Freud demonstrates. To say ‘Nothing to It’ indicates that the ‘It’—or Freudian Id—is not visible as it never shows itself as a ‘phenomenon’. Such a reading of Freud exemplifies how psychoanalysis has a special role to play in phenomenology’s development.

  • Den Rubikon Überschreiten. Philosophie und Theologie : Ein Versuch über ihre Grenzen, Münster, Aschendorff Verlag, 2020, 201 p.

Als vor einigen Jahren die Rede von der „Rückkehr der Religion“ aufkam, war diese schon für längere Zeit wieder zu einem Thema der Philosophie geworden, vor allem in Frankreich und verbunden mit Namen wie Emmanuel Levinas, Paul Ricœur, Michel Henry, Jean-Luc Marion, u. a.. Diese sahen sich jedoch dem Vorwurf ausgesetzt, insgeheim eine „theologische Wende“ vollzogen und damit die Grenze zwischen den Disziplinen verletzt zu haben (Dominique Janicaud). Das vorliegende Buch nimmt diesen Vorwurf auf, entwickelt ihn jedoch zu einem Methodendiskurs weiter, welcher an die lange Tradition des Austausches zwischen Philosophie und Theologie anknüpft und einen Vorschlag zur erneuten interdisziplinären Zusammenarbeit unterbreitet. Dabei wird auch der Konfessionalität der Theologie(n) Rechnung getragen und im Gespräch mit den Hermeneutiken evangelischer und jüdischer Provenienz eine „katholische“ Hermeneutik des Leibes und der Stimme entwickelt. Dies geschieht im Kontext des Entwurfs einer „Philosophie der religiösen Erfahrung“, der sich explizit der Wahrnehmung stellt, dass viele Menschen in den westlichen Gesellschaften nicht glauben und darin auch kein Defizit sehen. Den Rubikon überschreiten kann daher als ein Dialogversuch in mehrfacher Hinsicht gelten: interdisziplinär (Theologie – Philosophie), ökumenisch, interreligiös, gesellschaftlich – und nicht zuletzt als ein Austausch französischen und deutschen Denkens über Religion in europäischer Perspektive.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

16 octobre 2020 : Conférence de rentrée du Collège doctoral

La semaine méthodologique de rentrée du Collège doctoral de l’ICP se clôturera le vendredi 16 octobre 2020 (14h-16h) par la conférence « Style et phénomène. Dilthey, Husserl, Heidegger» d’Emmanuel Housset, Professeur à l’Université de Caen Normandie (inscription libre à l’adresse suivante).

Le Collège doctoral de l’Institut Catholique de Paris organise chaque année une semaine méthodologique de rentrée pour l’ensemble des doctorants qu’il réunit.  Elle a pour objectif d’apporter aux doctorants des outils méthodologiques et des savoir-faire pour faciliter leur travail de recherche et d’écriture. Elle est ouverte à l’ensemble des doctorants de l’ICP et des établissements partenaires, quelle que soit leur année d’inscription en thèse.

Le blasphème par Ludovic Danto et Cédric Burgun (éd.)

Publication de : Le blasphème. Le retour d’une question juridique oubliée entre droits sacrés et droits civils, Paris, Artège Lethielleux, 2020, 170 p.

La question du blasphème a fait sa réapparition dans les sociétés occidentales alors même que notre époque semblait l’avoir abandonnée au nom de la liberté de conscience et de la liberté d’expression : tout citoyen est interpellé et l’expérience juridique des États et des religions est sollicitée. Ainsi, celui qui veut appréhender cette notion de blasphème se doit d’embrasser divers systèmes juridiques sans oublier que ces derniers entrent en dialogue et se confrontent à des approches théologiques et philosophiques. Derrière l’apparente simplicité dans le discours quotidien du terme blasphème se cache une réflexion complexe entre régulation du croire et régulation de la vie sociale.

Ludovic Danto est professeur à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Cédric Burgun est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Nous ne savons plus croire par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Nous ne savons plus croire, Desclée de Brouwer, Paris, 2020, 240 p.

Quoi que nous nous efforcions de penser, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances les plus communes et, quand cela a lieu, par le fait tout aussi commun de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Nos pères se sont tant méfiés, ou ils ont été à ce point cyniques, que cette foi, entendue dans son sens large, semble nous être aujourd’hui interdite. À nous qui avons hérité de cette perte sans l’avoir consommée, ne restent que les débris d’une tradition devenue muette.
Or la foi est vitale, et pas seulement la croyance religieuse. Mais dans une époque désorientée, nous ne pourrons peut-être sauver que le désir de croire : rien ne nous dit que nous retrouverons la croyance. Le paradoxe veut que cette impuissance annonce un temps de dangereuse crédulité. Il nous faut donc tout réapprendre. C’est à cette tâche que la philosophie doit s’atteler en prenant le contrepied de son éternelle tendance : en se mettant en quête de croire aussi résolument qu’elle avait cherché à savoir. La traversée du nihilisme est à ce prix.

Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris, directeur de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » et professeur à la Faculté de philosophie de l’ICP.

Persisting Souls in Literature, Art, History, Politics and Philosophy

How does the soul traverse time? When did the soul become the psyche? How is the soul conceived of in cultures around the world and how do such perceptions reverberate in the English-speaking world?
From Plato’s vision of the body as a prison of the soul, soma sema, in Phaedrus, to Foucault’s reverse statement, in Discipline and Punish, that the soul is a prison of the body, the concept has been open to constant reinterpretation.
This conference will consider the ways in which the soul has migrated from its origins in mythology, philosophy, and theology to find new developments and pervade literary and artistic forms as well as historical representations.

Ce colloque, organisé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, membres de l’EA 7403 ainsi que par Sara Thornton, dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut Catholique de Paris, l’Université Paris Diderot, le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA, UMR 8225) et l’Institut universitaire de France, aura lieu les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 à l’Institut Catholique de Paris. Les communications seront faites en anglais.

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

 

L’amour

On dit de l’amour qu’il peut « se faire ». Mais aussi, il « se pense ». Ou plutôt, la pensée de l’amour peut nous aider à comprendre ce qu’est l’amour, car toute forme d’amour n’est pas identique (éros, philia, agapê, etc.). Quand la philosophie se définit comme « amour de la sagesse », encore lui faut-il aussi devenir une « sagesse de l’amour ». Retraçant ce qu’il en est de l’amour dans l’histoire de la philosophie et son éventuel oubli, le séminaire du Saulchoir s’efforcera de montrer que penser et aimer c’est tout un – au moins en cela que tout « amour de la pensée » est en même temps une « pensée de l’amour ».

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Il est placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin.

Samedi 20 octobre 2018 : Laurence Devillairs (intervenante) / Camille Riquier (discutant) : « Le désintéressement de l’amour (Fénelon)»

Samedi 24 novembre 2018 : Laure Solignac (intervenante) / Jérôme Alexandre (discutant) : « L’amour s’étend beaucoup plus loin que la vision (Bonaventure lecteur de Bernard de Clairvaux) ».

Samedi 15 décembre 2018 : Pascal David (intervenant) / Emmanuel Falque (discutant) :
« Ce que l’amour nous fait ou quand le dehors est dedans ». (Cercle des doctorants de 14h00 à 17h00).

Samedi 19 janvier 2019 : Jérôme de Gramont (intervenant) / Olivier Riaudel (discutant) :
« Dasein et amour – Binswanger et Heidegger ».

Samedi 9 février 2019 : Gilles Berceville (intervenant) / Jean-François Petit (discutant) :
« Une philosophie politique de l’amour [Daniel-Joseph Lallement (1892-1977)] ».

Samedi 16 mars 2019: Emilie Tardivel-Schick (intervenante) / Bernard Bourdin (discutant):
« Ordo amoris. Lecture de la Cité de Dieu d’Augustin ».

Samedi 6 avril 2019 : Jacques Courcier (intervenant) / Ronan Sharkey (discutant) : « Intentionnalité, altérité et affectivité ».

Matière et auto-affection dans la pensée de Karl Marx

Les Manuscrits de 1844 de Karl Marx, Les thèses sur Feuerbach de 1845, et L’idéologie allemande réunissant des textes de 1845-1846 (Marx, Engels), marquent une rupture radicale avec l’idéalisme hégélien et l’esprit de système. Loin d’une réduction de la pensée de Karl Marx au « marxisme », voire à la seule lecture du Capital et de la critique de la bourgeoisie (1867), les écrits du jeune Marx font voir, avec une rare justesse, une réelle prise en compte de la « subjectivité corporelle de l’individu vivant » dont Michel Henry a parfaitement montré l’existence comme aussi la pertinence : Marx I (Une philosophie de la réalité), Marx II (Une philosophie de la valeur). A l’appui de ces écrits de jeunesse, et en suivant le renouveau des études sur Karl Marx aujourd’hui en particulier dans le cadre de la phénoménologie, ce séminaire essaiera de montrer comment cette « philosophie de la subjectivité corporelle » ne peut pas se passer d’une « philosophie de la matière », voire de l’« organique » lui-même. L’enjeu ne sera donc pas de reprendre un débat largement usé quoiqu’à retracer autour de la figure de Karl Marx (années 70 en France), mais de montrer que toute réflexion autour de l’« être incarné » ne peut pas faire l’impasse sur le sens de la matérialité, voire de l’historicité, qui vient aussi nous constituer.

Bibliographie : K. Marx, Manuscrits de 1844, Garnier-Flammarion, 1996 ; Marx 1845, Les thèses sur Feuerbach, Editions Amsterdam Poches, 2008 ; L’idéologie allemande (Marx, Engels), ch. 1 et 2 édition bilingue, Editions sociales, 2014 ; J. Kessler, « Lire Marx aujourd’hui », dans K. Marx, Misère de la philosophie, Payot, 2002 (préface) ; J. Vioulac, La logique totalitaire, Essai sur la crise de l’Occident, PUF, 2013 ; P. Rodrigo, Sur l’ontologie de Marx, Vrin, 2014 ; M. Henry, Le socialisme selon Marx, Editions Sulliver, 2008 ; Marx (I, II, 1976), Tel Gallimard, 2009.

Ce séminaire, placé sous la direction du Professeur Emmanuel Falque, a lieu à l’Institut Catholique de Paris le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le vendredi de 9 h à 12 h aux dates suivantes : 19 octobre ; 9, 16, 23 et 30 novembre ; 7, 14 et 21 décembre.

Philosophie du Droit canonique

Comme science, comme art ou comme technique, le droit n’échappe pas à un questionnement et à une réflexion philosophiques. Malgré sa spécificité au sein de la famille des droits, et son lien particulier à la Théologie qui conduisait le pape Paul VI à le définir comme un         « ius sacrum », le Droit canonique ne fait pas exception à cette règle. La démarche qui est proposée dans ce séminaire s’appuie sur l’initiation à la philosophie du Droit reçue, soit à la Faculté de Droit canonique, soit à la Faculté de Droit, dans les cycles d’étude antérieurs. Selon les années, les participants au séminaire, et l’actualité du débat public, sont étudiées la question théologico-politique, la question de la nature et de la loi naturelle, et quelques orientations propres au Droit canonique, telles l’équité, la justice, la loi, la séparation des pouvoirs…

Ce séminaire de 18 heures animé par Olivier Echappé a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019, le mardi de 14 h à 17 h.

« Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage « Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe, Paris, Cerf, coll. « Idées », 2018,  168 p.

La confrontation entre philosophie et psychanalyse a connu de beaux jours. Mais après les grands débats avec P. Ricœur, M. Merleau-Ponty,     J. Derrida, G. Deleuze ou M. Henry, ce dialogue semble aujourd’hui rompu. Il fallait donc de nouveau franchir le Rubicon. Peut-être la philosophie contemporaine souffre-t-elle d’un        « excès de sens », qu’il s’agisse de signification ou d’interprétation, et que la psychanalyse a sur ce point matière à interroger ?

Dire Ça n’a rien à voir n’indique pas qu’entre philosophie et psychanalyse il n’y ait pas de rapports, bien au contraire. « Ça n’a rien à voir » veut plutôt signifier que le « Ça » ne se voit pas – parce que précisément il ne se donne jamais à voir comme « phénomène ». Oser Lire Freud en philosophe, c’est ainsi conduire la pensée vers des rives insoupçonnées, en une lecture de la psychanalyse ici renouvelée.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Parution du n° 146 de Transversalités « Neurosciences et liberté »

Selon une approche « classique » des domaines du savoir, il revient au philosophe de penser et de définir la notion de liberté, d’étudier ses conditions de possibilité et d’envisager les conséquences éthiques et politiques d’une juste compréhension de la liberté humaine.

Les progrès récents des neurosciences permettent aujourd’hui une approche de plus en plus précise du fonctionnement du cerveau humain et de la manière dont les différentes aires cérébrales sont mobilisées par l’activité humaine, de la plus élémentaire (marcher, voir) à la plus élaborée (choisir, décider). Dès lors se pose la question de la définition et de la pertinence de la notion de liberté, dans un contexte où les résultats actuels des neurosciences peuvent conduire à interroger, à partir d’un point de vue neurobiologique, la réflexion des philosophes. Il apparaît donc utile de susciter un échange, une conversation entre neurosciences et philosophie, et c’est à cette tâche qu’est consacré le dossier du numéro 146 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités.

Consultation du sommaire du n° 146 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

Philosophie du Droit

Comme science, comme art ou comme technique, le droit n’échappe pas à un questionnement et à une réflexion philosophiques. Malgré sa spécificité au sein de la famille des droits, et son lien particulier à la Théologie qui conduisait le pape Paul VI à le définir comme un «ius sacrum», le Droit canonique ne fait pas exception à cette règle. La démarche qui est proposée dans ce séminaire s’appuie sur l’initiation à la philosophie du Droit reçue, soit à la Faculté de Droit canonique, soit à la Faculté de Droit, dans les cycles d’étude antérieurs. Selon les années, les participants au séminaire, et l’actualité du débat public, sont étudiées la question théologico-politique, la question de la nature et de la loi naturelle, et quelques orientations propres au Droit canonique, telles l’équité, la justice, la loi, la séparation des pouvoirs…

Ce séminaire de 18 heures animé par Olivier Echappé a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2017-2018, le mardi de 14 h à 17 h.

Connaître et aimer

La question de la reconnaissance donnée en Christ (Jn 1, 10-18), concerne notre situation d’homme contemporain confronté à la «complexité de la vie». Elle interroge et déplace les repères traditionnels d’une théorie de la connaissance sur lesquels ont pu s’appuyer le discours théologique, notamment à partir du concept de l’Être. Le séminaire entend clarifier les enjeux fondamentaux liés au «parcours de la reconnaissance». En examinant la triade intelligence, volonté, mémoire à travers un corpus philosophique et théologique, nous chercherons ses différentes articulations et prendrons la mesure de ses implications tant du point de vue dogmatique que du point de vue éthique.

Ce séminaire animé par les Docteurs Francine Charoy et Clémence Rouvier est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 9 h à 11 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.