Archives par mot-clé : Philosophie

Métaphysique et christianisme : 6 conférences en mars 2015

Gilson 2015La relation entre la métaphysique et le christianisme a fait l’objet, tout au long du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, de nombreux et puissants conflits d’interprétations, les unes tendant à régionaliser le christianisme dans les thèmes et les concepts de la métaphysique grecque, d’autres plaçant le discours théologique en position de science récapitulative de la quête métaphysique ou d’autres encore estimant pouvoir manifester l’hétérogénéité des deux traditions philosophique et théologique.

Étienne Gilson avait certes montré tôt et irréfutablement la part que le christianisme a effectivement prise dès avant le Moyen Age dans le destin de la métaphysique, et relevé les modalités par lesquelles la métaphysique avait pu favoriser l’auto-intelligibilité du christianisme. Sans doute, ne suffit-il plus aujourd’hui de discuter les thèses contrastées d’une métaphysique « postchrétienne » ou d’un christianisme « postmétaphysique » ; il faut, en amont, poser la question des conditions par lesquelles la métaphysique, surmontant ses apories théoriques et redéfinissant ses attendus, peut renouveler son interlocution avec le christianisme et réciproquement.

La Chaire Gilson, créée en 1995 à l’occasion du centenaire de la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, s’est vouée au traitement de ces questions refondatrices. À l’occasion de son vingtième anniversaire, elle devrait permettre aux six universitaires sollicités d’établir, au-delà du bilan, les lieux et les champs d’action où une telle articulation peut être enrichie mais aussi d’en définir les enjeux pour les différents domaines de savoir.

Six conférences les 9, 10, 11, 16, 17 et 18 mars 2015 par les Professeurs :

Philippe Capelle-Dumont, Professeur à l’Université de Strasbourg. Président de la Chaire « Gilson »

Jean Greisch, Professeur à l’Université de Strasbourg. Titulaire de la Chaire « Romano Guardini  » à l’Université Humboldt de Berlin

Richard Kearney, Titulaire de la Chaire de Philosophie « Charles B.Seelig » du Boston College

Jean-Luc Marion, Membre de l’Académie française. Titulaire de la Chaire de Philosophie et de Théologie « Dominique Dubarle » à l’Institut Catholique de Paris. Professeur à l’Université de Chicago. Professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne

Andreas Speer, Professeur à l’Université de Cologne. Directeur du Thomas Institut

David Tracy, Professeur émérite de théologie et de philosophie des religions à la Divinity School de l’Université de Chicago

Vous pouvez télécharger ici le programme du 20e anniversaire de la Chaire Gilson.

Séminaire de recherche : La notion de Révélation, une question philosophique et théologique

La notion de Révélation, dont les usages abondent dans les premières décennies du 20e siècle, n’est pas sans parenté avec l’apparition de la notion moderne de theologia naturalis. Elle en est à la fois le contrepoint et le pôle complémentaire, d’où son ambivalence potentielle. Nous étudierons l’apparition et le développement de cette notion dans le contexte de la théologie moderne. Nous prêterons une attention particulière à la manière dont elle fut intégrée dans le discours et les systèmes philosophiques et nous évaluerons à quelle condition elle peut et doit échapper à des interdits philosophiques. Réarticulée à la notion patristique d’économie, elle bénéficie d’une juste intelligibilité.

Ce séminaire de recherche est animé par le Professeur Vincent Holzer et a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 23 septembre 2014 au 20 janvier 2015, le mardi de 16h à 18h.

Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques d’Emmanuel Falque

Parution de l’ouvrage Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques, Paris, Hermann (coll. « De Visu », en partenariat avec la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris), 355 pages.

le-combat-amoureux.jpgUn « combat amoureux » (Heidegger) ou une « lutte entre les penseurs » (Husserl) détermine le destin de l’histoire de la philosophie. Au cœur du débat avec la phénoménologie française, cet ouvrage engage une véritable disputatio philosophique ancrée sur ledit ‘tournant théologique de la phénoménologie française’. Assuré que l’heure n’est plus au simple choc frontal, mais à un véritable dialogue et confrontation entre les disciplines, ce livre tente de montrer en quoi une « phénoménologie de la limite » peut aussi servir de contrepoint à la « phénoménologie de la révélation », et la tourner davantage vers une pensée de l’« incarnation » ou de l’« expérience ».  Jacques Derrida, Maurice Merleau-Ponty, Emmanuel Lévinas, Jean-Luc Marion, Michel Henry, Jean-Louis Chrétien, Jean-Yves Lacoste, Claude Romano et Jean Greisch, marquent les différents étapes de cette « traversée » point par point articulée, et en quête d’un respondeo à même d’autrement décider.

Emmanuel Falque est professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est spécialiste en philosophie médiévale, phénoménologie et philosophie de la religion.

L’appel de la loi de Jérôme de Gramont

Parution de l’ouvrage L’appel de la loi, Louvain, Peeters (coll. « Bibliothèque Philosophique de Louvain », 90), 2014, 404 pages.

9789042930247La phénoménologie n’a pas à inventer les phénomènes – sinon comme on dit inventer un trésor – mais à les faire voir, ou entendre. Kant s’y emploie à sa manière lorsqu’il fait entendre le ton de voix lié à l’impératif catégorique, celui d’une voix d’airain. C’est là reconduire la pensée à l’éclat d’un fait premier où puiser ensuite ses ressources: il y a la loi. Kant le décrit comme un appel, à défaut de tout à fait le nommer ainsi, l’interprétant ensuite tout à la fois comme ce qui vient de nous (comme si le sujet éthique se donnait à lui-même la loi) et ce qui vient à nous (comme si ce même sujet répondait à la loi venue de Dieu). Prendre au sérieux cette dualité suppose que le chantier kantien de l’éthique ouvre alors sur un horizon théologique.

Kant ouvre un chantier que la phénoménologie historique, celle qui naît avec Husserl et Heidegger, répète. Comme toute vraie répétition, celle-ci ne va pas sans critique ni déplacement (Merleau-Ponty, Scheler, Jonas), mais le motif de l’appel est bel et bien là. «Nous avons été appelés» – la trace laissée en nous par cet appel est trop forte pour que le moindre doute puisse encore s’élever à son propos, mais la question vient aussitôt: quelle voix s’est fait entendre? Quel appel nous surprend et nous soulève? Appel de l’être (Martin Heidegger), appel de l’Autre (Emmanuel Levinas) ou appel de la vie (Michel Henry)? Nous avons été appelés, affectés, blessés – ce qui brise la vie lui appartient encore, mais qu’est-ce donc qui la brise et la relève?

Multiples sont les figures de l’appel, mais à chaque fois il y a la loi et cette injonction d’être – cette injonction silencieuse à laquelle le poète aura donné son exacte formule: «Tu dois changer ta vie» (Rilke). Comme il y a peut-être Dieu.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il travaille plus particulièrement sur la philosophie moderne, la phénoménologie…