Archives par mot-clé : Politique

Persisting Souls in Literature, Art, History, Politics and Philosophy

How does the soul traverse time? When did the soul become the psyche? How is the soul conceived of in cultures around the world and how do such perceptions reverberate in the English-speaking world?
From Plato’s vision of the body as a prison of the soul, soma sema, in Phaedrus, to Foucault’s reverse statement, in Discipline and Punish, that the soul is a prison of the body, the concept has been open to constant reinterpretation.
This conference will consider the ways in which the soul has migrated from its origins in mythology, philosophy, and theology to find new developments and pervade literary and artistic forms as well as historical representations.

Ce colloque, organisé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, membres de l’EA 7403 ainsi que par Sara Thornton, dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut Catholique de Paris, l’Université Paris Diderot, le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA, UMR 8225) et l’Institut universitaire de France, aura lieu les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 à l’Institut Catholique de Paris. Les communications seront faites en anglais.

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

 

Politique(s) du secret

Les réflexions portant sur les usages et la signification du secret en politique, et plus généralement sur les rapports entre secret et politique, ont une longue histoire,
théoriquement nourrie. L’importance d’une notion comme celle de Raison d’État qui, de la Renaissance aux travaux de Michel Foucault, a pu constituer l’une des clefs permettant de penser les transformations de la politique moderne n’en constitue qu’un exemple. Or il semble qu’aujourd’hui la question du secret soit quelque peu marginalisée dans la pensée contemporaine. Elle se situe pourtant au cœur de certaines contradictions, sinon de tensions propres à notre époque, tiraillée entre des injonctions de transparence et le développement d’une nouvelle exigence d’un droit au secret, dans la sphère de l’intime ou du privé, mais également dans les sphères de la justice ou de l’information.

Ces tensions sont évidemment accentuées, sinon provoquées par l’essor des technologies de l’information et de la communication, et
plus généralement, par la globalisation. Elles apparaissent exacerbées par les questions de sécurité – notamment, mais pas seulement, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. C’est la complexité des usages et des techniques du secret en politique, et plus généralement les significations politiques du secret aujourd’hui,
que cette journée d’étude voudrait aborder dans la pluralité de ses dimensions.

Cette journée d’étude, organisée par Marie Goupy (Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de recherche “Religion, Culture et Société”, EA 7403), Nicolas Poirier (Université Paris-Nanterre) et Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom Business School et École des Hautes Études en Sciences Sociales) en collaboration avec l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (UMR 8177, CNRS / EHESS) et le LASCO IdeaLab de l’IMT, aura lieu le vendredi 22 mars 2019 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé de la journée d’étude.

 

 

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Séance académique en présence de Pierre Manent

La FASSE (Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l’Institut Catholique de Paris) et le Cénacle (Cercle de pensée politique, association d’anciens étudiants de la faculté) organisent une séance académique en présence de Pierre Manent, philosophe et professeur de philosophie politique français, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, autour de son livre Situation de la France.

Intitulée “Nation et religions : un lien en questions”, cette séance académique aura lieu  le mardi 16 février 2016, de 18 h à 20 h dans l’amphithéâtre Paul Ricœur (bâtiment B, 1er étage), à l’Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas, 75006 Paris.

La réflexion portera sur la coexistence publique des religions et leur participation à la conversation civique, à accepter et à organiser comme alternative à la recherche, avec la laïcité, d’une neutralité impossible.

Avec la participation d’Olivier Echappé, Anne Gagey, Pauline Vidal-Delplanque, Giulio De Ligio et Clémence Rouvier, sous la présidence de Bernard Bourdin.

L’inscription à l’adresse suivante est obligatoire en raison du nombre de places limité (pierre-manent.eventbrite.fr). L’invitation imprimée vous sera demandée à l’entrée de l’ICP.