Archives par mot-clé : Religions

15 octobre 2020 – La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (compte rendu)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Première séance : La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Hugo Tierny (Téléchargez la retranscription intégrale de la séance rédigée par Hugo Tierny)

 

Invités : Pr. Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique) et Pr. Martin Motte (Ecole Pratique des Hautes Etudes).

Organisateurs : Pr. Bernard Bourdin et Pr. Emmanuel Lincot (Institut Catholique de Paris – ICP).

Coordinatrice : Dr. Laura Pettinaroli (ICP)

Discutant : Hugo Tierny (doctorant, ICP – EPHE)

Le jeudi 15 octobre s’est déroulé à l’Institut Catholique de Paris la première séance du séminaire « Géopolitique et Religions, défis méthodologiques et épistémologiques ». Plusieurs universitaires provenant d’institutions différentes mais unis par leur expertise du sujet, se sont saisis de concert des enjeux épistémologiques présentés par l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux. Les enseignants chercheurs de l’ICP, Madame Laura Pettinaroli, Monsieur Bernard Bourdin et Monsieur Emmanuel Lincot, ont ainsi eu l’honneur d’accueillir la directrice de la revue Hérodote Madame Béatrice Giblin, et Monsieur Martin Motte, directeur d’études à l’EPHE.

Lors de son adresse introductive aux participants, le Vice-Recteur à la stratégie et au développement académique de l’Institut Catholique de Paris le Dr. Alexandre Scaggion, a rappelé la nécessité d’étudier les rapports entre géopolitique et religion pour comprendre le monde contemporain. Les sciences religieuses et la géopolitique, paradoxalement, constituent deux approches intellectuelles longtemps sous-considérées. Il fallut le retour triomphant du religieux sur la scène internationale depuis les années 1970 et la réhabilitation concomitante et patiente de la géopolitique pour inverser ces tendances. Dans bien des endroits du monde, de la Bosnie Herzégovine à la province chinoise du Xinjiang en passant par l’Inde, la connexion entre géopolitique et religion est en effet palpable, permettant au chercheur de relier des régions très différentes sous une problématique de recherche commune et par essence pluridisciplinaire.

A cette occasion, la Dr. Laura Pettinaroli a rappelé la longue genèse de ce séminaire, notant des divergences dans la compréhension selon les universitaires des termes de géopolitique et religion. Les champs d’études des sciences religieuses et des sciences humaines n’ont en effet pas forcément l’habitude de se croiser, occasionnant parfois une certaine étanchéité. C’était justement l’objet de ce séminaire que de rendre possible cette inévitable convergence entre les deux domaines en abordant les aspects méthodologiques et épistémologiques de ce rapprochement. Bien qu’il ne s’agisse pas de la tâche la plus simple, la mener à bien montre à quel point une approche interdisciplinaire mêlant géopolitique et religion constitue une excellente clef d’analyse des problèmes contemporains.

Tout d’abord, la présentation de Madame Béatrice Giblin a introduit l’auditoire au thème croisé de la géopolitique et du religieux. Professeur émérite des universités, celle-ci présenta à la fois les débuts controversés de la discipline géopolitique, et le grand intérêt de celle-ci pour expliquer les velléités de pouvoir et de domination territoriale des religions. Pour éclairer son propos, elle mobilisa les cas du maillage géographique des diocèses en France à la veille de la Révolution, puis celui des rivalités entre puissances musulmanes pour la construction de mosquées sur le territoire français. En filiation des travaux d’Yves Lacoste, sa présentation souligna ensuite la pertinence de la méthode géopolitique. Celle-ci priorise en effet le rapport aux faits et au réel, en adoptant une démarche scientifique neutre, libre de carcans scientistes dans lesquels l’outil méthodologique devient finalité et tend à se substituer à l’objet d’étude. Enfin, elle s’est penchée sur l’importance en analyse géopolitique de prendre en compte les représentations des acteurs étudiés, en tant que facteurs de déclenchement des conflits (religieux ou non), à travers les cas de la deuxième guerre d’Irak et du Kosovo au tournant du siècle.

Le Professeur Emmanuel Lincot de l’ICP a ensuite débuté son intervention, liant sur la longue durée les récits géopolitiques les plus anciens, à l’actuelle et mondiale réhabilitation des concepts philosophiques et religieux anciens à des fins de légitimation politique. Prenant appui sur l’historiographie, de L’Epopée de Gilgamesh au récit des Zhou en Chine, jusqu’à la réintroduction de la mythologie dans l’Inde de Narendra Modi et de la tradition néo-confucéenne dans la Chine de Xi Jinping, le Pr. Lincot a rappelé le caractère labile, et l’importance intangible des représentations en géopolitique. Ensuite, celui-ci est revenu sur le décloisonnement progressif depuis les années 1970 de la recherche universitaire française au profit de la géopolitique puis de la récente « Histoire culturelle », deux champs dont l’articulation lui apparaît essentielle pour comprendre le caractère géopolitique du fait religieux dans sa dimension culturelle et symbolique. En tant que sinologue expérimenté, celui-ci a conclu sa présentation en détaillant le rapport complexe du pouvoir chinois avec le fait religieux, entre répression et cooptation, en mobilisant les cas du Xinjiang (région chinoise où la minorité ouïgoure musulmane subit des persécutions), et le rapprochement entre le Vatican et Pékin.

Le Professeur Martin Motte de l’EPHE est intervenu à son tour par un exposé passionnant sur la relation entre puissance maritime et protestantisme, en s’appuyant sur les histoires britannique puis américaine, ainsi que les théories géopolitiques et géostratégiques. Pour éclairer ce lien, le Pr. Motte a procédé chronologiquement et en mobilisant l’analyse de l’iconographie des époques étudiées (tels que le globe terrestre, le Léviathan…). L’alliance entre protestantisme et puissance maritime fut ainsi scellée par les victoires anglaises sur l’Armada espagnole en 1588, et renforcée à la bataille de Trafalgar en 1805 contre Napoléon. En opposant catholiques et protestants, puissances continentales et maritimes, les deux guerres renforcèrent la conviction chez les Britanniques de constituer le « peuple élu ». Leurs tentatives consécutives d’évangélisation protestante du monde s’exprimeront ainsi par le biais de leur puissance maritime et financière, annonçant une mondialisation libérale. Le Pr. Motte rappela de cette façon que l’esprit maritime britannique inspira l’amiral américain Alfred T. Mahan, stratège et conseiller de tous les présidents des Etats-Unis de 1890 à 1914. Ce dernier participa à faire de la puissance maritime un des composants essentiels de la puissance américaine. Fervent pratiquant anglican, adepte du darwinisme social, Mahan comme les Anglais avant lui, considéra que mener le combat maritime représentait une guerre sainte pour l’établissement du progrès et de la paix par le commerce, opposé au despotisme catholique conquérant et belliqueux des puissances continentales. Ainsi, Mahan jeta les bases d’un impérialisme américain indirect et informel, dont les expressions se mélangent aujourd’hui avec les théories contemporaines de smart et de soft power de Joseph Nye.

Ce premier séminaire aura donc été riche en enseignements. Le plus important est sans doute que l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux est non seulement possible mais nécessaire eu égard à l’actualité et à l’histoire de France et du monde. Le second apport, et non des moindres, concerne l’importance de l’étude des représentations et des symboles dans les deux champs académiques de la géopolitique et des sciences religieuses. Trait d’union entre les deux disciplines, cette méthode nous permet de prendre du recul, conserver une rigoureuse neutralité scientifique, et de garder tout le rapport au réel nécessaire à l’étude des facteurs de conflits. Un avantage certain dans notre époque.

Géopolitique et religions: défis épistémologiques et méthodologiques

Laura Pettinaroli, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de  Recherche « Religion, Culture et Société », assurera la direction du séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques » (2020-2021) qui se tiendra à l’Institut Catholique de Paris.

Si l’irruption du religieux sur la scène internationale depuis une quarantaine d’années n’a pas manqué d’interroger nos contemporains, on peut se demander comment les sciences sociales, juridiques et religieuses se sont saisies de cet objet. Quel fut l’impact du contexte politique depuis les années 1980 sur la construction de ces approches intellectuelles ? Quelles différences et similitudes observe-t-on dans les différents pays et traditions universitaires ? À quelles reconfigurations disciplinaires la problématique du « religieux international » conduit-elle ? Quelles sont les notions et méthodes mobilisées par les différentes disciplines et quelles circulations observe-t-on ? Organisé par une équipe d’enseignants-chercheurs des différentes facultés de l’Institut catholique de Paris, ce séminaire invite à croiser les approches disciplinaires pour clarifier les enjeux épistémologiques de ce champ émergent du panorama académique.

Inscription obligatoire, contactez : l.pettinaroli@icp.fr

Programme du séminaire

  • Séance 1 : JEUDI 15 OCTOBRE (14H-18H)
    La géopolitique et les religions : enjeux épistémologiques.

Invités : Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique), Martin Motte (École pratique des Hautes Études).
Organisateurs : Bernard Bourdin (Fasse), Emmanuel Lincot (FDL)
Discutant : Hugo Tierny, (doctorant, Fasse)

  • Séance 2 : VENDREDI 13 NOVEMBRE (14H-17H)
    Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international.

Intervenantes : Valérie Aubourg (Université Catholique de Lyon), Marie Balas (Université de Strasbourg).
Organisatrice : Corinne Valasik (Fasse).

  • Séance 3 : JEUDI 17 DÉCEMBRE (14H-17H)
    Approches juridiques du religieux : droits confessionnels, droit international.

Intervenants : Nicolas Haupais (Université d’Orléans), François Jankowiak (Université Paris-Saclay)
Organisateur : Ludovic Danto (Faculté de droit canonique).

  • Séance 4 : JEUDI 28 JANVIER (14H-18H)
    Empires, États-nations, logiques transnationales : approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe- XXe s.).

Intervenants : Dominique Avon (École pratique des Hautes Études), Bernard Heyberger (École des Hautes études en sciences sociales-EPHE).
Organisatrices : Laura Pettinaroli (FDL), Marie-Carmen Smyrnelis (Fasse).

  • Séance 5 : JEUDI 4 MARS (14H-16H)
    Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation : la primauté romaine comme gouvernement.

Intervenant : Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)
Organisateur : Luc Forestier (Theologicum)

  • Séance 6 : JEUDI 18 MARS (10H-13H)
    La Science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales.

Intervenants : Delphine Allès (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Centre
Asie du Sud-Est), Philippe Portier (Groupe Sociétés Religions Laïcités, EPHE-CNRS)
Organisatrices : Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali (Fasse)

Téléchargez le programme du séminaire de recherche Géopolitique et religions  (ICP, 2020-2021)

Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme par François Moog

Publication de : Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme, Paris, Salvator, coll. « Forum », 2020, 192 p.

La notion d’éducation intégrale fait écho à l’expression « écologie intégrale » popularisée par le Pape François. Elle désigne depuis Vatican II les principes de l’éducation catholique et mérite d’être interrogée alors que les écoles et structures éducatives catholiques connaissent un succès croissant et font preuve d’un dynamisme reconnu au-delà du public catholique. Mais que signifie-t-elle ? Dans un langage volontiers accessible, François Moog interroge les sources des l’expression pour mieux en dégager les ressources. Le mot « intégral » renvoie à l’Humanisme intégral de Jacques Maritain et implique que l’éducation intégrale repose sur une certaine vision de l’homme. Elle invite à revenir sur la notion de personne et sur le travail de la foi dans la culture. L’ouvrage se demande alors « Qu’est-ce qu’éduquer ? » et présente les ressources du christianisme pour permettre un renouvellement des pratiques éducatives susceptibles d’accompagner l’humanité dans la crise culturelle et sociale contemporaine.

Théologien, François Moog est professeur au Theologicum, la Faculté de théologie de l’Institut Catholique de Paris où il dirige le doctorat de théologie. Il a été directeur de l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC) et Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation. Spécialiste des questions d’éducation catholique, il a publié notamment A quoi sert l’école catholique ? (Bayard, 2012).

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Parution du n° 147 de Transversalités « Regards sur la violence »

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Violences et traditions religieuses

Certains intellectuels contemporains portent un regard suspicieux sur les religions et ciblent souvent les monothéismes : la profession d’un Dieu unique serait à l’origine de bien des violences et conflits contemporains. Même s’ils oublient que les religions sont aussi visées par la violence, les divers croyants sont invités à s’interroger sur leur propre rapport aux multiples formes de violence : celles qui ont pu être légitimées en leur nom, celles qui traversent leurs textes fondateurs et leurs traditions, celles auxquelles ils sont confrontés…
L’objectif du séminaire est d’examiner la manière dont les diverses
traditions rendent compte de cette violence, les questions pertinentes et les enjeux qui renvoient d’abord à un phénomène humain qui n’épargne aucune institution, aucune communauté.

Ce séminaire de 24 heures animé par Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 19 h à 21 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Droit français des religions

Suivant une méthodologie correspondant à un séminaire, les étudiants seront appelés à une participation active pour un commentaire de textes-sources. Les sources juridiques auxquelles se réfère ce séminaire seront principalement celle du Droit français, mais aussi de la Convention et de la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’homme. Les thèmes abordés porteront sur l’encadrement juridique du prosélytisme, l’assistance religieuse dans les services publics français (enseignement public, hôpitaux publics, établissements pénitentiaires), ainsi qu’au sein des armées. En outre, la réflexion portera sur les questions juridiques soulevées par les pratiques et manifestations d’identité religieuse au sein des entreprises du secteur privé.

Ce séminaire de 36 heures animé par Philippe Greiner a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019, le mardi de 9 h à 12 h.

Droit français des religions

Suivant une méthodologie correspondant à un séminaire, les étudiants seront appelés à une participation active pour un commentaire de textes-sources. Les sources juridiques auxquelles se réfère ce séminaire seront principalement celle du Droit français, mais aussi de la Convention et de la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’homme. Les thèmes abordés porteront sur l’encadrement juridique du prosélytisme, l’assistance religieuse dans les services publics français (enseignement public, hôpitaux publics, établissements pénitentiaires), ainsi qu’au sein des armées. En outre, la réflexion portera sur les questions juridiques soulevées par les pratiques et manifestations d’identité religieuse au sein des entreprises du secteur privé.

Ce séminaire de 36 heures animé par Philippe Greiner a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9 h à 11 h.

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Séance académique en présence de Pierre Manent

La FASSE (Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l’Institut Catholique de Paris) et le Cénacle (Cercle de pensée politique, association d’anciens étudiants de la faculté) organisent une séance académique en présence de Pierre Manent, philosophe et professeur de philosophie politique français, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, autour de son livre Situation de la France.

Intitulée « Nation et religions : un lien en questions », cette séance académique aura lieu  le mardi 16 février 2016, de 18 h à 20 h dans l’amphithéâtre Paul Ricœur (bâtiment B, 1er étage), à l’Institut Catholique de Paris, 21 rue d’Assas, 75006 Paris.

La réflexion portera sur la coexistence publique des religions et leur participation à la conversation civique, à accepter et à organiser comme alternative à la recherche, avec la laïcité, d’une neutralité impossible.

Avec la participation d’Olivier Echappé, Anne Gagey, Pauline Vidal-Delplanque, Giulio De Ligio et Clémence Rouvier, sous la présidence de Bernard Bourdin.

L’inscription à l’adresse suivante est obligatoire en raison du nombre de places limité (pierre-manent.eventbrite.fr). L’invitation imprimée vous sera demandée à l’entrée de l’ICP.