Archives par mot-clé : Saint Paul

Chaire Gilson : Saint Paul et la philosophie

Dans le cadre de la Chaire de métaphysique Etienne Gilson, le professeur Olivier Boulnois tiendra 6 conférences les 1, 2, 3, 8, 9 & 10 mars 2021, de 18h à 20h, en visioconférence.

Inscription obligatoire

Pouvons-nous approcher philosophiquement de l’essence du christianisme ? Celui-ci nous est accessible par son noyau existentiel, tel qu’il est vécu dans la foi, l’espérance et la charité : il nous faut donc déchiffrer l’essence du christianisme au coeur de l’existence chrétienne. Or avec les Épîtres de Saint Paul, nous avons un accès originaire et privilégié à une telle expérience fondamentale, car chez lui, cette expérience religieuse s’accompagne de sa première explicitation. Et c’est clairement parce qu’ils ont redécouvert l’importance de cet événement fondamental, que depuis deux siècles, les philosophes n’ont cessé de dialoguer avec Paul : Kierkegaard, Nietzsche, Wittgenstein, Heidegger, Arendt, Jonas, Ricoeur, Agamben, et d’autres.

L’objet de cette série de leçons est de reprendre ce dialogue, en traversant les différentes interprétations philosophiques, faites tantôt de percées fulgurantes, tantôt de récupérations, de caricatures et de malentendus, pour nous approcher du véritable Paul : un juif du premier siècle qui croit en Jésus Messie (Christos). En déchiffrant les Epîtres de Paul au plus près des textes, pouvons-nous aujourd’hui nous rendre sensibles à l’impact authentique et révolutionnaire de sa pensée ? Je m’efforcerai de dégager les principaux nœuds de la pensée de Paul, en me focalisant sur quelques passages essentiels de sa réflexion. Je tenterai de montrer comment ses concepts les plus remarquables (folie de la croix, fin des temps, usage du monde, impuissance morale, identification au Christ-Messie), s’insèrent dans une expérience qui leur donne sens : une forme de vie nouvelle. Paul lui-même reprend souvent un vocabulaire philosophique, celui des stoïciens, mais pour lui donner un sens nouveau. Je m’en servirai comme d’un cadre, pour mesurer les torsions qu’il fait subir aux concepts stoïciens — qui ne permettaient pas de penser l’inouï de l’Évangile — et éclairer la vision du monde face à laquelle il se situe. Par commodité, ces leçons suivront donc la division stoïcienne de la philosophie en trois parties : I. Logique (formes et règles du langage correct), II. Physique (doctrine du monde et du temps), III. Éthique (forme de vie), en donnant plus de place à la troisième partie.

Programme :

  1. Lundi 1er marsLogique : la parole de la Croix et la sagesse du monde
  2. Mardi 2 marsPhysique : la fin des temps et le temps de la fin
  3. Mercredi 3 marsEthique I : l’usage du monde et la suspension des différentes
  4. Lundi 8 marsEthique II : l’impuissance, la Loi et le judaïsme
  5. Mardi 9 marsEthique III : l’empire du mal et le débordement du bien
  6. Mercredi 10 marsFinale : le Messie et le moi

Téléchargez le programme complet

Inscription obligatoire

Olivier Boulnois, né en 1961, ancien élève de l’ENS (1981), agrégé de philosophie (1984), professeur habilité à diriger des recherches (1997), directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (1999) : « Philosophie médiévale et Métaphysique », membre du « Laboratoire d’Études sur les Monothéismes » (EPHE, PSL, LEM, UMR 8584), enseigne aussi à l’Institut catholique de Paris.

Ses publications portent sur la philosophie médiévale et l’histoire de la métaphysique, notamment les doctrines de l’image, de la théologie comme science, du concept de liberté, et du concept de dominium (pouvoir, propriété, domination). Il est l’auteur d’environ 180 articles et 7 livres.

Parution du n° 149 de Transversalités « le sport »

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13 de Christophe Raimbault

Parution de l’ouvrage L’avènement de l’amour. Épître aux Romains, Chapitres 12 et 13, Paris, Cerf (coll. « Lectio divina », n° 265), 2014, 621 pages.

couv10048g_200L’épître aux Romains ne présente pas un texte homogène : deux genres littéraires s’y côtoient, à tel point que les exégètes se sont longtemps interrogés sur la pertinence et la cohérence de cette lettre. Comment interpréter en effet la longue exhortation des chapitres 12 et 13, au sein d’un ensemble argumentatif et doctrinal ? Où réside alors l’unité du texte paulinien ?

Pour comprendre la place et le rôle de Romains 12-13, Christophe Raimbault prolonge les recherches antérieures et les dépasse : menant une analyse rhétorique et linguistique magistrale, il résout enfin l’énigme apparente de cette rupture stylistique et livre la pleine compréhension de l’épître. Jusqu’alors jugée mal à propos dans l’ensemble de la lettre, la série d’exhortations sur le comportement du disciple du Christ de Romains 12-13, véritable appel à l’amour fraternel, en devient la structure et le pivot.

Par-delà la confirmation de la parfaite maîtrise de l’éloquence par l’Apôtre des Gentils, se révèle au lecteur, d’un point de vue théologique mais également pratique, cet avènement de l’amour qu’a annoncé Jésus, et dont Paul se fait à son tour l’annonciateur.

Une étude décisive pour entrer dans le plus énigmatique et le plus commenté des textes de saint Paul.

Christophe Raimbault est maître de conférence au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il enseigne plus particulièrement l’exégèse biblique.