Archives par mot-clé : violence

Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif par Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux

Publication de : Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.), Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 2021, 191 p.

Depuis la vague d’attentats de janvier 2015 jusque dans des tragédies plus récentes, une incompréhension mine notre société : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis ? Comment des campagnes de harcèlement peuvent-elles se développer sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus de certains cours ? Les questions sont complexes, et n’appellent pas des réponses simplistes. Cet ouvrage – élaboré dans une perspective interdisciplinaire (droit, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, théologie) – est le fruit d’un colloque ayant eu lieu à l’ICP en juin 2019. Il aborde concrètement les difficultés et les actions possibles, associant chercheurs et acteurs du terrain éducatif.

Le monde éducatif est, en effet, confronté à la problématique du décalage entre discours se voulant scientifiques et dogmes religieux, menant dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). La réflexion et l’action sur ce thème supposent donc de ne pas prendre de position surplombante, mais de pallier la méconnaissance du phénomène religieux chez une partie de ceux qui se confrontent à ses manifestations contemporaines, et de prendre la mesure des failles psychiques, intellectuelles, voire spirituelles de nos dispositifs collectifs d’éducation et de transmission du savoir. Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes seraient alors à penser dans ce cadre du déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien…

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Parution du n° 147 de Transversalités « Regards sur la violence »

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Violences et traditions religieuses

Certains intellectuels contemporains portent un regard suspicieux sur les religions et ciblent souvent les monothéismes : la profession d’un Dieu unique serait à l’origine de bien des violences et conflits contemporains. Même s’ils oublient que les religions sont aussi visées par la violence, les divers croyants sont invités à s’interroger sur leur propre rapport aux multiples formes de violence : celles qui ont pu être légitimées en leur nom, celles qui traversent leurs textes fondateurs et leurs traditions, celles auxquelles ils sont confrontés…
L’objectif du séminaire est d’examiner la manière dont les diverses
traditions rendent compte de cette violence, les questions pertinentes et les enjeux qui renvoient d’abord à un phénomène humain qui n’épargne aucune institution, aucune communauté.

Ce séminaire de 24 heures animé par Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 19 h à 21 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Violence et traditions religieuses II

Comment appréhender la violence de certains croyants dans un monde qu’il faut aimer (Jn 3,16-17) ? Après des siècles d’incompréhension et de mépris, le concile Vatican II a encouragé le dialogue et la connaissance mutuelle entre croyants. Le séminaire dégagera les enjeux théologiques des relations humaines, pour préciser les exigences du témoignage commun des croyants au cœur des traditions religieuses.

Ce séminaire animé par les Docteurs Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 19 h à 21 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

La violence

La violence n’est pas uniquement une question d’actualité, mais aussi un problème philosophique qui manifeste de façon patente la réalité du mal. L’homme violent réagit certes à une agression, mais il s’ouvre encore lui-même à une béance qu’il ne saurait contrôler. De la traversée de la tradition (saint Augustin, philosophie médiévale) aux auteurs les plus contemporains (Hent de Vries ou Simone Weil), la question de la violence sera ainsi ontologiquement traitée et métaphysiquement analysée. Le débat entre un intervenant et un répondant, et avec l’ensemble des doctorants, permettra d’ouvrir un espace de discussion dans lequel chacun pourra nourrir sa propre réflexion.

Ce séminaire associe deux institutions : le Centre d’Études du Saulchoir et l’Institut Catholique de Paris. Placé sous la direction des Professeurs Emmanuel Falque et Bernard Bourdin, il se déroulera durant l’année universitaire 2016-2017 au Centre d’Études du Saulchoir 45, rue Glacière 75013 Paris (Métro Glacière), sept samedis de 9 h à 12 h.

Séances :

Samedi 15 octobre : Religion et violence. Lecture de Hent De Vries ; avec Jérôme de Gramont (discutant), Olivier Riaudel (intervenant), salle demi-ouest.

Samedi 5 novembre : Violence et anthropologie ; avec Ronan Sharkey (intervenant), Jacques Courcier (discutant), salle demi-ouest.

Samedi 10 décembre* : La violence chez Simone Weil ; avec Pascal David (intervenant), Emmanuel Falque (discutant), salle Sertillanges.

Samedi 4 février :  Péguy : colère, guerre et non-violence ; avec Camille Riquier (intervenant), Bernard Bourdin (discutant), salle             demi-ouest.

Samedi 4 mars : La violence au Moyen-Âge ; avec Laure Solignac (intervenante ou Bernard Bourdin discutant), salle demi-ouest.

Samedi 22 avril : La violence : une vertu ? Pourquoi pas ? avec Richard Beaud (intervenant), Marc Grassin (discutant), salle                  demi-ouest.

Samedi 13 mai : La violence et la cité de Dieu ; avec Jérôme Alexandre (intervenant), Émilie Tardivel (discutante), salle                       demi-ouest.

*et 10 décembre, 14h-16h : Cercle des Doctorants