Archives par mot-clé : vulnérabilité

L’image vulnérable : sur l’image de Dieu chez Augustin

Six conférences par Kevin Hart, Professeur à l’Université de Virginie, dans le cadre de la chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », les 16, 17, 18, 23, 24 et 25 mars 2020, 18h – 20h

Au cours de sa longue vie  d’écrivain, Augustin nous montre en détail ce que signifie être humain en relation avec Dieu, et nulle part il ne le fait plus en détail que dans le De Trinitate.
Nous n’essaierons pas de contester son approche, qui recherche des analogies psychologiques avec la Trinité, mais de nous concentrer autant que possible sur son enseignement à propos de l’image de Dieu (imago Dei). Augustin est généralement considéré comme un théologien sombre, préoccupé par la Chute et ses conséquences ; et bien que cette caractérisation ne soit pas sans raison, surtout dans les écrits antipélagiens, elle est loin d’être la vérité tout entière. Car il nous montre aussi comment l’imago Dei, brisée et ternie comme elle l’est souvent en nous, peut être rénovée. Ainsi, quel que soit le jugement divin dont nous sommes l’objet en tant qu’enfants d’Adam, pleinement responsables du péché originel, nous pouvons aussi nous attacher au Christ et, en montrant de l’amour pour le prochain, en rendant l’imago à nouveau cohérente, la faire danser et briller une fois encore.
L’idolâtrie est une menace perpétuelle, mais avec la grâce, elle peut être surmontée. Notre vulnérabilité au jugement divin reste également possible, mais nous pouvons y échapper, encore une fois par la grâce, en nous rendant vulnérables au prochain qui interrompt nos existences et nous appelle à l’aide. Si nous nous réformons en l’image selon laquelle nous avons été faits, un amour et une joie profonde peuvent se montrer ; et il faut les soupeser, si nous voulons lire d’une manière juste ce formidable penseur chrétien. L’insistance permanente d’Augustin sur l’homme intérieur est perturbée de temps à autre par l’empiètement de diverses sortes d’antériorité, y compris celle des notions imprimées en nous par l’expérience (notiones impressae). Une attention particulière est accordée à l’antériorité de l’appel à l’aide, qui est aussi un appel à construire le Royaume, et là où nous sentons une limitation des termes de cet appel au secours (qui ne nous est peut-être pas destiné, mais que néanmoins nous entendons), nous avons des raisons d’amplifier le traitement qu’Augustin fait de l’amour du prochain.

Programme :

Lundi 16 et mardi 17 mars
Le jeune Augustin : « Le regard de l’âme est la raison »

Mercredi 18 et lundi 23 mars
De Trinitate I : « Voir et percevoir Dieu » (conspicere ac percipere Deum)

Mardi 24 et mercredi 25 mars
De Trinitate II : « Pour qu’il se tourne vers le Seigneur » (Ut convertatur ad Dominum)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme des leçons.