Archives de catégorie : Publications

Le Christ devant la raison par Vincent Holzer

Publication de l’ouvrage Le Christ devant la raison. La christologie devenue philosophème, Paris, Cerf, coll. Philosophie et théologie, 2017.

Le Christ devant la raison reprend la question du rapport entre théologie et philosophie sous l’angle inattendu de la christologie dans ses métamorphoses modernes et contemporaines. Le projet paraît ambitieux, mais il s’attache ici à un segment de temps qui correspond à une période que l’on peut qualifier de « seconde modernité », là où la christologie comme discipline de la théologie tend à se détacher de plus en plus du domaine où l’avait confinée l’apologétique défensive, celui de la preuve, pour s’épanouir en un domaine de signification jusqu’alors inédit et qui porte le nom très précis de Christozentrik : le Christ au centre d’un ordo rerum dont il est la synthèse idéale. Mais le « christocentrisme », né d’une intensification métaphysique en théologie, n’est pas sans ambivalences. Il pourrait mettre à mal la logique de la foi et le paradoxe fondamental qui la soutient et dont la christologie est précisément la forme intelligible. Les ambitions spéculatives de la christologie ecclésiale n’en demeurent pas moins intactes.

Vincent Holzer, professeur en théologie à l’Institut Catholique de Paris, est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Parution du n° 143 de Transversalités

Ce numéro 143 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités, rassemble les travaux du Groupe de Recherche en Anthropologie Chrétienne (GRAC), groupe qui réunit des chercheurs des différents pôles de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », (EA 7403), ainsi que des experts extérieurs. Ces travaux représentent la troisième étape d’un projet de recherche partant du constat de la « crise anthropologique » traversée par l’époque contemporaine, crise dont il est devenu classique de rendre compte par l’usage de la catégorie de « post-modernité », terme assez général qu’il convient évidemment de décrire et de critiquer.

Ce décryptage de la notion de « post-modernité » fut précisément l’objet des premières étapes du travail du GRAC, initiées par Henri-Jérôme Gagey, et poursuivies par Brigitte Cholvy, Catherine Fino et Joël Molinario. Celles-ci ont fait l’objet d’une publication, toujours disponible, dans deux suppléments de la revue Transversalités (suppléments n°1 et n°3).

Dans ce numéro de Transversalités, les membres du GRAC abordent un autre versant de leur recherche en anthropologie : montrer comment « les ressources et les pratiques chrétiennes » — et, dans ce dossier, plus particulièrement la Bible et la Liturgie —peuvent contribuer à élaborer, à frais nouveaux, une réflexion anthropologique rendue aujourd’hui ardue, du fait de l’émiettement des identités et de la faillite des idéologies.

Consultation du sommaire du n° 143 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Usage du monde et liberté à l’âge classique par Véronique Wiel

Publication de l’ouvrage Usage du monde et liberté à l’âge classique, Paris, Honoré Champion, coll. Lumière classique, 2017.

L’on ne saurait trop souligner combien l’âge « classique » est un âge critique. Moment de crise aiguë, totale, puisque c’est la destitution du monde ancien qui s’amorce et une situation inédite qui se dessine : l’homme se découvrant comme jamais instance de liberté face à un monde dont il est désormais séparé, ce qui devient pensable, c’est la réformation générale du monde et de soi. La question est de savoir comment réinventer la liberté dans les conditions de la modernité.

Cette entreprise s’énonce électivement en terme d’usage et sa fortune témoigne de la variété des voies empruntées. Or parmi les figures de « la liberté par l’usage », il en est une qui, méconnue, se recommande de trois sources anciennes : le stoïcisme, la théologie paulinienne et le legs augustinien. Révéler son originalité consiste à déployer ce qui est ramassé dans l’étrange formule de Paul : « user du monde comme n’en usant pas ». Attester son actualité à l’âge classique, c’est montrer comment Fénelon, Pascal, Malebranche ou Mme de Lambert jouent de sa plasticité pour se l’approprier diversement et en faire une figure de la liberté disponible pour la modernité – y compris la nôtre.

Véronique Wiel est professeur HDR à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage Le livre de l’expérience. D’Anselme de Cantorbéry à Bernard de Clairvaux, Paris, Cerf, 2017, 455 p.

Le concept d’expérience revient aujourd’hui en force. Il plonge pourtant ses racines dans notre passé. La « réflexion sur l’expérience » naît en effet au Moyen Âge aux XIe et XIIe siècles dans le cadre de la théologie monastique. Car s’il faut parler d’expérience quand on est « moine », encore faut-il parler sur l’expérience et non pas uniquement à partir de l’expérience. L’« expérience en pensée » (Anselme de Cantorbéry), l’« expérience du monde » (Hugues et Richard de Saint-Victor), et l’« expérience en affects » (Aelred de Rievaulx et Bernard de Clairvaux) traversent ainsi ce « renouveau monastique » philosophiquement à interroger.
« Aujourd’hui nous lisons au livre de l’expérience. » Le mot célèbre de Bernard de Clairvaux indique un programme encore à réaliser. Ce Livre de l’expérience, pris entre l’analyse des Pères et de la scolastique, vient donc ici comme un manque à combler – non seulement en achevant un nouveau triptyque, médiéval cette fois, mais aussi en ouvrant sur une richesse expérientielle et philosophique de la spiritualité que nous aurions tort d’ignorer.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

Parution du n° 142 de Transversalités

Le dossier du numéro 142 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités est consacré à la thématique « L’expérience artistique ».

Les sociétés contemporaines accordent à l’économie et aux échanges marchands une place privilégiée, telle que le rayonnement d’une région, d’un État, d’une nation est d’abord apprécié en fonction de ses succès industriels et commerciaux. On ne peut que constater la distance qui, progressivement, semble s’être installée entre l’activité de sociétés soumises aux servitudes matérielles, et l’expression artistique, dans toutes ses dimensions. Le dossier de ce numéro 142 de Transversalités a pour projet d’appréhender les ressorts de l’expérience artistique, d’un point de vue anthropologique, théologique et spirituel.

Consultation du sommaire du n° 142 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

La mer dans l’histoire/The Sea in History, 4 vol., par Christian Buchet (éd.)

Publication des quatre volumes : La mer dans l’histoire/The Sea in History, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2017.
Volume 1 : The Ancient World ; Volume 2 : The Medieval World  ; Volume 3 : The Early Modern World ; Volume 4 : The Modern World
Quelque 250 historiens de renom étudient un large éventail de sujets, donnant ainsi un aperçu concis de tous les aspects de l’histoire maritime.
Quelle est l’importance de la mer dans le développement de l’histoire humaine ? D’une importance majeure selon la conclusion de cet important travail en quatre volumes.
Les ouvrages réunissent les historiens maritimes les plus reconnus au monde. Ceux-ci se penchent sur la question de savoir quelle différence fait la mer. 260 situations allant des temps les plus reculés à l’époque actuelle sont scrutées. Les chercheurs étudient les sujets liés aux migrations humaines, au commerce, au développement économique, à la guerre, ou encore à la construction
d’entités politiques, y compris les empires, à la diffusion des idées, de la culture et de la religion et ce sur tous les continents. Bien plus, ils montrent combien la mer est cruciale dans tous ces aspects du développement humain.
Les sujets maritimes spécifiques abordés couvrent aussi bien la construction navale, la navigation, l’exploitation des ressources maritimes, l’environnement social des navigateurs et des communautés maritimes que la piraterie, le financement et l’organisation des entreprises maritimes, et bien d’autres sujets encore. Au final, ces ouvrages représentent une source de savoirs immense pour tous les historiens, leur donnant des aperçus concis
de la plupart des sujets liés à l’histoire maritime.
Christian Buchet, de l’Académie de Marine, est professeur, titulaire de la chaire d’histoire maritime à l’Institut Catholique de Paris.

La Gouge et le Scalpel par Valérie Deshoulières

Publication de l’ouvrage La Gouge et le Scalpel. Oscillations pendulaires entre l’Art et la Science, Paris, Hermann, 2017, 374 p.

La question qui prend forme au fil de ces pages n’est autre que celle des relations complexes susceptibles de se tisser entre ce qui est censé s’opposer : science et art, théorie et pratique, recherche et action. A partir d’études de cas (Vésale, Goethe, Musil, Claudel, Gottfried Benn, Pierre Mertens, Jacques Abeille, Patrick Roegiers, Alexandre Sokourov) et d’expériences personnelles (de vie, d’écriture, de recherche et d’enseignement), elles postulent, entre les arts (littérature, cinéma, sculpture) et les disciplines (rhétorique, philosophie, herméneutique) que seul le risque permet de comprendre de manière dynamique les rapports au-delà des différences et les distinctions au-delà des ressemblances.

En observant le « voyage » des paradigmes, concepts, motifs, figures et lexiques au-delà des cloisonnements convenus entre les divers champs du savoir, il s’agissait d’abord de rappeler que la littérature pouvait constituer une « forme de vie » qui, à l’instar de la métaphore, son auxiliaire, rendait notre monde « habitable ». Comme Pierre Nora, en 1987, en osant parler d’egohistoire, rompait avec une tradition scientifique ayant encouragé les historiens à disparaître derrière un savoir impersonnel et une écriture objective, le présent essai défend l’idée d’une ego-critique et se propose d’ouvrir sur le monde, entre Critique et Création, un compas formé d’une Gouge et d’un Scalpel.

Valérie Deshoulières est professeur à l’Université de la Sarre et à l’Institut catholique de Paris. Elle dirige depuis 2008 l’Institut français de Saarbrücken, à la Villa Europa.

Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile, Paris, PUF, 2017, 549 p.

La vie de Charles Péguy est d’abord celle, misérable, au sein des Cahiers de la quinzaine, sous l’emprise du devoir et de l’Affaire Dreyfus. Mais il en existe une seconde, heureuse quoique virtuelle, qu’il n’a pu accomplir et qui a surgi comme malgré lui dans son écriture : une vie vouée à la philosophie. L’ambition de ce livre est de fournir à la philosophie de Péguy l’« appareil » capable de manifester le plus fidèlement possible le « profond ordre intérieur » qui tient ensemble tout ce « fatras » de textes qui ont jailli génialement de sa plume.
Philosophe, Charles Péguy l’a été avant tout. Là est le point profond et fixe où s’articulent ses différents profils que le lecteur peine parfois à concilier : socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, patriote, journaliste, historien, polémiste, chrétien et poète. Et parce que l’action a toujours présidé à sa pensée, celle-ci a épousé les péripéties de l’événement avant de se recueillir dans la profondeur de sa mémoire. Elle se serait récapitulée dans un livre de confessions si sa mort au champ d’honneur, le 5 septembre 1914, n’en avait annulé jusqu’à sa possibilité : les Mémoires d’un imbécile.

Camille Riquier est maître de conférences à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

1914 : neutralités, neutralismes en question par Ineke Bockting, Béatrice Fonck et Pauline Piettre (dir.)

Publication de l’ouvrage 1914 : neutralités, neutralismes en question, Bern, Peter Lang, 2017, 319 p.

Alors que l’Europe s’embrase en août 1914 sans que personne n’imagine encore l’ampleur du conflit, les débats sont déjà nombreux sur la pertinence de l’engagement qu’il soit politique, idéologique, économique ou religieux. Les États, les groupes d’opinion et les individus optent pour des positions dictées par leur conscience ou par les intérêts politiques. La guerre durant, les neutralismes les plus affirmés vont être mis à mal. Dans le cadre d’une approche historique, géographique, littéraire et artistique, l’objet de cet ouvrage est d’examiner l’évolution des enjeux géopolitiques et des débats d’ordre moral, spirituel ou idéologique qui ont conduit les défenseurs de la neutralité à maintenir leur position pendant toutes ces années ou à s’engouffrer de gré ou de force dans la voie de l’interventionnisme.

Sous la direction d’Ineke Bockting, de Béatrice Fonck et de Pauline Piettre, de l’Institut Catholique de Paris.

 

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique « Éducation et anthropologie chrétienne ».  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Tradition et transmission par Sophie Ramond (dir.)

Publication de l’ouvrage Tradition et transmission. Une génération de biblistes à l’Institut catholique de Paris, Paris, Cerf, coll. Cerf Patrimoines, 2016, 216 p.

Tradition et transmissionDe 2009 à 2014 un certain nombre d’enseignants d’Écriture sainte quittaient leur fonction à l’Institut catholique de Paris. Le présent ouvrage recueille leurs contributions respectives, chacune d’entre elles témoignant de leurs axes de recherches propres.
Ainsi Joëlle Ferry, s’attache à l’examen de la figure du prophète Élie dans la scène de l’Horeb en 1 R 19 ; Jesús Asurmendi s’interroge sur ce que peuvent apporter les recueils prophétiques à une réflexion sur les problèmes écologiques ; Claude Tassin montre, au travers d’une étude de la figure d’Abraham en Rm 4 et Ac 7, le dialogue critique que Paul et Luc entretiennent avec des traditions juives anciennes polymorphes ; Roselyne Dupont-Roc dévoile la conception nouvelle de l’Église élargie aux dimensions du monde de la lettre aux Colossiens ; Michel Berder s’attache à repérer des traits d’humour dans les Évangiles ; Yves-Marie Blanchard établit que le « disciple bien aimé » assume une fonction apologétique, au service d’une autojustification de la communauté johannique. Les contributions de Yara Matta, Christophe Raimbault, Olivier Artus et Sophie Ramond, qui sont significatives aussi de leurs champs de recherche, se veulent un hommage à leurs collègues.

Sous la direction de Sophie Ramond, professeur d’exégèse biblique au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.