Archives de catégorie : Publications

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Jean Greisch, les trois âges de la raison par Jérôme de Gramont et al.(dir.)

Publication de l’ouvrage Jean Greisch, les trois âges de la raison. Métaphysique, phénoménologique, herméneutique, Paris, Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2016, 424 p.

jean-greisch-les-trois-ages-de-la-raison-jpgAprès la maxime phénoménologique « Aller aux choses mêmes », il importait sans doute de faire droit à l’impulsion herméneutique : celle qui (nous) commande de comprendre les œuvres qui parlent des choses mêmes. Après ce qui donne à penser (Kant, Ricœur), ce qui force à penser (Deleuze) ou ce qui appelle à penser (Heidegger), un quatrième motif est à interroger : ce qui porte la pensée, au sens de ce qui la conduit jusqu’à nous. Nous pouvons bien rêver d’une immédiate présence aux choses, nous savons aussi, et depuis le commencement grec de la philosophie, que long est le chemin vers le simple, le proche ou le natal. Ce chemin est celui de l’interprétation, celui qui reconduit au-devant des phénomènes. Comment voir ce qui se donne ou entendre ce qui nous appelle ? Comment retrouver le chemin des plus hautes questions, celles que nous disons « métaphysiques » ? Nous ne le ferons pas seuls, sans une histoire qui nous précède, sans des œuvres qui ouvrent le chemin, sans des propédeutes, voire des presbytres pour initier à cette tâche. Jean Greisch fut et demeure l’homme d’un tel programme. Ces actes d’un colloque de Cerisy, tenu en 2015, rendent un hommage appuyé à sa culture, à ses travaux sur la métaphysique, la philosophie de la religion, la phénoménologie et sa greffe herméneutique entendue stricto sensu, à ses engagements, bref à son humanisme de l’homme toujours à naître.

Sous la direction du professeur Jérôme de Gramont, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Tradition et transmission par Sophie Ramond (dir.)

Publication de l’ouvrage Tradition et transmission. Une génération de biblistes à l’Institut catholique de Paris, Paris, Cerf, coll. Cerf Patrimoines, 2016, 216 p.

Tradition et transmissionDe 2009 à 2014 un certain nombre d’enseignants d’Écriture sainte quittaient leur fonction à l’Institut catholique de Paris. Le présent ouvrage recueille leurs contributions respectives, chacune d’entre elles témoignant de leurs axes de recherches propres.
Ainsi Joëlle Ferry, s’attache à l’examen de la figure du prophète Élie dans la scène de l’Horeb en 1 R 19 ; Jesús Asurmendi s’interroge sur ce que peuvent apporter les recueils prophétiques à une réflexion sur les problèmes écologiques ; Claude Tassin montre, au travers d’une étude de la figure d’Abraham en Rm 4 et Ac 7, le dialogue critique que Paul et Luc entretiennent avec des traditions juives anciennes polymorphes ; Roselyne Dupont-Roc dévoile la conception nouvelle de l’Église élargie aux dimensions du monde de la lettre aux Colossiens ; Michel Berder s’attache à repérer des traits d’humour dans les Évangiles ; Yves-Marie Blanchard établit que le « disciple bien aimé » assume une fonction apologétique, au service d’une autojustification de la communauté johannique. Les contributions de Yara Matta, Christophe Raimbault, Olivier Artus et Sophie Ramond, qui sont significatives aussi de leurs champs de recherche, se veulent un hommage à leurs collègues.

Sous la direction de Sophie Ramond, professeur d’exégèse biblique au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris.

Les soutiens spirituels aux missionnaires et à la mission par Catherine Marin (dir.)

Publication de l’ouvrage Les soutiens spirituels aux missionnaires et à la mission xviie-xxie s., Paris, Karthala, coll. Histoire des mondes chrétiens, 2016, 260 p.

les-soutiens-spirituels-aux-missionnaires-et-a-la-mission-xviie-xxie-sieclesCréé en 2001, à l’initiative d’enseignants-chercheurs de l’Institut Catholique de Paris, le Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Écrits Missionnaires – le GRIEM – se donne pour tâche d’explorer, dans une perspective historique et comparatiste, la diversité des formes d’écriture suscitées par les missions catholiques et protestantes. Le GRIEM se penche ici sur les modalités mises en place au sein du catholicisme pour assurer le soutien spirituel du missionnaire dans son action depuis le XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Sous la direction de Catherine Marin, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris, directrice adjointe de l’ISTR (Institut de science et de théologie des religions). Avec les contributions de Chantal Théry, David Gilbert, Catherine Fino, Chantal Paisant, Richard Fagah, Louis Paumier, Karène Sanchez-Summerer, Françoise Jacquin, Bernadette Truchet et Pierre Januard.

Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains par Laura Pettinaroli et al.

Publication de l’ouvrage Atlas des chrétiens. Des premières communautés aux défis contemporains (avec Sylvain Parent et
Aurélien Girard), Paris, Autrement, coll. « Atlas », 2016, 96 p.
atlas-des-chr-tiens_9782746740013Plus de 120 cartes dressent le panorama d’une religion qui compte 2,2 milliards de fidèles, répartis sur cinq continents.
. Le christianisme, diffusé dans le monde entier dès ses origines,
continue de s’étendre en Afrique, en Asie et en Amérique latine.
. Catholiques, protestants, orthodoxes : les doctrines et les pratiques.
. Minoritaires au Proche-Orient ou majoritaires en Occident, comment les chrétiens cohabitent-ils avec les autres religions ?
. Déchristianisation et renouveau évangélique : les défis contemporains.
Cette synthèse unique permet de comprendre, dans l’histoire et dans le temps présent, la complexité des identités chrétiennes.
Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939) par Laura Pettinaroli

Publication de l’ouvrage La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), Rome, École française de Rome, 2015, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 367, 937 p.

Pettinaroli, ouvrage paruQuelle fut l’attitude du Saint-Siège face à la révolution russe et l’avènement du premier régime communiste ? Pour répondre à cette question, l’auteur aborde cette révolution dans une large séquence temporelle, ouverte par la révolution de 1905 et poursuivie jusqu’aux profondes transformations politiques, sociales et internationales des années 1930. En effet, la révolution russe apparaît autant comme un phénomène local, qui modifie les conditions d’existence des catholiques, que comme un événement de portée mondiale qui jette sur les routes de l’exode de nombreux réfugiés tout en cherchant à s’étendre dans un élan internationaliste.

La recherche présentée ici est le fruit d’un travail approfondi, mené dans différents fonds d’archives européens et russes. L’apport des archives vaticanes permet d’analyser le traitement des affaires russes au sein de la Curie romaine, de la collecte de l’information aux mécanismes de prise de décision, de l’action diplomatique et humanitaire à la création de dévotions. La recherche dans d’autres fonds d’archives et sources imprimées éclaire la réception des actions vaticanes pour la Russie, ainsi que les relais politiques et religieux empruntés par le Saint-Siège.

Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 137 de Transversalités

Couv137

Le n° 137 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Réformer ».

Le verbe « réformer » est l’un des mots clefs du discours politique, économique et social contemporain. Les contributions de quatre chercheurs vont permettre d’en préciser les origines, le sens, les implications.   

Le mot « Réforme » évoque immédiatement le mouvement qui conduisit à la naissance des communautés protestantes au XVIe siècle. En politique, il est connoté positivement et désigne une dynamique qui vise à en finir avec les archaïsmes. Dans les deux cas, « réformer » semble renvoyer avant tout à une attitude de rupture avec un passé révolu.

Les contributions rassemblées dans ce dossier et consacrées à la Réforme protestante, à la Révolution française et à la réforme introduite dans l’Église catholique par le Concile Vatican II, semblent conduire à une autre approche de l’action réformatrice : comme l’indique son étymologie latine re-formare, « réformer » consisterait avant tout à vouloir revenir aux « origines », aux fondements, pour vivre des commencements nouveaux, et se libérer des pesanteurs des institutions, qu’elles soient politiques ou ecclésiales.

Ainsi, l’action de « réformer » ne procède pas simplement d’une rupture ou d’une évolution par rapport à ce qui précède. Elle implique une redécouverte des traditions fondatrices et de leur dynamisme fécond à différents moments de l’histoire.

Consultation du sommaire du n° 137 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 136 de Transversalités

 

TRANS_136_L204Le n° 136 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème « Le jugement moral au risque du pluralisme éthique ».

Alors que viennent d’avoir lieu à Paris les débats de la Conférence sur le climat, à l’heure où sont recherchées les voies d’une réponse juste et commune aux défis écologiques de notre époque, la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités publie les actes d’un colloque destiné à de jeunes chercheurs préparant un master ou un doctorat de théologie, et consacré à la question du « jugement moral ».

Consultation du sommaire du n° 136 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Le thème médiéval aux Etats-Unis, entre fascination et répulsion

Ce numéro de la revue  Perspectives Médiévales, paru en janvier 2016, dont un des dossiers (Le thème médiéval aux Etats-Unis, entre fascination et répulsion) est coordonné par Delphine Louis-Dimitrov (maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris)  a souhaité rouvrir le dossier des études médiévales en Amérique du Nord pour comprendre la spécificité de l’enseignement et de la recherche actuels sur le fait littéraire médiéval, car il en est assurément une, liée à l’histoire des institutions, aux fonctionnements académiques propres au Nouveau Continent,  mais aussi au développement des « studies » qui assurent à la création du savoir sur le Moyen Âge une assise théorique largement ignorée en France.

Vous pouvez consulter l’intégralité des articles de ce numéro.

Both Swords and Ploughshares par Ineke Bockting et Linda Martz (éd.)

Publication de l’ouvrage Both Swords and Ploughshares. Interactions of War, Peace, and Religion in America from the War of Independance to the Present, Newcaste upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2015, 264 pages.

I. BocktingThis collection of essays examines interactions of war, peace and religion in the United States, a country where religious faith was, and still is, often deeply felt and widely held, where faith has provided a set of values to uphold with fervor or to transgress in protest, and where religion has been used to legitimize both armed violence and passive resistance.

These essays analyze the mythos of America as a place of religious freedom, yet one imbued with a socially-imposed civil religion and underpinned by a heavy presumption of Protestant dominance.

With subjects ranging from the War of Independence to the early 21st century, the contributions to this volume focus on a variety of historical and chronological circumstances in order to consider what concrete, tangible outcomes, what artifacts, were produced by the interface of war, peace and religion – the swords and ploughshares of the title.

This volume thus presents a variety of often multifaceted responses that reflect its interdisciplinary scope. Some contributions refer to fine art pieces, including statues, paintings, and murals, and others to works of literature, theology, or public speaking. Some of these interfaces were performed on stage or in film, while yet others were heard on the radio or read in newspapers or journals.

Some of the essays gathered here concern individuals working through the meaning of armed conflict in terms of their own, personal faith, while others examine the impact of such conflicts on a larger scale, as with whole faith communities or in the shaping of national or foreign policy.

The first part, Communities, looks at interfaces that served to structure a whole community. The second, Margins, examines instances where the relationship between religion and war and peace has occupied a more marginal space within a faith community. The final section turns this interface Outward, situating it away from American soil or noting how foreign war shaped the spirituality of those returning.

Ineke Bockting est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

European voices in the poetry of W.B. Yeats and Geoffrey Hill par Ineke Bockting et al. (éd.)

Parution de l’ouvrage European Voices in the Poetry of W.B. Yeats and Geoffrey Hill, Bern, Peter Lang, 2015, 172 pages.

Bockting«The duty of the present is neither to copy nor to deny the past but to resurrect it», wrote W.H. Auden in 1948. The European voices that William B. Yeats and Sir Geoffrey Hill choose to resurrect reflect their shared hope in the future of humanity, as the essays in this book demonstrate.

From Greek and Roman voices, through the Italian Renaissance and into our troubled present, these poets use myth, as Auden suggested, «to make private experiences public» and «public events personal».

They write about the past to maintain continuity and provide the transmission of cultural values or to avoid the repetition of atrocities. As visionary poets, their talents at reviving the poetic voice captivate and inspire. The essays in this volume elucidate both their poetic vision and resistance.

The chapters in this book derive from an international conference on Yeats and Hill that took place at the Institut Catholique de Paris in 2013. They are preceded by abstracts and a general introduction in French.

Ineke Bockting est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Parution du n° 135 de Transversalités

Couv 135Le n° 135 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Colloque Stanislas Breton : l’avenir du christianisme entre foi et dialogue”.

En regroupant les activités de recherche en Philosophie et en Théologie dogmatique dans un même pôle « Philosophie et Théologie », l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’Institut Catholique de Paris s’est voulue fidèle à une intuition intellectuelle qui n’a cessé d’être honorée dans notre Université catholique depuis plusieurs décennies, et dont Stanislas Breton, philosophe, théologien, professeur à l’Institut Catholique de Paris de 1965 à 1982, fut un éminent représentant.

Le dossier de ce numéro de Transversalités réunit quatre contributions d’un colloque récent consacré à son œuvre, organisé à Boston à l’initiative du Boston College et de l’Institut Catholique de Paris. Les textes publiés dans le dossier « L’avenir du Christianisme entre foi et dialogue » dessinent la figure du philosophe Stanislas Breton réfléchissant le fait chrétien et la foi chrétienne. Le titre du cours inédit qu’il donna en 1972-1973 à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et auquel est consacrée la communication de Marie-Odile Metral, illustre suffisamment ce propos : « Foi chrétienne, religion, philosophie ».

Consultation du sommaire du n° 135 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Saint Augustin, notre contemporain par Jean-François Petit

Parution de l’ouvrage Saint Augustin, notre contemporain. Lectures au XXe siècle, Montrouge, Bayard, 2015, 418 pages.

St AugustinL’homme occidental est bien souvent « augustinien » sans le savoir. Et l’homme du XXe siècle tout autant, car loin de se limiter à l’Antiquité et à l’Église, la pensée d’Augustin a irrigué la pensée contemporaine. Voici pour la première fois une présentation extrêmement claire des apports de la pensée d’Augustin à la philosophie européenne du XXe siècle. Augustin fut de tous les grands débats philosophiques et culturels de ce siècle, au cœur des discussions philosophiques sur l’évolutionnisme, notre rapport à la culture antique, les recherches sur le temps, la personne… Jean-François Petit présente chacun des grands moments « augustiniens » de ce siècle, et les interprétations de son œuvre en jeu, le renouvellement de la lecture de sa pensée. On peut ainsi découvrir les apports de Blondel, Heidegger, Camus, Gadamer, Jaspers, H. Arendt, Emmanuel Mounier, Etty Hillesum, Derrida, Marion, Lyotard… Comme l’écrit Jean-François Petit : « La philosophie augustinienne a aidé des penseurs du XXe siècle à faire surgir la vérité de leur propre philosophie. »

Jean-François Petit est philosophe, augustin de l’Assomption, et maître de conférence à la faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris.