Annonce de colloque : Salaire équitable, une mise en œuvre réalisable ?

Croiser les regards sur les enjeux théoriques et historiques du juste salaire

Les salaires représentent aujourd’hui près de 40% du PIB mondial et évoluent à la hausse avec le développement économique. Dans le monde, le nombre de salariés augmente et témoigne de l’institutionnalisation progressive du marché du travail. Bien qu’une grande partie des écarts de salaires puisse s’expliquer par des différences de qualification, de postes ou de durée du travail, leur diversité interroge le monde intellectuel et la société depuis le XIXe siècle. S’agit-il d’une dispersion statistique avec des biais classiques et identifiables ou de véritables disparités et inégalités ? Le traitement et l’évaluation de ce sujet ne sont pas neutres et peuvent orienter les sociétés vers l’insatisfaction turbulente en cas d’aggravation inégalitaire ou préparer le terrain à un certain apaisement social dans le cas d’une politique de remédiation salariale.

Un système de rémunération équitable peut-il être à la fois une solution au sentiment d’inégalité salariale qui semble augmenter, et à une croissance plus équilibrée ? Le problème du juste salaire concerne plus un système de rémunération équitable qu’un salaire pris isolément et nécessite une prise en compte du salaire monétaire autant que du package salarial.

La Faculté de Sciences sociales, d’Économie et de Droit et la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris s’associent à l’Université d’Artois et l’Université de Timisoara (Roumanie) pour discuter des quatre axes principaux de cette thématique : les théories et les représentations du salaire équitable et du juste salaire ; la hiérarchisation/différenciation des salaires ; les pratiques d’entreprises de salaire équitable ainsi que le marché social du travail européen ; et les politiques publiques d’équité salariale.

En proposant une lecture pluridisciplinaire des enjeux théoriques et historiques du juste salaire, l’objectif de ce colloque sera aussi de mieux comprendre la demande générale d’équité qui émerge depuis les années 2000 dans l’opinion citoyenne.

Télécharger le programme.

Pour plus d’information et s’inscrire, se rendre sur le site de l’ICP.

Parution du n° 169 de Transversalités “La synodalité”

Initié à nouveaux frais par le pape François, le chemin de la synodalité invite les fidèles catholiques à se renouveler afin d’être plus fidèles à la mission que Dieu a confiée à l’Église dans le monde, lequel est présenté dans la constitution Gaudium et spes comme un « théâtre où se joue l’histoire du genre humain » et où se déploie la liberté de l’homme. Ainsi la réflexion sur la synodalité n’est-elle pas séparable de la mission, elle-même réfléchie de manière renouvelée pendant le Concile. En particulier, les apports de la réflexion ecclésiologique relatifs à l’apostolicité et à la catholicité de l’Église et le travail sur la Révélation, qui met au centre de la foi chrétienne le dialogue et la rencontre, ont contribué à ce renouveau.

Dans le contexte de la 16e assemblée générale du Synode des évêques en cours et de la publication d’une relation de synthèse à l’issue de la première session (octobre 2023), le présent dossier de Transversalités réfléchit à différents aspects de la synodalité : la coresponsabilité missionnaire des baptisés et des Églises locales, la contribution de l’université à l’expérience synodale, l’apprentissage mutuel des différentes confessions (à travers un regard orthodoxe), la notion de tradition liturgique comme contribution à une Église de forme synodale et la liturgie comme pédagogie de la synodalité.

Consultation du sommaire du n° 169 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à eetransversalites@icp.fr

 

Colloque : captation, circulation et effets des images de guerres, de conflits et d’émeutes

En partenariat avec l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD), l’équipe Médias, images et technologies de l’UR Religion, Culture et Société (ICP) organise un colloque international sur les problématiques liées aux représentations visuelles de guerres, de conflits et d’émeutes. Universitaires, journalistes de guerre, cinéastes, militaires confrontent leurs recherches et expériences.

Les XIXe et XXe siècles sont marqués par un premier mouvement de démultiplication des représentations de guerres, de conflits ou d’émeutes. Depuis, l’espace médiatique s’est vu saturé d’images, l’obligeant à se reconfigurer par étapes.
Ce colloque porte sur les conditions de production, de mise en circulation et de réception de ces images. Il s’intéresse à la concurrence et/ou à la complémentarité entre les images qui émanent des autorités politiques, sécuritaires et militaires, les images médiatiques et les images captées et diffusées par les acteurs sociaux. Les contextes de guerres, de conflits ou d’émeutes sont porteurs de logiques de propagande et de jeux d’influence.
Dans ces contextes particuliers, les images peuvent aider à comprendre et informer, mais leur exploitation, comme leur insertion dans des récits n’est jamais neutre.

 

Téléchargez le programme du colloque.

Inscrivez-vous au colloque et à la table ronde en présence de l’AFP sur le site de l’ICP.

Conférence de Mme Salerno : sur les pas du Père François Boschet des Missions étrangères de Paris (22 avril 2024)

Eva Salerno, maître de conférence de l’ICP, a donné le lundi 22 avril 2024 sur le campus de Reims une conférence consacrée à son récent voyage d’études à Taïwan sur les pas du Père François Boschet des Missions étrangères de Paris.

Ce voyage — que l’IHM a soutenu — a été l’occasion de mettre en œuvre une recherche dynamique « sur le terrain » et d’aller à la rencontre du christianisme à Taïwan, fruit de l’histoire de l’Asie du Sud-est, mais aussi d’interroger les liens entre le territoire d’origine des fidèles taïwanais et les terres de diaspora. Mme Salerno avait déjà réalisé quelques recherches sur cette thématique intitulé Da Taiwan alle parrocchie cinesi della diaspora. Introduzione della venerazione degli antenati in ambito cattolico. Sa rencontre des chrétiens d’Asie fut ainsi l’occasion d’approfondir ses recherches.

Quelques références pour aller plus loin :
  • So, F., Leung, B. & Mylod, E. (éd.), The Catholic Church in Taiwan. Birth, Growth and Development, Singapore, Palgrave Macmillan, 2018.
  • Lazzarotti, M., God Jesus and the Ancestors. An Ethnography of the Ancestors’ Rites in the Taiwanese Catholic Church, Heidelberg, Heidelberg Asian Stdies Publishing, 2023.

Séance inaugurale de l’Institut des Sciences Bibliques

Le 02 avril 2024, de 17H30 à 21H00 aura lieu la séance inaugurale de l’Institut des Sciences Bibliques.

La création de cet institut au sein de l’Unité de Recherche Religion, Culture et Société (EA 7403) s’inscrit dans la tradition de la recherche et de l’enseignement en sciences bibliques de l’ICP depuis sa fondation.

 

Pour plus d’informations et s’inscrire, voir le site de l’ICP.

 

Mission et spiritualité. Discernement de la vocation missionnaire – Journée d’études de l’IHM (16 mars 2024)

L’IHM tiendra sa deuxième journée d’études le 16 mars 2024, sur le campus des Carmes de Paris (Salle Z13) sur le thèse :

Mission et spiritualité.
Discernement de la vocation
missionnaire

 

Le sujet sera abordé sous plusieurs aspects. Si la
vocation missionnaire se révèle d’abord comme
un appel intérieur qui se déclare dans l’intimité
de chacun et l’aboutissement d’un cheminement
personnel, comment discerner et éprouver la
solidité spirituelle, morale et physique de cette
vocation ?

Télécharger le programme

Inscription en ligne (gratuite et obligatoire)

 

Parution : The Persistence of the Soul in Literature, Art and Politics de Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail (dir.)

Publication : Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail (dir.), The Persistence of the Soul in Literature, Art and Politics, Palgrave Macmillan, December 2023, XVIII + 281 pages.

 

L’âme n’a cessé d’irriguer les représentations littéraires, artistiques et politiques, tout en restant peu présente dans les champs académiques concernés. Cet ouvrage espère mettre en lumière la persistance de ce concept dans les humanités et la façon dont il a été exploré par des auteurs et artistes du monde anglophone. L’âme y est étudiée au fil d’un corpus allant du 17e siècle à nos jours et rassemblant des auteurs et artistes du monde anglophone.

Cet ouvrage, dirigé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, fait suite au colloque « Persisting Souls » organisé à l’ICP en 2019 avec la collaboration du LARCA (UMR 8225 CNRS, Université Paris Cité).

 

 Site de l’éditeur (ebook disponible)

About this book

This book analyses the evolution of literary and artistic representations of the soul, exploring its development through different time periods. The volume combines literary, aesthetic, ethical, and political considerations of the soul in texts and works of art from the seventeenth to the twenty-first centuries, spanning cultures and schools of thought. Drawing on philosophical, religious and psychological theories of the soul, it emphasizes the far-reaching and enduring epistemological function of the concept in literature, art and politics. The authors argue that the concept of the soul has shaped the understanding of human life and persistently irrigated cultural productions. They show how the concept of soul was explored and redefined by writers and artists, remaining relevant even as it became removed from its ancient or Christian origins.

La table des matières est la suivante :

1 Introduction. Rewriting the Soul: The Persistence of a Concept

Jacques Arènes, Delphine Louis-Dimitrov, Estelle Murail, p. 1-26

Part I Writing the Soul

2 Egyptian Souls in Victorian Minds: The Transmigration of the “Ka” in Egyptianising Fiction

Nolwenn Corriou, p. 29-47

3 E. S. Dallas’s Literary Theory: The “Hidden Soul” and the Workings of the Imagination

Thalia Trigoni, p. 49-66

4 “You Haven’t Let Me Call My Soul My Own”: Soul, Psyche and the Thrill of Nothingness in May Sinclair’s Mary Olivier: A Life

Leslie de Bont, p. 67-82

5 Spectrality and Narrative Form in George Saunders’s Lincoln in the Bardo

Stefanie Weymann-Teschke, p. 83-99

6 Forging in the Smithy of David Foster Wallace’s Postmodern Soul

Béatrice Pire, p. 101-115

Part II The Aesthetics of the Soul

7 Transmutations of the Soul: Anima and Her Heart in Christopher Harvey’s School of the Heart (1647)

Émilie Jehl, p. 119-136

8 Let Us Go Forward: The Soul, Spiritualism, and the Funerary Commemoration of Richard Cosway, Dante Gabriel Rossetti, and Evelyn De Morgan

Cherry Sandover, p. 137-153

9 Dancing the American Soul: Secular and Sacred Motifs in the Choreographic American Renaissance

Adeline Chevrier-Bosseau, p. 155-175

10 Casting the Soul: Antony Gormley’s Sculptures

Coralie Griffon, p. 177-196

11 Sweet Soul Music

Adrian Grafe, p. 197-209

Part III The Ethics and Politics of the Soul

12 Colliding Circles: Ralph Waldo Emerson’s Concept of the Soul Between Spiritual Self-Realization and Materialistic Expansion

Olga Thierbach-McLean, p. 213-228

13 “Souls on Board”: A Counter-History of Modern Mobility

Susan Zieger, p. 229-242

14 African American Women’s Literary Renaissance: A Template for Spiritual Fiction in the Twenty-First Century?

Claude Le Fustec, p. 243-258

15 Persisting Souls in a Persisting Myth: Appropriation and Transmigration in Ahmed Saadawi’s Frankenstein in Baghdad (2013)

Claire Wrobel, p. 259-274

Parution : actes du XVIIe congrès de la Consociatio de droit canonique – Personne, droit et justice…

Publication : Ludovic Danto (dir.), Personne, droit et justice. La contribution du droit canonique dans l’expérience juridique contemporaine, Les Éditions du Cerfs, coll. “Cerf Patrimoine”, janvier 2024, 648 pages.

 

Les actes du dix-septième congrès de droit canonique de la Consociatio Internationalis studio iuris canonici promovendo de septembre 2023 sont parus.

Présentation de l’éditeur

Quelle que soit la place du droit canonique au regard des droits séculiers qu’il rencontre – entre reconnaissance concordataire ou reconnaissance simple de règlement intérieur –, celui-ci offre un lieu de réflexion à l’expérience juridique contemporaine. En partant du trinôme « personne, droit, justice », le droit canonique entend proposer une réponse à l’art du juste pour aujourd’hui, entre principes universels, qu’ils soient théologiques, philosophiques, juridiques, ou sociologiques et normes particulières dans leur historicité ou positivité, et ce dans un dialogue constant avec les différents corpus de droits.
Fruit du dix-septième Congrès de droit canonique de la Consociatio Internationalis studio iuris canonici promovendo, accueilli par la Faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris, le présent ouvrage, entre fondements du droit et élaborations normatives, propose une interprétation du droit canonique dans sa théorie et sa pratique. Ce positionnement se confronte et répond à l’expérience des sujets de droit vivant un pluralisme juridique de fait en tant que citoyens et fidèles du Christ.

Ludovic Danto est doyen de la Faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris depuis 2016. Docteur de l’Université pontificale grégorienne (Rome, Italie), il est professeur en droit canonique et directeur du troisième cycle. Au sein de l’Institut catholique de Paris, il est co-responsable du pôle « Cultures et Humanités » de l’unité de recherche « Religion, culture et société » (EA7403) et il est responsable de l’équipe de recherche « Autorité et transmission » traitant de la question de la synodalité.

 

L’ouvrage peut être consulté à la bibliothèque de droit canonique de l’Institut catholique de Paris.

Parution du n° 168 de Transversalités “Entreprises, territoires et bien commun”

Depuis la fin des années 1990, le rapport des entreprises et des territoires fait l’objet en France d’une réflexion à la fois théorique et pratique, dans un contexte marqué par une globalisation entraînant les territoires dans une logique de concurrence, non seulement pour conserver les entreprises qui y sont implantées, mais également pour accueillir de nouvelles entreprises, comme pour attirer des investissements nationaux et internationaux. Dans cette situation, si les entreprises généralement y gagnent, il n’en va pas nécessairement de même pour les territoires : certains y gagnent, d’autres y perdent, garantir l’effectivité du principe constitutionnel d’égalité des territoires devenant alors une opération complexe. Au-delà des mécanismes compensatoires et des dispositifs de péréquation relevant de la responsabilité territoriale de l’État, se pose donc depuis quelques années la question d’une responsabilité territoriale de l’entreprise, l’idée générale étant que la compétitivité des territoires incombe aussi aux entreprises qui y puisent des ressources pour leur propre compétitivité.

C’est à cette question que la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun, créée en 2021, a décidé, après un an de travail avec ses entreprises partenaires (Bayard, Clariane, Eurazeo, Grant Thornton, Kéa, Meridiam et Saint-Gobain), de consacrer son programme de recherche 2022-2024. Conformément à son projet scientifique général, l’enjeu est de mener cette recherche à l’aune de la notion de bien commun, entendue dans sa double dimension économico-juridique et éthico-politique, et des pratiques actuelles des entreprises, afin de comprendre pourquoi et comment les entreprises contribuent, peuvent, doivent contribuer, aujourd’hui au bien commun à l’échelle locale.

Ce dossier de la revue Transversalités constitue la première étape publique de cette recherche.

Consultation du sommaire du n° 168 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à eetransversalites@icp.fr

Chaire Gilson 2024 : Le propre du corps

Participez au prochain cycle de conférences de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson avec Renaud Barbaras, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Six leçons sont organisées les 18, 19, 20, 25, 26 et 27 mars 2024.

Quel est le propre du corps, son sens d’être véritable ? Dans la perspective de l'”ontologie de la mort” (Hans Jonas), pour laquelle l’inerte est la norme de l’étant, il n’y a pas de place pour le corps vivant (Leib). Cependant, si le cartésianisme accomplit cette ontologie, il lui échappe déjà dans la mesure où, sous le terme d’union, il dessine en creux l’espace de ce qu’il reste à penser. C’est ce lieu que la phénoménologie va investir pour son propre compte : “nous sommes le composé d’âme et de corps, il faut donc qu’il y en ait une pensée” (Merleau-Ponty). Il n’en reste pas moins que Merleau-Ponty manque finalement le sens d’être du corps, à la fois par défaut, en le comprenant comme une dimension de la conscience, et par excès, en l’annexant à la chair du monde. Il est donc nécessaire de remonter du donné à ce qui en conditionne la donation, d’une perspective phénoménologique à une approche métaphysique.

La question devient désormais : de quel fait originaire le corps est-il l’expression ? À cette question, il n’y a qu’une seule réponse possible : avoir un corps, c’est être , c’est appartenir au monde. Ainsi, ce n’est pas parce que j’ai un corps que j’appartiens au monde ; c’est au contraire dans la mesure où j’appartiens au monde que j’ai un corps. Il s’agira alors de remonter de l’existence phénoménale du corps vers une théorie de l’appartenance qui, seule, permettra d’accéder à son sens d’être véritable, au propre du corps.

Programme

  • Lundi 18 mars 2024 : Le corps propre et l’ontologie de la mort
  • Mardi 19 mars 2024 : La leçon cartésienne
  • Mercredi 20 mars 2024 : L’existence corporelle (Goldstein et Merleau-Ponty)
  • Lundi 25 mars 2024 : Les impasses de la chair
  • Mardi 26 mars 2024 : Théorie de l’appartenance
  • Mercredi 27 mars 2024 : Le propre du corps

Intervenant

Renaud Barbaras est professeur émérite (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Il a reçu le grand prix de philosophie de l’Académie Française pour l’ensemble de son oeuvre en 2014. Son dernier ouvrage publié s’intitule : L’appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique (Louvain, Peeters, 2019).

Renaud Barbaras enseigne actuellement à l’Institut Catholique de Paris.

 

Retrouvez plus d’informations sur le site de l’ICP

 

 

"L'esprit grand ouvert sur le monde"

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search