2021-2022 : Appel à communication « Les Jeudis de l’art »

Dans le cadre de la programmation du Cycle « Les Jeudis de l’art », édition 2021/2022, le département Histoire de l’Art de l’ICP lance un appel à communication à destination tant des chercheurs confirmés que des jeunes docteurs et professionnels des métiers de l’art et de l’art de la scène.

« Les Jeudis de l’art » est un cycle de conférences en Histoire de l’art organisée pour la onzième année consécutive par la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Gratuites et ouvertes à tous, ces rencontres régulières avec des chercheurs, mais aussi des professionnels issus des métiers d’art, ont pour objectif de compléter les enseignements par l’exploration de sujets spécifiques autour du thème de l’art. C’est également un lieu d’échanges interdisciplinaires entre étudiants, enseignants et public extérieur.

Pour cette nouvelle année, le thème retenu est L’art et la scène. Le propos ainsi envisagé est la relation entretenue, depuis l’Antiquité et par toutes les civilisations, entre les arts, au sens plastique du terme, et toute forme de représentation publique éphémère réalisée par un ou plusieurs individus.

Celle-ci s’inscrit à la rencontre de quatre composantes :

  • le temps, qui borne l’action ;
  • l’espace, qui délimite l’action ;
  • le corps, en tant qu’instrument d’expression ;
  • la réception par un public, qu’il soit passif ou actif.

Toute proposition de communication, tant de chercheurs confirmés, jeunes docteurs ou doctorantes, historiens de l’art, archéologues, conservateurs, restaurateurs d’œuvres d’art, architectes, mais aussi artistes (performeurs, cinéastes, illustrateurs, etc.) et professionnels du monde du spectacle vivant (acteurs, danseurs, chanteurs, metteurs en scène, etc.) sont les bienvenues dans la mesure où les présentations proposées sont issues de leurs spécialités de recherche et/ou de pratique.

Toute personne intéressée peut envoyer son projet de communication (CV réduit/courte biographie + synopsis d’une page maximum), par voie électronique, à l’adresse
suivante : jeudisdelart@icp.fr, avant le vendredi 30 juillet 2021.

Les modalités de l’AAC

Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? par Dominique Poirel (éd.)

Publication de : Dominique Poirel (éd.), Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? Actes du colloque international, organisé par l’Institut d’Études Médiévales et tenu à l’Institut Catholique de Paris les 30 novembre et 1er décembre 2017, réunis par Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, 206 pages.

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si l’historiographie du xixe siècle flétrissait volontiers de ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semblait mièvre, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif « mystique » pour désigner bien autre chose: une certaine manière d’interpréter les Écritures (sens mystique), une façon de discourir sur Dieu (théologie mystique), une appartenance à la même Église (corps mystique). Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot « mystique » est-il employé dans des œuvres médiévales, et que veut-il dire ? À l’inverse, dans les œuvres dites aujourd’hui « mystiques », comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ? Est-il pertinent d’enclore dans un même genre des textes aussi divers que les visions, la littérature de dévotion, les analyses de la contemplation, les itinéraires de l’âme vers Dieu, la Théologie mystique du pseudo-Denys ? De la fin de l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot « mystique » est-il resté stables, ou bien a-t-il évolué ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Archiviste paléographe, Directeur de recherche au CNRS, attaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Directeur de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, Visiting Professor à l’Université Catholique de Lublin, Dominique Poirel est historien des textes et de la pensée du Moyen Âge, éditeur et spécialiste en particulier de l’école de Saint-Victor ?

Chine, une nouvelle puissance culturelle ? par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Soft power & Sharp power, Paris, MkF, coll. « Les essais médiatiques », 2019, 176 p.

La culture, au même titre que l’économie, est un instru­ment de la puissance chinoise. Mais séduire le monde en faisant usage de son seul soft power ne suffit pas. L’État-parti communiste entend aussi diffuser de manière plus active des valeurs néo-confucéennes et conservatrices en ouvrant de Nouvelles routes de la soie et en recourant à l’Intelligence Artificielle, puissants vecteurs pour installer les intérêts du régime dans le monde. Ce sharp power mobilisé par Pékin est observable dans des champs d’activités aux applications très diverses. Que ce soit en créant ses propres industries culturelles dans le domaine de l’audiovisuel, en développant son marché de l’art ou à travers l’élaboration d’un discours nationaliste, tous garants d’une cohésion entre la Chine continentale et ses diasporas, Xi Jinping met en oeuvre une stratégie à vocation mondiale.

La culture est au cœur du projet chinois et avec elle, pourrait naître une toute autre grammaire des relations internationales. C’est sous cet angle inédit qu’Emmanuel Lincot nous donne ici des clés pour comprendre ce qui, au-delà même de la Chine, engage définitivement notre avenir.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

22-25 septembre 2021 – La Biennale de l’Education 2021 : Faire / Se faire

L’ICP accueille la Biennale de l’Education, de la Formation et des Pratiques Professionnelles du 22 au 25 septembre 2021.

Dans le cadre de la Chaire Unesco en formation professionnelle : construction personnelle, transformations sociales, l’Institut Catholique de Paris est fier d’être le partenaire de la 11ème édition de la Biennale de l’Éducation. Cet événement, sous le thème « Faire / Se faire » en lien avec les phénomènes de construction des sujets humains en situation d’action, est co-présidé par Augustin Mutuale, Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation.

Information et inscription

Créée en 1992 par le professeur Jacky Beillerot, la Biennale de l’Education est la manifestation francophone la plus importante en matière d’éducation, de formation et d’analyse des activités professionnelles.

Le programme de cet événement qui rassemble des professionnels et des scientifiques de l’éducation de tous horizons se compose :

  • de grandes conférences : notamment avec François Jullien, auteur des Transformations silencieuses, Boris Cyrulnik, auteur de La Nuit, j’écrirai des soleils, Cynthia Fleury, auteure des Irremplaçables, Bernard Lahire, auteur de Enfances de classe ;
  • de communications : 169 communications, réparties en 45 ateliers ;
  • de symposiums, organisés par des laboratoires en partenariat avec des organisations professionnelles : 23 symposiums ;
  • de deux colloques professionnels organisés avec des partenaires professionnels : Défis-Métiers et CCCA-BTP ;
  • de trois après-midis avec des invités : Jean Guichard, Jean-Louis Laville et Denise Jodelet ;
  • de démonstrations professionnelles, notamment grâce à des partenariats, avec les Meilleurs Ouvriers de France, France Immervive Learning et la Mairie de Paris.

14 septembre 2021 – Webinaire Consociatio Internationalis Studio Iuris canonici promovendo (réforme du Livre VI)

En amont du XVIIe Congrès de la Consociatio Internationalis Studio Iuris Canonici Promovendo, en 2022, Personne, droit et justice : la contribution du droit canonique dans l’expérience juridique contemporaine, la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris organise un webinaire traitant de la réforme du Livre VI, consacré aux sanctions pénales dans l’Eglise. Cette réforme a été publiée le 1er juin dernier.

14 septembre 2021

16h-18h30

Inscription obligatoire

Avec la participation des Professeurs :

  • Daniel Ricardo Medina (Buenos Aires),
  • John Renken (Ottawa),
  • Philppe Toxé (Lyon),
  • Andrea D’Auria (Urbaniana),
  • Damiàn Astigueta (Gregorienne),
  • Davide Cito (Sainte Croix).

Table ronde : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

L’Institut Catholique de Paris et l’ESSEC Business School organisaient une table ronde le 16 juin 2021 qui avait pour thème : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

Continuer la lecture de Table ronde : « Bien commun : ethical washing ou engagements concrets des entreprises ? »

28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Quatrième séance : Empires, États-Nations, logiques transnationales : approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles). (28 janvier 2021)

 

Compte rendu rédigé par Joël Torsoo

Continuer la lecture de 28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

Cai Lun, Le premier papetier par Christophe Comentale

Publication de : Christophe Comentale, Cai Lun, Le premier papetier. Paris : Ed. du Fenouil, 2021. 60 p. :  ill. en noir et en coul.

Une biographie tirée de sources classiques, celle d’un eunuque, Cai Lun, considéré comme l’inventeur du papier. Ainsi, ce personnage connu par quelques caractères tracés dans l’Histoire des Han postérieurs [23 – 220], prend un relief particulier sur une vie passée dans un relatif isolement. Une présentation enrichie de documents archéologiques permet de mieux comprendre cet environnement d’une Chine impériale aux usages autres.

Christophe Comentale, HDR, Conservateur en chef honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, enseigne l’histoire de l’art chinois et la scénographie à l’Institut Catholique de Paris. Il est chercheur et correspondant scientifique dans différentes institutions chinoises : musée national des minorités de Chine, institut central des Beaux-arts de Pékin, institut de recherches de l’Académie des sciences de Dunhuang.

Cette monographie est dans la suite des Monographies singulières publiées par l’auteur : Dai Kaizhi, Le livre des bambous  (Ed. le Moulin de l’Etoile, 2011), Fragments d’exotisme et voyage au pays du divers et Le Manuel interdit des Pivoines (Ed. du Fenouil, 2020), Le Traité des pousses de bambou ou Notes des échos septentrionaux (Ed. du Fenouil, 2021).

L’Église en état d’urgence par Ludovic Danto et Cédric Burgun (éds.)

Publication de : Ludovic Danto, Cédric Burgun (éds.), L’Église en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19, Paris, Editions du Cerf, coll. « Cerf Patrimoines », 2021, 183 p.

Fruit d’une journée d’études organisée par la Faculté de Droit canonique de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage se propose d’interroger les réponses canoniques et juridiques apportées à la célébration du culte catholique dans le cadre de la crise sanitaire.

Entre multiplication des célébrations à distance, via le Net et les réseaux sociaux, et usage des gestes barrières au sein des rites liturgiques, entre remise en cause des choix opérés par les autorités, publiques et religieuses, et présence renforcée du Saint-Père aux moments cruciaux des confinements, la pandémie de la Covid-19 sollicite chacun dans son lien aux autorités et dans son appartenance à une communauté de foi, dans le sens à donner à la liberté de culte et dans la réalisation concrète de celle-ci entre vie sacramentaire et vie de Charité.

Analysant le droit, la théologie et l’histoire, les différents contributeurs à cet ouvrage permettent une mise en perspective et ouvrent une réflexion qui demande à être poursuivie.

Ludovic Danto est Professeur ordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Cédric Burgun est Professeur extraordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Le carnet de recherche de l'Unité de Recherche de l'ICP

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search