Karl Rahner, Dogmatique après le Concile, tome I, par Vincent Holzer (éd.)

Publication de : Karl Rahner, Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie, doctrine de Dieu et christologie, sous la dir. de Vincent Holzer, Paris, Cerf, coll. « Oeuvres de Karl Rahner », 2021, 568 p.

Les textes rassemblés dans le volume 22/1a, Dogmatique après le Concile, forment un ensemble homogène recouvrant une décennie, puisque la plupart d’entre eux ont été rédigés dans les années 1964-1974. Ils traduisent l’intense activité de publication de Karl Rahner au cours des premières années après le concile Vatican II, tout en s’unifiant autour de questions qui relèvent de l’articulation entre la théologie fondamentale et la théologie dogmatique. Leur caractère circonstancié ne nuit en rien à leur actualité, dans la mesure où Karl Rahner, en théologie, fut en quelque manière préoccupé de « futurologie », non pas comme science prédictive et aléatoire, mais comme pragmatique fondamentale destinée à dessiner les lignes d’une théologie systématique consciente, d’une part, des traumatismes que légua le XXe siècle, et d’autre part, des bouleversements durables que ceux-ci n’ont pas manqué de produire dans le domaine de la réflexion philosophique fondamentale et des représentations du monde. Loin de se concevoir comme une théologie zur Lage (pour la « situation donnée »), la théologie de Karl Rahner se veut, à l’instar de celle de Karl Barth, une théologie zur Sache (une théologie de la « chose même »), Dieu en son mystère dévoilé dans la continuité d’une histoire. Le volume tout entier est constitué de textes qui allient, de manière magistrale et rare, la concrétude des questions existentielles et la hauteur de vue que la théologie revendique légitimement comme « science fondamentale (Grundwissenschaft) ».

Auteur d’une oeuvre inépuisable, Karl Rahner (1904-1984) est l’un des plus importants théologiens catholiques du XXe siècle. Profondément optimiste, résolument oecuménique, sa théologie a permis de faire entrer le christianisme dans un dialogue fructueux et nécessaire avec la société contemporaine.

Vincent Holzer est professeur de théologie au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

19 novembre 2021 – Soirée débat « Karl Rahner, un théologien pour aujourd’hui et demain »

19 novembre 2021

Centre Sèvres – Soirée débat

Toutes les informations sur le site Internet du Centre Sèvres

L’intérêt pour la théologie de Karl Rahner ne se dément pas. Son œuvre reste une source importante d’inspiration pour la théologie d’aujourd’hui et de demain. À l’occasion du passage de relais entre Mgr Joseph Doré et le Cardinal Jean-Claude Hollerich pour la Présidence du Comité d’honneur de l’ « Édition critique autorisée des œuvres de Karl Rahner », seront présentés les ouvrages suivants:

  • l’un des volumes les plus prometteurs des œuvres de Karl Rahner, intitulé « Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie » (Œuvres, 22/1a)
  • les deux numéros de la revue des Recherches de Science Religieuse (2020 et 2021) sur la pensée de ce théologien et sa pertinence aujourd’hui.

Interviendront :

Ouvert à tous, participation libre.

Hors phénomène par Emmanuel Falque

Parution de : Emmanuel Falque, Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. « De visu », 2021, 473 p.

« Maladie, séparation, mort d’un enfant, catastrophe naturelle, pandémie » – Ça me tombe dessus, sans savoir pourquoi ni comment. Comme un démon qui m’étreint, « ça » m’empoigne et me détruit, j’assiste à mon emportement sans avoir rien, ni personne, à accuser ou à qui me raccrocher. Me voilà seul comme un bateau ivre à la dérive, d’une solitude extrême dont le noyau infrangible m’apprend aussi que j’en suis constitué. L’abîme demeure toujours là, impossible à occulter. Dans le Hors phénomène, ni « infra phénoménal » (propédeutiques à la phénoménalité) ni « supra-phénoménal » (phénoménologies de l’excès ou du débordement), c’est le « dehors » qui prime. Défait de mes catégories, ou plutôt « hors catégories », je n’ai plus qu’à m’inventer autrement. Ce n’est pas de sortir de la crise qu’il faut espérer, ni même de restaurer une ouverture qu’on aurait oubliée. Il s’agit plutôt d’y être autrement, comme si le trauma nous rappelait philosophiquement à l’essence de notre humanité, en guise d’être toujours transformé.

Emmanuel Falque, doyen honoraire de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, est spécialiste en philosophie patristique et médiévale, philosophie de la religion et phénoménologie. Il est l’auteur de nombreux livres parus en France et traduits à l’étranger, en particulier aux États-Unis. Ouvrage paru dans la même collection : Le combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (2014).

14 octobre 2021 – Philippe Grosos « Phénoménologie de l’art figuratif préhistorique » (séminaire Phénoménologie et art)

Dans le cadre du séminaire « Phénoménologie et art » (Collège international de philosophie [Université Paris Lumière], en collaboration avec la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris), Philippe Grosos donnera une conférence intitulée « Phénoménologie de l’art figuratif préhistorique » le jeudi 14 octobre de 18h à 20h à l’ICP.

Inscription obligatoire

La séance peut être suivie en distanciel. Le lien de connexion Zoom est communiqué 1h avant la séance, par courriel, aux personnes préalablement inscrites.

Philippe Grosos est professeur de philosophie à l’Université de Poitiers. Spécialiste de phénoménologie et de philosophie de l’art, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont Phénoménologie de l’intotalisable (2013) et Le réversible et l’irréversible. Essai sur la réversibilité des situations d’existence (2014) pour lesquels il a reçu en 2015 le Prix Mercier. Sur les questions relatives à l’art, nous pouvons citer L’existence musicale. Essai d’anthropologie phénoménologique (L’âge d’homme, 2008), L’artiste et le philosophe. Phénoménologie des correspondances esthétiques (Cerf, 2016), Signe et forme. Philosophie de l’art et art paléolithique (Cerf, 2017), Le cinéaste et le philosophe (PUR, 2020) et Lucidité de l’art. Animaux et environnement dans l’art depuis le paléolithique supérieur (Cerf, 2020). Son dernier livre paru est L’existence élargie. Essai sur l’existant, le vécu, le vivant (Hermann, 2020).

22 octobre 2021 – Colloque « Centenaire de la Phénoménologie de la vie religieuse de Heidegger »

La Faculté de Philosophie célèbre le centenaire de La Phénoménologie de la vie religieuse (1918-1921) du jeune Martin Heidegger.

La Phénoménologie de la vie religieuse (1918-1921) du jeune Martin Heidegger est un événement, peut-être même le plus grand événement, en matière de philosophie de la religion au XXème siècle. Célébrer son Centenaire (1921 / 2021) n’est pas que revenir vers le passé, mais ouvrir un avenir.

Expérience facticielle de la vie

Ici naît, à Fribourg-en-Brisgau, l’idée de l’« expérience facticielle de la vie » dans un cours d’introduction à la phénoménologie de la religion (1920-1921). Ici surgit, pour la première fois, la possibilité d’une interprétation phénoménologique des épîtres de saint Paul (en particulier les Galates et les Thessaloniciens).

Ici se donne à lire, de façon inattendue, une interprétation phénoménologique des Confessions de saint Augustin (1921).

Les fondements de la mystique médiévale (1818-1919)

Ici se renouvelle toute l’approche du Moyen Âge en des notes de cours sur Les fondements de la mystique médiévale (1818-1919). Hodie legimus in libro experientiae – « aujourd’hui nous lisons au livre de l’expérience ». Cette note du Sermon 3 sur le Cantique de saint Bernard, recopiée et commentée par le jeune professeur, résume à elle seule l’ambition ici revendiquée. L’avons-nous véritablement reçue ? Rien n’est moins sûr. Il est probablement à notre charge, un siècle plus tard, de l’assumer, de la faire vivre, et de la poursuivre.

Programme

Avec la participation de :

  • Matinée :

Présidence Jérôme de Gramont, Faculté de philosophie, ICP

Vincent Holzer, Vice-recteur à la Recherche, Institut catholique de Paris

Jean Greisch, Professeur émérite, Faculté de philosophie, ICP

Christian Sommer, Archives Husserl, Paris

Claudia Serban, Université Jean Jaurès, Toulouse

  • Après-midi:

– Présidence Camille Riquier, Doyen, Faculté de philosophie, ICP

Stefano Bancalari, Université de la « Sapienza », Rome

Sylvain Camilleri, Université catholique de Louvain

– Emmanuel Falque, Faculté de philosophie, ICP

Inscription obligatoire

Petit manuel de synodalité par Dominique Barnerias, Luc Forestier et Isabelle Morel (éds.)

Publication de : Dominique Barnerias, Luc Forestier, Isabelle Morel (éds.), Petit manuel de synodalité, Paris, Salvator, 2021, 142 p.

En apprenant à développer la synodalité dans leurs instances de discernement et de gouvernement, les chrétiens proposent une voie qui pourrait inspirer des personnes en responsabilité dans d’autres secteurs de la vie sociale. Au milieu des difficultés que connaît l’Église catholique aujourd’hui, ils donnent ainsi le témoignage qu’une vie commune est possible, dans le respect des différences et des richesses individuelles.

Cette vie synodale prend progressivement de l’ampleur sous l’impulsion du pape François. Selon lui, “le chemin de la synodalité est celui que Dieu attend de l’Église au troisième millénaire“. Du synode des évêques aux assemblées paroissiales, des synodes diocésains aux chapitres des congrégations religieuses, les processus mis en place pour favoriser l’écoute mutuelle, le dialogue délibératif, l’acceptation d’une décision commune, conduisent à transformer les personnes en faisant mûrir leur réflexion et leur jugement.

Ce Petit manuel de synodalité entend faire le point sur ce qui existe et se développe actuellement afin de contribuer à l’apprentissage communautaire que supposent toutes ces pratiques synodales.

Isabelle Morel est Professeur extraordinaire au Theologicum de l’ICP et membre du pôle de Théologie des pratiques. Elle est directrice adjointe de l’ISPC et responsable du service de formation du diocèse de Besançon.

Luc Forestier est professeur extraordinaire au Theologicum de l’ICP.

Dominique Barnerias est chargé d’enseignement à l’ISPC au sein du Theologicum de l’ICP.

Epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon par Alejandra Testino-Zafiropoulos et Estrella Ruiz-Gálvez Priego (éds.)

Publication de : Estrella Ruiz-Gálvez Priego y Alejandra Testino-Zafiropoulos (éds.), Epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon (a propósito del Erasmo y España), Mexico, El Colegio de Mexico, coll. « Nueva Revista de Filologia Hispanica », 2021, 317 p.

El epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon, cuya edición se publica aquí, no es sólo venerable reliquia de una relación amistosa entre dos intelectuales de primer nivel: es también, y sobre todo, la transcripción de un diálogo entre dos colaboradores, porque las versiones españolas del libro Erasmo y España de Marcel Bataillon, la de 1950 y más aún la de 1966, casi son (re)creaciones de la obra. El continuo cuestionamiento del traductor, su insistencia —a veces— inquisitiva, sus comentarios acertados y pertinentes, hacen que Erasmo y España cobre, en su traslación al castellano, personalidad propia con respecto a la francesa, con la marca de su autor, pero también —como fue en su día el caso de la publicación de Erasme et l’Espagne de 1937— con la de su momento histórico y de su clima social. Esta edición, consciente de la importancia de las circunstancias vitales de la publicación realizada en México, ha querido también dar cuenta del contexto social e histórico en el que se desarrolla el trabajo de lectura, asimilación y traducción realizado por Antonio Alatorre.

Alejandra Testino-Zafiropoulos est Maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

7-8-9 octobre 2021 – Colloque « L’idée de la phénoménologie »

Colloque « L’idée de la phénoménologie »
Université Côte d’Azur
MSH Sud-Est, campus Saint Jean d’Angély
« Salle plate »
7-9 octobre 2021

L’idée de la phénoménologie — c’est sous ce titre que, en 1907, Husserl décida de rendre publique, dans une série de Leçons demeurées célèbres, cette manière de faire de la philosophie dont il avait mûri les idées directrices depuis la publication du premier volume des Recherches logiques.

« L’idée de la phénoménologie » — c’est également sous ce titre que les intervenants de ce colloque, qui tous participent, depuis de nombreuses années, à l’actualité des recherches phénoménologiques, seront encouragés à présenter l’idée qu’ils se font de ce qu’ils font effectivement lorsqu’ils font ce qu’eux- mêmes nomment « de la phénoménologie » — afin de rendre possible un dialogue voire une confrontation entre de telles « idées » et d’examiner leur possible unification sous un paradigme commun.

Jeudi 7 octobre 2021

10h30 — Ouverture du colloque

11h00 — Etienne Bimbenet : « Une arrière-pensée anthropologique sur le geste phénoménologique ».
12h00 — Laurent Perreau : « La phénoménologie en pratique »

14h30 — Rudolf Bernet : « La force passive-active de supporter et de souffrir »
15h30 — Philippe Cabestan : « Une phénoménologie des psychoses est-elle possible? »

17h00 — Natalie Depraz : « Phénoménologie de la micro-phénoménologie »

Vendredi 8 octobre 2021

9h30 — Dominique Pradelle : « L’idée de la phénoménologie au miroir de la conscience des idéalités mathématiques »
10h30 — Inga Römer : « Que sont les choses mêmes ? Du tournant herméneutique de la phénoménologie »
11h30 — Jean-François Lavigne : « Le présupposé phénoménologique »

14h — Emmanuel Falque : « Hors phénoménologie ? »
15h — François-David Sebbah : « Tournants de la phénoménologie »

16h30 — Françoise Dastur : « Pour une phénoménologie de l’inapparent »

Samedi 9 octobre 2021

10h — Bruce Bégout : « Phénoménologie ou phénologie ? Du discours de l’apparaissant au discours de l’apparaître »
11h — Grégori Jean : « L’impuissance de l’apparaître »

14h — Alexander Schnell : « La créativité en phénoménologie »
15h — Claude Romano : « L’idée d’appartenance »

16h30 — Renaud Barbaras : « Vers une cosmologie phénoménologique »

Chine et terres d’Islam par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Chine et terres d’Islam. Un millénaire de géopolitique, Paris, PUF, 2021, 304 p.

La Chine et le monde musulman représentent aujourd’hui environ la moitié de l’humanité. L’histoire de leurs relations est ancienne. Elles sont à l’origine de constructions impériales et de phénomènes d’acculturation qui ont façonné l’Eurasie et le Moyen-Orient. Leurs échanges se développent aux XIIIe et XIVe siècles sous l’impulsion de dynasties mongoles. Le choc de la modernité européenne a modifié les rapports de force, mais il n’a pas été suivi d’une démocratisation ou d’une occidentalisation de ces sociétés. De puissantes résistances s’y opposent. Atavismes ou traditions politiques réinventées semblent légitimer l’adhésion à des valeurs communes et des gouvernances autoritaires. En réalité, chaque acteur fait preuve d’un inépuisable pragmatisme avec des moyens de pression qui vont de la guérilla aux leviers idéologiques les plus divers.

Emmanuel Lincot est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique (ICP).

L’alliance thérapeutique en 66 notions par Fanny Marteau-Chasserieau et Marie-Jo Brennstuhl (éds.)

Publication de : Marie-Jo Brennstuhl & Fanny Marteau-Chasserieau (eds.), L’alliance thérapeutique en 66 notions, Paris, Dunod, collection Aide-mémoire, 2021, 425 pages.

Cet ouvrage met en avant une nouvelle compréhension des psychothérapies par le prisme de l’alliance thérapeutique, concept dynamique et complexe. Ce processus « commun » fonde l’essence même de toutes les psychothérapies : la relation à l’autre, et plus particulièrement l’alliance thérapeutique. Il s’agit d’en définir les fondements, les modèles théoriques et les caractéristiques dans une première partie conceptuelle ; puis de les illustrer au sein de la seconde partie d’applications thérapeutiques, en offrant au lecteur un panorama complet selon les spécificités du patient, les contextes de soins ou les différentes formes de psychothérapies.

Marie-Jo Brennstuhl est docteure en Psychologie, psychologue clinicienne, psychothérapeute, Maître de Conférences en Psychologie – Cheffe du Pôle Consultation, Centre Pierre Janet, Premier Centre Psychothérapeutique Universitaire, et membre du laboratoire APEMAC – Equipe EPSAM, Metz, France, Université Lorraine (EA 4360).

Fanny Marteau-Chasserieau est docteure en Psychologie, psychologue clinicienne, psychothérapeute et superviseur, Maître de Conférences en Psychologie – Ecole de Psychologues Praticiens. Elle est membre de l’équipe VCR, EPP Paris, membre de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », Pôle EMI, Institut Catholique de Paris, et membre du laboratoire APEMAC – Equipe EPSAM, Metz, Université Lorraine (EA 4360). 

Le carnet de recherche de l'Institut Catholique de Paris et de son Unité de Recherche "Religion, Culture et Société"

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search