8 février 2021 – Cynthia Fleury « Entre éducation et soin : normes, formes, styles »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 8 février 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) recevra la philosophe Cynthia Fleury.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenante :

Figure incontournable de la scène philosophique française contemporaine, Cynthia Fleury est professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam), titulaire de la Chaire « Humanités et Santé », et professeure associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Ses travaux portent sur les outils de la régulation démocratique. Elle a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les Pathologies de la démocratie (Paris, Fayard, 2005), La Fin du courage : la reconquête d’une vertu démocratique (Paris, Fayard, 2010), Le Soin est un humanisme (Paris, Gallimard, coll. « Tracts », 2019), et plus récemment, le très remarqué Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment (Paris, Gallimard, 2020).

Parution du supplément 7 de Transversalités « Les 130 ans du Theologicum de l’Institut Catholique de Paris »

Publication du supplément à la revue Transversalités « Les 130 ans du Theologicum de l’Institut Catholique de Paris », sous la direction de Jean-Louis Souletie.

Le 19 novembre 2019, la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris célébrait son 130e anniversaire. Héritière des facultés de la Sorbonne après la séparation de l’Église et de l’État, elle se propose d’articuler la théologie chrétienne et les sciences sociales dans le paysage culturel français et international. Comme l’a rappelé le cardinal Rheinard Marx en ce jour anniversaire lors de son doctorat honoris causa, cette faculté de théologie nourrit la liberté spirituelle que l’Évangile cherche à promouvoir dans le débat social.

La théologie chrétienne demeure dans cette longue tradition parisienne du quartier latin cet art du discernement puisé à la source des Écritures pour agir en raison dans la société. Elle relève depuis 130 ans les défis que lui adresse l’histoire. La crise écologique et la pandémie qui a saisi la planète au début de l’année 2020 s’inscrivent dans cette exigence de penser dans l’ouverture à l’inconnu.

Cet anniversaire vient à point nommé pour un exercice de mémoire qui relise notre histoire et pour susciter un nouvel élan afin de prendre en charge l’intelligence de la foi dont l’Église a besoin dans le monde de ce temps.

Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine par Philippe Capelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.)

Publication de : Philippe Cappelle-Dumont et Danielle Cohen-Levinas (éds.), Judaïsme et christianisme dans la philosophie contemporaine, Paris, Cerf, coll. « Les cahiers de la Faculté de droit canonique de l’ICP », 2021, 440 p.

La relation entre les deux traditions du judaïsme et du christianisme a fait l’objet, depuis le début du xxe siècle, d’approches philosophiques fondamentales que le présent ouvrage s’efforce de réunir et de ressaisir. De Rosenzweig à Levinas, de Bergson à Maritain, de Péguy à Sartre et de Simone Weil à Ricoeur, c’est une constellation théorique singulièrement contrastée qui s’y manifeste, mettant en lumière une histoire philosophique inspiratrice de notre espace religieux et politique. Il ne s’agit cependant pas ici de rejouer philosophiquement les antagonismes historiques. Les textes rassemblés dans ce volume posent en effet de manière irréductible la question : qui est l’autre ? À quels types d’altérations et de complémentarités la pensée est-elle ici confrontée ? Il ne saurait donc être question d’autre chose que de trouver une orientation et une signification là où les déterminations historiques ont parfois recouvert ce qu’il est permis d’appeler l’exception judéo-chrétienne.

Philippe Capelle-Dumont est professeur à l’Université de Strasbourg et doyen honoraire de la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris.

11 janvier 2021 – Sandra Laugier « Care et éducation à la démocratie »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 11 janvier 2021 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront la philosophe Sandra Laugier.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

La crise sanitaire semble avoir donné à tous et toutes des leçons de care : elle a mis au jour le rôle des femmes et autres « petites mains » dans notre vie quotidienne. Elle révèle ce travail du care qui assure la continuité de la vie, de l’hôpital à la maison. La grammaire du care s’est imposée : nous sommes tous dépendants les uns des autres, tous vulnérables. Sous la diversité des tâches et des professions de care (des soignants à l’hôpital aux caissières, livreurs…) on découvre enfin l’unité d’une masse d’invisibles, mis au service d’autrui. Il est temps de reconnaître leur contribution à sa juste valeur.

Intervenante :

Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France. Auteure d’une œuvre significative, spécialiste notamment de philosophie du langage et de la connaissance, de philosophie analytique et du langage ordinaire, elle travaille depuis quelques années, dans le sillage du pragmatisme américain contemporain, sur la culture populaire, en particulier sur le cinéma et les séries télévisées (Nos vies en séries, Paris, Flammarion, coll. « Climats – essais », 2019), ainsi que sur des questions politiques (elle co-signe avec Albert Ogien Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, et avec Najat Vallaud-Belkacem La Société des vulnérables. Leçons féministes d’une crise, Paris, Gallimard, coll. « Tracts », n°19, 2020).

27-29 janvier 2021 – Anthrodecentrism: Humans as Footnotes in Time and Space

Le département d’anglais de la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris, en collaboration avec l’Université de Lorraine et l’HiCSA (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), organise une conférence internationale qui se tiendra désormais en ligne les 27, 28 et 29 janvier 2021.

Site internet de l’événement : https://humanitiesafterhumans.wordpress.com/

Anthrodecentrism: Humans as Footnotes in Time and Space

A conference in three webinars

PROGRAMME

Webinar #1. January 27th, 2021.

2.00-4.00. TIME

Time present and time past

Are both perhaps present in time future

And time future contained in time past.

2.00-2.10. Welcome address and introduction.

2.10-2.40. Keynote address: Dr. Michelle Bastian (Edinburgh College of Art): “Fixing our attention on the clock: A note on a note from Bergson’s Duration and Simultaneity.”

2.40-3.00. Questions

3.00-4.00.

John MacDonald (Brock University, Ontario Canada“Healing Through Nietzsche’s Twofold Eternal Return: The Philosophy Of Time From Aristotle To Heidegger and Beyond”

Julie Momméja (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) “Rethinking the future, 10,000 years at a time: the Clock of the Long Now”

Meeting URL: https://zoom.us/j/99810619320?pwd=RE1XT2ZOV3Rwayt0YU9sd2FydFFwUT09 (Meeting ID: 998 1061 9320 / Passcode: 999042)

Webinar #2. January 28th, 2021.

5pm-7pm. IMAGINED FUTURES

Keynote address: David Farrier (University of Edinburgh): “Readings from Footprints: In Search of Future Fossils

Vincent Jaunas (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) “Yearning for Humanity’s Fourth Narcissistic Wound: Anthrodecentrism in Stanley Kubrick’s 2001: A Space Odyssey (1968)”

Dr. Diane Leblond (Université de Lorraine) “The Purpose of Aliens. Challenging Anthropocentrism and Encountering Otherness in ‘Story of your Life’ and Arrival”

Meeting URL: https://zoom.us/j/98758485427?pwd=cGVCaGVtbzNDaDFsekZlNFA0dXk2Zz09 (Meeting ID: 987 5848 5427 / Passcode: 683304)

Webinar #3. January 29th, 2021.

2.30-4.30. ANTHRODECENTRIC STORIES

Dr. William McKenzie (Université de Lorraine) “Shakespeare’s Spirits… and our Anthro-de-centred ZeitGeist

Dr. Emilie Walezak (Université Lumière Lyon 2) “Anthropomorphism Vs. Anthropocentrism: Contemporary Short Stories as Onto-Stories”

Héloïse Thomas (Université Bordeaux Montaigne) “Schrödinger’s Hello Kitty Lunchbox: Dream Crows, Quantum Theory, and the Anthropocene in Ruth Ozeki’s A Tale For the Time Being

Meeting URL: https://zoom.us/j/92087901553?pwd=eVVnOXlweURFcGloTGdUUUJJcGlaQT09 (Meeting ID: 920 8790 1553 / Passcode: 900435)

Register at: EVENTBRITE LINK

Le droit de l’Eglise au service … Du gouvernement de la vie religieuse par Bruno Gonçalves et Cédric Burgun (éds.)

Publication de : Le droit de l’Eglise au service … Du gouvernement de la vie religieuse, Paris, Artège Lethielleux, coll. « Les cahiers de la Faculté de droit canonique de l’ICP », 2020, 176 p.

Cet ouvrage recueille différentes interventions données à l’occasion d’une journée d’études sur le gouvernement des instituts de vie consacrée organisée par la faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris.
Dans une approche interdisciplinaire, les interventions prennent en compte l’aspect théologique et canonique de cette question fort délicate mais également les considérations pastorales, humaines et spirituelles. Il est donc question dans cet ouvrage de donner des repères pour aider les communautés et leurs membres à mieux vivre la vie fraternelle à laquelle ils sont appelés par grâce.
Les intervenants, membres de communautés religieuses ou de société de vie apostolique, partagent également dans ces lignes leur expérience de gouvernement et leurs réflexions sur des notions aussi importantes que celles de gouvernement, de charisme, d’autorité ou encore d’actes hiérarchiques ou collégiaux. Face aux abus constatés dans l’histoire de l’Église, et malheureusement encore aujourd’hui, nous sont présentés des moyens canoniques pour y faire face et y remédier.

Bruno Gonçalves est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Cédric Burgun est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

7 décembre 2020 – Frédéric Worms « Le défi du numérique dans le moment du vivant et comment le relever »

La troisième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 décembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Frédéric Worms.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Intervenant :

Frédéric Worms est une figure universitaire et publique majeure. Philosophe, professeur de philosophie moderne et contemporaine à l’Ecole normale supérieure, spécialiste d’histoire de la philosophie, de la pensée bergsonienne et de la question de la vie et du vivant, il vient de publier chez Desclée de Brouwer Sidération et résistance. Face à l’événement (2015-2020) et Les Maladies chroniques de la démocratie. Grand témoin de notre époque, il est également membre du Comité consultatif national d’éthique et chroniqueur pour le journal Libération.

30 novembre 2020 – L’Église en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19

Le 30 novembre 2020, de 9h à 17h, se tiendra la journée d’études « L’Eglise en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19 » en visioconférence.

Téléchargez le programme complet de la journée d’études

Inscription à l’adresse suivante : https://eglise_en_etat_durgence.eventbrite.fr (date limite : 25 novembre 2020)

Argument : La crise sanitaire en cours, et particulièrement la période de confinement, ont obligé les autorités politiques et religieuses à donner dans l’urgence des réponses ciblées en vue de l’organisation du culte, tant du point de vue rituel que caritatif. Cette journée d’études se propose de réfléchir à la manière dont le droit de l’Église a servi et continue de servir dans ce contexte, le Droit des fidèles du Christ notamment à recevoir la Parole et les sacrements.

30 novembre 2020 – Une analyse juridique de l’encyclique Fratelli tutti

Le 30 novembre 2020, de 18h à 20h  (et à partir de 21h15, en différé, sur YouTube) aura lieu une conférence en visioconférence, animée par Sophie de Ravinel, journaliste du Figaro, avec Ludovic Danto, Doyen de la Faculté de Droit canonique de l’ICP, Emmanuel Petit, Président de la Faculté de Théologie du Collège des Bernardins, chargé d’enseignement à la Faculté de Droit canonique de l’ICP et Cédric Burgun, Vice-Doyen de la Faculté de Droit canonique de l’ICP.

Elle aura pour titre : « Une analyse juridique de l’encyclique Fratelli tutti. Une occasion de découvrir le droit canonique »

Inscription à l’adresse suivante : https://fratellituttietdroit.eventbrite.fr

Argument : La dernière encyclique du Pape François est considérée par beaucoup comme politique. Sa lecture par des spécialistes de droit canonique permet d’en apprécier la portée juridique. Par cette lecture, il s’agira aussi d’apprécier l’importance du Droit de l’Eglise.

15 octobre 2020 – La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (compte rendu)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Première séance : La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Hugo Tierny (Téléchargez la retranscription intégrale de la séance rédigée par Hugo Tierny)

 

Invités : Pr. Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique) et Pr. Martin Motte (Ecole Pratique des Hautes Etudes).

Organisateurs : Pr. Bernard Bourdin et Pr. Emmanuel Lincot (Institut Catholique de Paris – ICP).

Coordinatrice : Dr. Laura Pettinaroli (ICP)

Discutant : Hugo Tierny (doctorant, ICP – EPHE)

Le jeudi 15 octobre s’est déroulé à l’Institut Catholique de Paris la première séance du séminaire « Géopolitique et Religions, défis méthodologiques et épistémologiques ». Plusieurs universitaires provenant d’institutions différentes mais unis par leur expertise du sujet, se sont saisis de concert des enjeux épistémologiques présentés par l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux. Les enseignants chercheurs de l’ICP, Madame Laura Pettinaroli, Monsieur Bernard Bourdin et Monsieur Emmanuel Lincot, ont ainsi eu l’honneur d’accueillir la directrice de la revue Hérodote Madame Béatrice Giblin, et Monsieur Martin Motte, directeur d’études à l’EPHE.

Lors de son adresse introductive aux participants, le Vice-Recteur à la stratégie et au développement académique de l’Institut Catholique de Paris le Dr. Alexandre Scaggion, a rappelé la nécessité d’étudier les rapports entre géopolitique et religion pour comprendre le monde contemporain. Les sciences religieuses et la géopolitique, paradoxalement, constituent deux approches intellectuelles longtemps sous-considérées. Il fallut le retour triomphant du religieux sur la scène internationale depuis les années 1970 et la réhabilitation concomitante et patiente de la géopolitique pour inverser ces tendances. Dans bien des endroits du monde, de la Bosnie Herzégovine à la province chinoise du Xinjiang en passant par l’Inde, la connexion entre géopolitique et religion est en effet palpable, permettant au chercheur de relier des régions très différentes sous une problématique de recherche commune et par essence pluridisciplinaire.

A cette occasion, la Dr. Laura Pettinaroli a rappelé la longue genèse de ce séminaire, notant des divergences dans la compréhension selon les universitaires des termes de géopolitique et religion. Les champs d’études des sciences religieuses et des sciences humaines n’ont en effet pas forcément l’habitude de se croiser, occasionnant parfois une certaine étanchéité. C’était justement l’objet de ce séminaire que de rendre possible cette inévitable convergence entre les deux domaines en abordant les aspects méthodologiques et épistémologiques de ce rapprochement. Bien qu’il ne s’agisse pas de la tâche la plus simple, la mener à bien montre à quel point une approche interdisciplinaire mêlant géopolitique et religion constitue une excellente clef d’analyse des problèmes contemporains.

Tout d’abord, la présentation de Madame Béatrice Giblin a introduit l’auditoire au thème croisé de la géopolitique et du religieux. Professeur émérite des universités, celle-ci présenta à la fois les débuts controversés de la discipline géopolitique, et le grand intérêt de celle-ci pour expliquer les velléités de pouvoir et de domination territoriale des religions. Pour éclairer son propos, elle mobilisa les cas du maillage géographique des diocèses en France à la veille de la Révolution, puis celui des rivalités entre puissances musulmanes pour la construction de mosquées sur le territoire français. En filiation des travaux d’Yves Lacoste, sa présentation souligna ensuite la pertinence de la méthode géopolitique. Celle-ci priorise en effet le rapport aux faits et au réel, en adoptant une démarche scientifique neutre, libre de carcans scientistes dans lesquels l’outil méthodologique devient finalité et tend à se substituer à l’objet d’étude. Enfin, elle s’est penchée sur l’importance en analyse géopolitique de prendre en compte les représentations des acteurs étudiés, en tant que facteurs de déclenchement des conflits (religieux ou non), à travers les cas de la deuxième guerre d’Irak et du Kosovo au tournant du siècle.

Le Professeur Emmanuel Lincot de l’ICP a ensuite débuté son intervention, liant sur la longue durée les récits géopolitiques les plus anciens, à l’actuelle et mondiale réhabilitation des concepts philosophiques et religieux anciens à des fins de légitimation politique. Prenant appui sur l’historiographie, de L’Epopée de Gilgamesh au récit des Zhou en Chine, jusqu’à la réintroduction de la mythologie dans l’Inde de Narendra Modi et de la tradition néo-confucéenne dans la Chine de Xi Jinping, le Pr. Lincot a rappelé le caractère labile, et l’importance intangible des représentations en géopolitique. Ensuite, celui-ci est revenu sur le décloisonnement progressif depuis les années 1970 de la recherche universitaire française au profit de la géopolitique puis de la récente « Histoire culturelle », deux champs dont l’articulation lui apparaît essentielle pour comprendre le caractère géopolitique du fait religieux dans sa dimension culturelle et symbolique. En tant que sinologue expérimenté, celui-ci a conclu sa présentation en détaillant le rapport complexe du pouvoir chinois avec le fait religieux, entre répression et cooptation, en mobilisant les cas du Xinjiang (région chinoise où la minorité ouïgoure musulmane subit des persécutions), et le rapprochement entre le Vatican et Pékin.

Le Professeur Martin Motte de l’EPHE est intervenu à son tour par un exposé passionnant sur la relation entre puissance maritime et protestantisme, en s’appuyant sur les histoires britannique puis américaine, ainsi que les théories géopolitiques et géostratégiques. Pour éclairer ce lien, le Pr. Motte a procédé chronologiquement et en mobilisant l’analyse de l’iconographie des époques étudiées (tels que le globe terrestre, le Léviathan…). L’alliance entre protestantisme et puissance maritime fut ainsi scellée par les victoires anglaises sur l’Armada espagnole en 1588, et renforcée à la bataille de Trafalgar en 1805 contre Napoléon. En opposant catholiques et protestants, puissances continentales et maritimes, les deux guerres renforcèrent la conviction chez les Britanniques de constituer le « peuple élu ». Leurs tentatives consécutives d’évangélisation protestante du monde s’exprimeront ainsi par le biais de leur puissance maritime et financière, annonçant une mondialisation libérale. Le Pr. Motte rappela de cette façon que l’esprit maritime britannique inspira l’amiral américain Alfred T. Mahan, stratège et conseiller de tous les présidents des Etats-Unis de 1890 à 1914. Ce dernier participa à faire de la puissance maritime un des composants essentiels de la puissance américaine. Fervent pratiquant anglican, adepte du darwinisme social, Mahan comme les Anglais avant lui, considéra que mener le combat maritime représentait une guerre sainte pour l’établissement du progrès et de la paix par le commerce, opposé au despotisme catholique conquérant et belliqueux des puissances continentales. Ainsi, Mahan jeta les bases d’un impérialisme américain indirect et informel, dont les expressions se mélangent aujourd’hui avec les théories contemporaines de smart et de soft power de Joseph Nye.

Ce premier séminaire aura donc été riche en enseignements. Le plus important est sans doute que l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux est non seulement possible mais nécessaire eu égard à l’actualité et à l’histoire de France et du monde. Le second apport, et non des moindres, concerne l’importance de l’étude des représentations et des symboles dans les deux champs académiques de la géopolitique et des sciences religieuses. Trait d’union entre les deux disciplines, cette méthode nous permet de prendre du recul, conserver une rigoureuse neutralité scientifique, et de garder tout le rapport au réel nécessaire à l’étude des facteurs de conflits. Un avantage certain dans notre époque.

Juger dans l’État républicain et dans l’Église catholique

La Société internationale de droit canonique et la Faculté de Droit canonique organisent un colloque :

« Juger dans l’État républicain et dans l’Église catholique »

Colloque reporté à une date ultérieure en raison du confinement.

 

 

Téléchargez le programme complet

Argument :

Certaines affaires pénales récentes ont mis en lumière l’existence de juridictions d’Église intervenant sur des champs de compétences juxtaposés à ceux de la justice française. Le 5 décembre 2019, le procureur de la République de Paris et l’évêque du diocèse de Paris signaient une convention afin de protéger les victimes d’infraction sexuelle et de prévenir les fausses accusations contre les prêtres.

Cette concurrence ou cette collaboration des deux fors a parcouru l’histoire de notre pays, nos journées d’études proposent aujourd’hui de les confronter dans un dialogue interactif mettant en présence des juristes et des canonistes.

2 novembre 2020 – Vincent Delecroix « La machine consolante. Deuil et ressource numérique »

La deuxième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 2 novembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Vincent Delecroix.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si le deuil et la consolation ont, d’une certaine manière, toujours réclamé, pour le meilleur et pour le pire, des « techniques », dont les plus anciennes sont partie intégrante des éthiques post-socratiques, il se trouve que les avancées technologiques actuelles et le développement du numérique semblent fournir des ressources inédites aux individus endeuillés.

L’usage de ces ressources n’est pas neutre : non seulement il implique certaines conceptions du deuil et de la consolation susceptibles d’être contestées, mais, indépendamment des effets psychologiques discutables qu’il peut produire, il interroge profondément un rapport à la mort et plus généralement à ce qui est perdu dont on sait combien il est socialement structurant.

Intervenant :

Vincent Delecroix est spécialiste de philosophie de la religion et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études. Auteur d’une œuvre philosophique et littéraire significative, il a obtenu en 2009 le Grand prix de littérature de l’Académie française et en 2020 le Prix des Rencontres philosophiques de Monaco pour son livre Apprendre à perdre (Paris, Payot & Rivages, coll. « Bibliothèque Rivages », 2019).

Parution du n° 155 de Transversalités « poésie et transcendance »

Le dossier du présent numéro de Transversalités, coordonné par les soins de Nathalie Nabert, s’interroge sur le lien entre « Poésie et transcendance ».

L’article qui l’ouvre est de Nathalie Nabert elle-même. Elle fixe le thème ; elle pose le cadre ; elle anticipe sur les auteurs dont il sera également question. Bref, elle a le geste ample et précis qui lui est ajusté, et les contributions qui lui font suite constituent comme ses variations possibles, encore que toujours surprenantes, à l’image des auteurs qu’elles ont choisi de privilégier. Michael Edwards, de l’Académie française, s’intéresse plus particulièrement à la figure de François Villon. Bien sûr, il ne sera pas sans reprendre à ses frais la question elle-même, cherchant à surprendre à son tour dans la poésie la trace du langage adamique qui s’y est abîmée. De son côté, Anne-Sophie Constant s’attache au poète Pierre Emmanuel, dont le parcours et l’œuvre n’ont cessé d’être en rapport avec l’Insaisissable. De façon plus inattendue, Alain Vircondelet se consacre à l’œuvre poétique d’Eugène Guillevic et à sa célébration du réel. L’enseignement à tirer n’en est pas moins grand. On s’aperçoit en effet que le poète, partisan communiste, avait pu tourner le dos au catholicisme de son enfance, mais non pas à la transcendance elle-même. Enfin, plus qu’aucune autre, l’œuvre poétique de saint Jean de la Croix a consisté à dire l’indicible. Jacques Ancet, son traducteur dans la « Bibliothèque de la Pléiade », prend l’exemple de l’un de ses poèmes, « Flamme d’amour vive », et nous fait part de certains des choix de traduction auxquels il fut conduit afin de se tenir au plus près de l’expérience de langage qu’il s’est efforcé de retranscrire.

Consultation du sommaire du n° 155 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

17 octobre 2020 – The ‘Poem’ of the Breviloquium: Thought and Prayer in Saint Bonaventure par Emmanuel Falque

Emmanuel Falque, Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, interviendra le samedi 17 octobre dans le cadre du colloque « Thought and Prayer. 45th Patristic, Mediaval, and Renaissance Studies Conference » organisé par la Villanova University (Pennsylvanie, USA). La keynote aura lieu en visioconférence (au lien suivant, ZOOM) de 22h à 23h30, heures françaises. Une table ronde aura lieu le lendemain, vendredi 18 octobre, avec Emmanuel Falque et Natalie Carnes, toujours en visioconférence (au lieu suivant, ZOOM), de 16h à 17h30, heures françaises.

Consultez les dernières publications d’Emmanuel Falque

De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap par Séverine Parayre, Fabienne Serina-Karsky et Augustin Mutuale (éds.)

Publication de : De la pédagogie universitaire inclusive. L’université et le handicap, Paris, L’Harmattan, coll. « Pédagogies, Formations et Recherches », 2020, 284 p.

Le nombre d’étudiants en situation de handicap augmente d’année en année. Les universités affichent aujourd’hui la volonté de les accueillir et les accompagner. Pourtant, les recherches menées ainsi que les témoignages recueillis révèlent des difficultés quand il s’agit de mettre en œuvre des politiques inclusives tout en gardant le même niveau d’excellence et d’exigence sur un plan académique. Cet ouvrage rend compte de la réalité des pratiques d’inclusion d’étudiants porteurs de handicap, dans tous les cycles d’études universitaires.

Avec une préface de Philippe Bordeyne, Recteur de l’Institut Catholique de Paris.

Séverine Parayre est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Fabienne Serina-Karsky est maître de conférences à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Augustin Mutuale est professeur à l’ISP (Faculté d’Éducation) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Le carnet de recherche de l'Unité de Recherche de l'ICP

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search