Parution du n° 146 de Transversalités

Selon une approche « classique » des domaines du savoir, il revient au philosophe de penser et de définir la notion de liberté, d’étudier ses conditions de possibilité et d’envisager les conséquences éthiques et politiques d’une juste compréhension de la liberté humaine.

Les progrès récents des neurosciences permettent aujourd’hui une approche de plus en plus précise du fonctionnement du cerveau humain et de la manière dont les différentes aires cérébrales sont mobilisées par l’activité humaine, de la plus élémentaire (marcher, voir) à la plus élaborée (choisir, décider). Dès lors se pose la question de la définition et de la pertinence de la notion de liberté, dans un contexte où les résultats actuels des neurosciences peuvent conduire à interroger, à partir d’un point de vue neurobiologique, la réflexion des philosophes. Il apparaît donc utile de susciter un échange, une conversation entre neurosciences et philosophie, et c’est à cette tâche qu’est consacré le dossier du numéro 146 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités.

Consultation du sommaire du n° 146 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Actualité de la spiritualité augustinienne par Jean-François Petit et Olivier Roduit (éd.)

Publication de l’ouvrage Actualité de la spiritualité augustinienne. Actes du congrès international augustinien (Saint-Maurice d’Agaune, Suisse ; 4-7 août 2017), Paris, Salvator, 2018,    276 p.

De nombreuses congrégations et instituts religieux se réclament aujourd’hui de la Règle et de la spiritualité de saint Augustin : Prémontrés, Assomptionnistes, chanoines de différentes obédiences, mais aussi communautés de création plus récente.
Ce livre leur donne la parole et témoigne de l’actualité d’une telle démarche spirituelle. Plus que jamais, saint Augustin est notre contemporain, comme le soulignent chacune à leur manière les différentes contributions réunies ici.
Les études qui lui sont consacrées, les différentes interprétations de sa Règle, sa place éminente dans la culture contemporaine, sa perception par les Églises orientales ou ses liens historiques avec l’Afrique et son enjeu pour le dialogue euroméditerranéen sont autant de façons de redécouvrir une figure qui marque
profondément notre manière de vivre le christianisme.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Olivier Roduit est chanoine de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune.

Parution du n° 145 de Transversalités

Dix ans après l’assemblée générale ordinaire du synode des évêques réunie par le pape Benoît XVI, avec comme thème de travail « La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l’Église », le dossier de ce numéro 145 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités est consacré à l’interprétation de l’Écriture, avec les contributions d’Olivier Artus, de Jean-Daniel Macchi, d’Emmanuel Durand et de Patrick Prétot.

La question d’une interprétation « juste » de l’Écriture s’est posée avec acuité dans l’Église catholique depuis la fin du XIXe siècle, dans la mesure où il semblait difficile d’articuler les données de l’étude critique des textes et leur interprétation théologique. L’exhortation post-synodale Verbum Domini contribue à approfondir cette articulation, notamment en encourageant les exégètes à développer une approche canonique des textes bibliques.

Consultation du sommaire du n° 145 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

 

Miracles et Métaphysique

Six conférences par Hent de Vries, Paulette Goddard Professor of the Humanities, New-York University
les 12, 13, 14 & 19, 20, 21 mars 2018, 18h – 20h

Qu’est-ce qui caractérise les événements authentiques et leurs effets présumément non causés, dans les domaines historiques et politiques, éthiques et artistiques, dans les vies et les amours individuelles, tant à leur niveau le plus profond et intime que d’un point de vue proprement global ou mondial ? En quel sens pouvons-nous dire que les miracles, et plus précisément la théologie, la tradition et la croyance aux miracles, ainsi que leurs critiques anciennes et modernes – aujourd’hui encore ou à nouveau – peuvent constituer une ressource conceptuelle et une richesse sur le plan pratique, permettant de répondre à cette question résolument philosophique?
De plus, quel fut le sens du concept et des pratiques de la croyance aux miracles – à un niveau historique, systématique et oserions-nous dire, pragmatique – pour cette étrange fusion qui se mua en contraste entre la métaphysique et le mysticisme en Occident d’une part, et la présence ou le rôle à nouveau de plus en plus important des religions et révélations abrahamiques de l’autre ? Peut-on dire
que les miracles se produisent et ont une importance, même – ou surtout – à l’ère de la mondialisation des réseaux, des marchés
et des moyens de communication ?
Enfin, comment faire pour répondre à ces questions dans des termes résolument phénoménologiques, analytiques et pragmatiques ?

Programme :

Lundi 12 mars : Métaphysiques du miracle et miracle de la
métaphysique

Mardi 13 mars : Admiration et Accélération

Mercredi 14 mars : Occasionnalisme et contingence

Lundi 19 mars : L’historicisation et la psychologisation du miracle
et de la croyance au miracle

Mardi 20 mars : Perspectives analytiques et esthétiques

Mercredi 21mars : Perspectives politiques et médiatiques

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme des leçons.

Parution du n° 144 de Transversalités

Tout observateur de la situation économique et sociale de ce début du XXIe siècle ne pourra que constater un ensemble de déséquilibres qui, dans un premier temps, peuvent apparaître sans solutions :

– déséquilibre social, qui est la conséquence d’une augmentation des disparités entre les catégories sociales les plus aisées et les plus fragiles, sur le plan économique, cette disparité correspondant à une plus grande séparation entre les personnes capables de s’insérer dans le monde professionnel, profondément transformé par la « révolution » numérique, et celles qui n’y trouvent pas leur place,

– déséquilibre entre des pays riches et des pays en développement qui sont pourtant, les uns et les autres, intégrés dans les mêmes circuits économiques mondialisés,

– déséquilibres écologiques, que les efforts concertés des nations, dont la dernière manifestation, à Paris, fut la COP 21, semblent échouer à faire régresser.

Les trois contributions du dossier « Défis économiques et propositions chrétiennes » de ce numéro 144 de la Revue de l’Institut catholique de Paris – Transversalités appréhendent l’ensemble de ces défis contemporains en empruntant une porte d’entrée commune – l’économie –, mais en abordant cette science sociale de manière critique, en interrogeant en particulier l’approche très restrictive qui est la sienne du contenu et de la place du lien social.

Consultation du sommaire du n° 144 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

La Grande Histoire vue de la mer par Christian Buchet

Publication de l’ouvrage La Grande Histoire vue de la mer, préface de Jean-Louis Étienne, Paris, Le Cherche Midi, 2017.

« L’homme n’est jamais aussi grand que dans son face-à-face avec la mer.
Parce qu’elle est démesure, la mer est transcendance. »
La mer, avenir de la terre de Philip Plisson et Christian Buchet

Raconter l’histoire de l’humanité vue de la mer, c’est comprendre la grande diversité des civilisations dont les évolutions sont intimement liées aux mers et aux océans. C’est là que se sont déroulées les aventures fondatrices du monde d’aujourd’hui, présentées dans ce livre richement illustré par Christian Buchet, universitaire et spécialiste de la mer.
La mer, qui doit faire l’objet d’attention et de recherches afin d’unir dans une belle communion le destin des hommes et celui des océans. Au fil des pages, c’est toute l’évolution du monde qui devient intelligible, pleine de leçons et simple à retenir.

Christian Buchet est Professeur à l’Institut Catholique de Paris, H.D.R., docteur en histoire, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Membre de l’Académie de Marine. Il est membre du pôle « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Actualité de saint Thomas d’Aquin

L’œuvre de saint Thomas d’Aquin a une immense postérité intellectuelle, qui a laissé sa marque sur huit siècles de christianisme. Par-delà les différents thomismes historiques, elle transcende toute école de pensée et nous parvient dans sa constante nouveauté. Elle peut ainsi renouveler nos questionnements contemporains dans les domaines anthropologique, métaphysique, éthique et théologique.
Ce colloque international nous permettra donc de nous mettre à son écoute dans un contexte d’interrogations inédit. Quelles articulations proposer entre sa pensée et celle d’aujourd’hui ? Comment dire son actualité ?

Ce colloque international organisé par l’Académie catholique de France, la Chaire de métaphysique Étienne Gilson et l’Institut d’Études Médiévales de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’ICP, sous la direction du Professeur Olivier Boulnois, Président de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’ICP, aura lieu les 26-27 janvier 2018 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription (gratuite) sur : https://sthomas.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Un ouvrage de la bibliothèque de l’IFEB exposé au domaine de Chantilly jusqu’au 7 janvier 2018

Le célèbre tableau de Nicolas Poussin (1594-1665) intitulé « Le Massacre des Innocents » a inspiré de nombreux peintres, parmi lesquels figurent Pablo Picasso et Francis Bacon. Conservé au Domaine de Chantilly, il est actuellement au cœur d’une exposition qui le met en lumière en le confrontant à une cinquantaine d’œuvres, dont quelques pièces maîtresses des 17e-20e siècles.

Quel évènement se trouve cependant à l’origine de ce tableau, commandé vers 1626 par Vincenzo Giustiniani (1564-1637), banquier génois installé à Rome, mais aussi mécène et collectionneur d’art ? Le célèbre épisode de l’Évangile de Matthieu 2,16, qui y est de toute évidence représenté, renverrait-il à d’autres réalités ?

Né à Chios le 13 septembre 1564, Vincenzo est le fils de Giuseppe Giustiniani (1525-1600), le dernier gouverneur génois de cette île de l’Égée orientale. Le 14 avril 1566, lorsque quatre-vingt galères ottomanes y jettent l’ancre, il est encore un tout petit enfant. Fuyant les circonstances tragiques de la prise de l’île, grâce à un lourd tribut payé aux conquérants, son père l’emmène avec lui à Rome. Ainsi échappe-t-il de peu au massacre qui touche d’autres membres de sa famille capturés par les Turcs ottomans. Or, parmi ces Giustiniani et leurs alliés, dix-huit adolescents âgés de douze à seize ans sont emmenés à Constantinople. On attend d’eux qu’ils se convertissent pour intégrer le corps des Janissaires. Préférant mourir pour le Christ, ils refusent toutefois la conversion, et sont exécutés. Dès le 6 septembre 1566, Pie V célèbre leur mémoire.

Du moins dans l’esprit de son commanditaire, « Le Massacre des Innocents » évoque donc la fin tragique de ces dix-huit enfants – et peut-être même la sienne propre, s’il n’avait pu être sauvé. Mais au-delà de cet imaginaire magnifié par le tableau, l’événement doit aussi être compris comme déterminant pour la puissante famille génoise qui a perdu Chios à tout jamais. Ainsi, cherchant peut-être sa justification, l’abbé Michele Giustiniani compose-t-il quelques années plus tard l’opuscule intitulé La Gloriosa morte de’ Diciotto Fanciulli Giustiniani (Avellino 1656). Sous sa plume toutefois, l’effroi de l’infanticide cède le pas à de tout autres considérations : le sacrifice des « fanciulli » manifeste d’abord la faveur divine accordée aux Giustiniani de Gênes qui – contrairement aux Giustiniani de Venise – n’avaient pas encore donné naissance à des saints. Voici le cri que l’abbé Michele met dans la bouche des jeunes martyrs au moment de leur exécution (p. 115) : Confidiamo ancora nelle divina clemenza, che i nostri Giustiniani genovesi non habbiano à contendere co’ Giustiniani Veneti de’ favori celesti dispensati à loro Beati, mà così gli uni, come gli altri s’habbiano à rallegrare di così segnalate gratie, operate da Dio in noi, per sua infinita Misericordia. Ce qui peut être résumé ainsi : Puisse la clémence divine accorder que les saints des Giustiniani de Gênes ne méritent pas moins les faveurs célestes que ceux des Giustiniani de Venise !

Le livre de Michele Giustiniani est très rare. Un exemplaire en est conservé à l’ICP, à la bibliothèque de l’IFEB. Il a été prêté au Domaine de Chantilly pour l’exposition « Le Massacre des Innocents » et sera de nouveau consultable à l’IFEB, sous la cote R II 5766, à partir de la mi-janvier 2018.

Les cardinaux entre Cour et Curie : une élite romaine, 1775-2015 par François Jankowiak et Laura Pettinaroli (éd.)

Publication de l’ouvrage Les cardinaux entre Cour et Curie : une élite romaine, 1775-2015, Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome, n°530, 2017, XV-465 p.

Les cardinaux sont connus du grand public comme des figures prestigieuses des Églises et des sociétés locales. Ils suscitent aussi l’intérêt des médias internationaux par leur rôle, majeur mais toujours mystérieux, dans l’élection du pape. Pourtant, la nature de leur charge et la réalité de leurs fonctions demeurent largement dans l’ombre. Les membres du Sacré Collège composent une élite qui ne ressemble à aucune autre : aristocratique au sens du choix des « meilleurs », et cependant non héréditaire, à fort ancrage local mais aussi très internationalisée, placée à partir des Lumières et de la Révolution face au défi de s’adapter à la modernité.

Cet ouvrage est centré sur les aspects spécifiquement romains de l’activité multiforme des « porporati ». Ceux-ci sont saisis à la fois en tant que corps constitué, sede plena (consistoire) et sede vacante (conclave), et individuellement, comme responsables de dicastères de la Curie, acteurs majeurs de la diplomatie vaticane, mais aussi protecteurs de congrégations religieuses, dignitaires de la Cour pontificale et détenteurs d’un « titre » cardinalice symbolisant leur ancrage dans la Ville.

Les vingt-cinq contributions réunies dans ce volume, accompagnées d’une bibliographie et de plusieurs index, sont le fruit d’un programme de recherches interdisciplinaires qui a rassemblé une équipe internationale d’historiens et d’historiens du droit, et qui a été conduit par l’École française de Rome, l’Institut catholique de Paris et l’Université Paris-Sud.

Laura Pettinaroli est maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Elle est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

Existe-t-il une mystique médiévale ?

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si  l’historiographie du XIXe siècle en particulier flétrit volontiers par ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semble sentimental, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif «mystique» pour désigner bien autre chose : soit une certaine manière d’interpréter les Écritures et l’histoire sainte (sens mystique), soit une certaine façon de discourir rationnellement sur Dieu (théologie mystique), soit une certaine appartenance des fidèles à la même Église (corps mystique).
Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot «mystique» est-il employé dans des œuvres médiévales, et quelles significations y revêt-il ? À l’inverse, dans les œuvres médiévales qu’on tend à ranger aujourd’hui sous la catégorie de «mystique» (visions et révélations, écrits dévots, exposés sur la contemplation ou sur l’union à Dieu, écrits inspirés de la Théologie mystique du pseudo-Denys l’Aréopagite, etc.), comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ?
Est-il pertinent de distinguer et d’enclore dans un même genre des textes aussi divers, ou d’autres découpages sont-ils préférables à l’intérieur de la littérature religieuse du Moyen Âge ? De la fin de
l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot «mystique» et la réalité que nous visons sous ce mot sont-ils restés stables, ou bien ont-ils subi une évolution ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Ce colloque international de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris (Directeur : Dominique Poirel – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin) aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://iemmystique2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Le Christ devant la raison par Vincent Holzer

Publication de l’ouvrage Le Christ devant la raison. La christologie devenue philosophème, Paris, Cerf, coll. Philosophie et théologie, 2017.

Le Christ devant la raison reprend la question du rapport entre théologie et philosophie sous l’angle inattendu de la christologie dans ses métamorphoses modernes et contemporaines. Le projet paraît ambitieux, mais il s’attache ici à un segment de temps qui correspond à une période que l’on peut qualifier de « seconde modernité », là où la christologie comme discipline de la théologie tend à se détacher de plus en plus du domaine où l’avait confinée l’apologétique défensive, celui de la preuve, pour s’épanouir en un domaine de signification jusqu’alors inédit et qui porte le nom très précis de Christozentrik : le Christ au centre d’un ordo rerum dont il est la synthèse idéale. Mais le « christocentrisme », né d’une intensification métaphysique en théologie, n’est pas sans ambivalences. Il pourrait mettre à mal la logique de la foi et le paradoxe fondamental qui la soutient et dont la christologie est précisément la forme intelligible. Les ambitions spéculatives de la christologie ecclésiale n’en demeurent pas moins intactes.

Vincent Holzer, professeur en théologie à l’Institut Catholique de Paris, est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Grandes voix de l’ISP-Faculté d’éducation

Thématique de l’année : « Penser et bâtir une communauté éducative »

Qu’est-ce qu’une communauté éducative ou d’étude ? Comment un groupe, un collectif devient-il une communauté ? Nous penserons aussi bien la communauté académique qu’une communauté  éducative qui pose la question de la place des parents par exemple. L’université considérée comme une communauté académique.

Ce séminaire n’aura pas pour mission de présenter les grandes figures de l’ISP mais les grandes voix qui ont été entendues à l’ISP comme celles de Pierre FAURE, HAMELINE… Il ne s’agira pas de les commenter mais de partir d’un thème ou bien encore de faire entendre d’autres voix en discussion avec celles de l’ISP. D’où le choix d’une animation à deux voix.

Nous aborderons les thématiques suivantes, en lien avec la journée d’étude doctorale sur la relation éducative : éducation à la démocratie, handicap et inclusion scolaire, empathie et sollicitude, enjeux éthiques dans l’éducation…

Ce séminaire, réservé aux étudiants de M2 et aux doctorants, est animé par Augustin Mutuale, professeur à l’Institut Catholique de Paris, et Martine Janner, Professeur à l’Université Paris 13. Il a lieu à l’Institut Supérieur de Pédagogie (ICP) au deuxième semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9h à 12h30.

Principes fondamentaux de l’éducation catholique

Le séminaire de recherche sur les principes de l’éducation catholique a été créé en 2016 afin de renforcer la scolarité des doctorants en sciences de l’éducation. Pour cela, il est relié au pôle de recherche «Langues, Cultures, Histoire et Éducation» et à l’ensemble du corps enseignant de l’ISP-Faculté d’éducation (enseignants-chercheurs, enseignants et formateurs) afin que les doctorants bénéficient d’un milieu de recherche rigoureux par ses méthodes et ancré dans les pratiques éducatives concrètes. Par sa nature comme par sa structure, le séminaire est interdisciplinaire, les questions abordées nécessitant un investissement des diverses disciplines engagées dans les sciences de l’éducation : pédagogie, didactique, philosophie, sociologie, psychologie, sciences politiques, théologie, anthropologie.

Chaque séance rassemble l’ensemble du Cycle des Etudes Doctorales, étudiants et enseignants.

Le programme du séminaire est organisé sur trois années :

– année 2016-2017 : panorama global des grands principes de l’éducation catholique,

– année 2017-2018 : la dimension religieuse de l’éducation catholique,

– année 2018-2019 : développement de la personne et bien commun

Ce séminaire, réservé aux étudiants de M2 et aux doctorants, est animé par les professeurs François Moog et Augustin Mutuale. Il a lieu à l’Institut Supérieur de Pédagogie (Institut Catholique de Paris) au premier semestre de l’année 2017-2018, le mercredi de 9h à 12h30.

Vulnérabilités : Relectures critiques à la croisée des disciplines

Le concept de vulnérabilité, qui a fait irruption dans les discours académiques depuis une trentaine d’années, a permis de mettre des mots sur des phénomènes aussi variés que la croissance du sentiment de vulnérabilité physique, psychologique, sociale et
politique dans les sociétés occidentales, le sentiment de déstabilisation culturelle dans des mondes pluralistes, la crise
de la transmission et des institutions, la montée des inégalités sociales et de la violence politique qui accompagne la  mondialisation, ou encore la manipulation sectaire, affective, etc.

L’analyse politique et sociale de la vulnérabilité concrète révèle néanmoins la multiplicité des réalités singulières, et l’ambiguïté de l’interprétation comme le démontre par exemple l’essor de la victimisation des individus, ou encore les différentes façons d’aborder la vulnérabilité des migrants.

Ce colloque sur la vulnérabilité clôture un travail interdisciplinaire de plusieurs années au cours duquel théologiens, philosophes, juristes, sociologues, politistes et historiens ont partagé les apports de leur discipline sur la notion. Ils ont mis en évidence tant la
polysémie du terme que des ambiguïtés axiologiques, l’usage préférentiel de certains champs lexicaux, enfin les manières dont le concept traverse les disciplines. A la croisée des domaines de
recherche, le colloque portera donc un regard critique sur le surgissement de cette notion sur la scène sociale et dans le champ des disciplines académiques. En particulier seront distinguées et articulées la vulnérabilité de l’individu et celle des institutions. En chaque lieu étudié, nous nous attacherons à définir le sens du terme de « vulnérabilité », selon les différentes épistémologies impliquées, mais aussi à en cerner les ambiguïtés, et la manière dont il suscite déplacements et réflexions au cœur de nos champs de recherche respectifs.

Enfin, comme la vulnérabilité désigne des frontières communes à nos disciplines, cette question amène non seulement à croiser les intuitions propres à nos champs de recherche, mais aussi à penser l’interdisciplinarité de manière différente. La vulnérabilité se révèle donc comme un système, une grille de lecture qui impose une épreuve – au sens où celle-ci est aussi « épreuve de vérité » – et révèle ainsi le « travail » et les fruits de l’interdisciplinarité.

Ce colloque international de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » – EA 7403, pôle de recherche « Éthique, Morale et Institutions » aura lieu les 7 et 8 décembre 2017 à l’Institut Catholique de Paris, amphithéâtre Paul Ricœur (Z16).

Inscription indispensable (gratuite) uniquement sur : https://vulnerabilites2017.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Unité de recherche de l'Institut Catholique de Paris