Parution du n° 149 de Transversalités “le sport”

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08