Nous ne savons plus croire par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Nous ne savons plus croire, Desclée de Brouwer, Paris, 2020, 240 p.

Quoi que nous nous efforcions de penser, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances les plus communes et, quand cela a lieu, par le fait tout aussi commun de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Nos pères se sont tant méfiés, ou ils ont été à ce point cyniques, que cette foi, entendue dans son sens large, semble nous être aujourd’hui interdite. À nous qui avons hérité de cette perte sans l’avoir consommée, ne restent que les débris d’une tradition devenue muette.
Or la foi est vitale, et pas seulement la croyance religieuse. Mais dans une époque désorientée, nous ne pourrons peut-être sauver que le désir de croire : rien ne nous dit que nous retrouverons la croyance. Le paradoxe veut que cette impuissance annonce un temps de dangereuse crédulité. Il nous faut donc tout réapprendre. C’est à cette tâche que la philosophie doit s’atteler en prenant le contrepied de son éternelle tendance : en se mettant en quête de croire aussi résolument qu’elle avait cherché à savoir. La traversée du nihilisme est à ce prix.

Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris, directeur de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » et professeur à la Faculté de philosophie de l’ICP.