Stavros Lazaris, Le Physiologus grec

Publication de : Stavros Lazaris, Le Physiologus grec. Volume 2. Donner à voir la nature. Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2021, 432 p., 158 pl. .

Ce volume s’adresse aux antiquisants et aux médiévistes, aux historiens de l’art et des sciences, aux philologues et à ceux qui s’intéressent à la fois à l’histoire de l’illustration scientifique et à celle des relations entre l’homme et la nature au Moyen Âge et au-delà. Il a pour objet l’étude du développement d’une pensée visuelle, liée à la transmission de savoirs en histoire naturelle, à travers une analyse des miniatures du Physiologus grec. Après une présentation générale des codices illustrés de cet ancêtre des bestiaires occidentaux, l’auteur s’intéresse aux manières et aux stratégies iconographiques développées par les miniaturistes des manuscrits grecs du Physiologus pour offrir à voir les animaux, végétaux et minéraux discutés dans cette œuvre. Il propose ainsi une réflexion originale sur les fonctions du cycle naturaliste dans ces manuscrits, une nouvelle définition de la perception de la nature par ces imagiers et, enfin, d’autres identifications de certaines espèces controversées.

Stavros Lazaris est Professeur en Histoire byzantine à l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Bible et Orient » (Unité de Recherche « Religion, Culture et Société »). Après des études classiques à Athènes, Stavros Lazaris intègre l’EPHE et l’EHESS où il étudie l’histoire et la philologie byzantines. Durant sa thèse, il oriente ses recherches sur les rapports qu’entretiennent texte et image dans les manuscrits byzantins médiévaux consacrés à la médecine vétérinaire. Il réalise un post-doctorat sur cette thématique en Suisse (Université catholique de Fribourg) avant d’intégrer le CNRS à Strasbourg (UMR 7044). En 2015, il rejoint le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 – CNRS, Sorbonne Université, Collège de France) et poursuit entre autres son travail sur la place et les fonctions de l’illustration médiévale dans la transmission du savoir scientifique. À travers ses recherches, il a démontré que les images des écrits scientifiques ne servaient pas seulement à éclairer le texte.  Elles ont notamment des fonctions cognitives, en améliorant notamment la mémorisation et les recherches à l’intérieur des codex à une époque où le foliotage, les tables des matières ou encore les index dans les manuscrits n’avaient pas cours. De 2017 à 2020, Stavros Lazaris a enseigné à l’Institut Catholique de Paris, avant d’y être nommé, en 2021, professeur en histoire byzantine. Parallèlement, depuis 2019, il dirige le Département d’Histoire de la Faculté des Lettres de l’ICP. Par ses travaux, Stavros Lazaris contribue à renverser les préjugés qui pèsent sur le Moyen Âge encore considéré par beaucoup comme une période obscurantiste.