Conférence de Mme Salerno : sur les pas du Père François Boschet des Missions étrangères de Paris (22 avril 2024)

Eva Salerno, maître de conférence de l’ICP, a donné le lundi 22 avril 2024 sur le campus de Reims une conférence consacrée à son récent voyage d’études à Taïwan sur les pas du Père François Boschet des Missions étrangères de Paris.

Ce voyage — que l’IHM a soutenu — a été l’occasion de mettre en œuvre une recherche dynamique « sur le terrain » et d’aller à la rencontre du christianisme à Taïwan, fruit de l’histoire de l’Asie du Sud-est, mais aussi d’interroger les liens entre le territoire d’origine des fidèles taïwanais et les terres de diaspora. Mme Salerno avait déjà réalisé quelques recherches sur cette thématique intitulé Da Taiwan alle parrocchie cinesi della diaspora. Introduzione della venerazione degli antenati in ambito cattolico. Sa rencontre des chrétiens d’Asie fut ainsi l’occasion d’approfondir ses recherches. À Taïwan, elle a été accueillie par l’académie Fu Jen Academia Catholica, au sein de l’Université catholique Fu Jen, où elle a pu conduire des recherches bibliographiques ciblées.

Quelques mots d’Eva Salerno sur ses travaux :

“Au mois d’avril 2024, j’ai pu me rendre à Taïwan afin de conduire un séjour de recherche dans le cadre d’un projet d’étude intitulé « L’œuvre du Père Boschet des MEP à Taiwan : retour sur les étapes d’une implantation durable », soutenu par l’Institut d’Histoire des Missions.  

Préalablement à cette enquête ethnographique, j’avais initié un travail préparatoire dont l’objectif consistait à étudier les spécificités de la pratique du catholicisme à Taïwan à travers l’analyse des rites liés à la vénération des ancêtres et à la dévotion mariale, tout en retraçant le cheminement de l’installation de la religion catholique sur l’île. Une focale entourant la question de l’inculturation au sein des paroisses taïwanaises servait de fil conducteur à ces investigations.

Plusieurs phases de recherche ont ainsi été programmées : des observations et des entretiens menés au sein des paroisses taïwanaises ciblées, ainsi qu’un travail de consultation bibliographique et archivistique réalisé en Europe (Paris, Rome, Milan) et à Taïwan.  

Cependant, la période de la pandémie de Covid-19 ayant fortement limité et encadré les déplacements à l’international, j’ai été contrainte de revoir une partie de ces réalisations, en explorant de nouvelles pistes de recherche. Ceci m’a notamment amenée à m’intéresser au riche fonds archivistique sur Taïwan des Missions étrangères de Paris, et plus particulièrement aux carnets manuscrits inédits du Père François Boschet. Ce missionnaire des MEP arriva sur l’île de Formose en décembre 1948 et y œuvra durant presque trente ans. L’étude de ces sources originales m’a permis d’analyser à « hauteur d’homme » les enjeux sociopolitiques d’une des périodes les plus importantes pour le développement du catholicisme à Taïwan, à savoir l’arrivée du continent des missionnaires étrangers expulsés par les autorités communistes chinoises.

Ce travail de recherche archivistique, couplé avec des entretiens réalisés à distance avec un réseau d’informateurs à Taïwan, m’a ainsi permis d’avancer dans la compréhension du phénomène d’inculturation qui a intéressé la pratique du catholicisme dans l’île. Des liens avec mes recherches précédentes ont pu être établis, notamment en ce qui concerne les rituels de vénération des ancêtres pratiqués également au sein des paroisses chinoises de la diaspora en Europe.

Si les premiers résultats de cette recherche ont pu être valorisés, le terrain d’enquête que j’ai conduit au printemps 2024 à Taïwan a constitué une étape importante dans l’élaboration de mes analyses. La consultation de nouvelles sources à l’Université catholique Fu Jen aura ainsi constitué une clé de décryptage essentielle pour saisir le rôle du clergé local dans le processus d’inculturation du catholicisme à Taïwan ; l’observation des pratiques au sein des paroisses locales aura également favorisé la compréhension des rituels étudiés. De fait, l’enquête ethnographique de terrain, au cœur de la méthodologie de la recherche en anthropologie, demeure une phase irremplaçable dans une démarche d’investigation et d’analyse ethnologiques. Par le biais de l’observation participante, le chercheur sera en mesure de décrypter plusieurs temps forts au sein des communautés étudiées avec lesquelles il partagera des espaces d’intimité indispensables à la compréhension du fonctionnement de la communauté (célébrations liturgiques, pratiques rituelles, etc.). Les entretiens et les échanges formels et informels opérés in situ avec ses informateurs, qu’ils s’agissent des fidèles ou des autorités ecclésiastiques taïwanaises, apportent quant à eux la substance analytique rappelant qu’une expérience spirituelle s’enracine à la fois dans une histoire, mais aussi dans une dynamique synchronique que le chercheur doit pouvoir appréhender en temps réel. “

Quelques références pour aller plus loin :
  • So, F., Leung, B. & Mylod, E. (éd.), The Catholic Church in Taiwan. Birth, Growth and Development, Singapore, Palgrave Macmillan, 2018.
  • Lazzarotti, M., God Jesus and the Ancestors. An Ethnography of the Ancestors’ Rites in the Taiwanese Catholic Church, Heidelberg, Heidelberg Asian Stdies Publishing, 2023.


Citer ce billet
Vice-Rectorat à la Recherche (2024, 25 avril). Conférence de Mme Salerno : sur les pas du Père François Boschet des Missions étrangères de Paris (22 avril 2024). UR "Religion, Culture et Société" (EA 7403). Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://icp.hypotheses.org/5881