Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Parution du n° 147 de Transversalités

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

De la méthode à la recherche

Cette initiative, organisée dans le cadre de la FASSE, vise à assurer une formation à la fois méthodologique et pratique à destination des doctorants. Le séminaire conjugue des enseignements en méthodologie (recherche et identification des sources, construction et formulation de la problématique, modalités de l’argumentation, plan et structure etc.) et l’application de ces conseils à des sujets de thèse précis. Ainsi, à chaque séance, les doctorants interviennent sur leur sujet de recherche en mettant en œuvre les enseignements assurés sur un axe précis. Leur intervention donne lieu à une réflexion et une discussion avec les autres doctorants présents.
Dans cette démarche, l’objet même du séminaire est de donner la parole à la fois aux doctorants et à des intervenants extérieurs.
Les séminaires doctoraux sont organisés en deux temps : le premier est la présentation du thème de la séance, les conseils apportés sur les difficultés rencontrées, la méthode à suivre, le deuxième est l’application de ces conseils par les doctorants à leur sujet de thèse.

Les six séances de ce séminaire seront assurées par Elsa Déléage et Bernard Bourdin à l’Institut Catholique de Paris aux premier et deuxième semestres de l’année 2018-2019.

Figures d’humanité

Dans le sillage du séminaire de l’an dernier, « L’humanité en récits : le pouvoir des fables », ce séminaire résolument interdisciplinaire entend s’interroger sur l’humanité de l’homme, non pas sur un plan théorique, mais sur un plan pratique : parler d’humanité, ou plus encore d’humanisation, c’est parler de pratiques qui la font exister (ou pas) ; de quelque chose qui se passe entre les hommes, qui se choisit et qui dépend d’eux. De cela, nombre de textes témoignent qui relèvent de genres et de disciplines très divers et s’offrent à des approches croisées propres à dessiner différentes « Figures d’humanité ».

Ce séminaire de 36 heures est dirigé par Véronique Wiel. Il a lieu le lundi de 16 h à 18 h aux dates qui suivent.

2018

1er octobre : Introduction. Pr. Véronique Wiel.

15 octobre : Introduction (suite). Pr. Véronique Wiel.

22 octobre : « Passions et humanité : le cas problématique de l’ambition au XIXe siècle ». Grégoire Tavernier, agrégé de Lettres modernes, doctorant en littérature française.

5 novembre : « Paul Jamin (1853-1903) peintre préhistorien ». Émilie Martin-Neute, docteur en Histoire de l’art contemporain (Paris IV).

12 novembre : « Figures de la genèse. La création de l’humanité dans l’art de la première modernité ». Florian Métral, docteur en Histoire de l’art (Paris 1 Panthéon Sorbonne).

19 novembre : « Le langage comme figure d’humanité ». Pr. Gilles Siouffi, Paris IV Sorbonne ; GEHLF (Groupe d’Étude en Histoire de la Langue Française).

26 novembre : « Figures d’humanités chez Léon Bloy ». Jean-Baptiste Amadieu, docteur ès Lettres, CNRS/ Collège de France/ENS.

3 décembre : « Baudelaire, de l’« idéal artificiel » à l’« éloge du maquillage ». Andrea Schellino, docteur ès Lettres (Paris IV Sorbonne).

10 décembre : « Rire et déshumanisation (Péguy, Céline et les polémistes de l’entre-deux guerres »). Patrick Brunel, docteur ès Lettres (Paris IV Sorbonne).

2019

4 février : Reprise. Pr. Véronique Wiel.

11 février : Reprise (suite). Pr. Véronique Wiel.

18 février : « Des histoires de fantômes : différentes portées anthropologiques de la figure du spectre dans la littérature européenne (19e-21e s.) ». Clélie Millner, docteur ès Lettres (littérature comparée), maître de conférences à la Faculté des lettres.

4 mars : « Figures féminines dans le western ». Céline Murillo, maître de conférences à l’Université Paris 13.

11 mars : « La représentation de la figure humaine dans la sculpture occidentale du Haut Moyen Âge : Sainte-Foy de Conques et les premières majestés romanes ». Cécile Coulangeon, docteur en Histoire de l’art, maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge à la Faculté des lettres.

18 mars : « La figure du « héros » dans les récits des historiens français du 19e siècle ». Pauline Piettre, docteur en Histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des lettres.

25 mars : « Le joueur comme figure d’humanité ». Pr. Anne Douaire-Banny, docteur ès Lettres (littératures francophones), doyenne de la Faculté des lettres.

1er avril : « L’effacement de la figure et du nom dans L’innommable de S. Beckett ». Pr. Jérôme de Gramont, docteur en philosophie, Faculté de philosophie.

8 avril : « Le bonheur, une religion civile ? » Laurence Devillairs, docteur en Philosophie, doyen de la Faculté de philosophie.

 

Création et eschatologie (II)

Aujourd’hui, notre contexte mondial est marqué par un certain nombre de difficultés (menace écologique, mutations anthropologiques…), voire une incapacité, à imaginer les conditions du vivre-ensemble. Quelles sont les ressources bibliques et théologiques que l’on pourrait mobiliser dans cette situation pour penser le dessein divin d’amour sur le monde ?

Ce séminaire de 24 heures animé par Brigitte Cholvy et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Violences et traditions religieuses

Certains intellectuels contemporains portent un regard suspicieux sur les religions et ciblent souvent les monothéismes : la profession d’un Dieu unique serait à l’origine de bien des violences et conflits contemporains. Même s’ils oublient que les religions sont aussi visées par la violence, les divers croyants sont invités à s’interroger sur leur propre rapport aux multiples formes de violence : celles qui ont pu être légitimées en leur nom, celles qui traversent leurs textes fondateurs et leurs traditions, celles auxquelles ils sont confrontés…
L’objectif du séminaire est d’examiner la manière dont les diverses
traditions rendent compte de cette violence, les questions pertinentes et les enjeux qui renvoient d’abord à un phénomène humain qui n’épargne aucune institution, aucune communauté.

Ce séminaire de 24 heures animé par Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 19 h à 21 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Foi chrétienne et conduites déshumanisantes

La psychologie sociale a fourni récemment de nouveaux instruments
d’analyse des comportements portant atteinte à l’intégrité physique,
psychique ou morale des personnes ainsi que la condition de victime (Herbert Kelman, Ervin Staub, M.F. Hirigoyen), et la psychologie clinique a développé des compétences pour soigner celles-ci (traumatologie et victimologie).
Cette recherche porte sur tous les niveaux du lien social (État, associations diverses, familles, relations interpersonnelles). Elle s’effectue en corrélation avec l’anthropologie et la philosophie (H. Arendt, R. Girard), car elle implique une réflexion fondamentale sur l’humain et le politique. Elle peut contribuer à problématiser le discours des historiens. Elle ouvre aussi des perspectives à la théologie. Elle l’invite à revisiter et questionner ses sources, Bible, tradition, histoire de l’Église, à un approfondissement de sa compréhension de l’être humain, du salut, de la communion ecclésiale ; à une réflexion critique sur les modes d’exercice de l’autorité dans les communautés chrétiennes, en particulier à la réalité de l’« abus spirituel », sur les engagements de l’Église et des baptisés dans la cité, sur les modalités du dialogue œcuménique et interreligieux. Le séminaire aura pour but de dresser un premier état des questions. Il conjuguera l’interdisciplinarité et l’approche spécifique de la théologie spirituelle, dont l’horizon propre est celui de la sainteté chrétienne, envisagée historiquement et concrètement, de l’orientation et de l’accompagnement des personnes et des communautés dans leurs parcours spirituels.

Ce séminaire de 24 heures animé par Gilles Berceville et Marie-Dominique Trébuchet est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Les jeunes et l’évangélisation

La 25e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur        « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » qui se tiendra en octobre 2018 sera un moment fort de la vie ecclésiale. Il y a dans cette initiative, comme dans le travail préparatoire qui se déploie dans les diocèses, un souffle certain : on veut restaurer « la capacité d’initiatives des jeunes ».
Mais ces belles intentions sont affaiblies par un rapport constant
d’extériorité entre « eux » et « nous » ! Les jeunes « et » l’Église. Ce
rapport d’extériorité se double d’une autre tendance ecclésiale à parler du monde des jeunes, comme si le monde dans lequel vivent les jeunes n’était pas le monde dans lequel nous vivons et au cœur duquel l’Église annonce l’Évangile. Il y a un excès évident dans l’utilisation d’expressions comme « génération Y ou Z », ou « digital natives ». C’est toujours une manière de dire « eux » et « nous ».
Le séminaire s’attachera donc à penser de manière inclusive la place des jeunes en comptant sur leurs capacités présentes de dynamisme et de transformation, afin de sortir du face à face « eux »/« nous ». Il s’appuiera sur les travaux du colloque de l’ISPC qui aura lieu du 12 au 15 février 2019 : « Entendre et proposer l’Évangile avec les jeunes ».

Ce séminaire annuel de 54 heures animé par Joël Molinario, Isabelle Morel, Pierre Durrande et Serge Tyvaert est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au cours de trois sessions : du 8 au 10 octobre 2018 ; du 19 au 21 novembre 2018 et du 12 au 15 février 2019 (colloque ISPC).

La Théologie des Pratiques : de Liégé à Kasper

Le séminaire interrogera la notion de théologie pratique afin de mettre à jour la démarche qui y est engagée en orientant le travail vers une théologie des pratiques ecclésiales. En permanence, il s’agira d’articuler une analyse des pratiques ecclésiales avec une théologie fondamentale en refusant de séparer une théologie pratique d’une théologie systématique.
A partir de lecture d’articles en théologie pratique et fondamentale, il s’agira de développer une compétence d’expertise théologique dans un contexte de pluralité des méthodes liées à une pluralité de disciplines.

Ce séminaire de 24 heures animé par  François Moog, Roland Lacroix et Joël Molinario, est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 14 h à 16 h du 20 septembre au 13 décembre 2018.

 

La liturgie : obstacle ou chance pour le dialogue œcuménique ?

Depuis Vatican II, l’engagement de l’Église catholique dans le dialogue œcuménique a connu des avancées spectaculaires mais aussi, et parfois en même temps, des passages plus difficiles. La liturgie apparaît cependant souvent comme un lieu de divergences pratiques et théoriques qui semblent inconciliables.

Dans un ouvrage de synthèse (Où bat le cœur de la foi. Une vie au service de l’unité, Lessius, 2011, original : Herder, 2008), le Cardinal Walter Kasper a proposé une vision stimulante d’une recherche de l’unité pour le XXIe siècle placée sous le signe d’une diversité réconciliée. A partir d’une lecture thématique de cet ouvrage, le séminaire s’attachera à voir comment on peut interpréter la liturgie catholique en vue d’une recherche œcuménique éclairée par la notion de consensus différencié. La célébration de la Semaine Sainte, comme cœur de la liturgie chrétienne, servira de lieu spécifique où se manifestent les diverses représentations et sensibilités qui peuvent favoriser l’accès à une foi commune dans la célébration de l’unique Mystère.

Ce séminaire annuel de 28 heures animé par  Patrick Prétot est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi 13 septembre et le mercredi 5 juin de 9 h à 12 h 30 et les mercredis 13 septembre ; 17 octobre ; 14 novembre ; 12 décembre ; 23 janvier ; 20 février ; 20 mars ; 17 avril ; 22 mai et 5 juin, de 9 h à 11 h 30.

La théologie morale face aux défis de la précarité des vivants. Questions de bioéthique (II)

Ce séminaire interroge le positionnement ontologique sous-jacent à la variabilité des normes du vivant, à partir de la pensée de Georges Canguilhem. Il s’agit d’évaluer comment cet auteur permet aux théologiens d’engager un dialogue critique avec les philosophes de la post-modernité, sans renier les acquis de la réception de l’aristotélicisme au sein du catholicisme. Nous vérifierons la pertinence de ce dialogue avec Georges Canguilhem en travaillant sur des questions d’actualité en bioéthique médicale.

Ce séminaire de 24 heures animé par Catherine Fino, Marie-Dominique Trébuchet et Thierry Collaud (Université de Fribourg) est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019 : les mercredis 19 septembre ; 3 et 17 octobre ; 7 et 21 novembre ; 5 décembre (de 9 h à 11 h) ; et lors de 2 journées de 6 heures, les 14 déc (M.-D. Trébuchet) et 24 janv (Th. Collaud).

 

Regard critique sur les christologies en contexte africain

Le séminaire analysera les christologies titrologiques et praxéologiques en contexte africain, avec un regard lucide sur celles-ci. Partant des critiques adressées aux essais de christologies africaines par les titres (Christ Ancêtre, Christ Maître d’initiation, Christ guérisseur… ), certains théologiens africains estiment que, de nos jours, des christologies qui s’inspirent de la praxis libératrice de Jésus de Nazareth sont plus pertinentes pour répondre aux problèmes des sociétés africaines. Le séminaire se propose de porter un regard critique sur ces différents essais en vue de dégager des bases épistémologiques nécessaires pour l’élaboration de christologies répondant aux exigences d’un véritable travail d’inculturation en contexte africain mais ayant également une portée universelle.

Ce séminaire de 15 heures, animé par Léonard Santedi et Pierre Diarra, est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mardis 12, 19 et 26 mars ; 2 et 9 avril 2019 (de 14 h à17 h).

La rétribution

Les textes bibliques présupposent souvent une logique de rétribution. Celle-ci peut être mise en évidence à la fois dans des textes législatifs qui énoncent les règles de la vie en société et qui mettent en place une justice rétributive, et dans des textes plus théologiques qui mobilisent l’idée de rétribution sous forme de métaphores, ou encore en font la clef d’une interprétation théologique de l’histoire ou de la relecture d’expériences individuelles. Certains textes, cependant, contestent l’idée de rétribution, ou encore cherchent à la dépasser. Le séminaire aura pour objectif d’appréhender l’idée de rétribution et les formes de son expression à partir de textes bibliques choisis, dont l’analyse permettra également de mettre au jour les contextes historiques de son émergence et de sa remise en cause, ainsi que ses dimensions sociale, éthique et enfin théologique.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Olivier Artus, Sophie Ramond et Régis Burnet (Louvain-la-Neuve), est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredis 17 octobre ; 7 et 21 novembre ; 5 et 19 décembre ; 16 et 30 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 3 et 10 avril ; 15 mai (de 14 h à 16 h, sauf en novembre, de 9 h à 11 h).

Permanence d’Israël et diversité confessionnelle

Le choc de la Deuxième Guerre mondiale a conduit les différentes Églises chrétiennes à revisiter les positions traditionnelles qu’elles avaient adoptées dans une histoire perturbée à l’encontre du peuple d’Israël. La conviction croissante que la permanence d’Israël comme peuple dans l’histoire est un effet de la grâce divine, et non un accident de l’histoire, conduit à réinterroger les représentations
sur l’articulation entre peuple d’Israël et Église comme mystère.
Depuis Seelisberg (1947), des groupes chrétiens sensibles au rapport avec Israël ont réfléchi, avec la participation de plusieurs intellectuels juifs, comme le Pr. Jules Isaac, puis les instances officielles des Églises ont adopté des prises de position variées, soulevant parfois de profonds débats.
Le séminaire veut étudier les conséquences théologiques de cette prise de conscience de la permanence d’Israël reconnue comme une grâce de Dieu, en se centrant sur la modification des paramètres œcuméniques qu’elle induit. Face à Israël, et en dialogue avec lui, les Églises chrétiennes sont poussées à comprendre ensemble ce que Dieu attend d’elles. Cette première année sera consacrée à une exploration de cette problématique, pour faire la cartographie des propositions théologiques qui ont pris au sérieux cette question.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Thérèse Andrevon, Luc Forestier et Anne-Marie Reijnen, est réservé aux étudiants de D1 à Dn (et ouvert au réseau THÉODOC). Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi et jeudi 6 et 7 novembre ; 18 et 19 décembre ; 5 et 6 février ; 29 et 30 mai 2019 (4 rencontres de 6 heures sur deux jours).