Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

Parution du n° 150 de Transversalités “La puissance critique de la Tradition chrétienne”

Transversalités publie son 150e numéro sous la forme d’un dossier dirigé par Jean-Louis Souletie, l’actuel doyen du Theologicum, et consacré à « la puissance critique de la Tradition chrétienne ». Par le choix du sujet, la qualité et le nombre de ses contributeurs, majoritairement enseignants-chercheurs intégrés à l’Institution, il marque l’identité de la revue. Il la lui rappelle.

Les textes proposés au lecteur s’attachent à penser autrement le rapport à sa propre tradition. La Tradition chrétienne n’est en effet oubli des origines et sédiments amoncelés de textes que pour le chrétien qui la reçoit de l’extérieur comme autant de jugements définitifs à formuler sur le monde, c’est-à-dire contre le monde. Mais pour peu qu’il la pénètre de façon vivante et consente à s’en refaire une mémoire, elle cesse d’être le dépôt mort de l’Histoire. Elle devient pour lui un « ressourcement ». Il ne lui sera alors plus besoin d’attendre de ses adversaires qu’ils critiquent sa foi pour contenir son dogmatisme ; il puisera en lui et dans la Tradition la puissance critique sans laquelle la foi n’est pas assez inquiète pour rester vive. Il verra aussi que la tradition n’est pas un refuge qui lui sert à préserver la foi des raisons que le monde lui oppose, mais qu’elle est la force qui lui permet de l’exposer et d’entrer en dialogue avec ceux qui ne la connaissent pas. Et cela dans la mesure où la tradition chrétienne a elle-même été un dialogue critique que le christianisme a toujours mené avec lui-même, en invitant l’Église à sa réforme incessante. Un mot doit retenir l’attention du lecteur, qu’il rencontrera à plusieurs reprises : le « discernement ». La Tradition chrétienne ne réarme pas la foi en multipliant les assurances qui font défaut au croyant ; elle entend aiguiser l’esprit qui l’anime en lui donnant un surcroît de discernement critique. Elle ne s’enseigne pas d’abord dans les magistères ; elle s’éprouve au contact du monde et des autres et se mesure à l’ouverture qu’elle opère en chacun.

Consultation du sommaire du n° 150 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Extrémisme religieux, violence et contexte éducatif

Depuis la vague d’attentats initiée avec l’assaut de Charlie Hebdo en janvier 2015, les discours sur la      « radicalisation » se sont multipliés dans l’espace public, en particulier autour d’une incompréhension : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis, et choisir de pratiquer des actions violentes à leur encontre ? Dans quelle mesure et comment, par ailleurs, l’apparition de certaines positions extrêmes dans le domaine religieux serait alors portée par le motif essentiel d’un gain de sens au cœur d’une identité collective forte ? Une sorte de communauté virtuelle, immédiatement accessible, s’extrait alors de toute notion de territoire, de structure étatique et même d’appartenance familiale. Une forme de rupture générationnelle émerge, et les jeunes se montrent critiques vis-à-vis du modèle religieux parental en se laïcisant, ou, au contraire, en revenant aux «fondements» sur une démarche plus individualiste.

Cela introduit donc directement la question de l’éducation, et notamment l’éducation à la citoyenneté et à la formation des préférences politiques des jeunes en quête de modèle religieux, et en particulier à la manière de créer dans le cadre scolaire des espaces de débats à la fois ouverts et protégés. Que suggèrerait alors à nos communautés éducatives l’émergence de l’extrémisme religieux violent par rapport aux valeurs du « vivre ensemble », et à la transmission qu’elles supposent ?

Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes s’inscriraient alors subjectivement et collectivement dans ce cadre de déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien.

Par ailleurs, le monde éducatif est confronté à la problématique émergente du décalage entre discours scientifique et religieux, qui mène dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). Ainsi, la formation citoyenne pourrait s’en trouver entravée. Plutôt que d’empêcher toute expression radicale de la part des adolescents déployant des signes ostentatoires de religiosité, pour qui cela peut constituer une étape dans la construction de la subjectivité politique et religieuse, il conviendrait dès lors de les accompagner vers la prise de position dans un espace pluraliste. La formation des personnels éducatifs à l’interaction avec ces formes d’expression extrémistes est alors à penser, dans un contexte où ils peuvent avoir le sentiment qu’elles dénient la possibilité même d’un lien social.

Ce colloque déploiera ces thèmes en deux temps : le premier jour, destiné à un public plus large, établira un état des lieux de la question, alors que la deuxième journée, plus académique, proposera une confrontation des données amenées par les acteurs de terrain et de celles issues de la recherche académique.

Ce colloque aura lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredi 5 et jeudi 6 juin 2019 .

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.  

Colloque de philosophie “Croyances”

En suivant la pente naturelle de l’épistémologie des croyances, la
philosophie de la religion a depuis quelque temps déjà reposé la question traditionnelle de la nature de la croyance religieuse, de sa structure et de sa syntaxe. C’est en partie que cette épistémologie est normative : si l’on veut décider de la rationalité de la croyance religieuse, encore faut-il se mettre d’accord sur la nature de l’objet ainsi évalué.

Or les différentes traditions qui animent la philosophie de la religion aujourd’hui sont si loin de trouver un accord entre elles sur ce point qu’on peut le considérer l’un des lieux de clivage essentiel, notamment entre ce que l’on a coutume d’appeler les traditions analytique et continentale.

Certes averti que la catégorie de croyance pourrait n’avoir qu’une portée limitée dans l’analyse des phénomènes religieux, dont l’ampleur et la variété, tant historique que culturelle, interdisent toute perspective uniformisante, il serait cependant possible selon les uns d’isoler un noyau propositionnel fondamental correspondant à une attitude épistémique simple du type S croit que p, où p est une proposition constative correctement formée possédant une valeur de vérité.

Conformément à ce réductionnisme méthodologique, le théisme constitue l’ensemble restreint des propositions fondamentales impliquées dans les actes et attitudes religieux et représente généralement l’objet privilégié des questions épistémologiques en philosophie de la religion (question des preuves de l’existence de Dieu, raisons et causes de la croyance, rationalité de l’attitude croyante, etc.).

Cette conception est vivement et régulièrement contestée, comme
relevant d’un gauchissement caractéristique de l’approche épistémologique elle-même, voire positiviste, laquelle emploierait une définition standard de la croyance tout à fait ignorante des spécificités de la « croyance religieuse », ou du moins de certaines d’entre elles. Insistant notamment sur la différence essentielle entre acte de croyance et acte de foi (croire que / croire en), cette contestation peut s’étendre jusqu’à nier la pertinence ou du moins la centralité de la catégorie même de croyance, préférant par exemple une définition en termes existentiels d’engagement, ou jusqu’à lui refuser tout caractère réellement propositionnel, ou encore à douter que les propositions qui la constituent prétendument soient soutenues de façon réaliste.

Une description phénoménologique correcte montrerait à quel point la compréhension des attitudes religieuses en termes de croyance propositionnelle est éloignée de la réalité. Quant à celui qui objecte par exemple qu’on ne peut pas « croire en » sans « croire que » (si je place ma confiance en Dieu, c’est que je crois qu’il existe) et qu’il y a donc de toute manière un noyau propositionnel impliqué dans l’acte de confiance, on répondra que quand même on l’accorderait, on n’aurait pas encore atteint avec cela une attitude spécifiquement religieuse : croire que Dieu existe n’est pas une attitude proprement ou nécessairement religieuse (de même qu’il peut y avoir des attitudes religieuses qui n’impliquent pas de croire que Dieu existe).

Tels seront les enjeux du colloque, qui vise à rassembler les spécialistes français de philosophie de la religion pour établir une véritable confrontation des thèses en la matière. Si l’on a favorisé la division en deux « camps » égaux, l’un analytique et l’autre continental, représenté chacun par cinq intervenants, c’est moins par commodité que, paradoxalement, pour montrer la diversité interne de ces traditions elles-mêmes et susciter à la fois des rapprochements et des divergences inattendus.

Ce colloque de philosophie, coorganisé par Vincent Delecroix (EPHE – PSL), Camille Riquier (ICP, directeur de l’EA 7403) et Yann Schmitt (professeur CPGE), aura lieu les jeudi 16 et vendredi 17 mai 2019 à l’ICP (le 16) et à l’EPHE (le 17).

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Parution du n° 149 de Transversalités “le sport”

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Solitudes sacrées et villes saintes par Catherine Marin et Anne Marie Reijnen (éd.)

Publication de l’ouvrage Solitudes sacrées et villes saintes, Montrouge, Bayard, 2019, 322 p.

Quel lien unit les communautés humaines à tel ou tel lieu sur cette terre ? D’où vient l’universel désir humain de pérégriner sur d’anciennes routes pour y rencontrer le divin ? Comment expliquer l’émergence des lieux saints ? Voilà les questions abordées par cet ouvrage original qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde. Un haut lieu peut être investi par des communautés rivales ; une ville sainte, devenir un champ de bataille. Alors qu’est-ce qu’un lieu saint ? Tout lieu solitaire suscite, au fil du temps, la sociabilité. Vivre dans la ville sera le lot de la vaste majorité des humains : quel sera le rôle du religieux dans les mégalopoles ?
Douze expertes et experts, sous la direction de Catherine Marin et Anne Marie Reijnen, dressent le “portrait” de solitudes “sacrées” et de villes “saintes” pour en dégager chaque fois l’histoire singulière et les paradoxes. On trouve le Mont-Saint-Michel, Jérusalem, Bénarès ou Le Caire, mais aussi des grottes chinoises, des montagnes, une vallée et la forêt amazonienne… Et l’on entreprend, à travers ces lieux multiples, un étonnant itinéraire spirituel, historique et artistique.

Avec les contributions d’Elbatrina Clauteaux, Roberta Collu-Moran, Pierre Diarra, Michel Grandjean, Mireille Hadas-Lebel, Christine Kontler, Nicole Lemaître, Catherine Marin, Yara Matta, Nathalie Nabert, Jacques-Noël Pérès, Emmanuel Pisani, Anne Marie Reijnen et Ysé Tardan-Masquelier.

 

Persisting Souls in Literature, Art, History, Politics and Philosophy

How does the soul traverse time? When did the soul become the psyche? How is the soul conceived of in cultures around the world and how do such perceptions reverberate in the English-speaking world?
From Plato’s vision of the body as a prison of the soul, soma sema, in Phaedrus, to Foucault’s reverse statement, in Discipline and Punish, that the soul is a prison of the body, the concept has been open to constant reinterpretation.
This conference will consider the ways in which the soul has migrated from its origins in mythology, philosophy, and theology to find new developments and pervade literary and artistic forms as well as historical representations.

Ce colloque, organisé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, membres de l’EA 7403 ainsi que par Sara Thornton, dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut Catholique de Paris, l’Université Paris Diderot, le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA, UMR 8225) et l’Institut universitaire de France, aura lieu les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 à l’Institut Catholique de Paris. Les communications seront faites en anglais.

Inscription gratuite

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

 

Politique(s) du secret

Les réflexions portant sur les usages et la signification du secret en politique, et plus généralement sur les rapports entre secret et politique, ont une longue histoire,
théoriquement nourrie. L’importance d’une notion comme celle de Raison d’État qui, de la Renaissance aux travaux de Michel Foucault, a pu constituer l’une des clefs permettant de penser les transformations de la politique moderne n’en constitue qu’un exemple. Or il semble qu’aujourd’hui la question du secret soit quelque peu marginalisée dans la pensée contemporaine. Elle se situe pourtant au cœur de certaines contradictions, sinon de tensions propres à notre époque, tiraillée entre des injonctions de transparence et le développement d’une nouvelle exigence d’un droit au secret, dans la sphère de l’intime ou du privé, mais également dans les sphères de la justice ou de l’information.

Ces tensions sont évidemment accentuées, sinon provoquées par l’essor des technologies de l’information et de la communication, et
plus généralement, par la globalisation. Elles apparaissent exacerbées par les questions de sécurité – notamment, mais pas seulement, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. C’est la complexité des usages et des techniques du secret en politique, et plus généralement les significations politiques du secret aujourd’hui,
que cette journée d’étude voudrait aborder dans la pluralité de ses dimensions.

Cette journée d’étude, organisée par Marie Goupy (Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de recherche “Religion, Culture et Société”, EA 7403), Nicolas Poirier (Université Paris-Nanterre) et Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom Business School et École des Hautes Études en Sciences Sociales) en collaboration avec l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (UMR 8177, CNRS / EHESS) et le LASCO IdeaLab de l’IMT, aura lieu le vendredi 22 mars 2019 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé de la journée d’étude.

 

 

Du monde au désert, l’aspiration à la solitude au XVIIe siècle

Dans la première moitié du XVIIe siècle, un véritable engouement apparaît pour la vie contemplative et solitaire, en dehors des ordres constitués. Cet engouement touche des femmes du siècle, d’anciens militaires, des laïcs, avocats, chevaliers, seigneurs de province, clercs qui tout en souhaitant mener une vie intérieure plus dense et plus contemplative, ne s’engagent pas dans les ordres monastiques. Ils se retirent du monde, totalement ou partiellement, dans des lieux isolés, parfois éloignés des villes et s’engagent au silence, à la prière et à la conversion de leurs mœurs. Ils rejoignent les solitaires de Port-Royal, comme Pierre-Thomas du Fossé, ou fondent pour certains des résidences, comme ce fut le cas de Jean de Bernières-Louvigny, Trésorier du roi de France, membre laïc du Tiers-Ordre franciscain et qui fonda à la fin de sa vie l’ermitage de Caen.

Cet univers de l’entre-deux, du monde au désert, se constitue de façon pérenne dans un contexte encore marqué par le souvenir de la Ligue et bientôt confronté à la Fronde. Il s’élabore dans une période où le sentiment religieux s’individualise et s’approprie la mystique Rhéno-flamande et la Devotio moderna dont la chartreuse de Paris – qui fut une des grandes inspiratrices du désir de retrait du monde – favorisera la diffusion en français. Ces nouveaux convertis s’attachent donc à la contemplation mais aussi à la doctrine de la pauvreté volontaire, dans la mouvance franciscaine, comme Gaston de Renty qui se retirera de la vie militaire, en Normandie, pour se consacrer aux pauvres.

Tous sont attirés par la doctrine de l’abandon véhiculée par les écrits de Benoît de Canfield, de Surin et plus tard de Madame Guyon, ce qui vaudra à certains d’entre eux la méfiance de l’autorité ecclésiale, voire la condamnation pour quiétisme. Il s’agit avant tout de fortes
personnalités qui iront jusqu’au bout de leur projet, parfois en marge des institutions, comme Jean de Labadie.

L’aspiration à la solitude, à travers ses modèles institutionnels, leur dépassement et sa réinvention permanente pose ainsi la question de la liberté de l’homme face aux enjeux de sa foi et de son engagement
sociétal dans un XVIIe siècle commençant, marqué, comme le soulignait Henri Bremond, par l’invasion mystique. Et au-delà des cas de figure étudiés au cours de la première journée, c’est toute une tradition esthétique du retrait du monde qui se laisse percevoir et qui perdurera dans les milieux laïcs où progressivement retraite et contemplation de la nature se rejoignent laissant un patrimoine
architectural et pictural riche qui sera évoqué au cours de la seconde journée.

Ce colloque des 20 ans du CRESC (Centre de recherches et d’études de spiritualité cartusienne), qui aura lieu le 21 mars 2019 à l’ICP et le 22 mars à Port-Royal des Champs, est organisé par Nathalie Nabert, Doyen honoraire de la faculté des Lettres et membre de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et société » (EA 7403) de l’ICP.

Conseil scientifique : Nathalie Nabert, Institut Catholique de Paris, CRESC, Pascal Pradié (osb), CRESC, attaché de recherches au CNRS, CRAHAM, Jean-Robert Armogathe, École Pratique des Hautes  Études, président de la Société d’étude du XVIIe, Gérard Ferreyrolles Paris IV –Sorbonne, Philippe Luez, Conservateur général du patrimoine, Directeur du musée national de Port-Royal
des Champs.

Inscription obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Églises en chantier. Justice et justification au cœur de nos pratiques

La Déclaration commune sur la doctrine de la justification, signée en 1999 entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique, a constitué un progrès oecuménique majeur.

Depuis, elle a été signée par le Conseil méthodiste mondial en 2006, par la Communion mondiale d’Églises réformées en 2017, et a été accueillie et reçue par la Communion anglicane en 2017. Pourtant, d’importantes questions de réception se posent dans ces Églises, tandis que d’autres Églises et traditions chrétiennes expriment la volonté salvifique de Dieu en Jésus-Christ à travers des concepts différents tels que synergie, illumination, glorification ou déification (theosis).

À l’occasion des 20 ans de cette Déclaration, le Colloque des Facultés vise à faire un état des lieux théologiques des enjeux bibliques, doctrinaux et pratiques de la compréhension de la justification, à la fois dans les Églises signataires et dans des Églises soucieuses du dialogue.

Dans un esprit d’action de grâce et d’ouverture sur l’avenir, le colloque voudrait explorer l’écho de l’espérance du salut en Jésus-Christ dans nos sociétés diversifiées, confrontées à des
transformations radicales.

Dans un premier temps, nous reviendrons sur la genèse de la Déclaration commune et sa méthodologie de « consensus différencié », ainsi que sur le processus de réception en cours.
Deuxièmement, nous vérifierons la portée de cette déclaration en creusant la tension entre justice et justification au sein de la diaconie
chrétienne dans plusieurs confessions.

Ensuite nous examinerons certaines pratiques liturgiques et catéchétiques des Églises catholiques, orthodoxes et protestantes,
à la lumière de la Déclaration commune.
Nous laisserons l’Écriture sainte nous interpeller avant d’imaginer ensemble les exigences et les possibilités de l’avenir.

Ce Colloque des Facultés, qui aura lieu du 12 au 14 mars 2019 à l’ICP, est organisé par l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (ISEO) avec l’Institut Protestant de Théologie et l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint Serge .

Inscription obligatoire

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Shakespeare et Cervantès, regards croisés par Ineke Bockting, Pascale Drouet et Béatrice Fonck (éd.)

Publication de l’ouvrage Shakespeare et Cervantès, regards croisés, Paris, Classiques Garnier,              2018, 333 p.

Actes du colloque international, qui a eu lieu du 20 au 22 avril 2016 à l’ICP et à l’Instituto Cervantes, est coorganisé par Ineke Bockting et Béatrice Fonck (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris), Pascale Drouet (Université de Poitiers) et l’Instituto Cervantes de Paris.

Cet ouvrage replace les œuvres de Shakespeare et de Cervantès dans leur contexte historique, analyse la dialectique des nouvelles et des anciennes poétiques, met en regard personnages cervantins et personnages shakespeariens, s’intéresse à la circulation et à la postérité de ces œuvres majeures.

Les contributeurs sont : Bockting (Ineke), Brailowsky (Yan), Canavaggio (Jean), Chartier (Roger), Drouet (Pascale), Edwards (John), Escamilla (Michèle), Fonck (Béatrice), Garcia De La Concha (Victor), Guéron (Claire), Jackson (John E.), Lefait (Sébastien), Menegaldo (Gilles), Perrier de la Bathie (Pierre-Emmanuel), Picy (Jean-Baptiste), Rivere de Carles (Nathalie), Schütz (Chantal).

 

 

La liberté humaine

Six conférences par Cyrille Michon, Professeur à l’Université de Nantes, dans le cadre de la chaire de métaphysique Etienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société » (EA 74 03), les 25, 26, 27 mars et 1er, 2, 3 avril 2019, 18h – 20h.

L’idée de liberté constitue un problème pour la pensée si l’on tient qu’elle caractérise les actions et les choix rationnels et fonde la responsabilité morale. La liberté de mouvement d’un animal, la liberté politique des peuples, l’absence de contrainte, peuvent être difficiles à discerner ou à promouvoir, mais ce ne sont pas tant des problèmes philosophiques que des problèmes pratiques. Ou du moins, ce ne sont pas des problèmes métaphysiques, qui mettent en jeu notre compréhension et la possibilité même de la liberté.

On a longtemps opposé liberté et nécessité, et les raisons de penser que le monde était comme gouverné par la nécessité ont pu se
nourrir à des sources logiques (argument dominateur), théologiques (théories du destin ou de la providence), psychologiques (doctrines de la motivation), ou physiques (déterminisme causal). Ce qui arrive n’est peut-être pas absolument nécessaire – le monde aurait pu être différent – mais, pour ces raisons qui ne dépendent pas de nous, ce qui arrive – y compris nos actions et nos choix – serait inévitable, et donc nécessaire, pour nous.

Lorsque le déterminisme physique est apparu comme la seule vision scientifique du monde, mettant en péril l’existence de la liberté humaine, les philosophes de l’époque moderne, notamment ceux de
la tradition empiriste anglaise (Hobbes, Locke, Hume), ont semblé trouver une parade radicale à cette contradiction, en analysant le concept de liberté de telle sorte qu’il apparaisse compatible avec
le déterminisme. Dominant jusqu’à une époque récente, malgré la critique de Kant (qui le traitait de « misérable subterfuge »), le compatibilisme a subi à la fin du siècle dernier diverses attaques, et le problème de la compatibilité s’est imposé comme préalable à la question classique de l’existence de la liberté.

Qui plus est, on a pu objecter que l’idée de liberté incompatible avec la nécessité n’est pas celle dont nous avons besoin pour comprendre l’agir humain, ni pour fonder la responsabilité morale : la liberté humaine. Le problème se déplace alors vers celui de la compatibilité de la responsabilité morale et du déterminisme.

Enfin, la thèse de l’incompatibilité a paru conduire à une conclusion plus désastreuse encore pour nos idées de liberté et de responsabilité. Si nos choix ne sont pas déterminés par des causes, cela ne signifie-t-il pas qu’ils sont dus au hasard, et que nous n’avons alors aucune responsabilité à leur égard ? Incompatible avec la vérité comme avec la fausseté du déterminisme, la liberté serait impossible.

Dans ces conférences, je voudrais répondre à ces défis métaphysiques, portant sur la possibilité de la liberté. Dans un premier mouvement de descente (trois premières séances), vers les conditions de la liberté humaine, nous aurons à élucider les concepts mis en jeu, à commencer par ceux de libre arbitre et de  responsabilité morale, et j’argumenterai en faveur de leur incompatibilité avec la nécessité en général et le déterminisme en particulier. Dans le second mouvement, de montée, vers l’intelligibilité d’un tel libre arbitre incompatible avec la nécessité, je tenterai de répondre à l’argument du hasard, pour défendre l’idée qu’un choix non-déterminé par des causes naturelles ne constitue pas une perte de contrôle, et qu’une forme particulière de causalité, propre à l’agent
libre, doit être acceptée sans préjudice pour la connaissance scientifique de la nature. Nous pourrons alors voir comment soutenir la thèse de l’existence de la liberté humaine : sur la base immédiate de la phénoménologie du choix, ou sur celle d’un argument indirect, établissant que la liberté est la condition de possibilité de la responsabilité morale.

Mon approche sera systématique, et les incursions dans l’histoire viseront davantage à rendre leurs biens à ceux qui ont les premiers exploré certaines voies argumentatives, en privilégiant les auteurs
médiévaux et modernes avec lesquels la discussion contemporaine se trouve bien souvent en résonance immédiate. La position « libertarienne » que je compte proposer (existence d’un libre arbitre
incompatible avec la nécessité et condition de la responsabilité morale), dans le sillage de Peter van Inwagen et d’autres aujourd’hui, a sans doute été défendue par Thomas d’Aquin, Duns Scot et  Descartes, et l’a été certainement par Guillaume d’Ockham, Francisco Suarez et Thomas Reid.

Programme :

Lundi 25 mars 2019 : Le libre arbitre, la nécessité et le déterminisme

Mardi 26 mars 2019 : La responsabilité morale

Mercredi 27 mars 2019 : L’incompatibilité de la liberté humaine et du déterminisme

Lundi 1er avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les raisons d’agir

Mardi 2 avril 2019 : La compatibilité de la liberté humaine et de
l’indéterminisme : les causes

Mercredi 3 avril 2019 : L’existence de la liberté humaine

Inscription en ligne

Pour plus d’informations, pour une présentation de chacune des six conférences, vous pouvez consulter le programme des leçons.

Parution du n° 148 de Transversalités “Une ontologie trinitaire. Autour de Klaus Hemmerle”

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, figure mieux connue pour sa participation active au mouvement ecclésial des Focolari, est peut-être aussi le plus méconnu des grands théologiens du xxe siècle, dont la réflexion n’avait d’ailleurs pas manqué d’être, comme par anticipation, une source d’inspiration pour la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich (1920-2008). À l’occasion de la publication de la traduction française des Thèses pour une ontologie trinitaire (éditions Ad Solem, 2014) de K. Hemmerle, une journée d’étude fut organisée le 7 avril 2015 à l’Institut Catholique de Paris autour de ses recherches fondamentales. Le dossier de ce numéro 148 de la revue Transversalités propose aux lecteurs un certain nombre des contributions de cette journée.

Consultation du sommaire du n° 148 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du supplément 6 de Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”

      Publication du supplément à la revue Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”, sous la direction de Pierre Tcherkessoff.

Au fil des siècles, la justice française s’est toujours adaptée aux évolutions de la société mais elle subit depuis quelques décennies une double influence : celle, considérable, de la CEDH, des directives de l’Union européenne et, dans une moindre mesure, celle du droit américain notamment par le biais de l’idée de transaction. L’acte de juger qui constituait le cœur et le sens même de sa mission, paraît céder progressivement la place à un nouveau positionnement.

Cette évolution n’est-elle pas de nature à subvertir les fondements traditionnels de la justice française ? Le système de common law ne se trouve-t-il pas, a priori, en position d’hégémonie ? Le système français d’un juge gardien du droit n’est-il pas en train d’évoluer vers celui d’un juge gardien de la procédure, « à l’anglo-saxonne » ? Les instruments juridiques et les institutions juridictionnelles de l’Union européenne mais aussi du Conseil de l’Europe n’en portent-ils pas la marque ? La tendance à l’uniformisation de la justice ne favorise-      t-elle pas l’émergence d’un modèle commun, dans lequel les systèmes continentaux se soumettraient à ceux de common law ?

C’est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage, en croisant les regards d’universitaires et de praticiens autour des différentes problématiques que pose l’évolution de la justice.

Avec les contributions de Jacques-Henri Robert, Pierre Tcherkessoff, Jean Pradel, Philippe Greiner, Thibault Lahalle, Antoine Gouëzel, François Monteagle, Arnaud de Nanteuil, Philippe Corruble, Ramu de Bellescize, Olivier Echappé

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Prédication et noblesse

Colloque international “Prédication et noblesse : réseaux, discours et stratégies de légitimation dans la monarchie hispanique (XVe-XVIIIe siècles)”

Les travaux sur la prédication ont pris, depuis une vingtaine d’années, une place importante dans le domaine de la recherche en Histoire et en Philologie, créant ainsi un espace propice à l’interdisciplinarité méthodologique. D’une manière générale, la prédication dans la monarchie hispanique a été considérée d’une part, comme un acte de communication visant à « remodeler » la religiosité populaire et d’autre part, comme un exercice de sociabilité publique ou un spectacle destiné au « disciplinement » social (Sozialdisziplinierung) et à l’enseignement doctrinal des fidèles.
Parallèlement à ces objectifs qui concernent l’édification morale et l’instruction doctrinale, les études les plus récentes ont insisté sur l’importance de la prédication dans la création et le développement de réseaux sociaux, tout particulièrement parmi les nobles, mais aussi sur l’enjeu du ministère de la parole dans l’analyse de la mobilité ecclésiastique. Il faut se rappeler ici qu’à partir de 1613 – année marquée par les remous produits par la polémique immaculiste en Andalousie -, plusieurs orateurs nourrissent de leur réflexion le débat sur la pureté de sang qui vient légitimer le lignage de la noblesse espagnole véritable. D’autres orateurs ont réussi à faire carrière grâce à leurs relations étroites avec ces réseaux nobiliaires, faisant ainsi des Grands d’Espagne les destinataires privilégiés de leurs prédications. L’augustin Juan de Castro (1547-1611) reçut ainsi la mitre de Santa Fe de Bogotá en 1608 grâce aux bons rapports qu’il entretenait avec la noblesse palatine. Le dominicain Francisco de Posadas (1644-1713) se servit de l’influence des marquis de Las Escalonias ou du IXe duc de Medina Sidonia pour s’assurer l’entrée au couvent d’Escalaceli, à Cordoue.
En prenant en compte les nouvelles approches épistémologiques dans le domaine de l’histoire sociale et à la lumière des différentes sources que l’on peut mobiliser pour approfondir ce champ de recherche (administratives, juridiques, littéraires ou religieuses), la prédication peut également être conçue comme une voie de promotion sociale garantissant à l’orateur une position stratégique dans son univers ecclésial. En partant de ces considérations interdisciplinaires, nous nous attacherons à examiner tout au long de ce colloque, les différents aspects de l’influence exercée par les ministres de la parole dans le processus de légitimation de la noblesse espagnole. L’étude des stratégies et des discours déployés par les ministres de la parole dans l’Espagne de l’Ancien Régime, contribuera à apporter un éclairage nouveau aux questions suivantes :                  quels furent les recours employés en chaire pour la défense de la noblesse ? Quels furent les prédicateurs qui réussirent à pénétrer les cercles nobiliaires ? Quel intérêt put avoir la noblesse en promouvant les prédicateurs ? Furent-ils alors les véritables « bastions » de l’immobilisme social pendant l’Ancien Régime ?

Ce colloque international, qui aura lieu les 8 et 9 janvier 2019 à l’ICP et au Collège d’Espagne, est coorganisé par Águeda García Garrido (Université de Caen Normandie) et Alejandra Testino-Zafiropoulos (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle “Éthique, Morale et Institutions” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403) .