Tous les articles par Vice-Rectorat à la Recherche

Parution du n° 154 de Transversalités « Notre-Dame de Paris »

Un an après l’incendie de Notre-Dame de Paris, survenu les 15 et 16 avril 2019, le présent numéro de la revue Transversalités consacre son dossier à l’immense cathédrale. Sublime et incomparable, patronne des églises de France, et aussi, et même également, la plus familière et la plus comparable, le foyer qui leur est commun à toutes. Unique et commune, elle l’est encore au-delà du cercle des fidèles. Chef-d’œuvre de l’architecture médiévale, elle est classée au patrimoine des grands monuments historiques ; intimement mêlée à l’Histoire de France, elle est aussi l’un des symboles de la nation. Notre-Dame est devenu avec le temps le bien de tous, et même, dans le détail, le bien de chacun, l’une de ces richesses que la France a offertes au monde, qui participent à son rayonnement et sur lesquelles nous continuons secrètement, – mais pourquoi ne pas le dire, – à prélever une certaine fierté, voire une certaine dignité de notre ancienne grandeur.

Probablement oublions-nous trop facilement ces nombreux liens invisibles qui nous attachent à nos monuments vénérables, à Notre-Dame de Paris en particulier. Et il est toujours juste et bon d’en faire remonter quelques-uns de temps à autre à la claire conscience, tant ils sont nous-mêmes plus encore qu’à nous. Une telle raison serait déjà très suffisante pour lire les articles qui sont ici proposés et qui, par leur évocation, mettent en lumière notre cathédrale. Cécile Coulangeon remonte aux origines de sa construction, qui débute au XIIe siècle, avant de suivre le fil de son histoire architecturale jusqu’à sa restauration par Viollet-le-Duc durant la seconde moitié du XIXe siècle. En choisissant de l’éclairer sous l’angle du droit canonique, du droit français et de la science politique, Philippe Greiner la place sous le signe de la concordia. Il la voit alors traverser les temps, tel un vaisseau de pierre ouvrant sur la Jérusalem céleste. Gilles Drouin montre de quelle manière la théologie, notamment celle de l’initiation chrétienne, peut servir à l’accompagnement de « l’expérience cathédrale » que chaque visiteur aspire à faire.

Consultation du sommaire du n° 154 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930) par Laura Pettinaroli et Massimiliano Valente (éd.)

Publication de Il cardinale Pietro Gasparri, segretario di Stato (1914-1930), Heidelberg, Heidelberg University Publishing, coll. « Online-Schriften des DHI Rom. Neue Reihe – Pubblicazioni online del DHI Roma. Nuova serie », nº 4, 2020, 292 p.

Juriste réputé, enseignant reconnu et célèbre diplomate du Saint- Siège, le cardinal Pietro Gasparri (1852-1934) a dirigé la Secrétairerie d’État de 1914 à 1929, en une période cruciale de l’histoire de l’Europe et de la papauté.

Coordonné par les historiens Massimiliano Valente et Laura Pettinaroli, ce volume est le fruit de séminaires tenus entre 2013 et 2016 à l’Università europea di Roma, en partenariat avec l’Institut catholique de Paris. Il rassemble des contributions, en italien, anglais et français, d’un groupe international d’archivistes, historiens et d’historiennes, notamment de jeunes docteur.e.s., qui ont travaillé dans les archives vaticanes. Enfin, une bibliographie de référence encourage à poursuivre la recherche sur cette figure majeure de l’histoire de l’Église catholique et de la diplomatie vaticane au XXe siècle.

Cet ebook, publié par les presses de l’Université d’Heidelberg (collection de l’Institut historique allemand de Rome, nouvelle série, N°4), est accessible en ligne. Une version papier (softcover et hardcover) sera disponible à l’achat dans quelques semaines.

Laura Pettinaroli est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Parution du n° 153 de Transversalités « Le retour de l’Homme »

Jugée désuète ou suspecte il y a peu encore, la question de l’homme  contemporain. Il n’y a d’ailleurs pas lieu d’applaudir ou de le déplorer, car elle n’est pas revenue de la façon dont on l’aurait attendue. Mais autrement, étrangement. Et c’est ce que le dossier du présent numéro de Transversalités se propose d’interroger.

Si plusieurs humanismes avaient jusqu’ici pu être mis en concurrence, c’était parce qu’ils s’appuyaient sur des conceptions différentes de l’homme. Aujourd’hui, à présent que la course aux prétendants est achevée, il faut s’y résigner, un seul a triomphé : l’humanisme prométhéen, technique et revendicateur. On peut s’horrifier que nombre de ses promesses de conquête aient été tenues, leur réalisation ne s’impose pas moins comme un fait.

Mais il n’est pas dit que l’innovation technique ait changé les conditions faites à l’homme au point que le recours à la tradition ne soit plus d’aucun secours pour lui-même. Faudrait-il que l’homme d’avant l’intelligence artificielle n’ait plus rien à lui apprendre sur l’homme à venir ou sur sa propre formation d’homme ? Proposons-nous plutôt de convoquer les traditions humanistes dans leur pluralité ; il n’est peut-être pas trop de toutes pour réfléchir aux possibilités d’un humanisme ajusté aux défis de notre époque et capable d’y répondre. C’est cette direction qu’impriment les travaux de Brigitte Cholvy, qui ouvre ce dossier, ainsi que le « groupe de recherche en anthropologie chrétienne » (GRAC) qu’elle anime au sein de l’Institut catholique de Paris. Et c’est également celle que partagent les présents contributeurs (Stefano Biancu, Alberto Anelli, Emmanuel Falque) qui participent au programme de doctorat international (Humanisme contemporain) organisé l’an dernier par l’ICP, de concert avec l’Université LUMSA de Rome, l’Université catholique d’Australie et l’Université catholique pontificale du Chili. C’est cet effort commun que ce dossier entend saluer, dans l’espoir d’encourager le lecteur à y participer à leur suite.

Consultation du sommaire du n° 153 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Nous ne savons plus croire par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Nous ne savons plus croire, Desclée de Brouwer, Paris, 2020, 240 p.

Quoi que nous nous efforcions de penser, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances les plus communes et, quand cela a lieu, par le fait tout aussi commun de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Nos pères se sont tant méfiés, ou ils ont été à ce point cyniques, que cette foi, entendue dans son sens large, semble nous être aujourd’hui interdite. À nous qui avons hérité de cette perte sans l’avoir consommée, ne restent que les débris d’une tradition devenue muette.
Or la foi est vitale, et pas seulement la croyance religieuse. Mais dans une époque désorientée, nous ne pourrons peut-être sauver que le désir de croire : rien ne nous dit que nous retrouverons la croyance. Le paradoxe veut que cette impuissance annonce un temps de dangereuse crédulité. Il nous faut donc tout réapprendre. C’est à cette tâche que la philosophie doit s’atteler en prenant le contrepied de son éternelle tendance : en se mettant en quête de croire aussi résolument qu’elle avait cherché à savoir. La traversée du nihilisme est à ce prix.

Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris, directeur de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » et professeur à la Faculté de philosophie de l’ICP.

L’image vulnérable : sur l’image de Dieu chez Augustin

Six conférences par Kevin Hart, Professeur à l’Université de Virginie, dans le cadre de la chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », les 16, 17, 18, 23, 24 et 25 mars 2020, 18h – 20h

Au cours de sa longue vie  d’écrivain, Augustin nous montre en détail ce que signifie être humain en relation avec Dieu, et nulle part il ne le fait plus en détail que dans le De Trinitate.
Nous n’essaierons pas de contester son approche, qui recherche des analogies psychologiques avec la Trinité, mais de nous concentrer autant que possible sur son enseignement à propos de l’image de Dieu (imago Dei). Augustin est généralement considéré comme un théologien sombre, préoccupé par la Chute et ses conséquences ; et bien que cette caractérisation ne soit pas sans raison, surtout dans les écrits antipélagiens, elle est loin d’être la vérité tout entière. Car il nous montre aussi comment l’imago Dei, brisée et ternie comme elle l’est souvent en nous, peut être rénovée. Ainsi, quel que soit le jugement divin dont nous sommes l’objet en tant qu’enfants d’Adam, pleinement responsables du péché originel, nous pouvons aussi nous attacher au Christ et, en montrant de l’amour pour le prochain, en rendant l’imago à nouveau cohérente, la faire danser et briller une fois encore.
L’idolâtrie est une menace perpétuelle, mais avec la grâce, elle peut être surmontée. Notre vulnérabilité au jugement divin reste également possible, mais nous pouvons y échapper, encore une fois par la grâce, en nous rendant vulnérables au prochain qui interrompt nos existences et nous appelle à l’aide. Si nous nous réformons en l’image selon laquelle nous avons été faits, un amour et une joie profonde peuvent se montrer ; et il faut les soupeser, si nous voulons lire d’une manière juste ce formidable penseur chrétien. L’insistance permanente d’Augustin sur l’homme intérieur est perturbée de temps à autre par l’empiètement de diverses sortes d’antériorité, y compris celle des notions imprimées en nous par l’expérience (notiones impressae). Une attention particulière est accordée à l’antériorité de l’appel à l’aide, qui est aussi un appel à construire le Royaume, et là où nous sentons une limitation des termes de cet appel au secours (qui ne nous est peut-être pas destiné, mais que néanmoins nous entendons), nous avons des raisons d’amplifier le traitement qu’Augustin fait de l’amour du prochain.

Programme :

Lundi 16 et mardi 17 mars
Le jeune Augustin : « Le regard de l’âme est la raison »

Mercredi 18 et lundi 23 mars
De Trinitate I : « Voir et percevoir Dieu » (conspicere ac percipere Deum)

Mardi 24 et mercredi 25 mars
De Trinitate II : « Pour qu’il se tourne vers le Seigneur » (Ut convertatur ad Dominum)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme des leçons.

Architecture et liturgie au XVIIIe siècle par Gilles Drouin

Publication de l’ouvrage Architecture et liturgie au xviiie siècle. Offrir avec et pour le peuple, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 408 p.

Mettre l’architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l’architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.

Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l’architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l’espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l’écrit l’architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une « pierre de fondation » afin de penser des espaces sacrés… pour aujourd’hui.

Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, est maître de conférences au Theologicum-Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Théologie des Pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Du bon usage des normes en liturgie par Hélène Bricout (éd.)

Publication de l’ouvrage Du bon usage des normes en liturgie. Approche théologique et spirituelle après Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 421 p.

Alors que la majorité des clercs et des fidèles ont vécu la réforme liturgique comme la délivrance d’un carcan normatif, et que la liturgie semblait avoir trouvé un mode paisible de régulation, des attitudes plus contrastées, voire de véritables oppositions, sont apparues ces dernières années. Le rapport aux normes en liturgie devenait désormais problématique en France, et il était temps de tout remettre à plat. Cet ouvrage collectif montre ainsi que les normes supposées ou mises en œuvre par les livres liturgiques réformés requièrent un véritable sens théologique et pastoral du rituel. Il propose des repères pratiques et une réflexion de fond pour que son lecteur retrouve un rapport aux normes cohérent avec l’esprit de la réforme liturgique de Vatican II. Pédagogique et clair, il souhaite aider à la formation des personnes au service de la liturgie.

Avec les contributions d’Hélène Bricout (dir.), François Cassingena-Trévedy, Nicolas Cochand, Gilles Drouin, Luc Forestier, Isaïa Gazzola, Sébastien Guiziou, Winfried Haunerland, Albert Jacquemin, l’archevêque Job de Telmessos, Martin Klöckener, Christophe Lazowski, Bénédicte-Marie Mariolle, Thomas O’Loughlin, Olivier Praud, Patrick Prétot, Yann Raison du Cleuziou, Jean-Claude Reichert.

Parution du n° 152 de Transversalités « Punir »

Si notre malheur est de ne pouvoir éviter le scandale de la peine, à la réflexion, on le voit, le danger qui nous menace aujourd’hui est de tendre, voire de tout faire, pour l’éviter tout de même, fût-ce pour des raisons différentes. S’appuyer sur des procédures pénales bancales ou sur de nouvelles procédures assistées par les outils numériques ainsi que par des algorithmes capables de prédéterminer le verdict à rendre, ce sont autant de moyens de contourner le scandale, de court-circuiter le temps de la délibération, de se cacher sa faillibilité, de se dérober enfin devant sa propre responsabilité. En supprimant le dard qui nous oblige à nous confronter en conscience, non sans inquiétude, au devoir de punir, il se pourrait que le remède se découvre pire que le mal, et qu’en s’empêchant de faire le mal, on prive la Justice, l’Éducation et l’Église de pouvoir faire le bien.

Consultation du sommaire du n° 152 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Le pontificat de Pie XII (1939-1958) à la veille de l’ouverture des archives vaticanes

L’ouverture, prévue pour le 2 mars 2020, des archives vaticanes de recherche concernant le pontificat de Pie XII (1939-1958) a suscité un vif engouement. La richesse des archives romaines, qui  débordent les enjeux strictement confessionnels, devrait permettre d’interroger à nouveaux frais cette période complexe et cruciale de l’histoire de l’Europe et du monde.

Dans ce contexte, ce séminaire entend établir un état des lieux de l’historiographie abondante – et souvent polarisée – sur le pontificat du pape Pacelli, mais aussi identifier les thématiques innovantes et susceptibles de fédérer les recherches à venir en histoire et en sciences sociales.

La troisième séance de ce parcours intitulée « Le Saint-Siège et les mutations de la souveraineté de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide » aura lieu le jeudi 30 janvier 2020, de 9 h à 17 h, à l’Institut Catholique de Paris.

Laura Pettinaroli, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », fait partie du comité d’organisation.

Inscriptions : seminairepiexii@gmail.com

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé.

La femme au Moyen Âge

La femme au Moyen Âge : en lui-même le sujet est immense, omniprésent pour les médiévistes de toute catégorie, qu’ils soient philosophes, théologiens, historiens, littéraires, historiens du droit ou de l’art. Pourtant, les difficultés ne manquent pas pour qui veut étudier la moitié de l’humanité durant la moitié de l’ère chrétienne. D’abord, les sources sont presque toutes rédigées par des hommes, en majorité des clercs que leur état de vie sépare des femmes. Ensuite, la femme au Moyen Âge, ce sont en réalité des femmes plurielles et diverses, par leur âge, leur position sociale et l’époque où elles ont vécu. Cette femme au Moyen Âge que nous étudions, ce sont donc plutôt les femmes à travers les Moyen Âges. Pour mieux les connaître, on se penchera sur les sources médiévales afin d’y écouter tout ensemble des hommes d’institution : moines, philosophes, théologiens, juristes, prédicateurs, poètes, inquisiteurs, etc. ; et des femmes d’exception, qui se sont illustrées dans les lettres, la médecine, la vie religieuse, l’école, le pouvoir ou la guerre. À celles-ci comme à ceux-là, on posera les mêmes questions : que dites-vous de la femme, de sa nature universelle aussi bien que de son rôle particulier dans la société ? Qu’est-ce qui la distingue de l’homme ? Sur quoi l’homme et la femme se rejoignent-ils ou se complètent-ils ? Dans quels domaines peuvent-ils œuvrer ensemble ?

Ce colloque de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris aura lieu les jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2019 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite en ligne

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Repenser la rétribution

De prime abord, l’idée de rétribution semble bien inscrite dans les textes bibliques et les littératures du Proche-Orient ancien. Elle est pourtant tellement familière dans le monde occidental et la culture judéo-chrétienne, qu’il n’est pas exclu qu’elle puisse être utilisée indûment pour caractériser le contenu de textes ou qualifier leur théologie. Si l’étymologie du terme re-tribuere signifie littéralement  payer / donner en retour, et si la rétribution est alors ce qui est reçu en retour (récompense ou sanction) pour un acte déterminé, quelle définition plus précise en donner pour sonder les textes de la Bible et les corpus de l’Orient ancien ? Quels champs lexicaux serviraient, dans ces derniers, à lui donner consistance ? Sur quels critères estimer qu’on peut lire un texte à travers le prisme de cette idée ? Il semble important, dans un premier temps, de procéder à un travail de déconstruction, qui ne tienne pour acquis ni la définition de l’idée de rétribution, ni le corpus des textes de la Bible ou des cultures environnantes qui en traiteraient. Il importe d’appréhender, sous forme d’une histoire de l’idée, les contextes historiques de son émergence et les formes de son expression. Que recouvre cette notion : une structure anthropologique de base ou une perspective héritée de l’héritage judéo-chrétien ?

Ce colloque du pôle de recherche « Bible et Orient » de l’UR « Religion, Culture et Société » aura lieu les mardi 7 et mercredi 8 janvier 2020 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription gratuite en ligne

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Ce premier colloque sera suivi d’un second, les 18-19 mars 2021, qui aura pour visée de sonder à nouveaux frais les textes bibliques et les littératures des cultures environnantes pour vérifier si la notion
de rétribution imprègne ces textes et est présente dans les religions de l’Antiquité.

Parution du n° 151 de Transversalités « Paradis et paysages »

Le dossier du présent numéro de Transversalités associe deux mots qu’un esprit non prévenu relie volontiers par l’idée et qui pourtant sont faussement apparentés dans la langue : paradis et paysage. Il est préférable de le dire d’emblée : ils ont peu à voir, leurs sens se heurtent et se contredisent presque. L’un vient du grec – paradeisos – et signifiait un enclos destiné aux bêtes sauvages, avant que la Bible de la Septante ne s’en servît pour qualifier le jardin d’Éden ; le second est dérivé du latin pagensis, qui a donné en français le mot de « pays », comme portion de terre habitée par un groupe d’hommes.

Si le jardin (d’Éden) est le Paradis toujours déjà perdu et si la ville (invisible) est le Paysage à jamais à venir, l’homme ne peut vivre
qu’« entre les deux termes en tension ». Car il n’habite proprement la terre que s’il réussit à négocier avec chacun d’eux. En sorte que c’est bien plutôt si l’homme devait les séparer, comme eux-mêmes y tendent, « pour favoriser soit l’utopie constructiviste de la ville, soit l’utopie régressive du jardin », qu’il perdrait son humanité et ferait de son lieu un enfer inhospitalier et invivable. Telle serait l’aporie véritable, qui n’est plus celle que nous formulions au début, et qui lui est même rigoureusement contraire.

Consultation du sommaire du n° 151 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Quel maître ? Quel disciple?

La question de la transmission des savoirs fait l’objet d’interrogations récurrentes dans notre société et les multiples tentatives de réforme de l’institution scolaire en sont l’un des symptômes. Pour autant la relation maître / disciple ne se réduit pas à ce seul champ, et tenter de la définir, d’en cerner les acteurs, fait sens dans notre univers. Elle nécessite une approche diachronique et synchronique car elle n’a pas été la même dans les ateliers d’artistes du Moyen-Age et ceux de la Chine contemporaine. Son évidente dimension spirituelle doit aussi être présente en permanence dans nos réflexions. Alors que les nouveaux modes de diffusion pourraient transformer le statut des maîtres, il est encore utile d’écouter de multiples voix qui permettent d’approcher ces figures essentielles de notre monde.

Ce colloque international, qui aura lieu les 14 et 15 novembre 2019 à l’Institut catholique de Paris (salle Z27) est organisé par le pôle de recherche « Langues, Cultures, Histoire et Éducation » de l’UR « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

Inscription (gratuite)

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

Parution du n° 150 de Transversalités « La puissance critique de la Tradition chrétienne »

Transversalités publie son 150e numéro sous la forme d’un dossier dirigé par Jean-Louis Souletie, l’actuel doyen du Theologicum, et consacré à « la puissance critique de la Tradition chrétienne ». Par le choix du sujet, la qualité et le nombre de ses contributeurs, majoritairement enseignants-chercheurs intégrés à l’Institution, il marque l’identité de la revue. Il la lui rappelle.

Les textes proposés au lecteur s’attachent à penser autrement le rapport à sa propre tradition. La Tradition chrétienne n’est en effet oubli des origines et sédiments amoncelés de textes que pour le chrétien qui la reçoit de l’extérieur comme autant de jugements définitifs à formuler sur le monde, c’est-à-dire contre le monde. Mais pour peu qu’il la pénètre de façon vivante et consente à s’en refaire une mémoire, elle cesse d’être le dépôt mort de l’Histoire. Elle devient pour lui un « ressourcement ». Il ne lui sera alors plus besoin d’attendre de ses adversaires qu’ils critiquent sa foi pour contenir son dogmatisme ; il puisera en lui et dans la Tradition la puissance critique sans laquelle la foi n’est pas assez inquiète pour rester vive. Il verra aussi que la tradition n’est pas un refuge qui lui sert à préserver la foi des raisons que le monde lui oppose, mais qu’elle est la force qui lui permet de l’exposer et d’entrer en dialogue avec ceux qui ne la connaissent pas. Et cela dans la mesure où la tradition chrétienne a elle-même été un dialogue critique que le christianisme a toujours mené avec lui-même, en invitant l’Église à sa réforme incessante. Un mot doit retenir l’attention du lecteur, qu’il rencontrera à plusieurs reprises : le « discernement ». La Tradition chrétienne ne réarme pas la foi en multipliant les assurances qui font défaut au croyant ; elle entend aiguiser l’esprit qui l’anime en lui donnant un surcroît de discernement critique. Elle ne s’enseigne pas d’abord dans les magistères ; elle s’éprouve au contact du monde et des autres et se mesure à l’ouverture qu’elle opère en chacun.

Consultation du sommaire du n° 150 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr