Archives de catégorie : Publications

L’alliance thérapeutique en 66 notions par Fanny Marteau-Chasserieau et Marie-Jo Brennstuhl (éds.)

Publication de : Marie-Jo Brennstuhl & Fanny Marteau-Chasserieau (eds.), L’alliance thérapeutique en 66 notions, Paris, Dunod, collection Aide-mémoire, 2021, 425 pages.

Cet ouvrage met en avant une nouvelle compréhension des psychothérapies par le prisme de l’alliance thérapeutique, concept dynamique et complexe. Ce processus « commun » fonde l’essence même de toutes les psychothérapies : la relation à l’autre, et plus particulièrement l’alliance thérapeutique. Il s’agit d’en définir les fondements, les modèles théoriques et les caractéristiques dans une première partie conceptuelle ; puis de les illustrer au sein de la seconde partie d’applications thérapeutiques, en offrant au lecteur un panorama complet selon les spécificités du patient, les contextes de soins ou les différentes formes de psychothérapies.

Marie-Jo Brennstuhl est docteure en Psychologie, psychologue clinicienne, psychothérapeute, Maître de Conférences en Psychologie – Cheffe du Pôle Consultation, Centre Pierre Janet, Premier Centre Psychothérapeutique Universitaire, et membre du laboratoire APEMAC – Equipe EPSAM, Metz, France, Université Lorraine (EA 4360).

Fanny Marteau-Chasserieau est docteure en Psychologie, psychologue clinicienne, psychothérapeute et superviseur, Maître de Conférences en Psychologie – Ecole de Psychologues Praticiens. Elle est membre de l’équipe VCR, EPP Paris, membre de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société », Pôle EMI, Institut Catholique de Paris, et membre du laboratoire APEMAC – Equipe EPSAM, Metz, Université Lorraine (EA 4360). 

La Chine face au monde : une puissance résistible par Emmanuel Lincot et Emmanuel Veron

Publication de : Emmanuel Lincot et Emmanuel Veron, La Chine face au monde : une puissance résistible, Paris, Editions Capit Muscas, 2021, 144 p.

Puissance hors normes, la Chine a déjoué tous les pronostics occidentaux. Son développement économique ne s’est pas accompagné d’une démocratisation et son isolement diplomatique doit être relativisé. De plus en plus opposée à l’Occident qu’elle met au défi, elle trouve en revanche des relais importants dans les pays du sud qu’elle séduit depuis longtemps. Pour combien de temps encore ? L’Inde fait le choix d’un rapprochement avec Washington et ses alliés dans une stratégie d’endiguement, l’Indo-Pacifique, dont la viabilité n’en reste pas moins incertaine. L’état économique mondial, la crise environnementale ou le terrorisme montrent que la Chine reste davantage une force de proposition et beaucoup moins un partenaire fiable. Incontournable, elle n’engage pas moins notre avenir et ce vade-mecum accompagnera les décideurs et les opinions de toutes générations dans leurs propres réflexions.

Emmanuel Lincot est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique (ICP). Historien, sinologue, il est également chercheur-associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques(IRIS) où il dirige la revue Asia Focus. Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet -Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique.

Emmanuel Véron est docteur en géographie et spécialiste de la Chine contemporaine et de relations internationales. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO. Il est enseignant-chercheur associé à l’UMR IFRAE(Inalco) et à l’Ecole navale. Il est délégué général du Fonds de Dotation Brousse dell’Aquila (FDBDA).

La pratique des Ecritures par Sophie Ramond (éd.)

Publication de : Sophie Ramond (éd.), La pratique des Ecritures. Parcours en exégèse théologique, Paris, Cerf, coll. « Lectio divina » 277, 2021.

Chaque époque a eu sa façon de lire la Bible. Et d’en nourrir ses conceptions de la philosophie, de l’art mais aussi de l’économie et de la politique. C’est à une redécouverte des fondements de notre inconscient collectif que procède ce puissant recueil réunissant les meilleurs spécialistes.

Que sommes-nous devant l’immensité des Écritures ? Comment appréhender la Parole de Dieu ? Cette entreprise collective, fruit du travail des enseignants du département d’Écriture sainte du Theologicum (Institut catholique de Paris), propose de répondre à ces questions en se livrant à une lecture rigoureuse des textes bibliques. Deutéronome, Psaumes, Béatitudes, figures d’Abraham et de Caïn et Abel, Pierre dans l’évangile de Marc, Apocalypse, voici une série de lectures concrètes, qui procède d’une exégèse critique.
On ne saurait néanmoins limiter la réception du Verbe divin à une approche méthodique des textes. Animés par la dimension théologique d’une telle entreprise et sa nécessité pratique, les auteurs accompagnent, de leur pluralité d’approches, le mouvement des Écritures, de Dieu vers la communauté de ceux qui l’accueillent, où il s’est fait chair, et vers le monde, où l’incarnation divine a pris tout son sens. Souffle de vie, eau qui désaltère, la sainte Parole est portée à la connaissance du lecteur par le geste théologique d’une génération de biblistes soucieux d’allier lecture critique et démarche théologique.

Sophie Ramond est Professeur au Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris.

A Companion to Byzantine Science par Stavros Lazaris (éd.)

Publication de : Stavros Lazaris (éd.), A Companion to Byzantine Science, Leiden: Brill, Brill’s Companions to the Byzantine World 6, 2020, XVI + 658 pages.

La science byzantine a rarement été présentée de manière systématique, et la connaissance des disciplines qui la constituent est jusqu’à ce jour demeurée à la fois dispersée et réservée aux seuls spécialistes.Pour en dégager une vue d’ensemble, le présent recueil propose pour la première fois des études qui s’attachent à l’ensemble des savoirs scientifiques, mais aussi à leur application, au contexte de leur émergence et à leur évolution, durant les onze siècles d’existence de l’Empire byzantin. Après une introduction qui précise l’idée même de science à Byzance et après avoir dégagé le rôle joué par le christianisme dans l’enseignement scientifique, l’ouvrage aborde successivement et de façon exhaustive les mathématiques, l’optique, la métrologie et la physique, l’astronomie et l’astrologie, la géographie, la zoologie, la botanique, la médecine et la pharmacie, la médecine vétérinaire, la science stratégique militaire et enfin les sciences occultes.  Il permet de replacer au cœur du Moyen Âge byzantin des matières qui, marquées par l’héritage antique, ne cessèrent de nourrir de nouvelles entreprises scientifiques. Il permettra aussi, nous l’espérons, aux historiens de Byzance et aux historiens des sciences d’engager un dialogue toujours plus fructueux.

Continuer la lecture de A Companion to Byzantine Science par Stavros Lazaris (éd.)

Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? par Dominique Poirel (éd.)

Publication de : Dominique Poirel (éd.), Existe-t-il une mystique au Moyen Âge ? Actes du colloque international, organisé par l’Institut d’Études Médiévales et tenu à l’Institut Catholique de Paris les 30 novembre et 1er décembre 2017, réunis par Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2021, 206 pages.

Si la notion de mystique semble aller de soi pour le Moyen Âge, ce semble être par suite d’un malentendu. Car si l’historiographie du xixe siècle flétrissait volontiers de ce mot ce qui, dans la littérature médiévale, lui semblait mièvre, irrationnel ou extravagant, les auteurs médiévaux se servent quant à eux de l’adjectif « mystique » pour désigner bien autre chose: une certaine manière d’interpréter les Écritures (sens mystique), une façon de discourir sur Dieu (théologie mystique), une appartenance à la même Église (corps mystique). Il convient donc de revenir aux textes, en leur posant ces questions. Quand le mot « mystique » est-il employé dans des œuvres médiévales, et que veut-il dire ? À l’inverse, dans les œuvres dites aujourd’hui « mystiques », comment ce qui relève de cette catégorie est-il nommé, défini, compris par les auteurs eux-mêmes ? Est-il pertinent d’enclore dans un même genre des textes aussi divers que les visions, la littérature de dévotion, les analyses de la contemplation, les itinéraires de l’âme vers Dieu, la Théologie mystique du pseudo-Denys ? De la fin de l’époque patristique aux débuts de la Renaissance, le sens du mot « mystique » est-il resté stables, ou bien a-t-il évolué ? Au fond, peut-on dire que la notion moderne de mystique a son origine dans les temps médiévaux ?

Archiviste paléographe, Directeur de recherche au CNRS, attaché à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Directeur de l’Institut d’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, Visiting Professor à l’Université Catholique de Lublin, Dominique Poirel est historien des textes et de la pensée du Moyen Âge, éditeur et spécialiste en particulier de l’école de Saint-Victor ?

Chine, une nouvelle puissance culturelle ? par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Soft power & Sharp power, Paris, MkF, coll. « Les essais médiatiques », 2019, 176 p.

La culture, au même titre que l’économie, est un instru­ment de la puissance chinoise. Mais séduire le monde en faisant usage de son seul soft power ne suffit pas. L’État-parti communiste entend aussi diffuser de manière plus active des valeurs néo-confucéennes et conservatrices en ouvrant de Nouvelles routes de la soie et en recourant à l’Intelligence Artificielle, puissants vecteurs pour installer les intérêts du régime dans le monde. Ce sharp power mobilisé par Pékin est observable dans des champs d’activités aux applications très diverses. Que ce soit en créant ses propres industries culturelles dans le domaine de l’audiovisuel, en développant son marché de l’art ou à travers l’élaboration d’un discours nationaliste, tous garants d’une cohésion entre la Chine continentale et ses diasporas, Xi Jinping met en oeuvre une stratégie à vocation mondiale.

La culture est au cœur du projet chinois et avec elle, pourrait naître une toute autre grammaire des relations internationales. C’est sous cet angle inédit qu’Emmanuel Lincot nous donne ici des clés pour comprendre ce qui, au-delà même de la Chine, engage définitivement notre avenir.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Cai Lun, Le premier papetier par Christophe Comentale

Publication de : Christophe Comentale, Cai Lun, Le premier papetier. Paris : Ed. du Fenouil, 2021. 60 p. :  ill. en noir et en coul.

Une biographie tirée de sources classiques, celle d’un eunuque, Cai Lun, considéré comme l’inventeur du papier. Ainsi, ce personnage connu par quelques caractères tracés dans l’Histoire des Han postérieurs [23 – 220], prend un relief particulier sur une vie passée dans un relatif isolement. Une présentation enrichie de documents archéologiques permet de mieux comprendre cet environnement d’une Chine impériale aux usages autres.

Christophe Comentale, HDR, Conservateur en chef honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, enseigne l’histoire de l’art chinois et la scénographie à l’Institut Catholique de Paris. Il est chercheur et correspondant scientifique dans différentes institutions chinoises : musée national des minorités de Chine, institut central des Beaux-arts de Pékin, institut de recherches de l’Académie des sciences de Dunhuang.

Cette monographie est dans la suite des Monographies singulières publiées par l’auteur : Dai Kaizhi, Le livre des bambous  (Ed. le Moulin de l’Etoile, 2011), Fragments d’exotisme et voyage au pays du divers et Le Manuel interdit des Pivoines (Ed. du Fenouil, 2020), Le Traité des pousses de bambou ou Notes des échos septentrionaux (Ed. du Fenouil, 2021).

L’Église en état d’urgence par Ludovic Danto et Cédric Burgun (éds.)

Publication de : Ludovic Danto, Cédric Burgun (éds.), L’Église en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19, Paris, Editions du Cerf, coll. « Cerf Patrimoines », 2021, 183 p.

Fruit d’une journée d’études organisée par la Faculté de Droit canonique de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage se propose d’interroger les réponses canoniques et juridiques apportées à la célébration du culte catholique dans le cadre de la crise sanitaire.

Entre multiplication des célébrations à distance, via le Net et les réseaux sociaux, et usage des gestes barrières au sein des rites liturgiques, entre remise en cause des choix opérés par les autorités, publiques et religieuses, et présence renforcée du Saint-Père aux moments cruciaux des confinements, la pandémie de la Covid-19 sollicite chacun dans son lien aux autorités et dans son appartenance à une communauté de foi, dans le sens à donner à la liberté de culte et dans la réalisation concrète de celle-ci entre vie sacramentaire et vie de Charité.

Analysant le droit, la théologie et l’histoire, les différents contributeurs à cet ouvrage permettent une mise en perspective et ouvrent une réflexion qui demande à être poursuivie.

Ludovic Danto est Professeur ordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Cédric Burgun est Professeur extraordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Géopolitique du patrimoine par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dabi au Japon, Paris, MkF, 2021, 118 p.

Et s’il était possible de comprendre les relations internationales à travers une nouvelle grammaire? Le patrimoine s’avère un extraordinaire vivier pour l’élaboration d’une diplomatie nouvelle. Le contexte géopolitique actuel nous incite à repenser le patrimoine non plus sur le mode des représentations postcoloniales, mais bien d’après d’autres critères, moins univoques que le rapport idéologiquement stérile qu’entretiennent à ce sujet les pays du Nord et ceux du Sud. Il importe de voir le monde sous l’angle de l’histoire des relations internationales, des sensibilités d’opinion, mais aussi sous celui de l’art et de la culture comme enjeu mémoriel et politique.

À travers 5 cas emblématiques du continent asiatique (Abou Dabi et son environnement régional; le Monde chinois; le vandalisme en terres d’Islam; le Japon et l’ambivalente question patrimoniale; un patrimoine partagé entre l’Inde et le Pakistan), Emmanuel Lincot aborde la question du soft power aussi bien que des luttes d’influences internationales sous un angle inédit.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

Publication de  : Christophe Comentale, Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme, Paris, Les éditions du Fenouil, 2021.140 p. :  [146] ill. Bibliog. pp. 44-45.

La céramique chinoise reste un des domaines favoris des amateurs des arts du feu. L’approche de cette discipline est à la fois pragmatique – tout un chacun utilise au quotidien des récipients, assiettes, bols, gobelets, vases, jarres, soucoupes, que complexe. Il n’empêche que l’utilitaire est vite rattrapé par les possibilités de choix qui s’offrent à l’amateur face au nombre impressionnant de créateurs talentueux produisant des pièces de toutes sortes. Pièces d’artisanat, utilitaires, presque banales et pièces uniques nées de l’inspiration de créateurs inconnus mais dont le talent est manifeste. C’est le cas de cette céramique chinoise, terme qui, en Chine, inclut toutes sortes de terres, cuites à des températures diverses plus ou moins hautes.

Continuer la lecture de Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale