Archives de catégorie : Publications

Parution du n° 169 de Transversalités “La synodalité”

Initié à nouveaux frais par le pape François, le chemin de la synodalité invite les fidèles catholiques à se renouveler afin d’être plus fidèles à la mission que Dieu a confiée à l’Église dans le monde, lequel est présenté dans la constitution Gaudium et spes comme un « théâtre où se joue l’histoire du genre humain » et où se déploie la liberté de l’homme. Ainsi la réflexion sur la synodalité n’est-elle pas séparable de la mission, elle-même réfléchie de manière renouvelée pendant le Concile. En particulier, les apports de la réflexion ecclésiologique relatifs à l’apostolicité et à la catholicité de l’Église et le travail sur la Révélation, qui met au centre de la foi chrétienne le dialogue et la rencontre, ont contribué à ce renouveau.

Dans le contexte de la 16e assemblée générale du Synode des évêques en cours et de la publication d’une relation de synthèse à l’issue de la première session (octobre 2023), le présent dossier de Transversalités réfléchit à différents aspects de la synodalité : la coresponsabilité missionnaire des baptisés et des Églises locales, la contribution de l’université à l’expérience synodale, l’apprentissage mutuel des différentes confessions (à travers un regard orthodoxe), la notion de tradition liturgique comme contribution à une Église de forme synodale et la liturgie comme pédagogie de la synodalité.

Consultation du sommaire du n° 169 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à eetransversalites@icp.fr

 

Parution : The Persistence of the Soul in Literature, Art and Politics de Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail (dir.)

Publication : Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail (dir.), The Persistence of the Soul in Literature, Art and Politics, Palgrave Macmillan, December 2023, XVIII + 281 pages.

 

L’âme n’a cessé d’irriguer les représentations littéraires, artistiques et politiques, tout en restant peu présente dans les champs académiques concernés. Cet ouvrage espère mettre en lumière la persistance de ce concept dans les humanités et la façon dont il a été exploré par des auteurs et artistes du monde anglophone. L’âme y est étudiée au fil d’un corpus allant du 17e siècle à nos jours et rassemblant des auteurs et artistes du monde anglophone.

Cet ouvrage, dirigé par Delphine Louis-Dimitrov et Estelle Murail, fait suite au colloque « Persisting Souls » organisé à l’ICP en 2019 avec la collaboration du LARCA (UMR 8225 CNRS, Université Paris Cité).

 

 Site de l’éditeur (ebook disponible)

About this book

This book analyses the evolution of literary and artistic representations of the soul, exploring its development through different time periods. The volume combines literary, aesthetic, ethical, and political considerations of the soul in texts and works of art from the seventeenth to the twenty-first centuries, spanning cultures and schools of thought. Drawing on philosophical, religious and psychological theories of the soul, it emphasizes the far-reaching and enduring epistemological function of the concept in literature, art and politics. The authors argue that the concept of the soul has shaped the understanding of human life and persistently irrigated cultural productions. They show how the concept of soul was explored and redefined by writers and artists, remaining relevant even as it became removed from its ancient or Christian origins.

La table des matières est la suivante :

1 Introduction. Rewriting the Soul: The Persistence of a Concept

Jacques Arènes, Delphine Louis-Dimitrov, Estelle Murail, p. 1-26

Part I Writing the Soul

2 Egyptian Souls in Victorian Minds: The Transmigration of the “Ka” in Egyptianising Fiction

Nolwenn Corriou, p. 29-47

3 E. S. Dallas’s Literary Theory: The “Hidden Soul” and the Workings of the Imagination

Thalia Trigoni, p. 49-66

4 “You Haven’t Let Me Call My Soul My Own”: Soul, Psyche and the Thrill of Nothingness in May Sinclair’s Mary Olivier: A Life

Leslie de Bont, p. 67-82

5 Spectrality and Narrative Form in George Saunders’s Lincoln in the Bardo

Stefanie Weymann-Teschke, p. 83-99

6 Forging in the Smithy of David Foster Wallace’s Postmodern Soul

Béatrice Pire, p. 101-115

Part II The Aesthetics of the Soul

7 Transmutations of the Soul: Anima and Her Heart in Christopher Harvey’s School of the Heart (1647)

Émilie Jehl, p. 119-136

8 Let Us Go Forward: The Soul, Spiritualism, and the Funerary Commemoration of Richard Cosway, Dante Gabriel Rossetti, and Evelyn De Morgan

Cherry Sandover, p. 137-153

9 Dancing the American Soul: Secular and Sacred Motifs in the Choreographic American Renaissance

Adeline Chevrier-Bosseau, p. 155-175

10 Casting the Soul: Antony Gormley’s Sculptures

Coralie Griffon, p. 177-196

11 Sweet Soul Music

Adrian Grafe, p. 197-209

Part III The Ethics and Politics of the Soul

12 Colliding Circles: Ralph Waldo Emerson’s Concept of the Soul Between Spiritual Self-Realization and Materialistic Expansion

Olga Thierbach-McLean, p. 213-228

13 “Souls on Board”: A Counter-History of Modern Mobility

Susan Zieger, p. 229-242

14 African American Women’s Literary Renaissance: A Template for Spiritual Fiction in the Twenty-First Century?

Claude Le Fustec, p. 243-258

15 Persisting Souls in a Persisting Myth: Appropriation and Transmigration in Ahmed Saadawi’s Frankenstein in Baghdad (2013)

Claire Wrobel, p. 259-274

Parution : actes du XVIIe congrès de la Consociatio de droit canonique – Personne, droit et justice…

Publication : Ludovic Danto (dir.), Personne, droit et justice. La contribution du droit canonique dans l’expérience juridique contemporaine, Les Éditions du Cerfs, coll. “Cerf Patrimoine”, janvier 2024, 648 pages.

 

Les actes du dix-septième congrès de droit canonique de la Consociatio Internationalis studio iuris canonici promovendo de septembre 2023 sont parus.

Présentation de l’éditeur

Quelle que soit la place du droit canonique au regard des droits séculiers qu’il rencontre – entre reconnaissance concordataire ou reconnaissance simple de règlement intérieur –, celui-ci offre un lieu de réflexion à l’expérience juridique contemporaine. En partant du trinôme « personne, droit, justice », le droit canonique entend proposer une réponse à l’art du juste pour aujourd’hui, entre principes universels, qu’ils soient théologiques, philosophiques, juridiques, ou sociologiques et normes particulières dans leur historicité ou positivité, et ce dans un dialogue constant avec les différents corpus de droits.
Fruit du dix-septième Congrès de droit canonique de la Consociatio Internationalis studio iuris canonici promovendo, accueilli par la Faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris, le présent ouvrage, entre fondements du droit et élaborations normatives, propose une interprétation du droit canonique dans sa théorie et sa pratique. Ce positionnement se confronte et répond à l’expérience des sujets de droit vivant un pluralisme juridique de fait en tant que citoyens et fidèles du Christ.

Ludovic Danto est doyen de la Faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris depuis 2016. Docteur de l’Université pontificale grégorienne (Rome, Italie), il est professeur en droit canonique et directeur du troisième cycle. Au sein de l’Institut catholique de Paris, il est co-responsable du pôle « Cultures et Humanités » de l’unité de recherche « Religion, culture et société » (EA7403) et il est responsable de l’équipe de recherche « Autorité et transmission » traitant de la question de la synodalité.

 

L’ouvrage peut être consulté à la bibliothèque de droit canonique de l’Institut catholique de Paris.

Parution du n° 168 de Transversalités “Entreprises, territoires et bien commun”

Depuis la fin des années 1990, le rapport des entreprises et des territoires fait l’objet en France d’une réflexion à la fois théorique et pratique, dans un contexte marqué par une globalisation entraînant les territoires dans une logique de concurrence, non seulement pour conserver les entreprises qui y sont implantées, mais également pour accueillir de nouvelles entreprises, comme pour attirer des investissements nationaux et internationaux. Dans cette situation, si les entreprises généralement y gagnent, il n’en va pas nécessairement de même pour les territoires : certains y gagnent, d’autres y perdent, garantir l’effectivité du principe constitutionnel d’égalité des territoires devenant alors une opération complexe. Au-delà des mécanismes compensatoires et des dispositifs de péréquation relevant de la responsabilité territoriale de l’État, se pose donc depuis quelques années la question d’une responsabilité territoriale de l’entreprise, l’idée générale étant que la compétitivité des territoires incombe aussi aux entreprises qui y puisent des ressources pour leur propre compétitivité.

C’est à cette question que la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun, créée en 2021, a décidé, après un an de travail avec ses entreprises partenaires (Bayard, Clariane, Eurazeo, Grant Thornton, Kéa, Meridiam et Saint-Gobain), de consacrer son programme de recherche 2022-2024. Conformément à son projet scientifique général, l’enjeu est de mener cette recherche à l’aune de la notion de bien commun, entendue dans sa double dimension économico-juridique et éthico-politique, et des pratiques actuelles des entreprises, afin de comprendre pourquoi et comment les entreprises contribuent, peuvent, doivent contribuer, aujourd’hui au bien commun à l’échelle locale.

Ce dossier de la revue Transversalités constitue la première étape publique de cette recherche.

Consultation du sommaire du n° 168 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à eetransversalites@icp.fr

Emmanuel Lincot : Le très grand jeu : Pékin face à l’Asie centrale

Publication de : Emmanuel Lincot, Le très grand jeu : Pékin face à l’Asie centrale, Les Éditions du Cerf, Paris, 2023, 280 p.

L’échiquier tourne une nouvelle fois à la poudrière. La gloire de Samarcande s’est évanouie. Il n’est plus de Tamerlan pour déferler depuis cet océan de steppes. Néanmoins, une fois de plus, le devenir du monde se décide en Asie centrale. Avant-hier les Britanniques et les Russes, hier les Soviétiques et les Américains se sont disputés ce sas et ce pivot entre les continents. Aujourd’hui, le « Grand Jeu » continue. Avec, pour acteurs majeurs, la Chine mais aussi la Turquie, l’Iran, l’Inde, le Pakistan…
Les civilisations se sont donné rendez-vous à ce carrefour planétaire. Les rêves impériaux sont venus y mourir. Les idéologies, le nationalisme, le communisme, le panturquisme, le panislamisme, l’ont embrasé. Son étendue désertique, hachurée de forteresses défuntes, en fait le plus énigmatique des univers culturels, à la croisée de Mahomet et du Bouddha. Désormais, l’urgence le dévore.
Réempruntant les chemins caravaniers d’antan que recouvrent désormais les Nouvelles Routes de la Soie ouvertes par Xi Jinping, avide de capter cet espace lui offrant une inouïe profondeur stratégique, Emmanuel Lincot déchiffre ici les siècles écoulés pour décrypter les conflits contemporains.
Qu’en est-il des pions qu’avancent Ankara, Téhéran, Dehli, Islamabad, Moscou ? Suffiront-ils à endiguer l’avancée de Pékin ? Le rêve chinois de domination à partir de ce grand plateau démentira-t-il une histoire multiséculaire ? Ou s’abîmera-t-il en cette haute terre à l’instar de tant d’hégémonies éphémères ?
Ce livre, informé et sensible, d’un savant et voyageur amoureux de l’Asie centrale, constitue une formidable initiation à la diversité des cultes et des cultures tout en nous livrant une exceptionnelle leçon de géopolitique.

Ouvrage disponible à la bibliothèque de Fels

Emmanuel Lincot, spécialiste de la Chine contemporaine, est Professeur à l’ICP, membre de l’équipe Mémoire et Patrimoine.

Pierre-Alban GUTKIN-GUINFOLLEAU – L’existence à l’œuvre. Philosophie de Jankélévitch

Publication de : Pierre-Alban GUTKIN-GUINFOLLEAU, L’existence à l’œuvre, Paris, PUF,  coll. Hors collection, novembre 2023, 312 p.

L’unité d’une œuvre d’apparence éclatée se gagne dans la formulation d’un dénominateur commun à toutes ses parties. L’erreur qui consiste à voir dans la pensée de Vladimir Jankélévitch un émiettement de considérations morales sur les vertus réside dans une cécité qui suppose, pour recouvrer la vue, de comprendre cette œuvre comme une philosophie de l’existence. Cette philosophie n’est pas moins une métaphysique qu’une morale.

En ce sens, l’existence se décline sur le plan métaphysique comme un fait et sur le plan moral comme une tâche. Le foisonnement qui devait ainsi ruiner l’unité de cette œuvre rejoint le principe qui le commande et installe l’exigence humaine du devenir soi au cœur d’une pensée singulière.

 

Pierre-Alban Gutkin-Guinfolleau est maître de conférence à la Faculté de la Philosophie de l’Institut catholique de Paris et membre de l’équipe de recherche Dialogue des rationalités.

Parution du n° 167 de Transversalités “L’idée d’université”

À l’instar de l’école, espace de croissance et de liberté dans lequel « s’élève » chaque nouvelle génération, l’université ne peut véritablement remplir sa fonction qu’à l’abri des logiques économiques et des pressions politiques ou religieuses. Lors de sa fondation médiévale, l’ensemble, ou corps, des maîtres et des étudiants (universitas magistrorum et scholarium) a en effet été conçu comme indépendant du pouvoir royal et de celui de l’archevêque, exempté d’impôt, avec le devoir, en retour, de donner aux sociétés médiévales latines et à l’Église les intellectuels dont elles avaient besoin.

À quoi bon des maîtres et des étudiants, demandera-t-on ? La plupart des grandes écoles françaises, comme les multiples écoles de commerce, d’ingénieurs et de management qui ont fleuri durant les dernières décennies, ont justement été créées pour introduire « aux choses intellectuelles sans faire des intellectuels ». Il s’agit en leur sein de former des personnes suffisamment cultivées, selon les codes du milieu où elles évolueront, mais restant assez « agiles » pour faire des affaires, élaborer des stratégies de développement et diriger efficacement des « collaborateurs » dans un contexte mondialisé et fortement concurrentiel. À l’université, au contraire, l’étudiant se cultive tellement qu’on en vient à se demander « ce qu’il pourrait bien faire » dans le monde tel qu’il va, à part enseigner et devenir chercheur lui-même, comme si l’université était vouée à exister pour elle-même – ce qui constitue évidemment un contresens. En réalité, si les étudiants formés à l’université ne savent pas nécessairement tirer leur épingle du jeu, ils sont en revanche capables d’analyser, d’interroger et, le cas échéant, de remettre en question les règles du jeu.

Consultation du sommaire du n° 167 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Jean-Baptiste De Beauvais, David Sendrez, Marie-Caroline De Marliave (dir.) – Art au présent : glossaire

Publication de : Jean-Baptiste De Beauvais, David Sendrez, Marie-Caroline De Marliave, Art au présent : glossaire Que peut-on attendre d’une œuvre d’art ? Que peut-on attendre d’une pensée théologique ?, Paris, éditions Herman, 2023, juin 2023, 200 p.

Les mots qui composent les entrées de ce glossaire ont été glanés à l’occasion de conversations qui se sont déroulées dans le cadre du séminaire « L’art au présent » au Collège des Bernardins entre 2019 et 2022. À chacune de ces conversations, un même protocole a été appliqué : la personne invitée – selon son domaine de compétence – se voyait adressée une question soit : « Que peut-on attendre d’une œuvre d’art ? », soit : « Que peut-on attendre d’une pensée théologique ? ». Au fil de ces conversations, des effets inattendus de miroirs, d’échos, mais aussi de contradictions ou de complémentarités, se sont révélés entre ces deux champs que sont l’art et la théologie. Plutôt que de tenter une synthèse impossible ou une pensée récapitulative de ces échanges, il nous a semblé plus pertinent d’en extraire quelques verbatims qui permettent de glisser d’une pensée à l’autre et d’ouvrir de nouvelles possibilités de résonances ou de passerelles.

 

Ce glossaire est complété de trois textes inédits de Jean-Baptiste de Beauvais, Marie-Caroline de Marliave et David Sendrez.

 

Marie-Caroline de Marliave est Professeur extraordinaire à l’ICP, membre de l’équipe de recherche en anthropologie chrétienne. David Sendrez, directeur du troisième cycle de la Faculté ND du Collège des Bernardins, est chargé d’enseignement au sein du Theologicum et membre de l’équipe Dialogue des rationalités.

 

Parution du n° 166 de Transversalités “À propos du livre d’Emmanuel Falque Hors phénomène

« Lorsque quelque chose arrive ou m’arrive, il faut distinguer ce qui prépare l’événement (l’infraphénoménal : par exemple le flux de conscience chez Husserl, le retrait chez Heidegger ou le monde de la vie chez Merleau-Ponty), ce qui déborde l’événement (le supra-phénoménal : par exemple le visage chez Levinas, l’auto-affection chez Michel Henry, la parole chez Jean-Louis Chrétien, le don chez Jean-Luc Marion, la liturgie chez Jean-Yves Lacoste), et ce qui détruit la capacité même de faire évènement (ce que nous nommons l’extraphénoménal). Le “Hors phénomène” est en effet une structure, découverte ou mise à jour par un trauma, dans laquelle le “choc” de l’événement est tel qu’il détruit à la fois les possibilités les capacités du sujet phénoménalisant (le moi) et l’horizon phénoménalisé (le monde). Dans la crise, le sujet devient “Hors je(u)” au double sens du mot : à savoir “hors de lui-même” (hors je) et hors du terrain ou du monde où encore jouer ou évoluer (hors-jeu). »

C’est ainsi qu’Emmanuel Falque présente le Hors phénomène au seuil de son mémorandum en dix thèses pour son ouvrage Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, 2021, œuvre sur laquelle revient le dossier de ce numéro de Transversalités sous forme d’un « débat » : cinq contributions (Renaud Barbaras, Danielle Cohen-Levinas, Paul Audi, Sœur Jean-Édith Ginot et Olivier Philippart de Foy) proposent une lecture de l’ouvrage et sont suivies de réponses de l’auteur. Cet ensemble est enrichi du mémorandum précité et d’une réflexion d’E. Falque sur « Dieu Hors phénomène ».

Consultation du sommaire du n° 166 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

 

 

 

Emmanuel Pisani & Zohra Aziadé Zemirli (dir.), Renouveau et dynamiques de l’islamologie en Europe

Publication de : Emmanuel Pisani & Zohra Aziadé Zemirli (dir.), Renouveau et dynamiques de l’islamologie en Europe, Paris, Editions du Cerf, coll. “Patrimoines”, 2023, 235 p.

Voici un passionnant état des lieux des recherches qui augmentent notre connaissance sur le fait religieux musulman ancien et contemporain.

Dans un contexte international troublé où l’islam est parfois défi ni comme marqueur idéologique de nombreux conflits, des recherches académiques mobilisant l’histoire, la sociologie, la science politique se sont multipliées en Europe.
Si ces recherches ont une valeur reconnue, il est cependant nécessaire de les coupler avec une connaissance approfondie des sources de l’islam et de leurs usages contemporains. En déclin par rapport à l’âge d’or du XIXe et début du XXe siècle, l’islamologie connaît un nouvel essor en Europe à la faveur d’une dynamique de fi nancements et de la création de postes en université, notamment en France. Ainsi assiste-t-on à l’essor de l’islamologie dans les pays européens ces dernières années. Le présent ouvrage dresse une cartographie des différentes expériences de recherches et d’enseignements de cette discipline en Europe, de son dialogue avec les autres disciplines des sciences humaines, des échanges fructueux ou des hiatus entre le champ de la recherche, les administrations ou encore les acteurs du culte musulmans. Se dessine un passionnant état des lieux des recherches qui augmentent notre connaissance sur le fait religieux musulman ancien et contemporain.

Emmanuel Pisani est directeur de l’Institut dominicain d’études orientales et membre associé à l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).