Archives de catégorie : Derniers numéros de Transversalités

Parution du n° 157 de Transversalités « Marcel Jousse »

Le numéro 157 de la revue Transversalités consacre son dossier à la vie et à l’œuvre de Marcel Jousse (1886-1961), éminent savant, prêtre et jésuite qui occupa la chaire d’anthropologie linguistique à l’École d’anthropologie de Paris (1932-1951), et parallèlement, enseigna à la Sorbonne (1931-1957) et à l’École pratique des hautes études (1933-1945). Marcel Jousse n’a pas apporté une contribution originale à la psychologie, la théologie, l’ethnologie, la philosophie, la pédagogie, l’art et l’esthétique, etc., il les a réinventées par rajeunissement d’elles-mêmes. En se situant à la croisée des disciplines, il les a reconduites à leur source qu’est la Parole vive. Aux sciences livresques, il a voulu donner une chair, une vie. Il a inventé une anthropologie nouvelle.

Les cinq contributeurs du présent dossier ont choisi autant d’angles différents pour introduire à sa pensée et donner une idée de la richesse qu’elle contient. Il leur arrive également de faire part de la découverte que Marcel Jousse a été pour eux. Que le lecteur les accompagne et s’inscrive dans leurs pas. Il pourra aussi consulter les archives de Marcel Jousse que l’Institut catholique de Paris vient d’accueillir.

Consultation du sommaire du n° 157 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 156 de Transversalités « Héroïsme et sainteté »

La question essentielle qui se pose à nous est de savoir si une figure contemporaine du héros ou du saint existe et si elle peut avoir un sens.

Il y a des vertus qui sont invisibles à la surface mais qui, insoupçonnées, n’œuvrent pas moins dans les profondeurs de l’âme où elles plongent leurs racines. Le saint chrétien prolonge le héros antique par le martyre. En étudiant la manière dont ils se sont articulés l’un à l’autre, Marie-Françoise Baslez donne à la réflexion d’ensemble sa base historique fondamentale.

La vie des saints a montré que les coups d’éclat ne sont pas nécessaires à l’héroïsme et combien il peut y avoir d’héroïsme dans la sainteté elle-même. Tel serait « l’héroïsme de la patience cachée » qu’Arnaud Montoux contribue à faire résonner dans la vie et l’œuvre de Marie Noël, en éloignant le lecteur du bruit des canons qui empêchent de l’entendre. Inversement, comme l’écrit Alexandre de Vitry, la sainteté a pu revêtir, en raison de sa proximité avec l’héroïsme, un « caractère profondément civique » qu’elle n’avait pas à l’origine.

Identifiant l’idolâtrie moderne du moi comme étant le principal obstacle à la grandeur véritable, l’article de Robert Redeker invite à souligner, en ces temps de nihilisme, la nécessité de prendre à nouveau la sainteté en modèle. Le monde moderne serait-il le plus petit des mondes, il demeure suffisamment vaste pour accueillir des types très différents d’héroïsme et de sainteté, et peut-être un héroïsme et une sainteté qui lui soient propres.

Notre époque ne manquerait pas tant de grandes personnalités que d’oreilles assez fines pour continuer, dans le grand fracas de l’histoire, à entendre leur appel. Emmanuel Gabellieri suit ainsi le destin croisé de deux femmes d’exception, « mortes toutes deux en 1943 dans leur lutte contre le nazisme » : Simone Weil et Etty Hillesum. Philosophe ou femme de lettres, elles ont eu en partage un même geste qui inspira leur vie et leur œuvre : un « don total de soi […] là précisément où l’absence de Dieu est la plus grande ».

 

La revue Transversalités fait peau neuve avec une nouvelle maquette !

« À l’image de sa couverture, nous l’avons voulue sobre et élégante, ancrée dans l’institution qui la porte et, en même temps, ouverte sur la très vaste communauté des chercheurs dont elle accueille régulièrement les travaux. »

« Puisse ici le lecteur ouvrir la revue Transversalités et, tout en découvrant sa forme nouvelle, elle-même la redécouvrir. »

Consultation du sommaire du n° 156 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du supplément 7 de Transversalités « Les 130 ans du Theologicum de l’Institut Catholique de Paris »

Publication du supplément à la revue Transversalités « Les 130 ans du Theologicum de l’Institut Catholique de Paris », sous la direction de Jean-Louis Souletie.

Le 19 novembre 2019, la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris célébrait son 130e anniversaire. Héritière des facultés de la Sorbonne après la séparation de l’Église et de l’État, elle se propose d’articuler la théologie chrétienne et les sciences sociales dans le paysage culturel français et international. Comme l’a rappelé le cardinal Rheinard Marx en ce jour anniversaire lors de son doctorat honoris causa, cette faculté de théologie nourrit la liberté spirituelle que l’Évangile cherche à promouvoir dans le débat social.

La théologie chrétienne demeure dans cette longue tradition parisienne du quartier latin cet art du discernement puisé à la source des Écritures pour agir en raison dans la société. Elle relève depuis 130 ans les défis que lui adresse l’histoire. La crise écologique et la pandémie qui a saisi la planète au début de l’année 2020 s’inscrivent dans cette exigence de penser dans l’ouverture à l’inconnu.

Cet anniversaire vient à point nommé pour un exercice de mémoire qui relise notre histoire et pour susciter un nouvel élan afin de prendre en charge l’intelligence de la foi dont l’Église a besoin dans le monde de ce temps.

Parution du n° 155 de Transversalités « poésie et transcendance »

Le dossier du présent numéro de Transversalités, coordonné par les soins de Nathalie Nabert, s’interroge sur le lien entre « Poésie et transcendance ».

L’article qui l’ouvre est de Nathalie Nabert elle-même. Elle fixe le thème ; elle pose le cadre ; elle anticipe sur les auteurs dont il sera également question. Bref, elle a le geste ample et précis qui lui est ajusté, et les contributions qui lui font suite constituent comme ses variations possibles, encore que toujours surprenantes, à l’image des auteurs qu’elles ont choisi de privilégier. Michael Edwards, de l’Académie française, s’intéresse plus particulièrement à la figure de François Villon. Bien sûr, il ne sera pas sans reprendre à ses frais la question elle-même, cherchant à surprendre à son tour dans la poésie la trace du langage adamique qui s’y est abîmée. De son côté, Anne-Sophie Constant s’attache au poète Pierre Emmanuel, dont le parcours et l’œuvre n’ont cessé d’être en rapport avec l’Insaisissable. De façon plus inattendue, Alain Vircondelet se consacre à l’œuvre poétique d’Eugène Guillevic et à sa célébration du réel. L’enseignement à tirer n’en est pas moins grand. On s’aperçoit en effet que le poète, partisan communiste, avait pu tourner le dos au catholicisme de son enfance, mais non pas à la transcendance elle-même. Enfin, plus qu’aucune autre, l’œuvre poétique de saint Jean de la Croix a consisté à dire l’indicible. Jacques Ancet, son traducteur dans la « Bibliothèque de la Pléiade », prend l’exemple de l’un de ses poèmes, « Flamme d’amour vive », et nous fait part de certains des choix de traduction auxquels il fut conduit afin de se tenir au plus près de l’expérience de langage qu’il s’est efforcé de retranscrire.

Consultation du sommaire du n° 155 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 154 de Transversalités « Notre-Dame de Paris »

Un an après l’incendie de Notre-Dame de Paris, survenu les 15 et 16 avril 2019, le présent numéro de la revue Transversalités consacre son dossier à l’immense cathédrale. Sublime et incomparable, patronne des églises de France, et aussi, et même également, la plus familière et la plus comparable, le foyer qui leur est commun à toutes. Unique et commune, elle l’est encore au-delà du cercle des fidèles. Chef-d’œuvre de l’architecture médiévale, elle est classée au patrimoine des grands monuments historiques ; intimement mêlée à l’Histoire de France, elle est aussi l’un des symboles de la nation. Notre-Dame est devenu avec le temps le bien de tous, et même, dans le détail, le bien de chacun, l’une de ces richesses que la France a offertes au monde, qui participent à son rayonnement et sur lesquelles nous continuons secrètement, – mais pourquoi ne pas le dire, – à prélever une certaine fierté, voire une certaine dignité de notre ancienne grandeur.

Probablement oublions-nous trop facilement ces nombreux liens invisibles qui nous attachent à nos monuments vénérables, à Notre-Dame de Paris en particulier. Et il est toujours juste et bon d’en faire remonter quelques-uns de temps à autre à la claire conscience, tant ils sont nous-mêmes plus encore qu’à nous. Une telle raison serait déjà très suffisante pour lire les articles qui sont ici proposés et qui, par leur évocation, mettent en lumière notre cathédrale. Cécile Coulangeon remonte aux origines de sa construction, qui débute au XIIe siècle, avant de suivre le fil de son histoire architecturale jusqu’à sa restauration par Viollet-le-Duc durant la seconde moitié du XIXe siècle. En choisissant de l’éclairer sous l’angle du droit canonique, du droit français et de la science politique, Philippe Greiner la place sous le signe de la concordia. Il la voit alors traverser les temps, tel un vaisseau de pierre ouvrant sur la Jérusalem céleste. Gilles Drouin montre de quelle manière la théologie, notamment celle de l’initiation chrétienne, peut servir à l’accompagnement de « l’expérience cathédrale » que chaque visiteur aspire à faire.

Consultation du sommaire du n° 154 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 153 de Transversalités « Le retour de l’Homme »

Jugée désuète ou suspecte il y a peu encore, la question de l’homme  contemporain. Il n’y a d’ailleurs pas lieu d’applaudir ou de le déplorer, car elle n’est pas revenue de la façon dont on l’aurait attendue. Mais autrement, étrangement. Et c’est ce que le dossier du présent numéro de Transversalités se propose d’interroger.

Si plusieurs humanismes avaient jusqu’ici pu être mis en concurrence, c’était parce qu’ils s’appuyaient sur des conceptions différentes de l’homme. Aujourd’hui, à présent que la course aux prétendants est achevée, il faut s’y résigner, un seul a triomphé : l’humanisme prométhéen, technique et revendicateur. On peut s’horrifier que nombre de ses promesses de conquête aient été tenues, leur réalisation ne s’impose pas moins comme un fait.

Mais il n’est pas dit que l’innovation technique ait changé les conditions faites à l’homme au point que le recours à la tradition ne soit plus d’aucun secours pour lui-même. Faudrait-il que l’homme d’avant l’intelligence artificielle n’ait plus rien à lui apprendre sur l’homme à venir ou sur sa propre formation d’homme ? Proposons-nous plutôt de convoquer les traditions humanistes dans leur pluralité ; il n’est peut-être pas trop de toutes pour réfléchir aux possibilités d’un humanisme ajusté aux défis de notre époque et capable d’y répondre. C’est cette direction qu’impriment les travaux de Brigitte Cholvy, qui ouvre ce dossier, ainsi que le « groupe de recherche en anthropologie chrétienne » (GRAC) qu’elle anime au sein de l’Institut catholique de Paris. Et c’est également celle que partagent les présents contributeurs (Stefano Biancu, Alberto Anelli, Emmanuel Falque) qui participent au programme de doctorat international (Humanisme contemporain) organisé l’an dernier par l’ICP, de concert avec l’Université LUMSA de Rome, l’Université catholique d’Australie et l’Université catholique pontificale du Chili. C’est cet effort commun que ce dossier entend saluer, dans l’espoir d’encourager le lecteur à y participer à leur suite.

Consultation du sommaire du n° 153 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 152 de Transversalités « Punir »

Si notre malheur est de ne pouvoir éviter le scandale de la peine, à la réflexion, on le voit, le danger qui nous menace aujourd’hui est de tendre, voire de tout faire, pour l’éviter tout de même, fût-ce pour des raisons différentes. S’appuyer sur des procédures pénales bancales ou sur de nouvelles procédures assistées par les outils numériques ainsi que par des algorithmes capables de prédéterminer le verdict à rendre, ce sont autant de moyens de contourner le scandale, de court-circuiter le temps de la délibération, de se cacher sa faillibilité, de se dérober enfin devant sa propre responsabilité. En supprimant le dard qui nous oblige à nous confronter en conscience, non sans inquiétude, au devoir de punir, il se pourrait que le remède se découvre pire que le mal, et qu’en s’empêchant de faire le mal, on prive la Justice, l’Éducation et l’Église de pouvoir faire le bien.

Consultation du sommaire du n° 152 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 151 de Transversalités « Paradis et paysages »

Le dossier du présent numéro de Transversalités associe deux mots qu’un esprit non prévenu relie volontiers par l’idée et qui pourtant sont faussement apparentés dans la langue : paradis et paysage. Il est préférable de le dire d’emblée : ils ont peu à voir, leurs sens se heurtent et se contredisent presque. L’un vient du grec – paradeisos – et signifiait un enclos destiné aux bêtes sauvages, avant que la Bible de la Septante ne s’en servît pour qualifier le jardin d’Éden ; le second est dérivé du latin pagensis, qui a donné en français le mot de « pays », comme portion de terre habitée par un groupe d’hommes.

Si le jardin (d’Éden) est le Paradis toujours déjà perdu et si la ville (invisible) est le Paysage à jamais à venir, l’homme ne peut vivre
qu’« entre les deux termes en tension ». Car il n’habite proprement la terre que s’il réussit à négocier avec chacun d’eux. En sorte que c’est bien plutôt si l’homme devait les séparer, comme eux-mêmes y tendent, « pour favoriser soit l’utopie constructiviste de la ville, soit l’utopie régressive du jardin », qu’il perdrait son humanité et ferait de son lieu un enfer inhospitalier et invivable. Telle serait l’aporie véritable, qui n’est plus celle que nous formulions au début, et qui lui est même rigoureusement contraire.

Consultation du sommaire du n° 151 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 150 de Transversalités « La puissance critique de la Tradition chrétienne »

Transversalités publie son 150e numéro sous la forme d’un dossier dirigé par Jean-Louis Souletie, l’actuel doyen du Theologicum, et consacré à « la puissance critique de la Tradition chrétienne ». Par le choix du sujet, la qualité et le nombre de ses contributeurs, majoritairement enseignants-chercheurs intégrés à l’Institution, il marque l’identité de la revue. Il la lui rappelle.

Les textes proposés au lecteur s’attachent à penser autrement le rapport à sa propre tradition. La Tradition chrétienne n’est en effet oubli des origines et sédiments amoncelés de textes que pour le chrétien qui la reçoit de l’extérieur comme autant de jugements définitifs à formuler sur le monde, c’est-à-dire contre le monde. Mais pour peu qu’il la pénètre de façon vivante et consente à s’en refaire une mémoire, elle cesse d’être le dépôt mort de l’Histoire. Elle devient pour lui un « ressourcement ». Il ne lui sera alors plus besoin d’attendre de ses adversaires qu’ils critiquent sa foi pour contenir son dogmatisme ; il puisera en lui et dans la Tradition la puissance critique sans laquelle la foi n’est pas assez inquiète pour rester vive. Il verra aussi que la tradition n’est pas un refuge qui lui sert à préserver la foi des raisons que le monde lui oppose, mais qu’elle est la force qui lui permet de l’exposer et d’entrer en dialogue avec ceux qui ne la connaissent pas. Et cela dans la mesure où la tradition chrétienne a elle-même été un dialogue critique que le christianisme a toujours mené avec lui-même, en invitant l’Église à sa réforme incessante. Un mot doit retenir l’attention du lecteur, qu’il rencontrera à plusieurs reprises : le « discernement ». La Tradition chrétienne ne réarme pas la foi en multipliant les assurances qui font défaut au croyant ; elle entend aiguiser l’esprit qui l’anime en lui donnant un surcroît de discernement critique. Elle ne s’enseigne pas d’abord dans les magistères ; elle s’éprouve au contact du monde et des autres et se mesure à l’ouverture qu’elle opère en chacun.

Consultation du sommaire du n° 150 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 149 de Transversalités « le sport »

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 148 de Transversalités « Une ontologie trinitaire. Autour de Klaus Hemmerle »

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, figure mieux connue pour sa participation active au mouvement ecclésial des Focolari, est peut-être aussi le plus méconnu des grands théologiens du xxe siècle, dont la réflexion n’avait d’ailleurs pas manqué d’être, comme par anticipation, une source d’inspiration pour la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich (1920-2008). À l’occasion de la publication de la traduction française des Thèses pour une ontologie trinitaire (éditions Ad Solem, 2014) de K. Hemmerle, une journée d’étude fut organisée le 7 avril 2015 à l’Institut Catholique de Paris autour de ses recherches fondamentales. Le dossier de ce numéro 148 de la revue Transversalités propose aux lecteurs un certain nombre des contributions de cette journée.

Consultation du sommaire du n° 148 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du supplément 6 de Transversalités « Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ? »

      Publication du supplément à la revue Transversalités « Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ? », sous la direction de Pierre Tcherkessoff.

Au fil des siècles, la justice française s’est toujours adaptée aux évolutions de la société mais elle subit depuis quelques décennies une double influence : celle, considérable, de la CEDH, des directives de l’Union européenne et, dans une moindre mesure, celle du droit américain notamment par le biais de l’idée de transaction. L’acte de juger qui constituait le cœur et le sens même de sa mission, paraît céder progressivement la place à un nouveau positionnement.

Cette évolution n’est-elle pas de nature à subvertir les fondements traditionnels de la justice française ? Le système de common law ne se trouve-t-il pas, a priori, en position d’hégémonie ? Le système français d’un juge gardien du droit n’est-il pas en train d’évoluer vers celui d’un juge gardien de la procédure, « à l’anglo-saxonne » ? Les instruments juridiques et les institutions juridictionnelles de l’Union européenne mais aussi du Conseil de l’Europe n’en portent-ils pas la marque ? La tendance à l’uniformisation de la justice ne favorise-      t-elle pas l’émergence d’un modèle commun, dans lequel les systèmes continentaux se soumettraient à ceux de common law ?

C’est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage, en croisant les regards d’universitaires et de praticiens autour des différentes problématiques que pose l’évolution de la justice.

Avec les contributions de Jacques-Henri Robert, Pierre Tcherkessoff, Jean Pradel, Philippe Greiner, Thibault Lahalle, Antoine Gouëzel, François Monteagle, Arnaud de Nanteuil, Philippe Corruble, Ramu de Bellescize, Olivier Echappé

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 147 de Transversalités « Regards sur la violence »

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 146 de Transversalités « Neurosciences et liberté »

Selon une approche « classique » des domaines du savoir, il revient au philosophe de penser et de définir la notion de liberté, d’étudier ses conditions de possibilité et d’envisager les conséquences éthiques et politiques d’une juste compréhension de la liberté humaine.

Les progrès récents des neurosciences permettent aujourd’hui une approche de plus en plus précise du fonctionnement du cerveau humain et de la manière dont les différentes aires cérébrales sont mobilisées par l’activité humaine, de la plus élémentaire (marcher, voir) à la plus élaborée (choisir, décider). Dès lors se pose la question de la définition et de la pertinence de la notion de liberté, dans un contexte où les résultats actuels des neurosciences peuvent conduire à interroger, à partir d’un point de vue neurobiologique, la réflexion des philosophes. Il apparaît donc utile de susciter un échange, une conversation entre neurosciences et philosophie, et c’est à cette tâche qu’est consacré le dossier du numéro 146 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités.

Consultation du sommaire du n° 146 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 145 de Transversalités « Interpréter l’Écriture »

Dix ans après l’assemblée générale ordinaire du synode des évêques réunie par le pape Benoît XVI, avec comme thème de travail « La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l’Église », le dossier de ce numéro 145 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités est consacré à l’interprétation de l’Écriture, avec les contributions d’Olivier Artus, de Jean-Daniel Macchi, d’Emmanuel Durand et de Patrick Prétot.

La question d’une interprétation « juste » de l’Écriture s’est posée avec acuité dans l’Église catholique depuis la fin du XIXe siècle, dans la mesure où il semblait difficile d’articuler les données de l’étude critique des textes et leur interprétation théologique. L’exhortation post-synodale Verbum Domini contribue à approfondir cette articulation, notamment en encourageant les exégètes à développer une approche canonique des textes bibliques.

Consultation du sommaire du n° 145 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08