Archives de catégorie : Derniers numéros de Transversalités

Parution du n° 170 de Transversalités “Charismes et authentification”

S’il est commun de thématiser le rapport entre charisme et institution sous l’angle d’une opposition, depuis la théologie paulinienne jusqu’aux développements de la sociologie contemporaine, le charisme met l’institution au défi non seulement de sa régulation mais aussi de son ressourcement. À cet égard, le changement récent de modèle ecclésiologique d’une Ecclesia Mater et Magistra à une Église disciple-missionnaire laisse la théologie catholique des institutions et du droit en chantier.

Le thème du dossier – « charismes et authentification » – est abordé sous différents angles, avec tout d’abord un horizon biblico-théologique (Ancien et Nouveau Testaments, Karl Rahner, la conscience morale), puis avec des regards en sociologie des religions (Max Weber, Marcel Mauss, Pierre Bourdieu) et science politique (Carl Schmitt, Jürgen Habermas, Hermann Heller).

En écho au dossier, les charismes sont aussi abordés sous l’angle de leur perversion dans une chronique publiant trois contributions d’un séminaire interdisciplinaire sur L’Affaire de Tangi Cavalin (mystique et fausse mystique, recours à la question du récit à partir de Paul Ricœur, thématique de l’emprise).

Consultation du sommaire du n° 170 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 169 de Transversalités “La synodalité”

Initié à nouveaux frais par le pape François, le chemin de la synodalité invite les fidèles catholiques à se renouveler afin d’être plus fidèles à la mission que Dieu a confiée à l’Église dans le monde, lequel est présenté dans la constitution Gaudium et spes comme un « théâtre où se joue l’histoire du genre humain » et où se déploie la liberté de l’homme. Ainsi la réflexion sur la synodalité n’est-elle pas séparable de la mission, elle-même réfléchie de manière renouvelée pendant le Concile. En particulier, les apports de la réflexion ecclésiologique relatifs à l’apostolicité et à la catholicité de l’Église et le travail sur la Révélation, qui met au centre de la foi chrétienne le dialogue et la rencontre, ont contribué à ce renouveau.

Dans le contexte de la 16e assemblée générale du Synode des évêques en cours et de la publication d’une relation de synthèse à l’issue de la première session (octobre 2023), le présent dossier de Transversalités réfléchit à différents aspects de la synodalité : la coresponsabilité missionnaire des baptisés et des Églises locales, la contribution de l’université à l’expérience synodale, l’apprentissage mutuel des différentes confessions (à travers un regard orthodoxe), la notion de tradition liturgique comme contribution à une Église de forme synodale et la liturgie comme pédagogie de la synodalité.

Consultation du sommaire du n° 169 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

 

Parution du n° 168 de Transversalités “Entreprises, territoires et bien commun”

Depuis la fin des années 1990, le rapport des entreprises et des territoires fait l’objet en France d’une réflexion à la fois théorique et pratique, dans un contexte marqué par une globalisation entraînant les territoires dans une logique de concurrence, non seulement pour conserver les entreprises qui y sont implantées, mais également pour accueillir de nouvelles entreprises, comme pour attirer des investissements nationaux et internationaux. Dans cette situation, si les entreprises généralement y gagnent, il n’en va pas nécessairement de même pour les territoires : certains y gagnent, d’autres y perdent, garantir l’effectivité du principe constitutionnel d’égalité des territoires devenant alors une opération complexe. Au-delà des mécanismes compensatoires et des dispositifs de péréquation relevant de la responsabilité territoriale de l’État, se pose donc depuis quelques années la question d’une responsabilité territoriale de l’entreprise, l’idée générale étant que la compétitivité des territoires incombe aussi aux entreprises qui y puisent des ressources pour leur propre compétitivité.

C’est à cette question que la Chaire ICP-ESSEC Entreprises et Bien Commun, créée en 2021, a décidé, après un an de travail avec ses entreprises partenaires (Bayard, Clariane, Eurazeo, Grant Thornton, Kéa, Meridiam et Saint-Gobain), de consacrer son programme de recherche 2022-2024. Conformément à son projet scientifique général, l’enjeu est de mener cette recherche à l’aune de la notion de bien commun, entendue dans sa double dimension économico-juridique et éthico-politique, et des pratiques actuelles des entreprises, afin de comprendre pourquoi et comment les entreprises contribuent, peuvent, doivent contribuer, aujourd’hui au bien commun à l’échelle locale.

Ce dossier de la revue Transversalités constitue la première étape publique de cette recherche.

Consultation du sommaire du n° 168 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 167 de Transversalités “L’idée d’université”

À l’instar de l’école, espace de croissance et de liberté dans lequel « s’élève » chaque nouvelle génération, l’université ne peut véritablement remplir sa fonction qu’à l’abri des logiques économiques et des pressions politiques ou religieuses. Lors de sa fondation médiévale, l’ensemble, ou corps, des maîtres et des étudiants (universitas magistrorum et scholarium) a en effet été conçu comme indépendant du pouvoir royal et de celui de l’archevêque, exempté d’impôt, avec le devoir, en retour, de donner aux sociétés médiévales latines et à l’Église les intellectuels dont elles avaient besoin.

À quoi bon des maîtres et des étudiants, demandera-t-on ? La plupart des grandes écoles françaises, comme les multiples écoles de commerce, d’ingénieurs et de management qui ont fleuri durant les dernières décennies, ont justement été créées pour introduire « aux choses intellectuelles sans faire des intellectuels ». Il s’agit en leur sein de former des personnes suffisamment cultivées, selon les codes du milieu où elles évolueront, mais restant assez « agiles » pour faire des affaires, élaborer des stratégies de développement et diriger efficacement des « collaborateurs » dans un contexte mondialisé et fortement concurrentiel. À l’université, au contraire, l’étudiant se cultive tellement qu’on en vient à se demander « ce qu’il pourrait bien faire » dans le monde tel qu’il va, à part enseigner et devenir chercheur lui-même, comme si l’université était vouée à exister pour elle-même – ce qui constitue évidemment un contresens. En réalité, si les étudiants formés à l’université ne savent pas nécessairement tirer leur épingle du jeu, ils sont en revanche capables d’analyser, d’interroger et, le cas échéant, de remettre en question les règles du jeu.

Consultation du sommaire du n° 167 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 166 de Transversalités “À propos du livre d’Emmanuel Falque Hors phénomène

« Lorsque quelque chose arrive ou m’arrive, il faut distinguer ce qui prépare l’événement (l’infraphénoménal : par exemple le flux de conscience chez Husserl, le retrait chez Heidegger ou le monde de la vie chez Merleau-Ponty), ce qui déborde l’événement (le supra-phénoménal : par exemple le visage chez Levinas, l’auto-affection chez Michel Henry, la parole chez Jean-Louis Chrétien, le don chez Jean-Luc Marion, la liturgie chez Jean-Yves Lacoste), et ce qui détruit la capacité même de faire évènement (ce que nous nommons l’extraphénoménal). Le “Hors phénomène” est en effet une structure, découverte ou mise à jour par un trauma, dans laquelle le “choc” de l’événement est tel qu’il détruit à la fois les possibilités les capacités du sujet phénoménalisant (le moi) et l’horizon phénoménalisé (le monde). Dans la crise, le sujet devient “Hors je(u)” au double sens du mot : à savoir “hors de lui-même” (hors je) et hors du terrain ou du monde où encore jouer ou évoluer (hors-jeu). »

C’est ainsi qu’Emmanuel Falque présente le Hors phénomène au seuil de son mémorandum en dix thèses pour son ouvrage Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, 2021, œuvre sur laquelle revient le dossier de ce numéro de Transversalités sous forme d’un « débat » : cinq contributions (Renaud Barbaras, Danielle Cohen-Levinas, Paul Audi, Sœur Jean-Édith Ginot et Olivier Philippart de Foy) proposent une lecture de l’ouvrage et sont suivies de réponses de l’auteur. Cet ensemble est enrichi du mémorandum précité et d’une réflexion d’E. Falque sur « Dieu Hors phénomène ».

Consultation du sommaire du n° 166 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

 

 

 

Parution du n° 165 de Transversalités “Paul Bourget”

Paul Bourget (1852-1935) est un grand absent du canon de l’histoire littéraire française. Écrivain catholique, antidreyfusard, il fait partie des écrivains classés à droite, voire à l’extrême-droite, en raison de ses liens avec l’Action française. Monarchiste et rigoriste jusque dans sa foi recouvrée, Bourget a même contesté la tentative de réforme du modernisme entreprise par une frange des catholiques ébranlés par la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État. Auteur du Disciple, roman polémique et engagé dénonçant la responsabilité des intellectuels sur les jeunes gens de lettres, il s’est exprimé dans ses œuvres sur les sujets sociétaux comme le divorce ou la méritocratie républicaine. Catégorisé antimoderne, cet auteur de « romans à thèse, sinon à idées », comme il aime à se définir lui-même, est l’un des inspirateurs de Nietzsche qui lui emprunte sa conceptualisation de la décadence. Oublié en France, n’est-il pas cependant l’un des maîtres de la littérature française à la charnière du xixe et du xxe siècle ? Et un auteur plus complexe et plus intéressant qu’il n’y paraît, se révélant multiple à l’image de son moi dans ses écrits intimes ?

Ce numéro consacré à Bourget et au fonds Paul Bourget de la bibliothèque de Fels par des chercheurs de l’Institut catholique de Paris permet de présenter cet auteur aux multiples facettes, du « dilettante appliqué » au catholique dans l’intimité de sa foi et de ses lectures spirituelles à l’auteur public et publié, grand voyageur cosmopolite, amateur d’art, dont les récits de périples en terres lointaines sont aussi des journaux de voyage intérieur sur le chemin de la foi.

Consultation du sommaire du n° 165 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

 

Parution du n° 164 de Transversalités “Newman philosophe”

« Penseur de l’intériorité, Newman en quelque sorte évangélise la conscience jusqu’à son assentiment à Dieu en soi-même » (Emmanuel Falque). Ces deux modes du raisonnement (performatif et judicatif) autorisent donc des lectures différenciées. Tantôt davantage orientée vers son versant doxastique, en regard de la philosophie analytique (Pascal Engel) ou bien en regard (critique) de celle de Bergson (Ghislain Waterlot), tantôt davantage tournée vers sa strate « pathique », en regard du cogito de Descartes (Grégory Solari), ou bien vers le moment « réflexif » du raisonnement, en regard d’une « phénoménologie de l’esprit » vivant – « living mind » – (David Rabourdin). Lectures différenciées et non concertées, qui apportent un confirmatur au statut liminal de la philosophie newmanienne. Il ne s’agit donc pas de privilégier une figure de Newman plutôt qu’une autre (le « vrai » Newman), mais de prendre acte de cette liminalité non comme d’une faiblesse mais comme une condition de la pensée, qui est aussi – qui est encore la nôtre.

Consultation du sommaire du n° 164 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 163 de Transversalités “Vices et vertus épistémiques”

Le dossier “Vices et vertus épistémiques” est bâti autour de deux ouvrages : Les Vices du savoir de Pascal Engel (Agone, 2019), un défi à la fois pour la possibilité d’une foi intelligente et pour une éthique intellectuelle nuancée qui prend acte de la pluralité et la complexité cognitive des êtres humains, et L’Éthique intellectuelle, une épistémologie des vertus de Roger Pouivet (Vrin, 2020), ouvrage qui est philosophiquement aux antipodes de celui d’Engel : il défend ce qui est au fond une normativité cognitive d’inspiration thomiste alimentée par sa grande connaissance de la philosophie analytique américaine récente, particulièrement le courant appelé virtue epistemology.

Ces positions respectives font l’objet des lectures de Ronan Sharkey, Yann Schmitt et Henri-Jérôme Gagey, auxquelles répondent les deux auteurs.

 

Consultation du sommaire du n° 163 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 162 de Transversalités “Analogie et expérience”

Ce numéro de Transversalités est consacré à la publication des actes du colloque « Analogie et expérience. L’homme et le Dieu qu’il cherche », qui s’est tenu à l’ICP les 27 et 28 mai 2021.

« Analogie » et « expérience ». La juxtaposition des termes peut certes étonner, et même bousculer. Il y a certes, et d’abord, l’analogie qui définit soit une proximité (analogie de proportionnalité) soit une distance (analogie d’attribution) dans le rapport de l’homme à Dieu. Outre le fait que l’« analogie » ait pu servir de marqueur théologique pour distinguer des positions dogmatiques du côté du catholicisme (analogie de l’être) ou du côté du protestantisme (analogie de la foi), elle appartient aussi à un devenir philosophique qui fait que, née chez Aristote (dans la dualité de la proportionnalité et de la structure « pros en » ou unité focale de signification), elle ne s’appliquera à l’être chez Thomas d’Aquin que par la médiation des Arabes, et en particulier Avicenne et Averroès.

Lier « analogie » et « expérience » est aller de l’avant. Non plus uniquement retracer l’histoire certes nécessaire du concept d’analogie, ni se tenir sur des positions antagonistes le plus souvent stériles, et encore moins ériger en combat (aujourd’hui inversé) entre phénoménologie et métaphysique, de sorte qu’un parti ne gagne que ce que l’autre perd. « Analogie » et « expérience » marque d’abord la volonté de ne pas laisser l’analogie dans la sphère de la pure conceptualité. On peut certes débattre à l’infini sur l’analogie de proportionnalité ou d’attribution, disserter sans fin sur l’opposition entre l’analogie de l’être ou l’analogie de la foi, ou encore se donner « coup pour coup » entre la phénoménologie et la métaphysique – l’analogie jusque-là ne nous aura rien dit, et ne nous dira rien, tant qu’elle ne se référera pas à notre expérience comme telle, à savoir « l’homme et le Dieu qu’il cherche ».

Consultation du sommaire du n° 162 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 161 de Transversalités “La mort dérobée”

“Depuis des mois, les gouvernements et les médias ne cessent d’émettre d’étranges bulletins houlographiques : à l’heure où nous écrivons ces lignes, la « cinquième vague » déferle sur la France et l’on parle déjà de la suivante. Qui dit « vague » dit « mer » et qui dit « mer » a conscience de l’appel des navigations et consent au danger des naufrages ; or il faut bien reconnaître que ces « vagues » épidémiques ont provoqué, dans nos sociétés occidentales habituées à des situations sanitaires maîtrisées, de vrais naufrages humains, laissant un certain nombre de nos contemporains sur des îles désertes, dans un état de sidération les privant des deuils nécessaires à la vie. Pour beaucoup d’entre eux, la séparation d’avec l’être aimé a été l’affaire d’un instant, d’un signe fugace, assuré de retrouvailles prochaines à l’hôpital ; et puis, plus rien… Les portes des lieux du soin et du deuil, en se fermant pour éviter des risques sanitaires, ont fait du quotidien des survivants des rives oubliées : privés des gestes charnels de la compassion dus au défunt, et de ceux qu’offre la société pour reconnaître et consoler, les proches des disparus cherchent aujourd’hui encore à comprendre ce prix des corps que la seule conscience de la mort ne suffit pas à payer (Ouverture de l’article d’Arnaud Montoux).”

Dans ce dossier consacré à la mort dérobée, la revue Transversalités propose une réflexion pluridisciplinaire sur la mort et sur les expériences difficiles vécues autour du deuil avec la crise du covid.

Consultation du sommaire du n° 161 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr