Archives de catégorie : Derniers numéros de Transversalités

Parution du n° 149 de Transversalités “le sport”

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 148 de Transversalités “Une ontologie trinitaire. Autour de Klaus Hemmerle”

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, figure mieux connue pour sa participation active au mouvement ecclésial des Focolari, est peut-être aussi le plus méconnu des grands théologiens du xxe siècle, dont la réflexion n’avait d’ailleurs pas manqué d’être, comme par anticipation, une source d’inspiration pour la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich (1920-2008). À l’occasion de la publication de la traduction française des Thèses pour une ontologie trinitaire (éditions Ad Solem, 2014) de K. Hemmerle, une journée d’étude fut organisée le 7 avril 2015 à l’Institut Catholique de Paris autour de ses recherches fondamentales. Le dossier de ce numéro 148 de la revue Transversalités propose aux lecteurs un certain nombre des contributions de cette journée.

Consultation du sommaire du n° 148 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du supplément 6 de Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”

      Publication du supplément à la revue Transversalités “Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ?”, sous la direction de Pierre Tcherkessoff.

Au fil des siècles, la justice française s’est toujours adaptée aux évolutions de la société mais elle subit depuis quelques décennies une double influence : celle, considérable, de la CEDH, des directives de l’Union européenne et, dans une moindre mesure, celle du droit américain notamment par le biais de l’idée de transaction. L’acte de juger qui constituait le cœur et le sens même de sa mission, paraît céder progressivement la place à un nouveau positionnement.

Cette évolution n’est-elle pas de nature à subvertir les fondements traditionnels de la justice française ? Le système de common law ne se trouve-t-il pas, a priori, en position d’hégémonie ? Le système français d’un juge gardien du droit n’est-il pas en train d’évoluer vers celui d’un juge gardien de la procédure, « à l’anglo-saxonne » ? Les instruments juridiques et les institutions juridictionnelles de l’Union européenne mais aussi du Conseil de l’Europe n’en portent-ils pas la marque ? La tendance à l’uniformisation de la justice ne favorise-      t-elle pas l’émergence d’un modèle commun, dans lequel les systèmes continentaux se soumettraient à ceux de common law ?

C’est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage, en croisant les regards d’universitaires et de praticiens autour des différentes problématiques que pose l’évolution de la justice.

Avec les contributions de Jacques-Henri Robert, Pierre Tcherkessoff, Jean Pradel, Philippe Greiner, Thibault Lahalle, Antoine Gouëzel, François Monteagle, Arnaud de Nanteuil, Philippe Corruble, Ramu de Bellescize, Olivier Echappé

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 147 de Transversalités “Regards sur la violence”

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 146 de Transversalités “Neurosciences et liberté”

Selon une approche « classique » des domaines du savoir, il revient au philosophe de penser et de définir la notion de liberté, d’étudier ses conditions de possibilité et d’envisager les conséquences éthiques et politiques d’une juste compréhension de la liberté humaine.

Les progrès récents des neurosciences permettent aujourd’hui une approche de plus en plus précise du fonctionnement du cerveau humain et de la manière dont les différentes aires cérébrales sont mobilisées par l’activité humaine, de la plus élémentaire (marcher, voir) à la plus élaborée (choisir, décider). Dès lors se pose la question de la définition et de la pertinence de la notion de liberté, dans un contexte où les résultats actuels des neurosciences peuvent conduire à interroger, à partir d’un point de vue neurobiologique, la réflexion des philosophes. Il apparaît donc utile de susciter un échange, une conversation entre neurosciences et philosophie, et c’est à cette tâche qu’est consacré le dossier du numéro 146 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités.

Consultation du sommaire du n° 146 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 145 de Transversalités “Interpréter l’Écriture”

Dix ans après l’assemblée générale ordinaire du synode des évêques réunie par le pape Benoît XVI, avec comme thème de travail « La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l’Église », le dossier de ce numéro 145 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités est consacré à l’interprétation de l’Écriture, avec les contributions d’Olivier Artus, de Jean-Daniel Macchi, d’Emmanuel Durand et de Patrick Prétot.

La question d’une interprétation « juste » de l’Écriture s’est posée avec acuité dans l’Église catholique depuis la fin du XIXe siècle, dans la mesure où il semblait difficile d’articuler les données de l’étude critique des textes et leur interprétation théologique. L’exhortation post-synodale Verbum Domini contribue à approfondir cette articulation, notamment en encourageant les exégètes à développer une approche canonique des textes bibliques.

Consultation du sommaire du n° 145 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

 

Parution du n° 144 de Transversalités “Défis économiques et propositions chrétiennes”

Tout observateur de la situation économique et sociale de ce début du XXIe siècle ne pourra que constater un ensemble de déséquilibres qui, dans un premier temps, peuvent apparaître sans solutions :

– déséquilibre social, qui est la conséquence d’une augmentation des disparités entre les catégories sociales les plus aisées et les plus fragiles, sur le plan économique, cette disparité correspondant à une plus grande séparation entre les personnes capables de s’insérer dans le monde professionnel, profondément transformé par la « révolution » numérique, et celles qui n’y trouvent pas leur place,

– déséquilibre entre des pays riches et des pays en développement qui sont pourtant, les uns et les autres, intégrés dans les mêmes circuits économiques mondialisés,

– déséquilibres écologiques, que les efforts concertés des nations, dont la dernière manifestation, à Paris, fut la COP 21, semblent échouer à faire régresser.

Les trois contributions du dossier “Défis économiques et propositions chrétiennes” de ce numéro 144 de la Revue de l’Institut catholique de Paris – Transversalités appréhendent l’ensemble de ces défis contemporains en empruntant une porte d’entrée commune – l’économie –, mais en abordant cette science sociale de manière critique, en interrogeant en particulier l’approche très restrictive qui est la sienne du contenu et de la place du lien social.

Consultation du sommaire du n° 144 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 143 de Transversalités

Ce numéro 143 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités, rassemble les travaux du Groupe de Recherche en Anthropologie Chrétienne (GRAC), groupe qui réunit des chercheurs des différents pôles de l’Unité de recherche « Religion, Culture et Société », (EA 7403), ainsi que des experts extérieurs. Ces travaux représentent la troisième étape d’un projet de recherche partant du constat de la « crise anthropologique » traversée par l’époque contemporaine, crise dont il est devenu classique de rendre compte par l’usage de la catégorie de « post-modernité », terme assez général qu’il convient évidemment de décrire et de critiquer.

Ce décryptage de la notion de « post-modernité » fut précisément l’objet des premières étapes du travail du GRAC, initiées par Henri-Jérôme Gagey, et poursuivies par Brigitte Cholvy, Catherine Fino et Joël Molinario. Celles-ci ont fait l’objet d’une publication, toujours disponible, dans deux suppléments de la revue Transversalités (suppléments n°1 et n°3).

Dans ce numéro de Transversalités, les membres du GRAC abordent un autre versant de leur recherche en anthropologie : montrer comment « les ressources et les pratiques chrétiennes » — et, dans ce dossier, plus particulièrement la Bible et la Liturgie —peuvent contribuer à élaborer, à frais nouveaux, une réflexion anthropologique rendue aujourd’hui ardue, du fait de l’émiettement des identités et de la faillite des idéologies.

Consultation du sommaire du n° 143 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 142 de Transversalités

Le dossier du numéro 142 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités est consacré à la thématique “L’expérience artistique”.

Les sociétés contemporaines accordent à l’économie et aux échanges marchands une place privilégiée, telle que le rayonnement d’une région, d’un État, d’une nation est d’abord apprécié en fonction de ses succès industriels et commerciaux. On ne peut que constater la distance qui, progressivement, semble s’être installée entre l’activité de sociétés soumises aux servitudes matérielles, et l’expression artistique, dans toutes ses dimensions. Le dossier de ce numéro 142 de Transversalités a pour projet d’appréhender les ressorts de l’expérience artistique, d’un point de vue anthropologique, théologique et spirituel.

Consultation du sommaire du n° 142 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 141 de Transversalités

Le dossier du numéro 141 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités aborde la thématique “Éducation et anthropologie chrétienne”.  Quelles ressources les traditions et la pensée chrétiennes offrent-elles pour penser la notion d’éducation ? Comment articuler « éducation » et « anthropologie chrétienne » ? La formulation de ces questions peut paraître singulière dans un pays – la France – où la notion de laïcité constitue l’un des pivots de la réflexion concernant le vivre ensemble et la construction d’une société solidaire.

La réflexion de l’Église catholique sur les enjeux de l’éducation, réflexion qui recourt en particulier à la catégorie d’« éducation intégrale » dans de nombreux documents du Magistère, depuis la déclaration Gravissimum educationis (1965) du Concile Vatican II, jusqu’à l’exhortation post-synodale Amoris laetita (2016), invite cependant à mettre au jour la manière dont l’anthropologie chrétienne oriente la compréhension même de la notion d’éducation, et constitue une ressource pour répondre aux défis éducatifs, dans une monde post-moderne dont l’horizon culturel semble de plus en plus éclaté.

Consultation du sommaire du n° 141 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 140 de Transversalités

trans_140_l204Le dossier du numéro 140 de la Revue de l’Institut catholique de Paris — Transversalités rassemble les actes d’un colloque organisé en 2015 à l’Institut Catholique de Paris, et ayant pour objet d’interroger la notion de « chrétiens de gauche ».

Sur le plan historique, les contributions rassemblées mettent en évidence le déplacement intervenu, au cours des dernières années, dans le débat interne à l’Église catholique en France, quittant le champ politique, pour se situer principalement dans le champ anthropologique et éthique. On pourrait ainsi substituer à l’opposition « droite-gauche », qui fut celle des décennies 1950, 1960 et 1970 une nouvelle opposition « identité-ouverture », pour schématiser ce débat.

Sur le plan théologique, l’expression « chrétiens de gauche » conduit à explorer la manière dont la foi chrétienne interagit avec l’histoire et la civilisation. La notion de « théologie politique » est mise en question : faut-il considérer l’Église comme une « polis »  (une « cité ») alternative, comme le fait le théologien Stanley Hauerwas, qui lie la catégorie du « politique » à la construction d’une communauté particulière ; ou faut-il affirmer, comme le fait Jean-Baptiste Metz, que la foi chrétienne a une dimension « publique », et mettre en avant le rôle de la pratique pour penser Dieu et son action dans le monde ?

Enfin, la contribution d’Éric Vinson, qui conclut le dossier, conduit à formuler une hypothèse intéressante : celle de l’effacement de la dimension spirituelle dans la gauche française, qui l’a conduite à oublier des ressources susceptibles de la renouveler de l’intérieur, et en même temps, à valoriser à l’extrême la notion de laïcité, sans en explorer suffisamment les fondements.

Consultation du sommaire du n° 140 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 139 de Transversalités

trans_139_l204

Alors que l’accord de Paris sur le climat approuvé le 12 décembre 2015 est en cours de ratification, et que l’avenir du « vivant » sur notre Terre dépend de la mise en œuvre de ce traité, le dossier proposé par ce numéro 139 de la revue Transversalités a pour objectif de préciser les fondements possibles de la réflexion écologique contemporaine, et d’appréhender comment la théologie, la philosophie, les religions peuvent aujourd’hui en être partie prenante.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’urgence écologique que nul ne conteste plus sérieusement, mais davantage de préciser les enjeux d’une discipline – l’écologie – qui ne peut se réduire à une approche scientifique et technique prenant acte de l’évolution des données du climat, et en proposant une modélisation pour les prochaines décennies. L’écologie se présente bien davantage aujourd’hui comme une tâche à accomplir, une responsabilité commune de l’humanité, exigeant, au-delà des paramètres scientifiques nécessaires, une approche anthropologique spécifique.

Les cinq contributions du dossier s’appuient sur des sources très différentes : la Tradition biblique, la réflexion du Magistère de l’Église catholique, et particulièrement l’encyclique Laudato Si’ du pape François, l’enseignement de l’islam, enfin la philosophie contemporaine.

Consultation du sommaire du n° 139 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 138 de Transversalités

TRANS_138_L204Le bien commun est une notion philosophique ancienne, critiquée dans la modernité, qui connaît aujourd’hui un regain d’actualité. Le nouveau dossier de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités publie les travaux préparatoires au colloque inaugural de la Chaire Bien Commun, créée par l’Unité de Recherche de  Religion, Culture et Société [EA7403] de l’ICP.

La notion de bien commun a connu un vif regain d’intérêt au cours de ces dernières années. La théologie de saint Thomas d’Aquin comprenait le « bien commun » comme la « fin » d’une société, le terme « fin » désignant à la fois sa visée historique et sa vocation par-delà l’histoire. Plus récemment, l’usage du vocabulaire du bien commun s’est généralisé, débordant largement les frontières de la théologie chrétienne. Économistes, entrepreneurs, responsables politiques en usent largement, parfois sans en interroger le fondement ni la provenance : le bien commun est ici compris comme un objectif économique et social.

Le dialogue entre théologiens, philosophes, économistes, spécialistes des sciences politiques s’avère donc particulièrement nécessaire pour appréhender dans sa complexité la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle.

Le dossier montre comment la  notion de bien commun ne désigne pas uniquement des modalités d’organisation de l’économie et de la société, mais représente également une ressource précieuse pour répondre à la question de la finalité du « politique ».

Consultation du sommaire du n° 138 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

 

Parution du n° 137 de Transversalités

Couv137

Le n° 137 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Réformer”.

Le verbe « réformer » est l’un des mots clefs du discours politique, économique et social contemporain. Les contributions de quatre chercheurs vont permettre d’en préciser les origines, le sens, les implications.   

Le mot « Réforme » évoque immédiatement le mouvement qui conduisit à la naissance des communautés protestantes au XVIe siècle. En politique, il est connoté positivement et désigne une dynamique qui vise à en finir avec les archaïsmes. Dans les deux cas, « réformer » semble renvoyer avant tout à une attitude de rupture avec un passé révolu.

Les contributions rassemblées dans ce dossier et consacrées à la Réforme protestante, à la Révolution française et à la réforme introduite dans l’Église catholique par le Concile Vatican II, semblent conduire à une autre approche de l’action réformatrice : comme l’indique son étymologie latine re-formare, « réformer » consisterait avant tout à vouloir revenir aux « origines », aux fondements, pour vivre des commencements nouveaux, et se libérer des pesanteurs des institutions, qu’elles soient politiques ou ecclésiales.

Ainsi, l’action de « réformer » ne procède pas simplement d’une rupture ou d’une évolution par rapport à ce qui précède. Elle implique une redécouverte des traditions fondatrices et de leur dynamisme fécond à différents moments de l’histoire.

Consultation du sommaire du n° 137 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du n° 136 de Transversalités

 

TRANS_136_L204Le n° 136 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités vient de paraître, sur le thème “Le jugement moral au risque du pluralisme éthique”.

Alors que viennent d’avoir lieu à Paris les débats de la Conférence sur le climat, à l’heure où sont recherchées les voies d’une réponse juste et commune aux défis écologiques de notre époque, la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités publie les actes d’un colloque destiné à de jeunes chercheurs préparant un master ou un doctorat de théologie, et consacré à la question du « jugement moral ».

Consultation du sommaire du n° 136 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel: abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08