Archives de catégorie : Publications

Chine, une nouvelle puissance culturelle ? par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Soft power & Sharp power, Paris, MkF, coll. « Les essais médiatiques », 2019, 176 p.

La culture, au même titre que l’économie, est un instru­ment de la puissance chinoise. Mais séduire le monde en faisant usage de son seul soft power ne suffit pas. L’État-parti communiste entend aussi diffuser de manière plus active des valeurs néo-confucéennes et conservatrices en ouvrant de Nouvelles routes de la soie et en recourant à l’Intelligence Artificielle, puissants vecteurs pour installer les intérêts du régime dans le monde. Ce sharp power mobilisé par Pékin est observable dans des champs d’activités aux applications très diverses. Que ce soit en créant ses propres industries culturelles dans le domaine de l’audiovisuel, en développant son marché de l’art ou à travers l’élaboration d’un discours nationaliste, tous garants d’une cohésion entre la Chine continentale et ses diasporas, Xi Jinping met en oeuvre une stratégie à vocation mondiale.

La culture est au cœur du projet chinois et avec elle, pourrait naître une toute autre grammaire des relations internationales. C’est sous cet angle inédit qu’Emmanuel Lincot nous donne ici des clés pour comprendre ce qui, au-delà même de la Chine, engage définitivement notre avenir.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Cai Lun, Le premier papetier par Christophe Comentale

Publication de : Christophe Comentale, Cai Lun, Le premier papetier. Paris : Ed. du Fenouil, 2021. 60 p. :  ill. en noir et en coul.

Une biographie tirée de sources classiques, celle d’un eunuque, Cai Lun, considéré comme l’inventeur du papier. Ainsi, ce personnage connu par quelques caractères tracés dans l’Histoire des Han postérieurs [23 – 220], prend un relief particulier sur une vie passée dans un relatif isolement. Une présentation enrichie de documents archéologiques permet de mieux comprendre cet environnement d’une Chine impériale aux usages autres.

Christophe Comentale, HDR, Conservateur en chef honoraire au Muséum national d’histoire naturelle, enseigne l’histoire de l’art chinois et la scénographie à l’Institut Catholique de Paris. Il est chercheur et correspondant scientifique dans différentes institutions chinoises : musée national des minorités de Chine, institut central des Beaux-arts de Pékin, institut de recherches de l’Académie des sciences de Dunhuang.

Cette monographie est dans la suite des Monographies singulières publiées par l’auteur : Dai Kaizhi, Le livre des bambous  (Ed. le Moulin de l’Etoile, 2011), Fragments d’exotisme et voyage au pays du divers et Le Manuel interdit des Pivoines (Ed. du Fenouil, 2020), Le Traité des pousses de bambou ou Notes des échos septentrionaux (Ed. du Fenouil, 2021).

L’Église en état d’urgence par Ludovic Danto et Cédric Burgun (éds.)

Publication de : Ludovic Danto, Cédric Burgun (éds.), L’Église en état d’urgence. Droit canonique et gestion de la pandémie de la Covid-19, Paris, Editions du Cerf, coll. « Cerf Patrimoines », 2021, 183 p.

Fruit d’une journée d’études organisée par la Faculté de Droit canonique de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage se propose d’interroger les réponses canoniques et juridiques apportées à la célébration du culte catholique dans le cadre de la crise sanitaire.

Entre multiplication des célébrations à distance, via le Net et les réseaux sociaux, et usage des gestes barrières au sein des rites liturgiques, entre remise en cause des choix opérés par les autorités, publiques et religieuses, et présence renforcée du Saint-Père aux moments cruciaux des confinements, la pandémie de la Covid-19 sollicite chacun dans son lien aux autorités et dans son appartenance à une communauté de foi, dans le sens à donner à la liberté de culte et dans la réalisation concrète de celle-ci entre vie sacramentaire et vie de Charité.

Analysant le droit, la théologie et l’histoire, les différents contributeurs à cet ouvrage permettent une mise en perspective et ouvrent une réflexion qui demande à être poursuivie.

Ludovic Danto est Professeur ordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Cédric Burgun est Professeur extraordinaire à la Faculté de droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions ».

Géopolitique du patrimoine par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dabi au Japon, Paris, MkF, 2021, 118 p.

Et s’il était possible de comprendre les relations internationales à travers une nouvelle grammaire? Le patrimoine s’avère un extraordinaire vivier pour l’élaboration d’une diplomatie nouvelle. Le contexte géopolitique actuel nous incite à repenser le patrimoine non plus sur le mode des représentations postcoloniales, mais bien d’après d’autres critères, moins univoques que le rapport idéologiquement stérile qu’entretiennent à ce sujet les pays du Nord et ceux du Sud. Il importe de voir le monde sous l’angle de l’histoire des relations internationales, des sensibilités d’opinion, mais aussi sous celui de l’art et de la culture comme enjeu mémoriel et politique.

À travers 5 cas emblématiques du continent asiatique (Abou Dabi et son environnement régional; le Monde chinois; le vandalisme en terres d’Islam; le Japon et l’ambivalente question patrimoniale; un patrimoine partagé entre l’Inde et le Pakistan), Emmanuel Lincot aborde la question du soft power aussi bien que des luttes d’influences internationales sous un angle inédit.

Emmanuel LINCOT est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine, il est également Chercheur associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet – Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique. Il est l’auteur chez MkF de Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

Publication de  : Christophe Comentale, Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme, Paris, Les éditions du Fenouil, 2021.140 p. :  [146] ill. Bibliog. pp. 44-45.

La céramique chinoise reste un des domaines favoris des amateurs des arts du feu. L’approche de cette discipline est à la fois pragmatique – tout un chacun utilise au quotidien des récipients, assiettes, bols, gobelets, vases, jarres, soucoupes, que complexe. Il n’empêche que l’utilitaire est vite rattrapé par les possibilités de choix qui s’offrent à l’amateur face au nombre impressionnant de créateurs talentueux produisant des pièces de toutes sortes. Pièces d’artisanat, utilitaires, presque banales et pièces uniques nées de l’inspiration de créateurs inconnus mais dont le talent est manifeste. C’est le cas de cette céramique chinoise, terme qui, en Chine, inclut toutes sortes de terres, cuites à des températures diverses plus ou moins hautes.

Continuer la lecture de Les céramiques chinoises, pièces singulières de la collection François Dautresme par Christophe Comentale

Parution du n° 158 de Transversalités « La bande dessinée »

Le présent numéro de Transversalités consacre son dossier à la bande dessinée et se met un peu au dessin et à la couleur en accueillant quelques planches d’albums célèbres de Tintin, de Spirou et Fantasio, d’Achille Talon et d’autres encore qui illustrent la vie de Charles de Foucauld ou de saint Vincent de Paul.

À l’exception de Roland Francart dont c’est l’art et le métier, les contributeurs du présent dossier ne sont pas des spécialistes de la bande dessinée. Davantage : aucun n’appartient au même champ disciplinaire. Jean Duchesne est théologien. Jérôme de Gramont est philosophe. Denis Hüe est spécialiste de littérature médiévale. Yves Félix est mathématicien. Mais en acceptant de revenir, crayon en main, sur leur lecture de jeunesse, il faut croire que le vieil homme en eux n’est pas parvenu à éteindre les joies de l’enfant qu’ils étaient. Désormais ils ont beau être grands et tout voir à la bonne hauteur, Hergé, Franquin, Greg ne continuent pas moins d’être des géants à leurs yeux. Des géants qui ont fait le génie de leur art. Loin de leur reprocher d’avoir ignoré le drame de la vie, ne craignons pas de parler sérieusement de leurs œuvres, y compris de l’humour dont elles sont pleines. Ce serait d’ailleurs rater l’essentiel que de laisser penser qu’il est impossible d’écrire sur la bande dessinée autrement que par goût de la plaisanterie ou par goût du paradoxe. Car l’humour est chose aussi sérieuse que le tragique. Peut-être l’est-il plus encore. Car il renvoie à la joie pure d’une enfance à jamais perdue, dont le souvenir demeure, mais déposé et comme disséminé dans les nombreux albums illustrés qui avaient fait notre jeunesse. Ce souvenir attend qu’on les ouvre pour se raviver. Il se pourrait même que le lecteur du présent numéro en reçoive un plaisir redoublé, qui mêle le plaisir amusé de l’enfant au plaisir plus mûr de la réflexion.

Consultation du sommaire du n° 158 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 157 de Transversalités « Marcel Jousse »

Le numéro 157 de la revue Transversalités consacre son dossier à la vie et à l’œuvre de Marcel Jousse (1886-1961), éminent savant, prêtre et jésuite qui occupa la chaire d’anthropologie linguistique à l’École d’anthropologie de Paris (1932-1951), et parallèlement, enseigna à la Sorbonne (1931-1957) et à l’École pratique des hautes études (1933-1945). Marcel Jousse n’a pas apporté une contribution originale à la psychologie, la théologie, l’ethnologie, la philosophie, la pédagogie, l’art et l’esthétique, etc., il les a réinventées par rajeunissement d’elles-mêmes. En se situant à la croisée des disciplines, il les a reconduites à leur source qu’est la Parole vive. Aux sciences livresques, il a voulu donner une chair, une vie. Il a inventé une anthropologie nouvelle.

Les cinq contributeurs du présent dossier ont choisi autant d’angles différents pour introduire à sa pensée et donner une idée de la richesse qu’elle contient. Il leur arrive également de faire part de la découverte que Marcel Jousse a été pour eux. Que le lecteur les accompagne et s’inscrive dans leurs pas. Il pourra aussi consulter les archives de Marcel Jousse que l’Institut catholique de Paris vient d’accueillir.

Consultation du sommaire du n° 157 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Madame Acarie par David Gilbert (éd.)

Publication de  : David Gilbert (éd.), Madame Acarie (1566-1618). Politique, mystique et société au lendemain des guerres de Religion, Rennes, PUR, coll. « Société d’histoire religieuse de la France », 2021.

Barbe Avrillot, épouse Acarie, est considérée à juste titre comme l’instigatrice, avec Pierre de Bérulle, de l’implantation en France de l’Ordre du Carmel, réformé par Thérèse d’Avila. Fille des guerres de Religion, mariée à un protagoniste de la Ligue, « madame Acarie » – comme les historiens ont pris l’habitude de l’appeler – contribue puissamment, dans les années qui suivent l’édit de Nantes (1598), à convertir le combat armé des ligueurs contre les huguenots en un combat spirituel, voire mystique, par les armes de la prière et de l’ascèse.

Cet ouvrage est issu du colloque interdisciplinaire organisé à l’Institut Catholique de Paris, les 12 et 13 avril 2018, avec le soutien de nombreuses institutions (Société d’étude du XVIIe siècle, province de Paris des Carmes déchaux, monastère du carmel de Pontoise, Association des amis de madame Acarie, revue Etudes franciscaines, paroisse Notre Dame des Blancs Manteaux). Il a été publié avec le soutien de la Mission aux Commémorations nationales et de l’Institut catholique de Paris.


Les contributeurs sont, par ordre alphabétique : Arnauld Brejon de Lavergnée (conservateur honoraire du patrimoine), Barbara Brejon de Lavergnée (BnF), Robert Descimon (EHESS), Barbara Diefendorf (Boston University) Antoinette Gimaret (Limoges), Sophie Houdard (Paris III), Simon Icard (CNRS), Catherine Marin (ICP), François Marxer (Centre Sèvres), Pierre Moracchini (Ecole franciscaine de Paris), Nathalie Nabert (ICP), Eric Suire (Bordeaux Montaigne), François Trémolières (Rennes II). L’introduction a été rédigée par David Gilbert (ICP) et la conclusion par Bernard Hours (Lyon III).


David Gilbert est professeur au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Ethique, Morale et Institutions ».

L’Art secret de faire des enfants par Jacques Arènes

Publication de : Jacques Arènes, L’Art secret de faire des enfants. Essai sur les tourments du temps et de la filiation, Paris, Cerf, 2021, 293 p.Jacques Arènes poursuit sa réflexion sur la dimension filiale de l’existence, dont il décrit la dynamique psychique et intersubjective dans le champ de l’anthropologie culturelle informée par la psychanalyse. La figure du Père fut longtemps avancée comme soutenant ce que Freud appelait le « travail de culture ». Cet ouvrage rend compte d’une situation nouvelle, et ne s’appuie pas sur la verticalité de ce qui était autrefois évident (le Père) pour tenter de saisir ce qu’il en est aujourd’hui du « travail » des fils, de leur nécessité de porter leur destinée, en un monde où les pères – et, plus généralement, les parents – sont en difficulté pour assumer leur position subjective et se constituer vecteurs de la transmission d’un monde qui peine à avancer dans le temps.

Il s’agit donc aussi d’une réflexion sur la temporalité, et sur la manière dont la « forme filiale » se déploie dans le temps. Dans cette perspective, l’auteur élabore une théorie du devenir filial, proposant l’hypothèse de la filiation comme une forme psychique dynamique – constituant un complexe filial –, en interaction avec certaines structures anhistoriques. Cette forme n’est pas abstraite : elle constitue pour chacun le noyau subjectif du tissage du temps. En effet, la temporalité se déploie au niveau individuel, articulée avec une dimension partagée dont la portance est aujourd’hui défaillante. L’ouvrage analyse alors – dans une perspective phénoménologique – la manière dont le temps vécu s’appuie sur les ressources narcissiques du sujet, et met en lumière les tourments inédits de la temporalité en régime contemporain. Hannah Arendt soulignait – dans La crise de la culture – sa conviction que la pensée elle-même naît d’événements de l’expérience vécue, et demeure orientée par eux. Le méta-événement anthropologique, analysé en cet ouvrage, d’une temporalité épuisée provoque ainsi notre pensée, et réoriente d’une manière radicale le travail filial.

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif par Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.)

Publication de : Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.), Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 2021, 191 p.

Depuis la vague d’attentats de janvier 2015 jusque dans des tragédies plus récentes, une incompréhension mine notre société : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis ? Comment des campagnes de harcèlement peuvent-elles se développer sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus de certains cours ? Les questions sont complexes, et n’appellent pas des réponses simplistes. Cet ouvrage – élaboré dans une perspective interdisciplinaire (droit, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, théologie) – est le fruit d’un colloque ayant eu lieu à l’ICP en juin 2019. Il aborde concrètement les difficultés et les actions possibles, associant chercheurs et acteurs du terrain éducatif.

Le monde éducatif est, en effet, confronté à la problématique du décalage entre discours se voulant scientifiques et dogmes religieux, menant dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). La réflexion et l’action sur ce thème supposent donc de ne pas prendre de position surplombante, mais de pallier la méconnaissance du phénomène religieux chez une partie de ceux qui se confrontent à ses manifestations contemporaines, et de prendre la mesure des failles psychiques, intellectuelles, voire spirituelles de nos dispositifs collectifs d’éducation et de transmission du savoir. Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes seraient alors à penser dans ce cadre du déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien…

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».