Archives de catégorie : Publications

Nous ne savons plus croire par Camille Riquier

Publication de l’ouvrage Nous ne savons plus croire, Desclée de Brouwer, Paris, 2020, 240 p.

Quoi que nous nous efforcions de penser, nous continuons d’appartenir à notre siècle par les croyances les plus communes et, quand cela a lieu, par le fait tout aussi commun de ne plus croire – ou de ne pas donner notre confiance au monde. Nos pères se sont tant méfiés, ou ils ont été à ce point cyniques, que cette foi, entendue dans son sens large, semble nous être aujourd’hui interdite. À nous qui avons hérité de cette perte sans l’avoir consommée, ne restent que les débris d’une tradition devenue muette.
Or la foi est vitale, et pas seulement la croyance religieuse. Mais dans une époque désorientée, nous ne pourrons peut-être sauver que le désir de croire : rien ne nous dit que nous retrouverons la croyance. Le paradoxe veut que cette impuissance annonce un temps de dangereuse crédulité. Il nous faut donc tout réapprendre. C’est à cette tâche que la philosophie doit s’atteler en prenant le contrepied de son éternelle tendance : en se mettant en quête de croire aussi résolument qu’elle avait cherché à savoir. La traversée du nihilisme est à ce prix.

Camille Riquier est vice-recteur à la recherche de l’Institut catholique de Paris, directeur de l’unité de recherche « Religion, Culture et Société » et professeur à la Faculté de philosophie de l’ICP.

Architecture et liturgie au XVIIIe siècle par Gilles Drouin

Publication de l’ouvrage Architecture et liturgie au xviiie siècle. Offrir avec et pour le peuple, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 408 p.

Mettre l’architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l’architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.

Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l’architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l’espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l’écrit l’architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une « pierre de fondation » afin de penser des espaces sacrés… pour aujourd’hui.

Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, est maître de conférences au Theologicum-Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Théologie des Pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Du bon usage des normes en liturgie par Hélène Bricout (éd.)

Publication de l’ouvrage Du bon usage des normes en liturgie. Approche théologique et spirituelle après Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 421 p.

Alors que la majorité des clercs et des fidèles ont vécu la réforme liturgique comme la délivrance d’un carcan normatif, et que la liturgie semblait avoir trouvé un mode paisible de régulation, des attitudes plus contrastées, voire de véritables oppositions, sont apparues ces dernières années. Le rapport aux normes en liturgie devenait désormais problématique en France, et il était temps de tout remettre à plat. Cet ouvrage collectif montre ainsi que les normes supposées ou mises en œuvre par les livres liturgiques réformés requièrent un véritable sens théologique et pastoral du rituel. Il propose des repères pratiques et une réflexion de fond pour que son lecteur retrouve un rapport aux normes cohérent avec l’esprit de la réforme liturgique de Vatican II. Pédagogique et clair, il souhaite aider à la formation des personnes au service de la liturgie.

Avec les contributions d’Hélène Bricout (dir.), François Cassingena-Trévedy, Nicolas Cochand, Gilles Drouin, Luc Forestier, Isaïa Gazzola, Sébastien Guiziou, Winfried Haunerland, Albert Jacquemin, l’archevêque Job de Telmessos, Martin Klöckener, Christophe Lazowski, Bénédicte-Marie Mariolle, Thomas O’Loughlin, Olivier Praud, Patrick Prétot, Yann Raison du Cleuziou, Jean-Claude Reichert.

Parution du n° 152 de Transversalités « Punir »

Si notre malheur est de ne pouvoir éviter le scandale de la peine, à la réflexion, on le voit, le danger qui nous menace aujourd’hui est de tendre, voire de tout faire, pour l’éviter tout de même, fût-ce pour des raisons différentes. S’appuyer sur des procédures pénales bancales ou sur de nouvelles procédures assistées par les outils numériques ainsi que par des algorithmes capables de prédéterminer le verdict à rendre, ce sont autant de moyens de contourner le scandale, de court-circuiter le temps de la délibération, de se cacher sa faillibilité, de se dérober enfin devant sa propre responsabilité. En supprimant le dard qui nous oblige à nous confronter en conscience, non sans inquiétude, au devoir de punir, il se pourrait que le remède se découvre pire que le mal, et qu’en s’empêchant de faire le mal, on prive la Justice, l’Éducation et l’Église de pouvoir faire le bien.

Consultation du sommaire du n° 152 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 151 de Transversalités « Paradis et paysages »

Le dossier du présent numéro de Transversalités associe deux mots qu’un esprit non prévenu relie volontiers par l’idée et qui pourtant sont faussement apparentés dans la langue : paradis et paysage. Il est préférable de le dire d’emblée : ils ont peu à voir, leurs sens se heurtent et se contredisent presque. L’un vient du grec – paradeisos – et signifiait un enclos destiné aux bêtes sauvages, avant que la Bible de la Septante ne s’en servît pour qualifier le jardin d’Éden ; le second est dérivé du latin pagensis, qui a donné en français le mot de « pays », comme portion de terre habitée par un groupe d’hommes.

Si le jardin (d’Éden) est le Paradis toujours déjà perdu et si la ville (invisible) est le Paysage à jamais à venir, l’homme ne peut vivre
qu’« entre les deux termes en tension ». Car il n’habite proprement la terre que s’il réussit à négocier avec chacun d’eux. En sorte que c’est bien plutôt si l’homme devait les séparer, comme eux-mêmes y tendent, « pour favoriser soit l’utopie constructiviste de la ville, soit l’utopie régressive du jardin », qu’il perdrait son humanité et ferait de son lieu un enfer inhospitalier et invivable. Telle serait l’aporie véritable, qui n’est plus celle que nous formulions au début, et qui lui est même rigoureusement contraire.

Consultation du sommaire du n° 151 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 150 de Transversalités « La puissance critique de la Tradition chrétienne »

Transversalités publie son 150e numéro sous la forme d’un dossier dirigé par Jean-Louis Souletie, l’actuel doyen du Theologicum, et consacré à « la puissance critique de la Tradition chrétienne ». Par le choix du sujet, la qualité et le nombre de ses contributeurs, majoritairement enseignants-chercheurs intégrés à l’Institution, il marque l’identité de la revue. Il la lui rappelle.

Les textes proposés au lecteur s’attachent à penser autrement le rapport à sa propre tradition. La Tradition chrétienne n’est en effet oubli des origines et sédiments amoncelés de textes que pour le chrétien qui la reçoit de l’extérieur comme autant de jugements définitifs à formuler sur le monde, c’est-à-dire contre le monde. Mais pour peu qu’il la pénètre de façon vivante et consente à s’en refaire une mémoire, elle cesse d’être le dépôt mort de l’Histoire. Elle devient pour lui un « ressourcement ». Il ne lui sera alors plus besoin d’attendre de ses adversaires qu’ils critiquent sa foi pour contenir son dogmatisme ; il puisera en lui et dans la Tradition la puissance critique sans laquelle la foi n’est pas assez inquiète pour rester vive. Il verra aussi que la tradition n’est pas un refuge qui lui sert à préserver la foi des raisons que le monde lui oppose, mais qu’elle est la force qui lui permet de l’exposer et d’entrer en dialogue avec ceux qui ne la connaissent pas. Et cela dans la mesure où la tradition chrétienne a elle-même été un dialogue critique que le christianisme a toujours mené avec lui-même, en invitant l’Église à sa réforme incessante. Un mot doit retenir l’attention du lecteur, qu’il rencontrera à plusieurs reprises : le « discernement ». La Tradition chrétienne ne réarme pas la foi en multipliant les assurances qui font défaut au croyant ; elle entend aiguiser l’esprit qui l’anime en lui donnant un surcroît de discernement critique. Elle ne s’enseigne pas d’abord dans les magistères ; elle s’éprouve au contact du monde et des autres et se mesure à l’ouverture qu’elle opère en chacun.

Consultation du sommaire du n° 150 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Parution du n° 149 de Transversalités « le sport »

Le dossier propose trois articles sur la pratique sportive et ses significations dont l’étude a bénéficié des regards croisés d’un  théologien, d’un philosophe et d’un historien.

La contribution de Jean-Noël Aletti revient sur les métaphores sportives et leur usage répété dans les Épîtres de Paul. L’apôtre y est comparé à un athlète, et l’auteur s’efforce d’en élucider la raison qui, loin d’être ornementale, dit la vérité de son rapport à l’Évangile. Il n’y parvient qu’en l’associant au thème proprement paulinien de l’esclavage et de l’assujettissement du corps. Car se révèle la spécificité de la métaphore agonistique qui n’intéresse Paul qu’autant que l’apôtre, comme l’athlète, est tout entier tendu vers la victoire, pour l’obtention de laquelle il est prêt à tous les sacrifices. Si les ordres y sont maintenus séparés, Aletti peut déjà souligner le parallèle entre le combat spirituel et le combat physique.

Mais l’originalité d’Axel Fouquet dans l’article suivant est de soupçonner entre eux un lien plus intime encore que ne l’autorise la simple métaphore. Saint Augustin avait déjà insisté sur la part d’épreuve physique qui entre dans toute lutte spirituelle ; l’auteur s’intéresse à la réciproque et se propose, à travers l’exemple de la boxe anglaise, de ressaisir tout ce que l’affrontement pur entre deux corps peut concentrer en lui de valeur spirituelle. Loin de manifester une violence nue et aveugle, la boxe opère à ses yeux « un remarquable travail alchimique » par lequel l’esprit s’incorpore afin que le corps se spiritualise et soit tout entier mobilisé vers la fin qu’il lui donne. Axel Fouquet se refuse néanmoins à toute confusion entre le corps et l’esprit et recule devant le mystère du lien qui les unit dans l’épreuve agonistique. Celle-ci est aussi le lieu du plus grand péril.

Et il appartient à la dernière contribution de montrer, à la lumière sombre de l’Histoire, le danger qui menace celui qui est tenté de les identifier purement et simplement. Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine, s’interroge ici sur le culte de la performance (Leistung) tel qu’il fut poussé à son extrémité par le nazisme. Celui-ci, dont la politique fut une « biologie appliquée », a promu une civilisation agonistique dans laquelle la vie est tout et l’esprit presque rien, privé de ses propres combats intérieurs et entièrement soumis au corps dont il doit assurer la rentabilité.

Consultation du sommaire du n° 149 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Solitudes sacrées et villes saintes par Catherine Marin et Anne Marie Reijnen (éd.)

Publication de l’ouvrage Solitudes sacrées et villes saintes, Montrouge, Bayard, 2019, 322 p.

Quel lien unit les communautés humaines à tel ou tel lieu sur cette terre ? D’où vient l’universel désir humain de pérégriner sur d’anciennes routes pour y rencontrer le divin ? Comment expliquer l’émergence des lieux saints ? Voilà les questions abordées par cet ouvrage original qui emmène le lecteur aux quatre coins du monde. Un haut lieu peut être investi par des communautés rivales ; une ville sainte, devenir un champ de bataille. Alors qu’est-ce qu’un lieu saint ? Tout lieu solitaire suscite, au fil du temps, la sociabilité. Vivre dans la ville sera le lot de la vaste majorité des humains : quel sera le rôle du religieux dans les mégalopoles ?
Douze expertes et experts, sous la direction de Catherine Marin et Anne Marie Reijnen, dressent le « portrait » de solitudes « sacrées » et de villes « saintes » pour en dégager chaque fois l’histoire singulière et les paradoxes. On trouve le Mont-Saint-Michel, Jérusalem, Bénarès ou Le Caire, mais aussi des grottes chinoises, des montagnes, une vallée et la forêt amazonienne… Et l’on entreprend, à travers ces lieux multiples, un étonnant itinéraire spirituel, historique et artistique.

Avec les contributions d’Elbatrina Clauteaux, Roberta Collu-Moran, Pierre Diarra, Michel Grandjean, Mireille Hadas-Lebel, Christine Kontler, Nicole Lemaître, Catherine Marin, Yara Matta, Nathalie Nabert, Jacques-Noël Pérès, Emmanuel Pisani, Anne Marie Reijnen et Ysé Tardan-Masquelier.

 

Shakespeare et Cervantès, regards croisés par Ineke Bockting, Pascale Drouet et Béatrice Fonck (éd.)

Publication de l’ouvrage Shakespeare et Cervantès, regards croisés, Paris, Classiques Garnier,              2018, 333 p.

Actes du colloque international, qui a eu lieu du 20 au 22 avril 2016 à l’ICP et à l’Instituto Cervantes, est coorganisé par Ineke Bockting et Béatrice Fonck (Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris), Pascale Drouet (Université de Poitiers) et l’Instituto Cervantes de Paris.

Cet ouvrage replace les œuvres de Shakespeare et de Cervantès dans leur contexte historique, analyse la dialectique des nouvelles et des anciennes poétiques, met en regard personnages cervantins et personnages shakespeariens, s’intéresse à la circulation et à la postérité de ces œuvres majeures.

Les contributeurs sont : Bockting (Ineke), Brailowsky (Yan), Canavaggio (Jean), Chartier (Roger), Drouet (Pascale), Edwards (John), Escamilla (Michèle), Fonck (Béatrice), Garcia De La Concha (Victor), Guéron (Claire), Jackson (John E.), Lefait (Sébastien), Menegaldo (Gilles), Perrier de la Bathie (Pierre-Emmanuel), Picy (Jean-Baptiste), Rivere de Carles (Nathalie), Schütz (Chantal).

 

 

Parution du n° 148 de Transversalités « Une ontologie trinitaire. Autour de Klaus Hemmerle »

Klaus Hemmerle (1929-1994), évêque d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, figure mieux connue pour sa participation active au mouvement ecclésial des Focolari, est peut-être aussi le plus méconnu des grands théologiens du xxe siècle, dont la réflexion n’avait d’ailleurs pas manqué d’être, comme par anticipation, une source d’inspiration pour la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich (1920-2008). À l’occasion de la publication de la traduction française des Thèses pour une ontologie trinitaire (éditions Ad Solem, 2014) de K. Hemmerle, une journée d’étude fut organisée le 7 avril 2015 à l’Institut Catholique de Paris autour de ses recherches fondamentales. Le dossier de ce numéro 148 de la revue Transversalités propose aux lecteurs un certain nombre des contributions de cette journée.

Consultation du sommaire du n° 148 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

Parution du supplément 6 de Transversalités « Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ? »

      Publication du supplément à la revue Transversalités « Les nouveaux visages de la justice : américanisation ou européanisation ? », sous la direction de Pierre Tcherkessoff.

Au fil des siècles, la justice française s’est toujours adaptée aux évolutions de la société mais elle subit depuis quelques décennies une double influence : celle, considérable, de la CEDH, des directives de l’Union européenne et, dans une moindre mesure, celle du droit américain notamment par le biais de l’idée de transaction. L’acte de juger qui constituait le cœur et le sens même de sa mission, paraît céder progressivement la place à un nouveau positionnement.

Cette évolution n’est-elle pas de nature à subvertir les fondements traditionnels de la justice française ? Le système de common law ne se trouve-t-il pas, a priori, en position d’hégémonie ? Le système français d’un juge gardien du droit n’est-il pas en train d’évoluer vers celui d’un juge gardien de la procédure, « à l’anglo-saxonne » ? Les instruments juridiques et les institutions juridictionnelles de l’Union européenne mais aussi du Conseil de l’Europe n’en portent-ils pas la marque ? La tendance à l’uniformisation de la justice ne favorise-      t-elle pas l’émergence d’un modèle commun, dans lequel les systèmes continentaux se soumettraient à ceux de common law ?

C’est à ces questions que tente de répondre cet ouvrage, en croisant les regards d’universitaires et de praticiens autour des différentes problématiques que pose l’évolution de la justice.

Avec les contributions de Jacques-Henri Robert, Pierre Tcherkessoff, Jean Pradel, Philippe Greiner, Thibault Lahalle, Antoine Gouëzel, François Monteagle, Arnaud de Nanteuil, Philippe Corruble, Ramu de Bellescize, Olivier Echappé

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

La personne au secours de l’humain par Jean-François Petit

Publication de La personne au secours de l’humain. 30 études personnalistes, Paris, Parole et Silence, 2018, 473 p.

Redisons-le fortement : seule la personne possède une dignité humaine, aussi extensive soit sa conception aujourd’hui. Comme centre existentiel unique, elle possède une sensibilité incomparable pour les souffrances et pour les joies, une sensibilité qu’on ne retrouve nulle part dans le monde objectif. La personne n’est pas un composé de parties, un agrégat ou une addition. Ainsi, elle marque sa singularité, son unicité, du début jusqu’à la fin.

A travers ces études, on ne peut qu’être frappé par la permanence des enjeux qui s’en dégagent et, pourquoi ne pas le dire, du caractère prophétique de la vision personnaliste d’Emmanuel Mounier (1905-1950). Face à des philosophies qui succombent à la fascination médiatique ou à celles qui se cantonnent dans une érudition inadaptée aux défis contemporains, le personnalisme creuse une ligne de fond qui est aussi une ligne de vie.

On dit qu’un philosophe, quels que soient les domaines qu’il traverse par vocation et par mission, revient toujours à un « port d’attache ». Ce fut le cas ici avec le personnalisme. Pour ma part, je peux fermement attester qu’avec Emmanuel Mounier, je ne me suis jamais trouvé dans des impasses conceptuelles ni en défaut de penser.

Jean-François Petit, assomptionniste, est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403) .

Parution du n° 147 de Transversalités « Regards sur la violence »

L’histoire contemporaine a montré que les religions pouvaient non seulement être mises en cause, mais avoir une réelle responsabilité dans la violence qui touche les sociétés. Aucune d’entre elles n’est épargnée par ce soupçon, ni par cette accusation, et, effectivement, bien des guerres civiles qui ont marqué la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle ont comporté des implications religieuses.

Le dossier de ce numéro 147 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris — Transversalités cherche à appréhender la manière dont la question de la violence interfère avec le discours et avec les pratiques des religions, et, en même temps, il cherche à mettre au jour la manière selon laquelle les religions, et en particulier le christianisme, constituent des ressources face à la tentation de la violence.

Consultation du sommaire du n° 147 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08

« Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe par Emmanuel Falque

Publication de l’ouvrage « Ça » n’a rien à voir. Lire Freud en philosophe, Paris, Cerf, coll. « Idées », 2018,  168 p.

La confrontation entre philosophie et psychanalyse a connu de beaux jours. Mais après les grands débats avec P. Ricœur, M. Merleau-Ponty,     J. Derrida, G. Deleuze ou M. Henry, ce dialogue semble aujourd’hui rompu. Il fallait donc de nouveau franchir le Rubicon. Peut-être la philosophie contemporaine souffre-t-elle d’un        « excès de sens », qu’il s’agisse de signification ou d’interprétation, et que la psychanalyse a sur ce point matière à interroger ?

Dire Ça n’a rien à voir n’indique pas qu’entre philosophie et psychanalyse il n’y ait pas de rapports, bien au contraire. « Ça n’a rien à voir » veut plutôt signifier que le « Ça » ne se voit pas – parce que précisément il ne se donne jamais à voir comme « phénomène ». Oser Lire Freud en philosophe, c’est ainsi conduire la pensée vers des rives insoupçonnées, en une lecture de la psychanalyse ici renouvelée.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (EA 7403).

 

Parution du n° 146 de Transversalités « Neurosciences et liberté »

Selon une approche « classique » des domaines du savoir, il revient au philosophe de penser et de définir la notion de liberté, d’étudier ses conditions de possibilité et d’envisager les conséquences éthiques et politiques d’une juste compréhension de la liberté humaine.

Les progrès récents des neurosciences permettent aujourd’hui une approche de plus en plus précise du fonctionnement du cerveau humain et de la manière dont les différentes aires cérébrales sont mobilisées par l’activité humaine, de la plus élémentaire (marcher, voir) à la plus élaborée (choisir, décider). Dès lors se pose la question de la définition et de la pertinence de la notion de liberté, dans un contexte où les résultats actuels des neurosciences peuvent conduire à interroger, à partir d’un point de vue neurobiologique, la réflexion des philosophes. Il apparaît donc utile de susciter un échange, une conversation entre neurosciences et philosophie, et c’est à cette tâche qu’est consacré le dossier du numéro 146 de la Revue de l’Institut Catholique de Paris – Transversalités.

Consultation du sommaire du n° 146 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08