Archives de catégorie : Recherche

Sophie Ramond et Olivier Artus, Penser les défis contemporains avec la Bible hébraïque

Publication de : Sophie Ramond et Olivier Artus, Penser les défis contemporains avec la Bible hébraïque. Une éthique du bien et du mal, Paris, Odile Jacob, 2022, 240 p.

La Bible hébraïque a beaucoup à nous dire sur les questions d’éthique et de responsabilité qui traversent notre société aujourd’hui. Deux chercheurs mettent en lumière l’actualité étonnante de ce texte pour nous aider à répondre aux défis de justice sociale et écologique.
Ce livre propose une immersion dans l’histoire d’Israël, resituée dans le contexte du Proche-Orient ancien. Les traditions de l’ancien Israël permettent de découvrir un idéal de société fraternelle et égalitaire qui repose sur une anthropologie du don. Les lois d’Israël se préoccupent de la place des femmes et des étrangers, des inégalités et de la répartition de la propriété, des limites du pouvoir politique, du respect des plus fragiles.
Les textes bibliques montrent la voie vers une sobriété matérielle et une éthique écologique très pertinentes pour notre époque.

Un voyage dans le temps à la rencontre de la société d’Israël au temps de la Bible qui offre au lecteur contemporain un chemin de justice, de responsabilité éthique et d’espérance.

Sophie Ramond est Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Olivier Artus est Professeur honoraire d’Écriture sainte à l’Institut Catholique de Paris et recteur de l’Université Catholique de Lyon.

Parution du n° 163 de Transversalités “Vices et vertus épistémiques”

Le dossier “Vices et vertus épistémiques” est bâti autour de deux ouvrages : Les Vices du savoir de Pascal Engel (Agone, 2019), un défi à la fois pour la possibilité d’une foi intelligente et pour une éthique intellectuelle nuancée qui prend acte de la pluralité et la complexité cognitive des êtres humains, et L’Éthique intellectuelle, une épistémologie des vertus de Roger Pouivet (Vrin, 2020), ouvrage qui est philosophiquement aux antipodes de celui d’Engel : il défend ce qui est au fond une normativité cognitive d’inspiration thomiste alimentée par sa grande connaissance de la philosophie analytique américaine récente, particulièrement le courant appelé virtue epistemology.

Ces positions respectives font l’objet des lectures de Ronan Sharkey, Yann Schmitt et Henri-Jérôme Gagey, auxquelles répondent les deux auteurs.

 

Consultation du sommaire du n° 163 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

20-21 octobre 2022 : Colloque international “Kierkegaard : Vertige de soi”

Participez au colloque international “Kierkegaard : Vertige de soi” organisé par la Faculté de Philosophie de l’ICP, les 20 et 21 octobre 2022. L’axe de recherche sera centré sur la pensée du philosophe danois Kierkegaard et la philosophie de la religion.

Télécharger le programme

Le Soi face au vertige de l’existence

Le Soi, et même le Soi chrétien, est ce qui fait le sens de toute existence authentique chez Kierkegaard. Il y a certes bien des manières de l’envisager, et le philosophe danois ne manquera d’en discerner tous les stades : esthétique, éthique et religieux. Mais c’est par le sentiment de « vertige » que tout commence — dans le vertige de soi (la solitude), le vertige des autres (le prochain), ou le vertige de Dieu (le péché). Cette impression envahissante de vertige face à l’existence, loin de paralyser le sujet humain, est aussi ce qui fait sa liberté et le reconduit vers sa propre intériorité. La signification religieuse de l’entreprise kierkegaardienne, qui consiste à adosser la constitution du Soi à l’imitation du Christ, rejaillit alors sur la philosophie elle-même.

Qu’en est-il d’être homme tout court, en particulier devant Dieu ?

Et de ce point de vue, l’obsession de la modernité pour le Moi, qui suscite d’ailleurs toujours l’attention de nos yeux contemporains pour en énoncer les raisons ou pour s’en méfier, se trouve rejouée en des termes particulièrement féconds lorsqu’elle s’articule à la question de la constitution du Soi chez Kierkegaard. Lire ou relire Kierkegaard aujourd’hui, en particulier en temps de crise, c’est « entrer en soi-même » pour redécouvrir le « moi » devant la figure de l’Absolu.

De l’analyse de la constitution du Soi (première journée) à son traitement dans la postérité (deuxième journée), ce colloque reviendra à cette question fondamentale qui est aussi celle de Kierkegaard : qu’en est-il d’être homme tout court, en particulier devant Dieu ?

Organisateurs

Modalités pratiques

16-17-18 novembre 2022 : Colloque “Res publica. Généalogie et défis contemporains” (GREPO)

Le colloque interdisciplinaire “Res publica. Généalogie et défis contemporains” organisé par le Groupe Religions, Église et Politique (GREPO) de l’Institut Catholique de Paris se tiendra à l’ICP les 16, 17 et 18 novembre prochains. Il s’ouvrira par la conférence de Stéphane Rozès sur « La République, l’imaginaire français et l’après présidentielle ».

Télécharger le programme

Le concept de Res publica à l’épreuve de la contextualité historique

Le colloque organisé par le Groupe Religions, Eglise et Politique (GREPO) de l’ICP est le fruit de quatre années de recherche.

Les enseignants-chercheurs du GREPO ont tout d’abord commencé leurs recherches pluridisciplinaires en prenant pour axe central le concept d’« espace public ». Au fur et à mesure de l’avancée de ce travail collectif, ils se sont tournés du côté de l’histoire romaine et du concept de Res publica, concept qui est apparu aussi ancien qu’actuel. Partant du moment fondateur romain, ils ont pu dès lors procéder à un travail d’intelligibilité de l’évolution du concept sur le temps long. D’où le sous-titre du colloque : « Généalogie et défis contemporains ».

La méthodologie de ce colloque interdisciplinaire est donc clairement historique tout en la croisant avec une démarche thématique. Chaque thème retenu sera traité au travers de trois communications situées à des époques différentes de l’histoire européenne et occidentale. Ces époques seront aussi des moments-clefs de crise et par conséquent de redéfinition du concept fondateur de Res publica.

Pour réaliser ce travail d’investigation sur les continuités et les ruptures qui traversent la signification et la mise en œuvre de la Res publica, plusieurs concepts seront mis à l’épreuve de la contextualité historique et des enjeux liés à leur définition normative. A cette fin, l’équipe du GREPO a retenu quatre thématiques présentées sous forme d’interrogations :

  • consentement ou défiance ?
  • Espace public ou ordre public ?
  • Souveraineté : représentation ou délibération ?
  • Citoyen-croyant : quelle place dans la démocratie ? Ce colloque, organisé en France à l’initiative d’universitaires catholiques, accordera une attention particulière au lien à la fois connivent et conflictuel entre Res publica et Ecclesia catholica.

 

Stéphane Rozès, grand invité de la soirée inaugurale

La République, l’imaginaire français et l’après présidentielle – Mercredi 16 novembre à 18h30

 

Sa communication portera sur l’inscription de la République dans notre imaginaire et ses modalités politiques dans le moment néolibéral actuel.

Modalités pratiques

Joël Molinario et Anne-Sophie Vivier-Muresan (éds.), Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?

Publication de : Joël Molinario et Anne-Sophie Vivier-Muresan (éd.), Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?, Paris, Cerf, 2022, 208 p.

La crise écologique que le monde traverse aujourd’hui est souvent décrite par un langage de type apocalyptique. Dans certains mouvements, elle est présentée en termes de collapsologie : écroulement de notre système économique et politique, crise sans précédent de la transmission, effondrement culturel et spirituel. Cette situation écologique, à laquelle s’ajoute la crise sanitaire actuelle, ébranle la tradition chrétienne dans son ensemble. D’une part, certains passages bibliques valorisent un être humain jardinier parfois compris comme le sommet de la création et qui peut alors paraître au-dessus d’elle. D’autre part, les élaborations théologiques modernes, notamment en Occident, se sont fort bien adaptées à l’homme ingénieur de la nature, maître et possesseur à la suite de Descartes. Dans cette situation critique, le christianisme se doit de revisiter ses traditions et ses enseignements, tels qu’ils peuvent être déclinés dans ses interprétations des textes fondateurs, dans sa vision pastorale ou dans ses pratiques d’évangélisation et de transmission de la foi.

C’est cette visée que s’est fixé en mars 2021 un colloque coorganisé par l’ISPC (Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique), l’ISEO (Institut Supérieur d’Études OEcuméniques) et ses partenaires (Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint Serge), avec la collaboration du réseau Église Verte. Ses travaux présentent un état des lieux de la réflexion anthropologique et théologique sur la façon dont les différentes Églises se situent face à la crise écologique, puis explorent la manière dont le christianisme, dans la diversité de ses traditions, peut mobiliser ses ressources pour contribuer à changer le monde en y engageant les jeunes générations. Un outil utile pour les personnes et les communautés chrétiennes désireuses de trouver les chemins d’une juste « conversion écologique ».

Ont participé à cet ouvrage : Edouard Adé, Sa Toute-Sainteté Bartholomée Ier, Neal Blough, Pierre Bourdon, Anne-Sophie Breitwiller, Catherine Chalier, Elbatrina Clauteaux, Anne-Laure Danet, Martin Kopp, Elena Lasida, Bruno Latour, Frédéric Louzeau, Joël Molinario, Christophe Monnot, Isabelle Morel, Julija Naett-Vidovic, Valérie Nicolet, Anne Marie Reijnen, Fabien Revol, Patrice Rolin, Katherine Shirk Lucas, Michel Stavrou, Anne-Sophie Vivier-Muresan.

Joël Molinario est Professeur au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Anne-Sophie Vivier-Muresan est Professeur extraordinaire au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Jérôme de Gramont, Proust, le présent perdu

Publication de : Jérôme de Gramont, Proust, le présent perdu, Clichy, Corlevour, 2022, 206 p.

Que le réel puisse manquer, cette leçon tout en paradoxe au cœur pourtant de la Recherche ne laisse d’étonner, d’un étonnement négatif qui ne relève pas d’un surcroît d’expérience mais de son défaut. Comment imaginer un tel manque puisque le réel n’a de cesse de s’imposer à l’expérience comme ce qu’il y a et qui sans cesse et de manière obvie nous est donné : par exemple ce jardin en fleurs, ces arbres, ces promeneurs, etc., ou puisque notre existence ne se sépare pas de cette profusion de présences, ce cortège des choses au milieu desquelles nous sommes littéralement plongés. Le réel, l’inlassable plutôt, que l’expérience fournit sans relâche, jour et nuit. Et comment cette leçon pourrait-elle nous venir de Proust, c’est-à-dire d’un ouvrage voué précisément à d’infinies descriptions, avec un tel luxe de détails, une telle attention à l’infiniment petit, que notre sensibilité s’en trouve multipliée – mais sensibilité à quoi, sinon au réel forcément ? Qu’attendre de la littérature sinon qu’elle nous apprenne à voir davantage – mais seulement alors pour mieux distinguer tout ce qui s’offre déjà à nous dans l’expérience de ce jardin en fleurs.

Quand le narrateur, dans les dernières pages de la Recherche, compare son livre encore à venir à des verres grossissants, il n’entend aucunement substituer une expérience fictive à celle que nous menons communément, il ne veut pas dire que nous n’avons rien vu, mais il invite son lecteur à lire en lui-même et mesurer la justesse de ce qui est écrit à l’expérience qui est bien la sienne.

Jérôme de Gramont est Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

5 octobre 2022 – Emmanuel Falque, chaire “Philosophie du christianisme” (UR Céres et Faculté de Philosophie de l’ICT)

La Chaire d’enseignement et de recherche « Philosophie du Christianisme » de l’Institut Catholique de Toulouse (UR Céres et Faculté de Philosophie) a le plaisir de vous inviter à une séance académique autour de l’ouvrage d’Emmanuel Falque Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité (Hermann, Paris, 2021).

La séance se déroulera le 5 octobre 2022 de 18h à 20h, en présence (salle P6, site de Place du Parlement) et à distance (lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/83663455949?pwd=a3JTZU5iU0dqaHVnVjBnb3lFQjBVZz09). L’auteur de l’ouvrage participera à cet événement, ainsi que Mme C. Serban (Université Jean Jaurès) et le P. A. Altieri (ICT).

Plus d’informations :

17 novembre 2022 : journée d’étude “Minutiae”

La journée d’étude internationale “Minutiae – Les diagrammes scientifiques au bas Moyen Âge dans l’Occident latin et à Byzance. Pour une histoire visuelle et comparées des savoirs” (Programme Tournesol – Partenariats franco-belges Hubert Curien) se tiendra à l’Université Catholique de Paris et en distanciel Teams le 17 novembre 2022 de 9h30 à 17h, à la Maison de la Recherche, salle B01.

Le projet « les diagrammes scientifiques au bas Moyen Âge dans l’Occident latin et à Byzance : pour une histoire visuelle et comparée des savoirs (MINUTIAE) » réunit deux équipes de spécialistes des fonctions cognitives des figures dans les traités scientifiques latins et grecs. Il vise à développer une réflexion d’histoire visuelle et comparée des diagrammes qui contribuent au déploiement et à la diffusion des sciences. De fait, du xiiie au xve siècle, les diagrammes servent de plus en plus fréquemment d’outils didactiques et mnémotechniques pour transmettre un savoir. En Occident comme à Byzance, leur nombre, la diversité de leurs configurations, la variété de leurs formes et la pluralité de leurs modes de fonctionnement augmentent et témoignent de grandes porosités entre les cultures latine et byzantine. Le projet cherche à caractériser le rôle que les phénomènes de transfert, de transmission, de rejet ou d’appropriation à l’origine de ces porosités jouent dans l’élaboration des diagrammes scientifiques.

Télécharger le programme

 

Organisation :

  • Stavros Lazaris, ICP/CNRS (stavros.lazaris@collegedefrance.fr)
  • Naïs Virenque, UCLouvain (nais.virenque@uclouvain.be)

Conférence de rentrée du Collège doctoral

La semaine méthodologique aura lieu cette année du lundi 10 au vendredi 14 octobre 2022. Elle sera ouverte par la conférence de rentrée du Collège doctoral, qui sera donnée par Philippe Büttgen, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de philosophie des religions, et aura pour titre : “Confesser.”

La conférence aura lieu le lundi 10 octobre 2022, de 17h à 19h, en Z21 Amphi Paul Ricoeur.

Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras par Camille Riquier et Charles Bobant (éds.)

Publication de : Camille Riquier & Charles Bobant (dir.), Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras, Paris, Les Éditions des Compagnons d’Humanité, coll. “Bibliothèque des temps présents”, 2022, 288 p.

Dans son dernier ouvrage, L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique, Renaud Barbaras propose de considérer, pour la première fois, l’appartenance au monde comme le sens d’être de tout étant, y compris des consciences auxquelles celui-là paraît. En conférant à l’appartenance le statut de fait primitif ou de phénomène originaire, l’auteur la comprend comme la modalité d’être véritable de la corporéité et non plus comme ce qui en procéderait : c’est, non pas parce que nous avons un corps que nous appartenons au monde mais, bien plutôt, dans la mesure où nous appartenons au monde que nous avons un corps. Une telle perspective ne saurait être sans retentissement sur le statut de ce monde dont tout étant fait partie. Il ne peut être le sol véritable de l’étant qu’en tant qu’il en est la source, cette puissance originaire dont tout mouvement procède, de sorte qu’il donne lieu à sa propre phénoménalisation. La philosophie de l’appartenance débouche donc sur une cosmologie phénoménologique pour laquelle la présence du monde dans l’étant est nécessairement présence du monde à l’étant. Ainsi, en envisageant l’appartenance d’une façon renouvelée, l’auteur produit vis-à-vis du dispositif mis en œuvre dans ses ouvrages précédents un déplacement à la fois infime et considérable. La radicalité et la systématicité de l’entreprise exigeaient bien tout un livre pour en parler, en déplier les nombreuses chicanes et donner à lire les échanges entre Renaud Barbaras et toute une génération de phénoménologues formée à son contact.

Camille Riquier est Professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Charles Bobant est délégué scientifique au Vice-Rectorat à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris, enseignant à la Faculté de Philosophie, et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).