Archives de catégorie : Facultés

L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin, choix de textes et introductions de Gilles Routhier et François Moog

Publication de : L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin. Choix de textes et introductions (en collaboration avec Gilles Routhier) par François Moog, Paris, Editions du Cerf, coll. “Unam Sanctam – Nouvelle série” 8, 2022, 344 p.

De l’oeuvre inachevée du grand penseur de l’Église que fut le père Laurent Villemin, brutalement interrompue en 2017, il nous reste, mieux que des fragments, les ébauches des traités essentiels qu’il avait déjà engagés et qu’il comptait mener à terme. Ces écrits sont ici réunis et distribués autour des quatre thèmes qui occupèrent cet inlassable chercheur : le concile Vatican II, l’ecclésiologie, l’institution, les ministères. Éléments forts et signifiants, ils présentent la charpente de son chantier théologique. Plus qu’une simple agrégation de textes, voici donc un livre dont la pertinence et la cohérence marquent l’intelligence de la foi. S’y dessinent des perspectives novatrices sur l’Église et s’y sublime le souci constant de faire dialoguer les disciplines théologiques avec les sciences humaines, le catholicisme avec les autres confessions chrétiennes et les autres formes religieuses, la vie ecclésiale avec la vie du monde. Un môle sûr au regard de la crise actuelle. Une pierre fondatrice pour la suite.

Laurent Villemin (1964-2017), qui fut prêtre du diocèse de Verdun et enseignant à l’Institut catholique de Paris, demeure l’un des grands ecclésiologues du temps présent, entre réflexion théologique et engagement pastoral.

Textes rassemblés et édités par Gilles Routhier et François Moog

François Moog est professeur ordinaire au Theologicum.

Idôlatrie ou liberté de William Cavanaugh, traduction et présentation de Sylvain Brison

Publication de : William Cavanaugh, Idolâtrie ou liberté. Le défi de l’Église au XXIe siècle, traduit de l’américain vers le français par Sylvain Brison, Paris, Salvator, 2022, 198 p.

La sacralisation de l’argent, du pouvoir et par là même de l’individu est au fondement des multiples crises que nous traversons aujourd’hui. L’Église a un rôle déterminant à jouer pour parer à toute tentation idolâtrique, y compris en son propre sein. En prenant appui sur l’Évangile, la Tradition et les témoins de la foi, le peuple des baptisés a le devoir de débusquer, dans nos sociétés sécularisées, tout ce qui peut blesser l’image divine inscrite au coeur de chaque être humain. Par une réflexion théologique originale, William Cavanaugh nous aide à retrouver l’adoration véritable qui permet d’accéder à la liberté authentique des enfants de Dieu. Textes traduits et présentés par Sylvain Brison.

Sylvain Brison est professeur extraordinaire au Theologicum.

Le commencement à venir de Jérôme de Gramont

Publication de : Jérôme de Gramont, Le Commencement à venir, Paris, Hermann, coll. “Le Bel aujourd’hui”, 2022, 220 p.

Le commencement a déjà eu lieu, et pourtant il est encore à venir, signe que le commencement véritable, de qui dépend ensuite le cours entier de notre existence, et son sens, a été manqué. Ce que nous appelons sens tient dans cette direction qui tourne, ou retourne, l’existence vers ce commencement à venir, pour aller de l’impoétique vers le poétique, de la souffrance vers la joie, ou de la mort future vers la vie sans cesse recommencée. A la littérature de décrire alors le pluriel des possibles que nous pouvons éprouver, à la philosophie de montrer leur dissymétrie ou la promesse de leur dissymétrie, et à la théologie de justifier cette promesse et dire au nom de qui nous allons vers notre naissance.

La philosophie qui est à faire, c’est celle de Lazare.

Jérôme de Gramont est philosophe et professeur à l’Institut catholique de Paris. Il a publié une dizaine d’ouvrages qui traitent notamment de la phénoménologie dans son rapport à la question du commencement et à la littérature. Il a récemment publié Kafkabuch (Corlevour, 2015) et La pensée monotone (Lessius, 2019).

Mise en ligne du site Bourget de l’ICP

Fruit de plusieurs années de travail mené conjointement par la bibliothèque de Fels et l’Unité de recherche (Pôle “Textes et Herméneutiques”, équipe de recherche “Mémoire et Patrimoine”), le site dédié au fonds Paul Bourget est désormais accessible en ligne à l’adresse suivante : https://fondsbourget-icp.nakala.fr/

Ce site est une vitrine scientifique du fonds conservé à la bibliothèque de Fels depuis la fin des années 1960. Cet ensemble patrimonial unique est constitué de la bibliothèque personnelle de Paul Bourget, écrivain et académicien français (1852-1935), ainsi que de la collection des manuscrits, des journaux et agendas intimes de l’auteur et de ceux de son épouse. Correspondance passive, notes et manuscrits divers complètent ce fonds exceptionnel pour l’étude de la vie intellectuelle et littéraire au tournant des XIXe et XXe siècles.

Ce site est l’aboutissement d’un projet de recherche en humanités numériques qui a nécessité un long et patient travail de valorisation scientifique mené depuis 2019 à l’initiative de Dominique Ancelet-Netter, Maître de conférences en Sciences du langage à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris. Différentes stagiaires se sont succédé pour participer avec enthousiasme à la mise en place de ce projet, dont Zoë Selle qui soutient à la Faculté des Lettres son mémoire de Master 2 sur Paul Bourget sous la direction de Jean-Baptiste Amadieu. Ce site est hébergé sur la plateforme Nakala, outil de partage, de publication et de valorisation des données scientifiques développé par Huma-Num, infrastructure de recherche dédiée aux lettres, sciences humaines et sociales (SHS) et aux humanités numériques.

Il propose en préambule une présentation du fonds conservé à la bibliothèque de Fels ainsi qu’une biographie de l’écrivain. Par obligation à la fois légale et morale vis-à-vis de l’auteur, le site ne donne accès qu’à des extraits de ses manuscrits, mais de nombreuses requêtes par mots-clefs sont possibles pour rechercher dans les journaux, les agendas et la correspondance. Un lien renvoie également vers l’exposition numérique « Au maître, au confrère, à l’ami : florilège d’envois à Paul Bourget » mise en ligne durant le confinement en avril 2020. La bibliographie primaire et secondaire la plus complète possible est enfin en accès direct sur le site. Ce document fera l’objet de mises à jour en fonction de l’actualité éditoriale autour de Paul Bourget.

Notons à ce sujet un dossier consacré à l’écrivain à paraître dans le numéro 165 de Transversalités prévu en avril 2023 et coordonné par Dominique Ancelet-Netter. Vous y retrouverez notamment des contributions de Cécile Coulangeon, Doyenne de la Faculté des Lettres, de Marie-Hélène Chevrier, Maître de conférences en géographie à la Faculté des Lettres, d’Adrián Valenzuela Castelletto, doctorant en littérature et sciences humaines à Sorbonne Université et à l’Università degli studi di Bergamo (sur la question du roman psychologique chez Paul Bourget), ou encore de Guillaume Boyer, responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de Fels.

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard par Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel (éds.)

Publication de : Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel, Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2022, 248 p.

Gaston Fessard (1897-1978) fait partie des penseurs politiques qui se sont livrés à une actualisation de l’antique notion de bien commun.

Cette actualisation, qui s’opère au croisement de la philosophie hégélienne et de la théologie chrétienne, confère à la notion de bien commun une fonction à la fois de compréhension historique et de discernement politique. Fessard montre par exemple en quoi la dialectique des catégories du bien commun explique la destinée des sociétés depuis la Révolution française jusqu’au conflit des idéologies qui traversent le XXe siècle. Il expose également la manière dont la dialectique de ses contenus fournit des critères pour juger du gouvernement de Vichy et fonder une résistance en conscience au pouvoir du maréchal Pétain.

Cet ouvrage présente la pensée du bien commun de Fessard à travers ses sources (Thomas d’Aquin, Hegel et Marx) et concepts, son application durant la Seconde Guerre mondiale, les controverses dans lesquelles elle fut impliquée (avec Kojève et Mounier) ou par rapport auxquelles elle mérite d’être située (querelle du personnalisme). Il propose aussi une actualisation critique de cette pensée politique, quant au rôle international de l’Eglise ou encore aux exigences de la démocratie. Car Fessard n’invite pas seulement à jeter un regard rétrospectif sur de “sombres temps”, mais également à examiner notre propre actualité historique.

L’Avenir. Critique, résistance, utopie par Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.)

Publication de : Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.), L’Avenir. Critique, résistance, utopie, Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, Peter Lang, coll. ” Anthropocene / Anthropocène / Anthropozän“, 2022, 280 p.

L’AVENIR nous a souvent fasciné comme horizon d’attente et objet d’espérance. Entre les découvertes remarquables et les sidérations dues aux violences de l’histoire mondiale et à la prise de conscience du désastre environnemental, comment inventer un avenir à l’époque de l’Anthropocène ?

Comment penser l’avenir dans un temps suspendu par les crises sanitaire, économique et géopolitique. L’avenir sera-t-il pris en charge par une démesure techno-économique ? L’avenir serait-il en train de disparaître (effondrement) ? Et si l’avenir exigeait de travailler sur les bouleversements des temporalités et des conditions d’habitabilité de la terre ? Face à la violence, à l’inefficacité, au leurre, et si l’avenir était le fruit d’une résistance, d’une critique et d’une utopie ?

C’est cette dernière proposition qui est mise au travail au sein de cet ouvrage collectif. Comment penser l’articulation entre ces trois fonctions ? Posture critique vis-à-vis de la modernité ; posture utopiste pour continuer, raisonnablement ou pas, d’espérer ; posture résistante par son ancrage dans le réel et dans les combats actuels. En somme, tenir dans l’opposition (résistance) à partir de ce qui est identifié comme posant question (critique) pour que l’avenir espéré puisse advenir (utopie).

Brigitte Cholvy est ingénieur ESGT (CNAM) et docteur en théologie. Elle est Professeur honoraire de l’Institut catholique de Paris.

David Doat est docteur en philosophie. Il travaille comme enseignant-chercheur MCF à l’Université Catholique de Lille, au sein du Laboratoire ETHICS.

Pascal Marin est ingénieur civil des mines et docteur en philosophie. Professeur en philosophie contemporaine à l’Université catholique de Lyon, il est actuellement doyen de sa Faculté de philosophie.

Tanguy Marie Pouliquen, docteur en théologie et titulaire de trois masters II en droit, finance et philosophie, travaille comme enseignant chercheur à la Toulouse Catholic University. Il est également vice-président de la chaire Jean Rodhain et prêtre cb.

Nathanaël Wallenhorst est docteur en sciences de l’environnement, science politique et sciences de l’éducation. Il travaille comme enseignant-chercheur HDR à l’Université catholique de l’Ouest.

1er-2 juin 2022 : Colloque “Violences et Médias”

La Faculté des Lettres et l’équipe de recherche “Médias, Images et Technologies” organisent les 1er et 2 juin 2022 un colloque autour de “Violences et Médias” à l’Institut Catholique de Paris.

Argument

La production d’information est une arme politique en ce que les médias définissent à la fois « ce dont on parle » et « ce qui importe » (Yves Citton, 2014). Cette sélection dans le réel des objets et des sujets à mettre en visibilité se double d’un pouvoir de qualification du réel qui est ici au coeur de notre questionnement. En effet, en interrogeant conjointement « violences » et « médias », ce colloque souhaite étudier durant deux journées, la manière dont les représentations médiatiques de la violence sont à la fois dépendantes de visions morales, politiques et sociales, tout en étant elles-mêmes des leviers de violences symboliques.

Télécharger le programme

Retrouvez toutes les informations du colloque sur la page Internet de l’événement

La Pensée du sensible par Denis Hétier et Véronique Vassal (éds.)

Publication de : Denis Hétier, Véronique Vassal (éds.), La Pensée du sensible. Approches esthétiques, historiques et théologiques, Paris, Cerf, coll. “Patrimoines”, 2022, 366 p.

Pour qui le vit, une évidence s’impose : l’art donne à penser en s’éprouvant sensiblement. L’expérience de l’art – qu’elle soit expérience esthétique ou/et expérience créatrice – ouvre un espace en lequel se vit une relation originaire entre le sensible et la pensée. Dans l’art, le sentir, loin de s’opposer au penser, le fonde bien plutôt. De même, le discours sur l’art ou à son propos – qu’il soit esthétique, historique ou théologique – trouve un point critique, se déploie et s’approfondit à l’épreuve du sensible. Peut-on parler d’une « pensée du sensible » ou d’une « pensée sensible » ? Comment le sensible fait-il sens ? Qu’apporte le sensible à la pensée discursive, historique ou théologique ? Quel rapport y a-t-il entre le sensible et le spirituel ? Fruit d’une collaboration entre le département Histoire de l’art de la Faculté des Lettres et l’Institut supérieur de Théologie des arts de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage propose des approches différenciées et des regards croisés sur ces questions essentielles autour de l’art.

Ont contribué à cet ouvrage : Alicia Adamczak, Jérôme Alexandre, Stéphane Beauboeuf, Jean-Baptiste de Beauvais, Emmanuel Bellanger, Elbatrina Clauteaux, Cécile Coulangeon, Frédéric Cousinié, Stéphane Coviaux, Florent Dumontier, Jérôme de Gramont, Denis Hétier, Gwladys Le Cuff , Jean-Pierre Lemaire, Emmanuel Lincot, Arnaud Montoux, Rodolphe Olcèse, Michel Pastoureau, Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, Élisabeth Ruchaud, Véronique Vassal, Denis Villepelet.

Denis Hétier est maître de conférences au Theologicum et Directeur de l’Institut Supérieur de Théologie des Arts (ISTA).

Véronique Vassal est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre par Camille Riquier

Publication de : Camille Riquier, Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF Essais”, 2022, 336 p.

Descartes ou la philosophie française : le caractère fondateur qui a été reconnu de droit à Descartes au regard de toute la philosophie moderne a masqué l’importance toute particulière que les penseurs français lui ont toujours accordée, de fait, dans leur propre édification intellectuelle. Descartes fournit en France moins les idées que la trame qui a servi à les ordonner — ce qui n’est le cas d’aucun philosophe ailleurs. Sartre, toute sa vie durant, fut tenu par le projet de construire une morale. Par la suite, il ne s’est jamais lassé de conclure : “Et j’ai toujours échoué.” Conscient de cet échec où son projet de métaphysique l’a mené, il reconduit les motifs qu’il avait de l’écrire à son enfance : “Ma seule affaire était de me sauver.” Il avait cru être au monde ; il a vécu dans l’imaginaire. Il avait bâti tout une œuvre afin de s’y mettre tout entier. Or ce Moi immortalisé, celui auquel il aspirait, c’était secrètement Descartes, médiateur caché dans la pénombre mais qui lui avait tracé un chemin pour le rejoindre. Sartre ne l’a pas dit. Néanmoins il savait qu’il était en train de récrire les Méditations métaphysiques de Descartes. C’était son secret et le propre du secret est d’appartenir à ce qui relève en chacun non pas de l’inconscient mais de ce “fonds sombre qui refuse d’être dit” — le vécu. Un tel secret, encore enveloppé et obscur à lui-même, explique également que Sartre ait pu se dire à la fois existentialiste et cartésien. D’un côté, l’existentialisme est le nom que l’adversaire avait donné à la doctrine. Il est la manière objective dont sa pensée s’est extériorisée dans l’histoire, il est la doctrine vue du dehors. De l’autre côté, le cartésianisme est la même doctrine mais telle qu’elle est comprise du dedans par Sartre. Il est la manière subjective dont Sartre a intériorisé sa doctrine dans l’histoire de la philosophie. Deux courants de pensée dont l’un, tout en surface, a recouvert malencontreusement l’autre qui était pourtant le seul qui fût profond.

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste de philosophie française, il est l’auteur d’une œuvre significative. Lauréat du Prix La Bruyère de l’Académie française pour son premier livre Archéologie de Bergson (Paris, Puf, 2009, réédité dans la collection Quadrige en 2021), il est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (Paris, Puf, 2017) et de Nous ne savons plus croire (Paris, Desclée de Brouwer, 2020).