Archives de catégorie : Faculté de Philosophie

5 octobre 2022 – Emmanuel Falque, chaire “Philosophie du christianisme” (UR Céres et Faculté de Philosophie de l’ICT)

La Chaire d’enseignement et de recherche « Philosophie du Christianisme » de l’Institut Catholique de Toulouse (UR Céres et Faculté de Philosophie) a le plaisir de vous inviter à une séance académique autour de l’ouvrage d’Emmanuel Falque Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité (Hermann, Paris, 2021).

La séance se déroulera le 5 octobre 2022 de 18h à 20h, en présence (salle P6, site de Place du Parlement) et à distance (lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/83663455949?pwd=a3JTZU5iU0dqaHVnVjBnb3lFQjBVZz09). L’auteur de l’ouvrage participera à cet événement, ainsi que Mme C. Serban (Université Jean Jaurès) et le P. A. Altieri (ICT).

Plus d’informations :

Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras par Camille Riquier et Charles Bobant (éds.)

Publication de : Camille Riquier & Charles Bobant (dir.), Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras, Paris, Les Éditions des Compagnons d’Humanité, coll. “Bibliothèque des temps présents”, 2022, 288 p.

Dans son dernier ouvrage, L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique, Renaud Barbaras propose de considérer, pour la première fois, l’appartenance au monde comme le sens d’être de tout étant, y compris des consciences auxquelles celui-là paraît. En conférant à l’appartenance le statut de fait primitif ou de phénomène originaire, l’auteur la comprend comme la modalité d’être véritable de la corporéité et non plus comme ce qui en procéderait : c’est, non pas parce que nous avons un corps que nous appartenons au monde mais, bien plutôt, dans la mesure où nous appartenons au monde que nous avons un corps. Une telle perspective ne saurait être sans retentissement sur le statut de ce monde dont tout étant fait partie. Il ne peut être le sol véritable de l’étant qu’en tant qu’il en est la source, cette puissance originaire dont tout mouvement procède, de sorte qu’il donne lieu à sa propre phénoménalisation. La philosophie de l’appartenance débouche donc sur une cosmologie phénoménologique pour laquelle la présence du monde dans l’étant est nécessairement présence du monde à l’étant. Ainsi, en envisageant l’appartenance d’une façon renouvelée, l’auteur produit vis-à-vis du dispositif mis en œuvre dans ses ouvrages précédents un déplacement à la fois infime et considérable. La radicalité et la systématicité de l’entreprise exigeaient bien tout un livre pour en parler, en déplier les nombreuses chicanes et donner à lire les échanges entre Renaud Barbaras et toute une génération de phénoménologues formée à son contact.

Camille Riquier est Professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Charles Bobant est délégué scientifique au Vice-Rectorat à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris, enseignant à la Faculté de Philosophie, et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Le commencement à venir de Jérôme de Gramont

Publication de : Jérôme de Gramont, Le Commencement à venir, Paris, Hermann, coll. “Le Bel aujourd’hui”, 2022, 220 p.

Le commencement a déjà eu lieu, et pourtant il est encore à venir, signe que le commencement véritable, de qui dépend ensuite le cours entier de notre existence, et son sens, a été manqué. Ce que nous appelons sens tient dans cette direction qui tourne, ou retourne, l’existence vers ce commencement à venir, pour aller de l’impoétique vers le poétique, de la souffrance vers la joie, ou de la mort future vers la vie sans cesse recommencée. A la littérature de décrire alors le pluriel des possibles que nous pouvons éprouver, à la philosophie de montrer leur dissymétrie ou la promesse de leur dissymétrie, et à la théologie de justifier cette promesse et dire au nom de qui nous allons vers notre naissance.

La philosophie qui est à faire, c’est celle de Lazare.

Jérôme de Gramont est philosophe et professeur à l’Institut catholique de Paris. Il a publié une dizaine d’ouvrages qui traitent notamment de la phénoménologie dans son rapport à la question du commencement et à la littérature. Il a récemment publié Kafkabuch (Corlevour, 2015) et La pensée monotone (Lessius, 2019).

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard par Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel (éds.)

Publication de : Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel, Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2022, 248 p.

Gaston Fessard (1897-1978) fait partie des penseurs politiques qui se sont livrés à une actualisation de l’antique notion de bien commun.

Cette actualisation, qui s’opère au croisement de la philosophie hégélienne et de la théologie chrétienne, confère à la notion de bien commun une fonction à la fois de compréhension historique et de discernement politique. Fessard montre par exemple en quoi la dialectique des catégories du bien commun explique la destinée des sociétés depuis la Révolution française jusqu’au conflit des idéologies qui traversent le XXe siècle. Il expose également la manière dont la dialectique de ses contenus fournit des critères pour juger du gouvernement de Vichy et fonder une résistance en conscience au pouvoir du maréchal Pétain.

Cet ouvrage présente la pensée du bien commun de Fessard à travers ses sources (Thomas d’Aquin, Hegel et Marx) et concepts, son application durant la Seconde Guerre mondiale, les controverses dans lesquelles elle fut impliquée (avec Kojève et Mounier) ou par rapport auxquelles elle mérite d’être située (querelle du personnalisme). Il propose aussi une actualisation critique de cette pensée politique, quant au rôle international de l’Eglise ou encore aux exigences de la démocratie. Car Fessard n’invite pas seulement à jeter un regard rétrospectif sur de “sombres temps”, mais également à examiner notre propre actualité historique.

Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre par Camille Riquier

Publication de : Camille Riquier, Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF Essais”, 2022, 336 p.

Descartes ou la philosophie française : le caractère fondateur qui a été reconnu de droit à Descartes au regard de toute la philosophie moderne a masqué l’importance toute particulière que les penseurs français lui ont toujours accordée, de fait, dans leur propre édification intellectuelle. Descartes fournit en France moins les idées que la trame qui a servi à les ordonner — ce qui n’est le cas d’aucun philosophe ailleurs. Sartre, toute sa vie durant, fut tenu par le projet de construire une morale. Par la suite, il ne s’est jamais lassé de conclure : “Et j’ai toujours échoué.” Conscient de cet échec où son projet de métaphysique l’a mené, il reconduit les motifs qu’il avait de l’écrire à son enfance : “Ma seule affaire était de me sauver.” Il avait cru être au monde ; il a vécu dans l’imaginaire. Il avait bâti tout une œuvre afin de s’y mettre tout entier. Or ce Moi immortalisé, celui auquel il aspirait, c’était secrètement Descartes, médiateur caché dans la pénombre mais qui lui avait tracé un chemin pour le rejoindre. Sartre ne l’a pas dit. Néanmoins il savait qu’il était en train de récrire les Méditations métaphysiques de Descartes. C’était son secret et le propre du secret est d’appartenir à ce qui relève en chacun non pas de l’inconscient mais de ce “fonds sombre qui refuse d’être dit” — le vécu. Un tel secret, encore enveloppé et obscur à lui-même, explique également que Sartre ait pu se dire à la fois existentialiste et cartésien. D’un côté, l’existentialisme est le nom que l’adversaire avait donné à la doctrine. Il est la manière objective dont sa pensée s’est extériorisée dans l’histoire, il est la doctrine vue du dehors. De l’autre côté, le cartésianisme est la même doctrine mais telle qu’elle est comprise du dedans par Sartre. Il est la manière subjective dont Sartre a intériorisé sa doctrine dans l’histoire de la philosophie. Deux courants de pensée dont l’un, tout en surface, a recouvert malencontreusement l’autre qui était pourtant le seul qui fût profond.

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Spécialiste de philosophie française, il est l’auteur d’une œuvre significative. Lauréat du Prix La Bruyère de l’Académie française pour son premier livre Archéologie de Bergson (Paris, Puf, 2009, réédité dans la collection Quadrige en 2021), il est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (Paris, Puf, 2017) et de Nous ne savons plus croire (Paris, Desclée de Brouwer, 2020).

18 mars 2022 – Dialogue autour de Hors phénomène d’Emmanuel Falque

La Faculté de Philosophie de l’ICP organise un colloque autour du dernier essai du professeur et philosophe Emmanuel Falque : Hors Phénomène.

 

Programme

Télécharger le programme

14h : Ouverture, Camille Riquier (ICP)

14h15 : Une tempête sous un crâne, Emmanuel Falque (ICP)

14h45 : Hors monde ?, Renaud Barbaras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h45 : Plus vieux que le monde : trauma, séparation et hétéronomie, Danielle Cohen-Levinas (Archives Husserl, ENS-CNRS)

17h : La solitude est-elle extra-phénoménale ?, Paul Audi (Université Sorbonne Paris-Descartes)

Présentation du livre

« Maladie, séparation, mort d’un enfant, catastrophe naturelle, pandémie » – Ça me tombe dessus, sans savoir pourquoi ni comment. Comme un démon qui m’étreint, « ça » m’empoigne et me détruit, j’assiste à mon emportement sans avoir rien, ni personne, à accuser ou à qui me raccrocher. Me voilà seul comme un bateau ivre à la dérive, d’une solitude extrême dont le noyau infrangible m’apprend aussi que j’en suis constitué. L’abîme demeure toujours là, impossible à occulter.

Dans le Hors phénomène, ni « infra-phénoménal » (propédeutiques à la phénoménalité) ni « supra-phénoménal » (phénoménologies de l’excès ou du débordement), c’est le « dehors » qui prime. Défait de mes catégories, ou plutôt « hors catégories », je n’ai plus qu’à m’inventer autrement. Ce n’est pas de sortir de la crise qu’il faut espérer, ni même de restaurer une ouverture qu’on aurait oubliée. Il s’agit plutôt d’y être autrement, comme si le trauma nous rappelait philosophiquement à l’essence de notre humanité, en guise d’être toujours transformé.

Présentation de l’auteur

Emmanuel Falque, doyen honoraire de la Faculté de philosophie de l’Institut catholique de
Paris, est spécialiste en philosophie patristique et médiévale, philosophie de la religion et phénoménologie. Il est l’auteur de nombreux livres parus en France et traduits à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis.

Questions pratiques

Événement accessible en présentiel et visioconférence.
Pour les personnes en distanciel le lien de connexion sera envoyé une heure avant le début de l’événement.

  • Date : vendredi 18 mars 2022
  • Horaires : de 14h à 18h
  • Adresse : Institut Catholique de Paris – Entrée au 74 rue de Vaugirard
  • Salle : Amphithéâtre Paul Ricoeur – Z16
  • Sur inscription obligatoire
  • Passe sanitaire exigé

21-22 février 2022 : Colloque autour de “L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique” (2019) de Renaud Barbaras

Institut Catholique de Paris, Faculté de Philosophie : Colloque autour du livre “L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique” (2019) de Renaud Barbaras

Organisation : Camille Riquier et Charles Bobant

Argument : Par ses thèmes, sa conceptualité, par sa densité philosophique, le livre L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique publié en 2019 peut être tenu pour le point d’aboutissement, sinon charnière, du cheminement intellectuel de Renaud Barbaras. Dans le même temps l’ouvrage, commandé par l’impératif d’éliminer tout dualisme résiduel, apparaît comme en rupture vis-à-vis d’un certain nombre d’acquis des textes antérieurs, tels que le partage de la cosmologie et de la métaphysique, la dualité de l’archi-mouvement et de l’archi-événement ou la distinction entre vivant et non-vivant.

Les 12 intervenantes et intervenants du colloque (L. Ascarate, C. Bobant, É. Boublil, A. Deudon, E. Falque, C. Furtwängler, M. Goy, T. Gress, G. Jean, C.-A. Mangeney, É. Pinat, C. Riquier) se donnent pour objectif d’interroger cette évolution théorique et la place de L’Appartenance au sein de l’élaboration philosophique de Renaud Barbaras.

Présentation de Renaud Barbaras : Renaud Barbaras est professeur de philosophie contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de phénoménologie, il est l’auteur d’une œuvre philosophique significative reconnue au niveau international et plusieurs fois récompensée. L’ouvrage L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique (Peeters) correspond aux leçons qu’il a données dans le cadre de la Chaire Cardinal Mercier de l’Université Catholique de Louvain en mars 2019.

 

Télécharger le programme

 

Programme
Lundi 21 février 2022
Présidence : Camille RIQUIER
9h
Grégori JEAN
Université Côte d’Azur
« Franchir le mur ? »
10h
Étienne PINAT
Académie d’Orléans-Tours
« Barbaras et Jaccottet. Poétique de la déflagration »
11h
Mathias GOY
Académie de Reims
« L’Appartenance entre phénoménologie et cosmologie »

12h -14h : Pause

Présidence : Grégori JEAN
14h
Charles BOBANT
Institut Catholique de Paris
« Le problème métaphysique du monisme »
15h
Circé FURTWÄNGLER
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
« La phénoménologie et le problème du panthéisme »
16h
Charles-André MANGENEY
École Normale Supérieure de Lyon
« Du ‘‘dehors claustral’’ à l’appartenance : l’archi-événement et la signification phénoménologique de son dépassement »

Mardi 22 février 2022
Présidence : Charles BOBANT
9h
Emmanuel FALQUE
Institut Catholique de Paris
« ‘‘En être’’ et ‘‘y être’’ »
10h
Luz ASCARATE
Université de Franche-Comté
« L’éclatement du monde »
11h
Thibaut GRESS
École Normale Catholique Blomet
« Ex situ : être à part de l’appartenance »

12h-14h : Pause

Présidence : Emmanuel FALQUE
14h
Élodie BOUBLIL
Université Paris-Est Créteil
« Variations sur la profondeur »
15h
Camille RIQUIER
Institut Catholique de Paris
« Appartenance, participation et déflagration »
16h
Aurélien DEUDON
Université de Rouen
« L’Appartenance : un nouveau paradigme pour penser les vivants et leurs différences »

L’événement aura lieu à l’Institut Catholique de Paris (amphi René Rémond). Il pourra être suivi en distanciel. Inscription obligatoire : https://www.eventbrite.fr/…/billets-lappartenance-vers…

L’ouvrage sur le site de l’éditeur : https://www.peeters-leuven.be/detail.php…

Découvrir la pensée de Renaud Barbaras : http://www.continents-interieurs.info/

Janv-juin 2021 – Séminaire “Kierkegaard et Saint Augustin”

Issu d’un partenariat entre l’Institut Catholique de Paris (Faculté de Philosophie) et la Société Søren Kierkegaard, le séminaire “Kierkegaard et Saint Augustin” a pour vocation de réunir les lecteurs de Kierkegaard et de Saint Augustin – y compris les jeunes chercheurs – dans un cycle de cinq conférences.

L’objectif de ce séminaire sera de documenter la réception du corpus augustinien dans l’œuvre de Kierkegaard, mais également de lire les deux auteurs ensemble, afin d’instruire un dialogue essentiel entre les deux philosophes sur :

  • l’amour et ses œuvres
  • la grâce et le péché
  • l’écriture de soi
  • la louange de Dieu
  • la méditation de l’Écriture entre exégèse
  • prédication et philosophie

Au-delà d’Augustin, l’enquête pourra également être ouverte aux Pères de l’Église, voire à d’autres doctrines de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, comme le néoplatonisme, ainsi qu’à des interprètes plus récents de l’augustinisme (Luther, Pascal).

Programme

lundi 24 janvier : Présentation du séminaire par Émeline Durand (Université de Bourgogne, Société Søren Kierkegaard) et Pierre-Alban Gutkin-Guinfolleau (ICP, Société Søren Kierkegaard)

Lundi 14 février : Émeline Durand (Université de Bourgogne, Société Søren Kierkegaard) : « La prière selon Augustin et Kierkegaard »

Lundi 21 mars : Joséphine Jamet (Sorbonne Université) : « Proximité de Dieu selon Augustin et Kierkegaard : de la mauvaise conscience au désir d’éternité »

Lundi 9 mai : Jacques Message (Société Søren Kierkegaard) : « 1844. Démêlés augustiniens »

Lundi 13 juin 2022 : Anne-Claire Lozier (Université de Lille) : « La pureté du cœur chez Kierkegaard et Augustin »

Modalités et inscriptions

  • Événement ouvert à tous, accessible en présentiel et en visioconférence
  • Le lien de connexion Zoom est communiqué 1h avant la séance, par courriel, aux personnes préalablement inscrites
  • Le séminaire se tient à l’Institut Catholique de Paris – Entrée au 74 rue de Vaugirard
  • Salle E 23 de 18h à 19h30
  • Inscription obligatoire