Archives de catégorie : Faculté des Lettres

1er-2 juin 2022 : Colloque “Violences et Médias”

La Faculté des Lettres et l’équipe de recherche “Médias, Images et Technologies” organisent les 1er et 2 juin 2022 un colloque autour de “Violences et Médias” à l’Institut Catholique de Paris.

Argument

La production d’information est une arme politique en ce que les médias définissent à la fois « ce dont on parle » et « ce qui importe » (Yves Citton, 2014). Cette sélection dans le réel des objets et des sujets à mettre en visibilité se double d’un pouvoir de qualification du réel qui est ici au coeur de notre questionnement. En effet, en interrogeant conjointement « violences » et « médias », ce colloque souhaite étudier durant deux journées, la manière dont les représentations médiatiques de la violence sont à la fois dépendantes de visions morales, politiques et sociales, tout en étant elles-mêmes des leviers de violences symboliques.

Télécharger le programme

Retrouvez toutes les informations du colloque sur la page Internet de l’événement

La Pensée du sensible par Denis Hétier et Véronique Vassal (éds.)

Publication de : Denis Hétier, Véronique Vassal (éds.), La Pensée du sensible. Approches esthétiques, historiques et théologiques, Paris, Cerf, coll. “Patrimoines”, 2022, 366 p.

Pour qui le vit, une évidence s’impose : l’art donne à penser en s’éprouvant sensiblement. L’expérience de l’art – qu’elle soit expérience esthétique ou/et expérience créatrice – ouvre un espace en lequel se vit une relation originaire entre le sensible et la pensée. Dans l’art, le sentir, loin de s’opposer au penser, le fonde bien plutôt. De même, le discours sur l’art ou à son propos – qu’il soit esthétique, historique ou théologique – trouve un point critique, se déploie et s’approfondit à l’épreuve du sensible. Peut-on parler d’une « pensée du sensible » ou d’une « pensée sensible » ? Comment le sensible fait-il sens ? Qu’apporte le sensible à la pensée discursive, historique ou théologique ? Quel rapport y a-t-il entre le sensible et le spirituel ? Fruit d’une collaboration entre le département Histoire de l’art de la Faculté des Lettres et l’Institut supérieur de Théologie des arts de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage propose des approches différenciées et des regards croisés sur ces questions essentielles autour de l’art.

Ont contribué à cet ouvrage : Alicia Adamczak, Jérôme Alexandre, Stéphane Beauboeuf, Jean-Baptiste de Beauvais, Emmanuel Bellanger, Elbatrina Clauteaux, Cécile Coulangeon, Frédéric Cousinié, Stéphane Coviaux, Florent Dumontier, Jérôme de Gramont, Denis Hétier, Gwladys Le Cuff , Jean-Pierre Lemaire, Emmanuel Lincot, Arnaud Montoux, Rodolphe Olcèse, Michel Pastoureau, Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, Élisabeth Ruchaud, Véronique Vassal, Denis Villepelet.

Denis Hétier est maître de conférences au Theologicum et Directeur de l’Institut Supérieur de Théologie des Arts (ISTA).

Véronique Vassal est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

29 mars 2022 – Conférence de Stavros Lazaris (Mois de la Francophonie 2022)

Inscription obligatoire

Argument

À travers trois cas d’étude, cette communication s’intéressera à la perception de l’homme byzantin vis-à-vis des animaux et sa relation avec eux. Est-ce que les Byzantins considéraient les animaux comme des êtres inférieurs ? comme des instruments (p.ex. dans leurs pratiques médicales) ? comme un compagnon (pour palier leur solitude) ? comme un modèle de l’éthique humaine ?En étudiant les conceptions byzantines sur les animaux, on pourra mieux comprendre certaines mentalités byzantines, puisque, comme le stipulait K. Thomas, il est impossible de séparer l’idée que les hommes du passé se faisaient des plantes et des animaux de celle qu’ils se faisaient d’eux-mêmes. Cette communication, prolégomène d’une étude en cours, permettra alors de cerner la civilisation byzantine d’un œil nouveau à travers l’étude des relations entre les hommes et les animaux et l’évolution de leurs relations.

Présentation du conférencier

Après des études classiques à Athènes, Stavros Lazaris a intégré l’EHESS et l’EPHE où il a étudié l’histoire et la philologie byzantines. Durant sa thèse de doctorat, il a orienté ses recherches sur les rapports qu’entretiennent texte et image dans les manuscrits byzantins médiévaux consacrés à la médecine vétérinaire. Il a réalisé un post-doctorat sur cette thématique en Suisse (Université de Fribourg) avant d’intégrer le CNRS à Strasbourg (UMR 7044) en 1999. En 2015, il a rejoint le laboratoire « Orient et Méditerranée » (UMR 8167) et poursuit entre autres son travail sur la place et les fonctions de l’illustration médiévale dans la transmission du savoir scientifique.

Ses recherches et son enseignement concernent l’histoire de la civilisation byzantine, notamment à travers l’étude de documents originaux relatifs à l’histoire des sciences et des techniques et de l’histoire des textes et des images. Depuis sa thèse de doctorat (publiée chez Brepols dans la collection « Bibliologia » en 2010), il travaille sur l’illustration médiévale et sa place dans la transmission du savoir médical à Byzance. Les équidés et leur rôle dans l’armée et l’économie dans l’Antiquité tardive et à Byzance constituent un autre thème majeur de ses recherches. Il a également consacré une partie de ses travaux scientifiques aux cultures visuelles et, depuis son habilitation des recherches (le premier volume a été publié chez SISMEL dans la collection « Micrologus’ Library » en 2016 et le second est prévu pour fin 2019), il s’intéresse à la christianisation de la littérature scientifique païenne.

21 février 2022 – Journée d’étude “Les expressions du corps et de l’esprit / Las expresiones del cuerpo y del alma”

En collaboration avec l’Universidad de Oviedo, la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris organisé la journée d’étude le 21 février 2022 “Les expressions du corps et de l’esprit / Las expresiones del cuerpo y del alma“.

Télécharger le programme

Napoléon III. Pensées politiques réunies par Francis Choisel

Publication de : Napoléon III, Pensées politiques, réunies par Francis Choisel, Paris, SPM, 2021, 194 p.

Napoléon III fut penseur autant qu’homme d’action. Théoricien politique, il mit ses idées en pratique ; empereur philosophe, il tira des événements des préceptes de gouvernement. De ses livres, brochures, articles, discours, proclamations, messages, et autres propos ou écrits, Francis Choisel a retenu les maximes les mieux ciselées, les raisonnements les plus aboutis, et il les a réunis dans ce livre. Groupés par thèmes, emboîtés de manière logique, ils forment un véritable exposé de la doctrine napoléonienne, telle que l’élabora celui qui fut à la fois le premier de nos présidents de la République et le dernier de nos souverains. L’ouvrage est complété par une présentation critique des écrits de Napoléon III, véritable bibliographie de référence pour tous ceux qui voudront approfondir leur connaissance de ses idées.

Francis Choisel, spécialiste du Second Empire, dirige le cycle des masters d’histoire à l’Institut Catholique de Paris. Il est notamment l’auteur de Bonapartisme et gaullisme, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour, Comprendre le gaullisme, et d’une édition critique des Rêveries politiques de Napoléon III.

Stavros Lazaris, Le Physiologus grec

Publication de : Stavros Lazaris, Le Physiologus grec. Volume 2. Donner à voir la nature. Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2021, 432 p., 158 pl. .

Ce volume s’adresse aux antiquisants et aux médiévistes, aux historiens de l’art et des sciences, aux philologues et à ceux qui s’intéressent à la fois à l’histoire de l’illustration scientifique et à celle des relations entre l’homme et la nature au Moyen Âge et au-delà. Il a pour objet l’étude du développement d’une pensée visuelle, liée à la transmission de savoirs en histoire naturelle, à travers une analyse des miniatures du Physiologus grec. Après une présentation générale des codices illustrés de cet ancêtre des bestiaires occidentaux, l’auteur s’intéresse aux manières et aux stratégies iconographiques développées par les miniaturistes des manuscrits grecs du Physiologus pour offrir à voir les animaux, végétaux et minéraux discutés dans cette œuvre. Il propose ainsi une réflexion originale sur les fonctions du cycle naturaliste dans ces manuscrits, une nouvelle définition de la perception de la nature par ces imagiers et, enfin, d’autres identifications de certaines espèces controversées.

Stavros Lazaris est Professeur en Histoire byzantine à l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Bible et Orient » (Unité de Recherche « Religion, Culture et Société »). Après des études classiques à Athènes, Stavros Lazaris intègre l’EPHE et l’EHESS où il étudie l’histoire et la philologie byzantines. Durant sa thèse, il oriente ses recherches sur les rapports qu’entretiennent texte et image dans les manuscrits byzantins médiévaux consacrés à la médecine vétérinaire. Il réalise un post-doctorat sur cette thématique en Suisse (Université catholique de Fribourg) avant d’intégrer le CNRS à Strasbourg (UMR 7044). En 2015, il rejoint le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 – CNRS, Sorbonne Université, Collège de France) et poursuit entre autres son travail sur la place et les fonctions de l’illustration médiévale dans la transmission du savoir scientifique. À travers ses recherches, il a démontré que les images des écrits scientifiques ne servaient pas seulement à éclairer le texte.  Elles ont notamment des fonctions cognitives, en améliorant notamment la mémorisation et les recherches à l’intérieur des codex à une époque où le foliotage, les tables des matières ou encore les index dans les manuscrits n’avaient pas cours. De 2017 à 2020, Stavros Lazaris a enseigné à l’Institut Catholique de Paris, avant d’y être nommé, en 2021, professeur en histoire byzantine. Parallèlement, depuis 2019, il dirige le Département d’Histoire de la Faculté des Lettres de l’ICP. Par ses travaux, Stavros Lazaris contribue à renverser les préjugés qui pèsent sur le Moyen Âge encore considéré par beaucoup comme une période obscurantiste.

20 octobre 2021 – Journée d’étude “Les expressions du corps et de l’esprit”

Journée d’études internationale Faculté des Lettres (Institut Catholique de Paris) / Université d’OVIEDO 

Les expressions du corps et de l’esprit

Las expresiones del cuerpo y del alma 

Espagne-France

Lors de cette journée, il s’agira d’étudier et d’analyser les actions permettant d’exprimer et de communiquer par la parole, le geste, les mots, l’image, le travail de la pierre, les constructions rhétoriques et les écrits intimes, les manifestations du corps (corps physique, corps psychique) et de l’âme. Nous essayerons de répondre aux interrogations qui nourrissent les travaux de recherche des intervenants: Comment dire les sentiments ? quelles tournures peuvent prendre dans une langue (français/espagnol) les expressions de l’esprit ? comment le corps et l’esprit s’inscrivent dans l’architecture, la peinture ou la sculpture ? de quelle manière on rend figuratif ce qui ne l’est pas vraiment ? comment l’écrivain transmet-il ses émotions dans ses écrits intimes ? en quoi la gestuelle du corps traduit l’exaltation ou la tristesse de l’âme ? Comment les facteurs extérieurs (culturels, historiques, sociaux…) peuvent intervenir dans lesdites expressions ?

André Chastel dans son magnifique essai sur le geste dans l’art nous parle d’une perspective physiognomonique par laquelle un geste expressif devient « le porteur privilégié de la charge psychologique ». Lors de ces journées, nous nous attacherons à déceler les différentes formes de ces expressions littéraires, artistiques, corporelles et psychologiques qui transmettent un message dont nous essayerons de comprendre la nature, la raison, et l’impact à travers les différentes approches et disciplines convoquées.

Epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon par Alexandra Testino-Zafiropoulos et Estrella Ruiz-Gálvez Priego (éds.)

Publication de : Estrella Ruiz-Gálvez Priego y Alexandra Testino-Zafiropoulos (éds.), Epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon (a propósito del Erasmo y España), Mexico, El Colegio de Mexico, coll. “Nueva Revista de Filologia Hispanica”, 2021, 317 p.

El epistolario Antonio Alatorre-Marcel Bataillon, cuya edición se publica aquí, no es sólo venerable reliquia de una relación amistosa entre dos intelectuales de primer nivel: es también, y sobre todo, la transcripción de un diálogo entre dos colaboradores, porque las versiones españolas del libro Erasmo y España de Marcel Bataillon, la de 1950 y más aún la de 1966, casi son (re)creaciones de la obra. El continuo cuestionamiento del traductor, su insistencia —a veces— inquisitiva, sus comentarios acertados y pertinentes, hacen que Erasmo y España cobre, en su traslación al castellano, personalidad propia con respecto a la francesa, con la marca de su autor, pero también —como fue en su día el caso de la publicación de Erasme et l’Espagne de 1937— con la de su momento histórico y de su clima social. Esta edición, consciente de la importancia de las circunstancias vitales de la publicación realizada en México, ha querido también dar cuenta del contexto social e histórico en el que se desarrolla el trabajo de lectura, asimilación y traducción realizado por Antonio Alatorre.

Alexandra Testino-Zafiropoulos est Maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

Chine et terres d’Islam par Emmanuel Lincot

Publication de : Emmanuel Lincot, Chine et terres d’Islam. Un millénaire de géopolitique, Paris, PUF, 2021, 304 p.

La Chine et le monde musulman représentent aujourd’hui environ la moitié de l’humanité. L’histoire de leurs relations est ancienne. Elles sont à l’origine de constructions impériales et de phénomènes d’acculturation qui ont façonné l’Eurasie et le Moyen-Orient. Leurs échanges se développent aux XIIIe et XIVe siècles sous l’impulsion de dynasties mongoles. Le choc de la modernité européenne a modifié les rapports de force, mais il n’a pas été suivi d’une démocratisation ou d’une occidentalisation de ces sociétés. De puissantes résistances s’y opposent. Atavismes ou traditions politiques réinventées semblent légitimer l’adhésion à des valeurs communes et des gouvernances autoritaires. En réalité, chaque acteur fait preuve d’un inépuisable pragmatisme avec des moyens de pression qui vont de la guérilla aux leviers idéologiques les plus divers.

Emmanuel Lincot est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique (ICP).

La Chine face au monde : une puissance résistible par Emmanuel Lincot et Emmanuel Veron

Publication de : Emmanuel Lincot et Emmanuel Veron, La Chine face au monde : une puissance résistible, Paris, Editions Capit Muscas, 2021, 144 p.

Puissance hors normes, la Chine a déjoué tous les pronostics occidentaux. Son développement économique ne s’est pas accompagné d’une démocratisation et son isolement diplomatique doit être relativisé. De plus en plus opposée à l’Occident qu’elle met au défi, elle trouve en revanche des relais importants dans les pays du sud qu’elle séduit depuis longtemps. Pour combien de temps encore ? L’Inde fait le choix d’un rapprochement avec Washington et ses alliés dans une stratégie d’endiguement, l’Indo-Pacifique, dont la viabilité n’en reste pas moins incertaine. L’état économique mondial, la crise environnementale ou le terrorisme montrent que la Chine reste davantage une force de proposition et beaucoup moins un partenaire fiable. Incontournable, elle n’engage pas moins notre avenir et ce vade-mecum accompagnera les décideurs et les opinions de toutes générations dans leurs propres réflexions.

Emmanuel Lincot est professeur à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique (ICP). Historien, sinologue, il est également chercheur-associé à l’Institut des Relations internationales et stratégiques(IRIS) où il dirige la revue Asia Focus. Il a créé le Master Stratégies muséales et gestion de projet -Asie et a réalisé le premier MOOC sur la géopolitique de la Chine, en partenariat avec France Université Numérique.

Emmanuel Véron est docteur en géographie et spécialiste de la Chine contemporaine et de relations internationales. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO. Il est enseignant-chercheur associé à l’UMR IFRAE(Inalco) et à l’Ecole navale. Il est délégué général du Fonds de Dotation Brousse dell’Aquila (FDBDA).