Archives de catégorie : Theologicum – Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses

Sophie Ramond et Olivier Artus, Penser les défis contemporains avec la Bible hébraïque

Publication de : Sophie Ramond et Olivier Artus, Penser les défis contemporains avec la Bible hébraïque. Une éthique du bien et du mal, Paris, Odile Jacob, 2022, 240 p.

La Bible hébraïque a beaucoup à nous dire sur les questions d’éthique et de responsabilité qui traversent notre société aujourd’hui. Deux chercheurs mettent en lumière l’actualité étonnante de ce texte pour nous aider à répondre aux défis de justice sociale et écologique.
Ce livre propose une immersion dans l’histoire d’Israël, resituée dans le contexte du Proche-Orient ancien. Les traditions de l’ancien Israël permettent de découvrir un idéal de société fraternelle et égalitaire qui repose sur une anthropologie du don. Les lois d’Israël se préoccupent de la place des femmes et des étrangers, des inégalités et de la répartition de la propriété, des limites du pouvoir politique, du respect des plus fragiles.
Les textes bibliques montrent la voie vers une sobriété matérielle et une éthique écologique très pertinentes pour notre époque.

Un voyage dans le temps à la rencontre de la société d’Israël au temps de la Bible qui offre au lecteur contemporain un chemin de justice, de responsabilité éthique et d’espérance.

Sophie Ramond est Professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Olivier Artus est Professeur honoraire d’Écriture sainte à l’Institut Catholique de Paris et recteur de l’Université Catholique de Lyon.

Joël Molinario et Anne-Sophie Vivier-Muresan (éds.), Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?

Publication de : Joël Molinario et Anne-Sophie Vivier-Muresan (éd.), Responsabilités chrétiennes dans la crise écologique. Quelles solidarités nouvelles ?, Paris, Cerf, 2022, 208 p.

La crise écologique que le monde traverse aujourd’hui est souvent décrite par un langage de type apocalyptique. Dans certains mouvements, elle est présentée en termes de collapsologie : écroulement de notre système économique et politique, crise sans précédent de la transmission, effondrement culturel et spirituel. Cette situation écologique, à laquelle s’ajoute la crise sanitaire actuelle, ébranle la tradition chrétienne dans son ensemble. D’une part, certains passages bibliques valorisent un être humain jardinier parfois compris comme le sommet de la création et qui peut alors paraître au-dessus d’elle. D’autre part, les élaborations théologiques modernes, notamment en Occident, se sont fort bien adaptées à l’homme ingénieur de la nature, maître et possesseur à la suite de Descartes. Dans cette situation critique, le christianisme se doit de revisiter ses traditions et ses enseignements, tels qu’ils peuvent être déclinés dans ses interprétations des textes fondateurs, dans sa vision pastorale ou dans ses pratiques d’évangélisation et de transmission de la foi.

C’est cette visée que s’est fixé en mars 2021 un colloque coorganisé par l’ISPC (Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique), l’ISEO (Institut Supérieur d’Études OEcuméniques) et ses partenaires (Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint Serge), avec la collaboration du réseau Église Verte. Ses travaux présentent un état des lieux de la réflexion anthropologique et théologique sur la façon dont les différentes Églises se situent face à la crise écologique, puis explorent la manière dont le christianisme, dans la diversité de ses traditions, peut mobiliser ses ressources pour contribuer à changer le monde en y engageant les jeunes générations. Un outil utile pour les personnes et les communautés chrétiennes désireuses de trouver les chemins d’une juste « conversion écologique ».

Ont participé à cet ouvrage : Edouard Adé, Sa Toute-Sainteté Bartholomée Ier, Neal Blough, Pierre Bourdon, Anne-Sophie Breitwiller, Catherine Chalier, Elbatrina Clauteaux, Anne-Laure Danet, Martin Kopp, Elena Lasida, Bruno Latour, Frédéric Louzeau, Joël Molinario, Christophe Monnot, Isabelle Morel, Julija Naett-Vidovic, Valérie Nicolet, Anne Marie Reijnen, Fabien Revol, Patrice Rolin, Katherine Shirk Lucas, Michel Stavrou, Anne-Sophie Vivier-Muresan.

Joël Molinario est Professeur au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Anne-Sophie Vivier-Muresan est Professeur extraordinaire au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Karl Rahner, Dogmatique après le Concile, tome II, par Vincent Holzer (éd.)

Publication de : Karl Rahner, Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie, doctrine de Dieu et christologie (22/1b), sous la dir. de Vincent Holzer, Paris, Cerf, coll. “Oeuvres de Karl Rahner”, 2021, 478 p.

Doctrine de Dieu et christologie forment, dans le présent volume, un diptyque qui offre au lecteur francophone une série de textes inédits ou tombés dans l’oubli en raison de leur édition naguère dispersée. Désormais regroupés, ils forment un ensemble cohérent et puissant de théologie trinitaire. Lorsque l’historiographie de la théologie du xxe siècle aura été établie selon des proportions égales à celles qui valent pour les époques antérieures, le nom de Karl Rahner apparaîtra attaché au renouveau de la théologie trinitaire et christologique. Le volume 22/1b qui prolonge les textes épistémologiques parus dans le volume précédent des Oeuvres complètes (22/1a) offre, en une seule parution, les contributions majeures de Karl Rahner à la théologie trinitaire, à la doctrine de Dieu et à la question épineuse de la causalité salvifique exercée par le Christ en sa mort et sa résurrection. Ce qui fut en germe dès 1939 sous le registre d’une théologie prospective de la grâce s’enrichit et se développe en une théologie trinitaire structurée, au cours d’une période qui recouvre une décennie, de 1950 à 1960. Karl Rahner s’explique avec la théologie de l’École, sous trois registres fondamentaux : la doctrine des « appropriations » trinitaires, l’usage du terme « personne » et les ambiguïtés latentes qui se dissimulent derrière l’analogie de l’intersubjectivité, enfin la notion de « relation » lorsqu’elle se doit trop exclusivement à l’ontologie aristotélicienne. Volume de théologie systématique, Dogmatique après le Concile représente l’un des moments les plus importants d’une théologie en genèse.

Auteur d’une oeuvre inépuisable, Karl Rahner (1904-1984) est l’un des plus importants théologiens catholiques du XXe siècle. Profondément optimiste, résolument oecuménique, sa théologie a permis de faire entrer le christianisme dans un dialogue fructueux et nécessaire avec la société contemporaine.

Vincent Holzer est professeur de théologie au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”.

L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin, choix de textes et introductions de Gilles Routhier et François Moog

Publication de : L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin. Choix de textes et introductions (en collaboration avec Gilles Routhier) par François Moog, Paris, Editions du Cerf, coll. “Unam Sanctam – Nouvelle série” 8, 2022, 344 p.

De l’oeuvre inachevée du grand penseur de l’Église que fut le père Laurent Villemin, brutalement interrompue en 2017, il nous reste, mieux que des fragments, les ébauches des traités essentiels qu’il avait déjà engagés et qu’il comptait mener à terme. Ces écrits sont ici réunis et distribués autour des quatre thèmes qui occupèrent cet inlassable chercheur : le concile Vatican II, l’ecclésiologie, l’institution, les ministères. Éléments forts et signifiants, ils présentent la charpente de son chantier théologique. Plus qu’une simple agrégation de textes, voici donc un livre dont la pertinence et la cohérence marquent l’intelligence de la foi. S’y dessinent des perspectives novatrices sur l’Église et s’y sublime le souci constant de faire dialoguer les disciplines théologiques avec les sciences humaines, le catholicisme avec les autres confessions chrétiennes et les autres formes religieuses, la vie ecclésiale avec la vie du monde. Un môle sûr au regard de la crise actuelle. Une pierre fondatrice pour la suite.

Laurent Villemin (1964-2017), qui fut prêtre du diocèse de Verdun et enseignant à l’Institut catholique de Paris, demeure l’un des grands ecclésiologues du temps présent, entre réflexion théologique et engagement pastoral.

Textes rassemblés et édités par Gilles Routhier et François Moog

François Moog est professeur ordinaire au Theologicum.

Idôlatrie ou liberté de William Cavanaugh, traduction et présentation de Sylvain Brison

Publication de : William Cavanaugh, Idolâtrie ou liberté. Le défi de l’Église au XXIe siècle, traduit de l’américain vers le français par Sylvain Brison, Paris, Salvator, 2022, 198 p.

La sacralisation de l’argent, du pouvoir et par là même de l’individu est au fondement des multiples crises que nous traversons aujourd’hui. L’Église a un rôle déterminant à jouer pour parer à toute tentation idolâtrique, y compris en son propre sein. En prenant appui sur l’Évangile, la Tradition et les témoins de la foi, le peuple des baptisés a le devoir de débusquer, dans nos sociétés sécularisées, tout ce qui peut blesser l’image divine inscrite au coeur de chaque être humain. Par une réflexion théologique originale, William Cavanaugh nous aide à retrouver l’adoration véritable qui permet d’accéder à la liberté authentique des enfants de Dieu. Textes traduits et présentés par Sylvain Brison.

Sylvain Brison est professeur extraordinaire au Theologicum.

L’Avenir. Critique, résistance, utopie par Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.)

Publication de : Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.), L’Avenir. Critique, résistance, utopie, Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, Peter Lang, coll. ” Anthropocene / Anthropocène / Anthropozän“, 2022, 280 p.

L’AVENIR nous a souvent fasciné comme horizon d’attente et objet d’espérance. Entre les découvertes remarquables et les sidérations dues aux violences de l’histoire mondiale et à la prise de conscience du désastre environnemental, comment inventer un avenir à l’époque de l’Anthropocène ?

Comment penser l’avenir dans un temps suspendu par les crises sanitaire, économique et géopolitique. L’avenir sera-t-il pris en charge par une démesure techno-économique ? L’avenir serait-il en train de disparaître (effondrement) ? Et si l’avenir exigeait de travailler sur les bouleversements des temporalités et des conditions d’habitabilité de la terre ? Face à la violence, à l’inefficacité, au leurre, et si l’avenir était le fruit d’une résistance, d’une critique et d’une utopie ?

C’est cette dernière proposition qui est mise au travail au sein de cet ouvrage collectif. Comment penser l’articulation entre ces trois fonctions ? Posture critique vis-à-vis de la modernité ; posture utopiste pour continuer, raisonnablement ou pas, d’espérer ; posture résistante par son ancrage dans le réel et dans les combats actuels. En somme, tenir dans l’opposition (résistance) à partir de ce qui est identifié comme posant question (critique) pour que l’avenir espéré puisse advenir (utopie).

Brigitte Cholvy est ingénieur ESGT (CNAM) et docteur en théologie. Elle est Professeur honoraire de l’Institut catholique de Paris.

David Doat est docteur en philosophie. Il travaille comme enseignant-chercheur MCF à l’Université Catholique de Lille, au sein du Laboratoire ETHICS.

Pascal Marin est ingénieur civil des mines et docteur en philosophie. Professeur en philosophie contemporaine à l’Université catholique de Lyon, il est actuellement doyen de sa Faculté de philosophie.

Tanguy Marie Pouliquen, docteur en théologie et titulaire de trois masters II en droit, finance et philosophie, travaille comme enseignant chercheur à la Toulouse Catholic University. Il est également vice-président de la chaire Jean Rodhain et prêtre cb.

Nathanaël Wallenhorst est docteur en sciences de l’environnement, science politique et sciences de l’éducation. Il travaille comme enseignant-chercheur HDR à l’Université catholique de l’Ouest.

La Pensée du sensible par Denis Hétier et Véronique Vassal (éds.)

Publication de : Denis Hétier, Véronique Vassal (éds.), La Pensée du sensible. Approches esthétiques, historiques et théologiques, Paris, Cerf, coll. “Patrimoines”, 2022, 366 p.

Pour qui le vit, une évidence s’impose : l’art donne à penser en s’éprouvant sensiblement. L’expérience de l’art – qu’elle soit expérience esthétique ou/et expérience créatrice – ouvre un espace en lequel se vit une relation originaire entre le sensible et la pensée. Dans l’art, le sentir, loin de s’opposer au penser, le fonde bien plutôt. De même, le discours sur l’art ou à son propos – qu’il soit esthétique, historique ou théologique – trouve un point critique, se déploie et s’approfondit à l’épreuve du sensible. Peut-on parler d’une « pensée du sensible » ou d’une « pensée sensible » ? Comment le sensible fait-il sens ? Qu’apporte le sensible à la pensée discursive, historique ou théologique ? Quel rapport y a-t-il entre le sensible et le spirituel ? Fruit d’une collaboration entre le département Histoire de l’art de la Faculté des Lettres et l’Institut supérieur de Théologie des arts de l’Institut catholique de Paris, cet ouvrage propose des approches différenciées et des regards croisés sur ces questions essentielles autour de l’art.

Ont contribué à cet ouvrage : Alicia Adamczak, Jérôme Alexandre, Stéphane Beauboeuf, Jean-Baptiste de Beauvais, Emmanuel Bellanger, Elbatrina Clauteaux, Cécile Coulangeon, Frédéric Cousinié, Stéphane Coviaux, Florent Dumontier, Jérôme de Gramont, Denis Hétier, Gwladys Le Cuff , Jean-Pierre Lemaire, Emmanuel Lincot, Arnaud Montoux, Rodolphe Olcèse, Michel Pastoureau, Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, Élisabeth Ruchaud, Véronique Vassal, Denis Villepelet.

Denis Hétier est maître de conférences au Theologicum et Directeur de l’Institut Supérieur de Théologie des Arts (ISTA).

Véronique Vassal est maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris.

2 décembre 2021 – Journée d’étude “2 Samuel / 2 Règnes”

Le pôle “Bible et Orient” de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”, en partenariat avec Sorbonne Université et l’UMR 8167 “Orient et Méditerranée”, organise le 2 décembre 2021 la journée d’étude “2 Samuel / 2 Règnes : textes, histoire, réceptions”.

Inscription obligatoire

Le deuxième livre de Samuel (« II Règnes » dans la Septante) est consacré à l’arrivée au pouvoir et au règne du roi David, événement central dans l’histoire de la royauté en Israël. Le texte, transmis en différents états (texte massorétique, fragments qumrâniens, plusieurs traductions grecques, latines et orientales), fait partie des « livres historiques » de la Bible et présente à cet égard une valeur documentaire considérable et en même temps problématique.

Cette journée d’étude sera l’occasion de réunir philologues, historiens et spécialistes de l’exégèse pour confronter leurs approches, identifier les grands problèmes que pose ce livre biblique, et évoquer quelques jalons de l’histoire du texte et de son interprétation.

La journée d’étude se tiendra uniquement en présentiel le matin à l’Institut Catholique de Paris et l’après-midi en Sorbonne.

Première partie : texte(s) et histoire

Institut Catholique de Paris, Maison de la recherche, salle des séminaires, 74 rue de Vaugirard, Paris 6e

9.00-09.40
Daniel Bodi (Sorbonne Université) : « L’image de la femme avisée dans la Bible et au Proche-Orient ancien (II Samuel 14, la femme de Téqoa) »

09.40-10.20
Béatrice Oiry (Institut catholique de Paris) : « Formes et fonctions narratives de 2 Samuel 21-24 »

10.20-10.40 Pause café

10.40-11.20
Matthieu Richelle (Université catholique de Louvain) : « Les sections ouvertes et fermées comme témoins de la sensibilité narrative des Massorètes : l’exemple de 2 Samuel »

11.20-12.00
Tuukka Kauhanen (University of Helsinki) : « The Antiochian Text in the Critical Edition of 2 Kingdoms/2 Samuel »

12.00-12.40
Philippe Abadie (Université catholique de Lyon) : « Relecture de la figure David dans le livre des Chroniques : le roi devenu chantre »

 

Seconde partie : les réceptions de II Samuel

Après-midi 14h-18h : Sorbonne Université, salle des Actes, 54 rue Saint-Jacques, Paris 5e

14.00-14.40
Sébastien Morlet (Sorbonne Université) : « Le premier commentaire conservé sur II Samuel : les Questions-Réponses de Théodoret de Cyr (Ve s.) »

14.40-15.20
Gilbert Dahan (Ecole pratique des Hautes Etudes / UMR 8584) : « La critique textuelle de 2 Samuel (Vulgate) dans les correctoires du XIIIe siècle »

15.20-16.00
Jean-Pierre Rothschild (Ecole pratique des Hautes Etudes) : « Le roi David chez Isaac Abrabanel (1437-1508). Historiographie et politique »

16.00-16.20 Pause café

16.20-17.00
Jérôme Cottin (Université de Strasbourg) : « Iconographie de David roi : polyphonies figuratives »

17.00-17.40
Aurélia Hetzel (EA 7347 Histara) : « Echos littéraires de l’histoire de Tamar (2 Samuel 13) »

17.40-18.00
Conclusions

Organisateurs

  • Sébastien Morlet, Sorbonne Université
  • Béatrice Oiry, Institut Catholique de Paris

Diaconat : les promesses d’un ministère par Luc Forestier

Publication de : Luc Forestier, Diaconat : les promesses d’un ministère, MédiasPaul France, 2021, 192 p.

Le Concile Vatican II a permis de redécouvrir le ministère du diaconat. L’auteur, enseignant en théologie des ministères, revient dans cet ouvrage sur les conditions de mise en place et surtout de compréhension de ce nouveau ministère qui a eu un grand succès en France, dans une perspective missionnaire, mais qui fait débat aujourd’hui.

Ce livre est né du constat par l’auteur que la bibliographie actuelle sur le sujet ne permettait pas de couvrir l’ensemble des questions que pose la pratique ecclésiale du diaconat et qu’il est aujourd’hui nécessaire d’aborder tant dans un enseignement général sur la théologie des ministères que pour la formation des candidats au diaconat.

Au-delà des considérations sur le diaconat, ce livre permet de s’interroger sur l’organisation actuelle de l’Église en termes de ministères – c’est-à-dire pour quel service de la communauté chrétienne – et, au fond, sur le sens de la mission de l’Église, en tenant compte des intuitions du pape François.

Luc Forestier, prêtre de l’Oratoire, a été aumônier d’étudiants, curé de paroisses, recteur de sanctuaire, professeur d’ecclésiologie au Theologicum, faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Membre du Groupe des Dombes, il poursuit ses recherches dans un contexte œcuménique et interdisciplinaire sur la réception de Vatican II, sur la synodalité et les ministères, ainsi que sur les relations entre judaïsme et christianisme.

Karl Rahner, Dogmatique après le Concile, tome I, par Vincent Holzer (éd.)

Publication de : Karl Rahner, Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie, doctrine de Dieu et christologie, sous la dir. de Vincent Holzer, Paris, Cerf, coll. “Oeuvres de Karl Rahner”, 2021, 568 p.

Les textes rassemblés dans le volume 22/1a, Dogmatique après le Concile, forment un ensemble homogène recouvrant une décennie, puisque la plupart d’entre eux ont été rédigés dans les années 1964-1974. Ils traduisent l’intense activité de publication de Karl Rahner au cours des premières années après le concile Vatican II, tout en s’unifiant autour de questions qui relèvent de l’articulation entre la théologie fondamentale et la théologie dogmatique. Leur caractère circonstancié ne nuit en rien à leur actualité, dans la mesure où Karl Rahner, en théologie, fut en quelque manière préoccupé de « futurologie », non pas comme science prédictive et aléatoire, mais comme pragmatique fondamentale destinée à dessiner les lignes d’une théologie systématique consciente, d’une part, des traumatismes que légua le XXe siècle, et d’autre part, des bouleversements durables que ceux-ci n’ont pas manqué de produire dans le domaine de la réflexion philosophique fondamentale et des représentations du monde. Loin de se concevoir comme une théologie zur Lage (pour la « situation donnée »), la théologie de Karl Rahner se veut, à l’instar de celle de Karl Barth, une théologie zur Sache (une théologie de la « chose même »), Dieu en son mystère dévoilé dans la continuité d’une histoire. Le volume tout entier est constitué de textes qui allient, de manière magistrale et rare, la concrétude des questions existentielles et la hauteur de vue que la théologie revendique légitimement comme « science fondamentale (Grundwissenschaft) ».

Auteur d’une oeuvre inépuisable, Karl Rahner (1904-1984) est l’un des plus importants théologiens catholiques du XXe siècle. Profondément optimiste, résolument oecuménique, sa théologie a permis de faire entrer le christianisme dans un dialogue fructueux et nécessaire avec la société contemporaine.

Vincent Holzer est professeur de théologie au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”.