Archives de catégorie : Publications

Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras par Camille Riquier et Charles Bobant (éds.)

Publication de : Camille Riquier & Charles Bobant (dir.), Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras, Paris, Les Éditions des Compagnons d’Humanité, coll. “Bibliothèque des temps présents”, 2022, 288 p.

Dans son dernier ouvrage, L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique, Renaud Barbaras propose de considérer, pour la première fois, l’appartenance au monde comme le sens d’être de tout étant, y compris des consciences auxquelles celui-là paraît. En conférant à l’appartenance le statut de fait primitif ou de phénomène originaire, l’auteur la comprend comme la modalité d’être véritable de la corporéité et non plus comme ce qui en procéderait : c’est, non pas parce que nous avons un corps que nous appartenons au monde mais, bien plutôt, dans la mesure où nous appartenons au monde que nous avons un corps. Une telle perspective ne saurait être sans retentissement sur le statut de ce monde dont tout étant fait partie. Il ne peut être le sol véritable de l’étant qu’en tant qu’il en est la source, cette puissance originaire dont tout mouvement procède, de sorte qu’il donne lieu à sa propre phénoménalisation. La philosophie de l’appartenance débouche donc sur une cosmologie phénoménologique pour laquelle la présence du monde dans l’étant est nécessairement présence du monde à l’étant. Ainsi, en envisageant l’appartenance d’une façon renouvelée, l’auteur produit vis-à-vis du dispositif mis en œuvre dans ses ouvrages précédents un déplacement à la fois infime et considérable. La radicalité et la systématicité de l’entreprise exigeaient bien tout un livre pour en parler, en déplier les nombreuses chicanes et donner à lire les échanges entre Renaud Barbaras et toute une génération de phénoménologues formée à son contact.

Camille Riquier est Professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Charles Bobant est délégué scientifique au Vice-Rectorat à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris, enseignant à la Faculté de Philosophie, et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Karl Rahner, Dogmatique après le Concile, tome II, par Vincent Holzer (éd.)

Publication de : Karl Rahner, Dogmatique après le Concile. Fondement de la théologie, doctrine de Dieu et christologie (22/1b), sous la dir. de Vincent Holzer, Paris, Cerf, coll. “Oeuvres de Karl Rahner”, 2021, 478 p.

Doctrine de Dieu et christologie forment, dans le présent volume, un diptyque qui offre au lecteur francophone une série de textes inédits ou tombés dans l’oubli en raison de leur édition naguère dispersée. Désormais regroupés, ils forment un ensemble cohérent et puissant de théologie trinitaire. Lorsque l’historiographie de la théologie du xxe siècle aura été établie selon des proportions égales à celles qui valent pour les époques antérieures, le nom de Karl Rahner apparaîtra attaché au renouveau de la théologie trinitaire et christologique. Le volume 22/1b qui prolonge les textes épistémologiques parus dans le volume précédent des Oeuvres complètes (22/1a) offre, en une seule parution, les contributions majeures de Karl Rahner à la théologie trinitaire, à la doctrine de Dieu et à la question épineuse de la causalité salvifique exercée par le Christ en sa mort et sa résurrection. Ce qui fut en germe dès 1939 sous le registre d’une théologie prospective de la grâce s’enrichit et se développe en une théologie trinitaire structurée, au cours d’une période qui recouvre une décennie, de 1950 à 1960. Karl Rahner s’explique avec la théologie de l’École, sous trois registres fondamentaux : la doctrine des « appropriations » trinitaires, l’usage du terme « personne » et les ambiguïtés latentes qui se dissimulent derrière l’analogie de l’intersubjectivité, enfin la notion de « relation » lorsqu’elle se doit trop exclusivement à l’ontologie aristotélicienne. Volume de théologie systématique, Dogmatique après le Concile représente l’un des moments les plus importants d’une théologie en genèse.

Auteur d’une oeuvre inépuisable, Karl Rahner (1904-1984) est l’un des plus importants théologiens catholiques du XXe siècle. Profondément optimiste, résolument oecuménique, sa théologie a permis de faire entrer le christianisme dans un dialogue fructueux et nécessaire avec la société contemporaine.

Vincent Holzer est professeur de théologie au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société”.

L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin, choix de textes et introductions de Gilles Routhier et François Moog

Publication de : L’Eglise à la rencontre de l’autre de Laurent Villemin. Choix de textes et introductions (en collaboration avec Gilles Routhier) par François Moog, Paris, Editions du Cerf, coll. “Unam Sanctam – Nouvelle série” 8, 2022, 344 p.

De l’oeuvre inachevée du grand penseur de l’Église que fut le père Laurent Villemin, brutalement interrompue en 2017, il nous reste, mieux que des fragments, les ébauches des traités essentiels qu’il avait déjà engagés et qu’il comptait mener à terme. Ces écrits sont ici réunis et distribués autour des quatre thèmes qui occupèrent cet inlassable chercheur : le concile Vatican II, l’ecclésiologie, l’institution, les ministères. Éléments forts et signifiants, ils présentent la charpente de son chantier théologique. Plus qu’une simple agrégation de textes, voici donc un livre dont la pertinence et la cohérence marquent l’intelligence de la foi. S’y dessinent des perspectives novatrices sur l’Église et s’y sublime le souci constant de faire dialoguer les disciplines théologiques avec les sciences humaines, le catholicisme avec les autres confessions chrétiennes et les autres formes religieuses, la vie ecclésiale avec la vie du monde. Un môle sûr au regard de la crise actuelle. Une pierre fondatrice pour la suite.

Laurent Villemin (1964-2017), qui fut prêtre du diocèse de Verdun et enseignant à l’Institut catholique de Paris, demeure l’un des grands ecclésiologues du temps présent, entre réflexion théologique et engagement pastoral.

Textes rassemblés et édités par Gilles Routhier et François Moog

François Moog est professeur ordinaire au Theologicum.

Idôlatrie ou liberté de William Cavanaugh, traduction et présentation de Sylvain Brison

Publication de : William Cavanaugh, Idolâtrie ou liberté. Le défi de l’Église au XXIe siècle, traduit de l’américain vers le français par Sylvain Brison, Paris, Salvator, 2022, 198 p.

La sacralisation de l’argent, du pouvoir et par là même de l’individu est au fondement des multiples crises que nous traversons aujourd’hui. L’Église a un rôle déterminant à jouer pour parer à toute tentation idolâtrique, y compris en son propre sein. En prenant appui sur l’Évangile, la Tradition et les témoins de la foi, le peuple des baptisés a le devoir de débusquer, dans nos sociétés sécularisées, tout ce qui peut blesser l’image divine inscrite au coeur de chaque être humain. Par une réflexion théologique originale, William Cavanaugh nous aide à retrouver l’adoration véritable qui permet d’accéder à la liberté authentique des enfants de Dieu. Textes traduits et présentés par Sylvain Brison.

Sylvain Brison est professeur extraordinaire au Theologicum.

Le commencement à venir de Jérôme de Gramont

Publication de : Jérôme de Gramont, Le Commencement à venir, Paris, Hermann, coll. “Le Bel aujourd’hui”, 2022, 220 p.

Le commencement a déjà eu lieu, et pourtant il est encore à venir, signe que le commencement véritable, de qui dépend ensuite le cours entier de notre existence, et son sens, a été manqué. Ce que nous appelons sens tient dans cette direction qui tourne, ou retourne, l’existence vers ce commencement à venir, pour aller de l’impoétique vers le poétique, de la souffrance vers la joie, ou de la mort future vers la vie sans cesse recommencée. A la littérature de décrire alors le pluriel des possibles que nous pouvons éprouver, à la philosophie de montrer leur dissymétrie ou la promesse de leur dissymétrie, et à la théologie de justifier cette promesse et dire au nom de qui nous allons vers notre naissance.

La philosophie qui est à faire, c’est celle de Lazare.

Jérôme de Gramont est philosophe et professeur à l’Institut catholique de Paris. Il a publié une dizaine d’ouvrages qui traitent notamment de la phénoménologie dans son rapport à la question du commencement et à la littérature. Il a récemment publié Kafkabuch (Corlevour, 2015) et La pensée monotone (Lessius, 2019).

Parution du n° 162 de Transversalités “Analogie et expérience”

Ce numéro de Transversalités est consacré à la publication des actes du colloque « Analogie et expérience. L’homme et le Dieu qu’il cherche », qui s’est tenu à l’ICP les 27 et 28 mai 2021.

« Analogie » et « expérience ». La juxtaposition des termes peut certes étonner, et même bousculer. Il y a certes, et d’abord, l’analogie qui définit soit une proximité (analogie de proportionnalité) soit une distance (analogie d’attribution) dans le rapport de l’homme à Dieu. Outre le fait que l’« analogie » ait pu servir de marqueur théologique pour distinguer des positions dogmatiques du côté du catholicisme (analogie de l’être) ou du côté du protestantisme (analogie de la foi), elle appartient aussi à un devenir philosophique qui fait que, née chez Aristote (dans la dualité de la proportionnalité et de la structure « pros en » ou unité focale de signification), elle ne s’appliquera à l’être chez Thomas d’Aquin que par la médiation des Arabes, et en particulier Avicenne et Averroès.

Lier « analogie » et « expérience » est aller de l’avant. Non plus uniquement retracer l’histoire certes nécessaire du concept d’analogie, ni se tenir sur des positions antagonistes le plus souvent stériles, et encore moins ériger en combat (aujourd’hui inversé) entre phénoménologie et métaphysique, de sorte qu’un parti ne gagne que ce que l’autre perd. « Analogie » et « expérience » marque d’abord la volonté de ne pas laisser l’analogie dans la sphère de la pure conceptualité. On peut certes débattre à l’infini sur l’analogie de proportionnalité ou d’attribution, disserter sans fin sur l’opposition entre l’analogie de l’être ou l’analogie de la foi, ou encore se donner « coup pour coup » entre la phénoménologie et la métaphysique – l’analogie jusque-là ne nous aura rien dit, et ne nous dira rien, tant qu’elle ne se référera pas à notre expérience comme telle, à savoir « l’homme et le Dieu qu’il cherche ».

Consultation du sommaire du n° 162 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard par Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel (éds.)

Publication de : Frédéric Louzeau, Jean-Claude Monod et Emilie Tardivel, Dialectique du bien commun. La pensée politique de Gaston Fessard, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2022, 248 p.

Gaston Fessard (1897-1978) fait partie des penseurs politiques qui se sont livrés à une actualisation de l’antique notion de bien commun.

Cette actualisation, qui s’opère au croisement de la philosophie hégélienne et de la théologie chrétienne, confère à la notion de bien commun une fonction à la fois de compréhension historique et de discernement politique. Fessard montre par exemple en quoi la dialectique des catégories du bien commun explique la destinée des sociétés depuis la Révolution française jusqu’au conflit des idéologies qui traversent le XXe siècle. Il expose également la manière dont la dialectique de ses contenus fournit des critères pour juger du gouvernement de Vichy et fonder une résistance en conscience au pouvoir du maréchal Pétain.

Cet ouvrage présente la pensée du bien commun de Fessard à travers ses sources (Thomas d’Aquin, Hegel et Marx) et concepts, son application durant la Seconde Guerre mondiale, les controverses dans lesquelles elle fut impliquée (avec Kojève et Mounier) ou par rapport auxquelles elle mérite d’être située (querelle du personnalisme). Il propose aussi une actualisation critique de cette pensée politique, quant au rôle international de l’Eglise ou encore aux exigences de la démocratie. Car Fessard n’invite pas seulement à jeter un regard rétrospectif sur de “sombres temps”, mais également à examiner notre propre actualité historique.

L’Avenir. Critique, résistance, utopie par Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.)

Publication de : Brigitte Cholvy, David Doat, Pascal Marin, Tanguy-Marin Pouliquen, Nathanaël Wallenhorst (éds.), L’Avenir. Critique, résistance, utopie, Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, Peter Lang, coll. ” Anthropocene / Anthropocène / Anthropozän“, 2022, 280 p.

L’AVENIR nous a souvent fasciné comme horizon d’attente et objet d’espérance. Entre les découvertes remarquables et les sidérations dues aux violences de l’histoire mondiale et à la prise de conscience du désastre environnemental, comment inventer un avenir à l’époque de l’Anthropocène ?

Comment penser l’avenir dans un temps suspendu par les crises sanitaire, économique et géopolitique. L’avenir sera-t-il pris en charge par une démesure techno-économique ? L’avenir serait-il en train de disparaître (effondrement) ? Et si l’avenir exigeait de travailler sur les bouleversements des temporalités et des conditions d’habitabilité de la terre ? Face à la violence, à l’inefficacité, au leurre, et si l’avenir était le fruit d’une résistance, d’une critique et d’une utopie ?

C’est cette dernière proposition qui est mise au travail au sein de cet ouvrage collectif. Comment penser l’articulation entre ces trois fonctions ? Posture critique vis-à-vis de la modernité ; posture utopiste pour continuer, raisonnablement ou pas, d’espérer ; posture résistante par son ancrage dans le réel et dans les combats actuels. En somme, tenir dans l’opposition (résistance) à partir de ce qui est identifié comme posant question (critique) pour que l’avenir espéré puisse advenir (utopie).

Brigitte Cholvy est ingénieur ESGT (CNAM) et docteur en théologie. Elle est Professeur honoraire de l’Institut catholique de Paris.

David Doat est docteur en philosophie. Il travaille comme enseignant-chercheur MCF à l’Université Catholique de Lille, au sein du Laboratoire ETHICS.

Pascal Marin est ingénieur civil des mines et docteur en philosophie. Professeur en philosophie contemporaine à l’Université catholique de Lyon, il est actuellement doyen de sa Faculté de philosophie.

Tanguy Marie Pouliquen, docteur en théologie et titulaire de trois masters II en droit, finance et philosophie, travaille comme enseignant chercheur à la Toulouse Catholic University. Il est également vice-président de la chaire Jean Rodhain et prêtre cb.

Nathanaël Wallenhorst est docteur en sciences de l’environnement, science politique et sciences de l’éducation. Il travaille comme enseignant-chercheur HDR à l’Université catholique de l’Ouest.

Parution du n° 161 de Transversalités “La mort dérobée”

“Depuis des mois, les gouvernements et les médias ne cessent d’émettre d’étranges bulletins houlographiques : à l’heure où nous écrivons ces lignes, la « cinquième vague » déferle sur la France et l’on parle déjà de la suivante. Qui dit « vague » dit « mer » et qui dit « mer » a conscience de l’appel des navigations et consent au danger des naufrages ; or il faut bien reconnaître que ces « vagues » épidémiques ont provoqué, dans nos sociétés occidentales habituées à des situations sanitaires maîtrisées, de vrais naufrages humains, laissant un certain nombre de nos contemporains sur des îles désertes, dans un état de sidération les privant des deuils nécessaires à la vie. Pour beaucoup d’entre eux, la séparation d’avec l’être aimé a été l’affaire d’un instant, d’un signe fugace, assuré de retrouvailles prochaines à l’hôpital ; et puis, plus rien… Les portes des lieux du soin et du deuil, en se fermant pour éviter des risques sanitaires, ont fait du quotidien des survivants des rives oubliées : privés des gestes charnels de la compassion dus au défunt, et de ceux qu’offre la société pour reconnaître et consoler, les proches des disparus cherchent aujourd’hui encore à comprendre ce prix des corps que la seule conscience de la mort ne suffit pas à payer (Ouverture de l’article d’Arnaud Montoux).”

Dans ce dossier consacré à la mort dérobée, la revue Transversalités propose une réflexion pluridisciplinaire sur la mort et sur les expériences difficiles vécues autour du deuil avec la crise du covid.

Consultation du sommaire du n° 161 et accès aux articles en ligne sur le portail Cairn.

Abonnements  :
SER – Abonnement Transversalités au 33 (0) 1 44 39 48 04
courriel : abonnements.transversalites@ser-sa.com

Vente au numéro à l’accueil de l’ICP ou au 01 44 39 52 08 ou à transversalites@icp.fr