Archives de catégorie : Ouvrages parus

Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras par Camille Riquier et Charles Bobant (éds.)

Publication de : Camille Riquier & Charles Bobant (dir.), Donner lieu. Conférences et débats sur la cosmologie phénoménologique de Renaud Barbaras, Paris, Les Éditions des Compagnons d’Humanité, coll. “Bibliothèque des temps présents”, 2022, 288 p.

Dans son dernier ouvrage, L’Appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique, Renaud Barbaras propose de considérer, pour la première fois, l’appartenance au monde comme le sens d’être de tout étant, y compris des consciences auxquelles celui-là paraît. En conférant à l’appartenance le statut de fait primitif ou de phénomène originaire, l’auteur la comprend comme la modalité d’être véritable de la corporéité et non plus comme ce qui en procéderait : c’est, non pas parce que nous avons un corps que nous appartenons au monde mais, bien plutôt, dans la mesure où nous appartenons au monde que nous avons un corps. Une telle perspective ne saurait être sans retentissement sur le statut de ce monde dont tout étant fait partie. Il ne peut être le sol véritable de l’étant qu’en tant qu’il en est la source, cette puissance originaire dont tout mouvement procède, de sorte qu’il donne lieu à sa propre phénoménalisation. La philosophie de l’appartenance débouche donc sur une cosmologie phénoménologique pour laquelle la présence du monde dans l’étant est nécessairement présence du monde à l’étant. Ainsi, en envisageant l’appartenance d’une façon renouvelée, l’auteur produit vis-à-vis du dispositif mis en œuvre dans ses ouvrages précédents un déplacement à la fois infime et considérable. La radicalité et la systématicité de l’entreprise exigeaient bien tout un livre pour en parler, en déplier les nombreuses chicanes et donner à lire les échanges entre Renaud Barbaras et toute une génération de phénoménologues formée à son contact.

Camille Riquier est Professeur et Doyen de la Faculté de Philosophie, membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Charles Bobant est délégué scientifique au Vice-Rectorat à la Recherche de l’Institut Catholique de Paris, enseignant à la Faculté de Philosophie, et membre de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403).

Le commencement à venir de Jérôme de Gramont

Publication de : Jérôme de Gramont, Le Commencement à venir, Paris, Hermann, coll. “Le Bel aujourd’hui”, 2022, 220 p.

Le commencement a déjà eu lieu, et pourtant il est encore à venir, signe que le commencement véritable, de qui dépend ensuite le cours entier de notre existence, et son sens, a été manqué. Ce que nous appelons sens tient dans cette direction qui tourne, ou retourne, l’existence vers ce commencement à venir, pour aller de l’impoétique vers le poétique, de la souffrance vers la joie, ou de la mort future vers la vie sans cesse recommencée. A la littérature de décrire alors le pluriel des possibles que nous pouvons éprouver, à la philosophie de montrer leur dissymétrie ou la promesse de leur dissymétrie, et à la théologie de justifier cette promesse et dire au nom de qui nous allons vers notre naissance.

La philosophie qui est à faire, c’est celle de Lazare.

Jérôme de Gramont est philosophe et professeur à l’Institut catholique de Paris. Il a publié une dizaine d’ouvrages qui traitent notamment de la phénoménologie dans son rapport à la question du commencement et à la littérature. Il a récemment publié Kafkabuch (Corlevour, 2015) et La pensée monotone (Lessius, 2019).

Dans la presse et sur le web : Hors phénomène d’Emmanuel Falque et Métamorphose de Descartes de Camille Riquier

Emmanuel Falque et Camille Riquier, professeurs ordinaires à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris, enseignants-chercheurs membres de l’Unité de Recherche “Religion, Culture et Société” (EA 7403), se sont entretenus autour de leurs derniers ouvrages respectifs, le premier pour pour le site Internet Actu-Philosophia,  le second le journal Libération.

Consulter l’entretien d’Emmanuel Falque avec Manon Sicard pour le site Actu Philosophia autour de la publication de Hors phénomène. Essai aux confins de la phénoménalité, Paris, Hermann, coll. “De visu”, 2021.

 

 

Emmanuel Falque est professeur à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’une œuvre abondante, Emmanuel Falque se singularise dans le paysage phénoménologique actuel par sa connaissance de la patristique et de la philosophie médiévale, et notamment celle de Saint Bonaventure qu’il lit en phénoménologue, ainsi que par son intérêt pour la théologie. Citons notamment son Saint Bonaventure et l’entrée de Dieu en théologie (publié chez Vrin en 2000). Dans Passer le Rubicon. Philosophie et théologie : essai sur les frontières (paru chez Lessius en 2013) et Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques (publié chez Hermann en 2014), Emmanuel Falque interroge à nouveaux frais les rapports entre phénoménologie et théologie et « dispute » avec quelques grandes figures contemporaines de la phénoménologie autour du fameux « tournant théologique de la phénoménologie
française ».

Consulter l’entretien de Camille Riquier avec Frédérique Roussel  pour le journal Libération autour de la publication de Métamorphose de Descartes. Le secret de Sartre, Paris, Gallimard, coll. “NRF essais”, 2022.

 

 

Camille Riquier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Membre des revues Alter et Esprit, spécialiste de philosophie contemporaine, il est l’auteur d’une œuvre significative qui examine notamment les rapports de la phénoménologie française avec le cartésianisme et qui interroge l’opposition traditionnelle du croire et du savoir. Lauréat de l’Académie française pour Archéologie de Bergson, publié en 2009 aux PUF et récemment réédité dans la collection « Quadrige », Camille Riquier est également l’auteur de Philosophie de Péguy ou les mémoires d’un imbécile (PUF, 2017) et Nous ne savons plus croire (Desclée de Brouwer, 2020).

28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Quatrième séance : Empires, États-Nations, logiques transnationales : approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles). (28 janvier 2021)

 

Compte rendu rédigé par Joël Torsoo

Continuer la lecture de 28 janvier 2021 – Approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe – XXe siècles)

18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Sixième séance : La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales  (18 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali

Invités : Philippe Portier (Groupe Sociétés Religions Laïcités, EPHE-CNRS) et Delphine Allès (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Centre Asie du Sud-Est)

Organisatrices : Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali (FASSE-ICP)

Continuer la lecture de 18 mars 2021 – La science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales

4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Cinquième séance : Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation  (4 mars 2021)

Compte rendu rédigé par Luc Forestier

Invités : Dominique Iogna-Prat (EHESS-CéSor) et Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)

Organisateur : Luc Forestier (Theologicum-ICP)

Lors de la séance du 4 mars 2021, tenue en ligne, Pavlo Smytsnyuk, professeur de théologie à la faculté de philosophie et de théologie de l’Université catholique d’Ukraine (Lviv), directeur de l’Institut d’études œcuméniques, a proposé une réflexion intitulée « Pars pro toto : Who represents universality ? »

Continuer la lecture de 4 mars 2021 – Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation

13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Deuxième séance : Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Landry Védrenne

Continuer la lecture de 13 novembre 2020 – Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international

Madame Acarie par David Gilbert (éd.)

Publication de  : David Gilbert (éd.), Madame Acarie (1566-1618). Politique, mystique et société au lendemain des guerres de Religion, Rennes, PUR, coll. “Société d’histoire religieuse de la France”, 2021.

Barbe Avrillot, épouse Acarie, est considérée à juste titre comme l’instigatrice, avec Pierre de Bérulle, de l’implantation en France de l’Ordre du Carmel, réformé par Thérèse d’Avila. Fille des guerres de Religion, mariée à un protagoniste de la Ligue, « madame Acarie » – comme les historiens ont pris l’habitude de l’appeler – contribue puissamment, dans les années qui suivent l’édit de Nantes (1598), à convertir le combat armé des ligueurs contre les huguenots en un combat spirituel, voire mystique, par les armes de la prière et de l’ascèse.

Cet ouvrage est issu du colloque interdisciplinaire organisé à l’Institut Catholique de Paris, les 12 et 13 avril 2018, avec le soutien de nombreuses institutions (Société d’étude du XVIIe siècle, province de Paris des Carmes déchaux, monastère du carmel de Pontoise, Association des amis de madame Acarie, revue Etudes franciscaines, paroisse Notre Dame des Blancs Manteaux). Il a été publié avec le soutien de la Mission aux Commémorations nationales et de l’Institut catholique de Paris.


Les contributeurs sont, par ordre alphabétique : Arnauld Brejon de Lavergnée (conservateur honoraire du patrimoine), Barbara Brejon de Lavergnée (BnF), Robert Descimon (EHESS), Barbara Diefendorf (Boston University) Antoinette Gimaret (Limoges), Sophie Houdard (Paris III), Simon Icard (CNRS), Catherine Marin (ICP), François Marxer (Centre Sèvres), Pierre Moracchini (Ecole franciscaine de Paris), Nathalie Nabert (ICP), Eric Suire (Bordeaux Montaigne), François Trémolières (Rennes II). L’introduction a été rédigée par David Gilbert (ICP) et la conclusion par Bernard Hours (Lyon III).


David Gilbert est professeur au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle “Ethique, Morale et Institutions”.

L’Art secret de faire des enfants par Jacques Arènes

Publication de : Jacques Arènes, L’Art secret de faire des enfants. Essai sur les tourments du temps et de la filiation, Paris, Cerf, 2021, 293 p.Jacques Arènes poursuit sa réflexion sur la dimension filiale de l’existence, dont il décrit la dynamique psychique et intersubjective dans le champ de l’anthropologie culturelle informée par la psychanalyse. La figure du Père fut longtemps avancée comme soutenant ce que Freud appelait le « travail de culture ». Cet ouvrage rend compte d’une situation nouvelle, et ne s’appuie pas sur la verticalité de ce qui était autrefois évident (le Père) pour tenter de saisir ce qu’il en est aujourd’hui du « travail » des fils, de leur nécessité de porter leur destinée, en un monde où les pères – et, plus généralement, les parents – sont en difficulté pour assumer leur position subjective et se constituer vecteurs de la transmission d’un monde qui peine à avancer dans le temps.

Il s’agit donc aussi d’une réflexion sur la temporalité, et sur la manière dont la « forme filiale » se déploie dans le temps. Dans cette perspective, l’auteur élabore une théorie du devenir filial, proposant l’hypothèse de la filiation comme une forme psychique dynamique – constituant un complexe filial –, en interaction avec certaines structures anhistoriques. Cette forme n’est pas abstraite : elle constitue pour chacun le noyau subjectif du tissage du temps. En effet, la temporalité se déploie au niveau individuel, articulée avec une dimension partagée dont la portance est aujourd’hui défaillante. L’ouvrage analyse alors – dans une perspective phénoménologique – la manière dont le temps vécu s’appuie sur les ressources narcissiques du sujet, et met en lumière les tourments inédits de la temporalité en régime contemporain. Hannah Arendt soulignait – dans La crise de la culture – sa conviction que la pensée elle-même naît d’événements de l’expérience vécue, et demeure orientée par eux. Le méta-événement anthropologique, analysé en cet ouvrage, d’une temporalité épuisée provoque ainsi notre pensée, et réoriente d’une manière radicale le travail filial.

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif par Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.)

Publication de : Jacques Arènes et Jean-Luc Viaux (éds.), Extrémismes religieux, violence et contexte éducatif, Paris, Cerf, coll. « Patrimoines », 2021, 191 p.

Depuis la vague d’attentats de janvier 2015 jusque dans des tragédies plus récentes, une incompréhension mine notre société : comment des jeunes, français ou installés en France de longue date, peuvent-ils adopter des positions haineuses à l’égard de ceux qu’ils décrivent comme leurs ennemis ? Comment des campagnes de harcèlement peuvent-elles se développer sur les réseaux sociaux pour dénoncer les contenus de certains cours ? Les questions sont complexes, et n’appellent pas des réponses simplistes. Cet ouvrage – élaboré dans une perspective interdisciplinaire (droit, philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, sociologie, théologie) – est le fruit d’un colloque ayant eu lieu à l’ICP en juin 2019. Il aborde concrètement les difficultés et les actions possibles, associant chercheurs et acteurs du terrain éducatif.

Le monde éducatif est, en effet, confronté à la problématique du décalage entre discours se voulant scientifiques et dogmes religieux, menant dans certains cas au dysfonctionnement de l’institution scolaire (avec notamment le refus de participer à certains cours). La réflexion et l’action sur ce thème supposent donc de ne pas prendre de position surplombante, mais de pallier la méconnaissance du phénomène religieux chez une partie de ceux qui se confrontent à ses manifestations contemporaines, et de prendre la mesure des failles psychiques, intellectuelles, voire spirituelles de nos dispositifs collectifs d’éducation et de transmission du savoir. Les expressions religieuses contemporaines les plus extrêmes seraient alors à penser dans ce cadre du déficit des valeurs symboliques partagées qui feraient lien…

Jacques Arènes est directeur de l’Ecole de Psychologues Praticiens et professeur à la Faculté de Sciences sociales et économiques de l’Institut Catholique de Paris, membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».