Archives de catégorie : Séminaires de recherche

8 février 2021 – Cynthia Fleury « Entre éducation et soin : normes, formes, styles »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 8 février 2021 de 18h à 20hCamille Riquier (ICP) recevra la philosophe Cynthia Fleury.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

 

Intervenante :

Figure incontournable de la scène philosophique française contemporaine, Cynthia Fleury est professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam), titulaire de la Chaire « Humanités et Santé », et professeure associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Ses travaux portent sur les outils de la régulation démocratique. Elle a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les Pathologies de la démocratie (Paris, Fayard, 2005), La Fin du courage : la reconquête d’une vertu démocratique (Paris, Fayard, 2010), Le Soin est un humanisme (Paris, Gallimard, coll. « Tracts », 2019), et plus récemment, le très remarqué Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment (Paris, Gallimard, 2020).

11 janvier 2021 – Sandra Laugier « Care et éducation à la démocratie »

La quatrième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 11 janvier 2021 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront la philosophe Sandra Laugier.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

La crise sanitaire semble avoir donné à tous et toutes des leçons de care : elle a mis au jour le rôle des femmes et autres « petites mains » dans notre vie quotidienne. Elle révèle ce travail du care qui assure la continuité de la vie, de l’hôpital à la maison. La grammaire du care s’est imposée : nous sommes tous dépendants les uns des autres, tous vulnérables. Sous la diversité des tâches et des professions de care (des soignants à l’hôpital aux caissières, livreurs…) on découvre enfin l’unité d’une masse d’invisibles, mis au service d’autrui. Il est temps de reconnaître leur contribution à sa juste valeur.

Intervenante :

Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut Universitaire de France. Auteure d’une œuvre significative, spécialiste notamment de philosophie du langage et de la connaissance, de philosophie analytique et du langage ordinaire, elle travaille depuis quelques années, dans le sillage du pragmatisme américain contemporain, sur la culture populaire, en particulier sur le cinéma et les séries télévisées (Nos vies en séries, Paris, Flammarion, coll. « Climats – essais », 2019), ainsi que sur des questions politiques (elle co-signe avec Albert Ogien Antidémocratie, Paris, La Découverte, 2017, et avec Najat Vallaud-Belkacem La Société des vulnérables. Leçons féministes d’une crise, Paris, Gallimard, coll. « Tracts », n°19, 2020).

7 décembre 2020 – Frédéric Worms « Le défi du numérique dans le moment du vivant et comment le relever »

La troisième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 7 décembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Frédéric Worms.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Intervenant :

Frédéric Worms est une figure universitaire et publique majeure. Philosophe, professeur de philosophie moderne et contemporaine à l’Ecole normale supérieure, spécialiste d’histoire de la philosophie, de la pensée bergsonienne et de la question de la vie et du vivant, il vient de publier chez Desclée de Brouwer Sidération et résistance. Face à l’événement (2015-2020) et Les Maladies chroniques de la démocratie. Grand témoin de notre époque, il est également membre du Comité consultatif national d’éthique et chroniqueur pour le journal Libération.

15 octobre 2020 – La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (compte rendu)

Séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques »

Première séance : La géopolitique et les religions, enjeux épistémologiques (15 octobre 2020)

Compte rendu rédigé par Hugo Tierny (Téléchargez la retranscription intégrale de la séance rédigée par Hugo Tierny)

 

Invités : Pr. Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique) et Pr. Martin Motte (Ecole Pratique des Hautes Etudes).

Organisateurs : Pr. Bernard Bourdin et Pr. Emmanuel Lincot (Institut Catholique de Paris – ICP).

Coordinatrice : Dr. Laura Pettinaroli (ICP)

Discutant : Hugo Tierny (doctorant, ICP – EPHE)

Le jeudi 15 octobre s’est déroulé à l’Institut Catholique de Paris la première séance du séminaire « Géopolitique et Religions, défis méthodologiques et épistémologiques ». Plusieurs universitaires provenant d’institutions différentes mais unis par leur expertise du sujet, se sont saisis de concert des enjeux épistémologiques présentés par l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux. Les enseignants chercheurs de l’ICP, Madame Laura Pettinaroli, Monsieur Bernard Bourdin et Monsieur Emmanuel Lincot, ont ainsi eu l’honneur d’accueillir la directrice de la revue Hérodote Madame Béatrice Giblin, et Monsieur Martin Motte, directeur d’études à l’EPHE.

Lors de son adresse introductive aux participants, le Vice-Recteur à la stratégie et au développement académique de l’Institut Catholique de Paris le Dr. Alexandre Scaggion, a rappelé la nécessité d’étudier les rapports entre géopolitique et religion pour comprendre le monde contemporain. Les sciences religieuses et la géopolitique, paradoxalement, constituent deux approches intellectuelles longtemps sous-considérées. Il fallut le retour triomphant du religieux sur la scène internationale depuis les années 1970 et la réhabilitation concomitante et patiente de la géopolitique pour inverser ces tendances. Dans bien des endroits du monde, de la Bosnie Herzégovine à la province chinoise du Xinjiang en passant par l’Inde, la connexion entre géopolitique et religion est en effet palpable, permettant au chercheur de relier des régions très différentes sous une problématique de recherche commune et par essence pluridisciplinaire.

A cette occasion, la Dr. Laura Pettinaroli a rappelé la longue genèse de ce séminaire, notant des divergences dans la compréhension selon les universitaires des termes de géopolitique et religion. Les champs d’études des sciences religieuses et des sciences humaines n’ont en effet pas forcément l’habitude de se croiser, occasionnant parfois une certaine étanchéité. C’était justement l’objet de ce séminaire que de rendre possible cette inévitable convergence entre les deux domaines en abordant les aspects méthodologiques et épistémologiques de ce rapprochement. Bien qu’il ne s’agisse pas de la tâche la plus simple, la mener à bien montre à quel point une approche interdisciplinaire mêlant géopolitique et religion constitue une excellente clef d’analyse des problèmes contemporains.

Tout d’abord, la présentation de Madame Béatrice Giblin a introduit l’auditoire au thème croisé de la géopolitique et du religieux. Professeur émérite des universités, celle-ci présenta à la fois les débuts controversés de la discipline géopolitique, et le grand intérêt de celle-ci pour expliquer les velléités de pouvoir et de domination territoriale des religions. Pour éclairer son propos, elle mobilisa les cas du maillage géographique des diocèses en France à la veille de la Révolution, puis celui des rivalités entre puissances musulmanes pour la construction de mosquées sur le territoire français. En filiation des travaux d’Yves Lacoste, sa présentation souligna ensuite la pertinence de la méthode géopolitique. Celle-ci priorise en effet le rapport aux faits et au réel, en adoptant une démarche scientifique neutre, libre de carcans scientistes dans lesquels l’outil méthodologique devient finalité et tend à se substituer à l’objet d’étude. Enfin, elle s’est penchée sur l’importance en analyse géopolitique de prendre en compte les représentations des acteurs étudiés, en tant que facteurs de déclenchement des conflits (religieux ou non), à travers les cas de la deuxième guerre d’Irak et du Kosovo au tournant du siècle.

Le Professeur Emmanuel Lincot de l’ICP a ensuite débuté son intervention, liant sur la longue durée les récits géopolitiques les plus anciens, à l’actuelle et mondiale réhabilitation des concepts philosophiques et religieux anciens à des fins de légitimation politique. Prenant appui sur l’historiographie, de L’Epopée de Gilgamesh au récit des Zhou en Chine, jusqu’à la réintroduction de la mythologie dans l’Inde de Narendra Modi et de la tradition néo-confucéenne dans la Chine de Xi Jinping, le Pr. Lincot a rappelé le caractère labile, et l’importance intangible des représentations en géopolitique. Ensuite, celui-ci est revenu sur le décloisonnement progressif depuis les années 1970 de la recherche universitaire française au profit de la géopolitique puis de la récente « Histoire culturelle », deux champs dont l’articulation lui apparaît essentielle pour comprendre le caractère géopolitique du fait religieux dans sa dimension culturelle et symbolique. En tant que sinologue expérimenté, celui-ci a conclu sa présentation en détaillant le rapport complexe du pouvoir chinois avec le fait religieux, entre répression et cooptation, en mobilisant les cas du Xinjiang (région chinoise où la minorité ouïgoure musulmane subit des persécutions), et le rapprochement entre le Vatican et Pékin.

Le Professeur Martin Motte de l’EPHE est intervenu à son tour par un exposé passionnant sur la relation entre puissance maritime et protestantisme, en s’appuyant sur les histoires britannique puis américaine, ainsi que les théories géopolitiques et géostratégiques. Pour éclairer ce lien, le Pr. Motte a procédé chronologiquement et en mobilisant l’analyse de l’iconographie des époques étudiées (tels que le globe terrestre, le Léviathan…). L’alliance entre protestantisme et puissance maritime fut ainsi scellée par les victoires anglaises sur l’Armada espagnole en 1588, et renforcée à la bataille de Trafalgar en 1805 contre Napoléon. En opposant catholiques et protestants, puissances continentales et maritimes, les deux guerres renforcèrent la conviction chez les Britanniques de constituer le « peuple élu ». Leurs tentatives consécutives d’évangélisation protestante du monde s’exprimeront ainsi par le biais de leur puissance maritime et financière, annonçant une mondialisation libérale. Le Pr. Motte rappela de cette façon que l’esprit maritime britannique inspira l’amiral américain Alfred T. Mahan, stratège et conseiller de tous les présidents des Etats-Unis de 1890 à 1914. Ce dernier participa à faire de la puissance maritime un des composants essentiels de la puissance américaine. Fervent pratiquant anglican, adepte du darwinisme social, Mahan comme les Anglais avant lui, considéra que mener le combat maritime représentait une guerre sainte pour l’établissement du progrès et de la paix par le commerce, opposé au despotisme catholique conquérant et belliqueux des puissances continentales. Ainsi, Mahan jeta les bases d’un impérialisme américain indirect et informel, dont les expressions se mélangent aujourd’hui avec les théories contemporaines de smart et de soft power de Joseph Nye.

Ce premier séminaire aura donc été riche en enseignements. Le plus important est sans doute que l’étude croisée des faits géopolitiques et religieux est non seulement possible mais nécessaire eu égard à l’actualité et à l’histoire de France et du monde. Le second apport, et non des moindres, concerne l’importance de l’étude des représentations et des symboles dans les deux champs académiques de la géopolitique et des sciences religieuses. Trait d’union entre les deux disciplines, cette méthode nous permet de prendre du recul, conserver une rigoureuse neutralité scientifique, et de garder tout le rapport au réel nécessaire à l’étude des facteurs de conflits. Un avantage certain dans notre époque.

2 novembre 2020 – Vincent Delecroix « La machine consolante. Deuil et ressource numérique »

La deuxième séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique » aura lieu le lundi 2 novembre 2020 de 18h à 20h .

Les organisateurs du séminaire, Cynthia Fleury (Cnam) et Camille Riquier (ICP), recevront le philosophe Vincent Delecroix.

En raison du confinement, la séance aura lieu en visioconférence sur la plateforme Zoom. Inscription à l’adresse suivante.

Argument :

Si le deuil et la consolation ont, d’une certaine manière, toujours réclamé, pour le meilleur et pour le pire, des « techniques », dont les plus anciennes sont partie intégrante des éthiques post-socratiques, il se trouve que les avancées technologiques actuelles et le développement du numérique semblent fournir des ressources inédites aux individus endeuillés.

L’usage de ces ressources n’est pas neutre : non seulement il implique certaines conceptions du deuil et de la consolation susceptibles d’être contestées, mais, indépendamment des effets psychologiques discutables qu’il peut produire, il interroge profondément un rapport à la mort et plus généralement à ce qui est perdu dont on sait combien il est socialement structurant.

Intervenant :

Vincent Delecroix est spécialiste de philosophie de la religion et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études. Auteur d’une œuvre philosophique et littéraire significative, il a obtenu en 2009 le Grand prix de littérature de l’Académie française et en 2020 le Prix des Rencontres philosophiques de Monaco pour son livre Apprendre à perdre (Paris, Payot & Rivages, coll. « Bibliothèque Rivages », 2019).

Géopolitique et religions: défis épistémologiques et méthodologiques

Laura Pettinaroli, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de  Recherche « Religion, Culture et Société », assurera la direction du séminaire de recherche « Géopolitique et religions : défis épistémologiques et méthodologiques » (2020-2021) qui se tiendra à l’Institut Catholique de Paris.

Si l’irruption du religieux sur la scène internationale depuis une quarantaine d’années n’a pas manqué d’interroger nos contemporains, on peut se demander comment les sciences sociales, juridiques et religieuses se sont saisies de cet objet. Quel fut l’impact du contexte politique depuis les années 1980 sur la construction de ces approches intellectuelles ? Quelles différences et similitudes observe-t-on dans les différents pays et traditions universitaires ? À quelles reconfigurations disciplinaires la problématique du « religieux international » conduit-elle ? Quelles sont les notions et méthodes mobilisées par les différentes disciplines et quelles circulations observe-t-on ? Organisé par une équipe d’enseignants-chercheurs des différentes facultés de l’Institut catholique de Paris, ce séminaire invite à croiser les approches disciplinaires pour clarifier les enjeux épistémologiques de ce champ émergent du panorama académique.

Inscription obligatoire, contactez : l.pettinaroli@icp.fr

Programme du séminaire

  • Séance 1 : JEUDI 15 OCTOBRE (14H-18H)
    La géopolitique et les religions : enjeux épistémologiques.

Invités : Béatrice Giblin (Hérodote, Revue de Géographie et de Géopolitique), Martin Motte (École pratique des Hautes Études).
Organisateurs : Bernard Bourdin (Fasse), Emmanuel Lincot (FDL)
Discutant : Hugo Tierny, (doctorant, Fasse)

  • Séance 2 : VENDREDI 13 NOVEMBRE (14H-17H)
    Approches sociologiques et anthropologiques du fait religieux international.

Intervenantes : Valérie Aubourg (Université Catholique de Lyon), Marie Balas (Université de Strasbourg).
Organisatrice : Corinne Valasik (Fasse).

  • Séance 3 : JEUDI 17 DÉCEMBRE (14H-17H)
    Approches juridiques du religieux : droits confessionnels, droit international.

Intervenants : Nicolas Haupais (Université d’Orléans), François Jankowiak (Université Paris-Saclay)
Organisateur : Ludovic Danto (Faculté de droit canonique).

  • Séance 4 : JEUDI 28 JANVIER (14H-18H)
    Empires, États-nations, logiques transnationales : approches historiennes du religieux international (Méditerranée, XVIIe- XXe s.).

Intervenants : Dominique Avon (École pratique des Hautes Études), Bernard Heyberger (École des Hautes études en sciences sociales-EPHE).
Organisatrices : Laura Pettinaroli (FDL), Marie-Carmen Smyrnelis (Fasse).

  • Séance 5 : JEUDI 4 MARS (14H-16H)
    Ecclésiologie catholique et débats sur la mondialisation : la primauté romaine comme gouvernement.

Intervenant : Pavlo Smytsnyuk (Université catholique d’Ukraine, Lviv)
Organisateur : Luc Forestier (Theologicum)

  • Séance 6 : JEUDI 18 MARS (10H-13H)
    La Science politique à l’épreuve du religieux dans les relations internationales.

Intervenants : Delphine Allès (Institut National des Langues et Civilisations Orientales-Centre
Asie du Sud-Est), Philippe Portier (Groupe Sociétés Religions Laïcités, EPHE-CNRS)
Organisatrices : Cécile Dubernet et Sophie Enos-Attali (Fasse)

Téléchargez le programme du séminaire de recherche Géopolitique et religions  (ICP, 2020-2021)

5 octobre 2020 : « Entre éducation et soin », première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique »

Dans le cadre de la Chaire « Numérique & Citoyenneté », Cynthia Fleury-Perkins, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers et titulaire de la Chaire Humanités et Santé du Cnam, ainsi que de la Chaire de philosophie de l’hôpital Sainte-Anne, animera avec Camille Riquier, Vice-Recteur à la Recherche de l’ICP, la première séance du séminaire « Éducation et soin à l’ère du numérique ». Elle aura lieu à l’Institut Catholique de Paris le lundi 5 octobre 2020 de 18h à 20h (inscription libre à l’adresse suivante).

Argument : Trois métiers, selon Freud, qui se rejoignent par leur impossibilité : analyser, éduquer et gouverner. Quelle dialectique entre les trois actes ? Sont-ils, chacun, condition des deux autres ? Faut-il, à l’inverse, les séparer inlassablement ? Le tout dans un univers panoptique où plus rien n’est séparé. Les réseaux numériques ont pénétré nos vies, et mêlent comme jamais auparavant la sphère publique à celle de l’intime. Par leur capacité à tout mettre en relation avec tout, ils brouillent les lieux institutionnels qui étaient jusqu’ici réservés à l’exercice respectif de chacun de ces métiers : l’Hôpital, l’École, l’État. Ils court-circuitent les intermédiaires ; en nivelant également les échanges, ils invitent également à plus de réciprocité. Ce sont alors les figures du patient, de l’élève et du citoyen qui s’en trouvent requalifiées et qu’il faut interroger à nouveaux frais.

De la méthode à la recherche

Cette initiative, organisée dans le cadre de la FASSE, vise à assurer une formation à la fois méthodologique et pratique à destination des doctorants. Le séminaire conjugue des enseignements en méthodologie (recherche et identification des sources, construction et formulation de la problématique, modalités de l’argumentation, plan et structure etc.) et l’application de ces conseils à des sujets de thèse précis. Ainsi, à chaque séance, les doctorants interviennent sur leur sujet de recherche en mettant en œuvre les enseignements assurés sur un axe précis. Leur intervention donne lieu à une réflexion et une discussion avec les autres doctorants présents.
Dans cette démarche, l’objet même du séminaire est de donner la parole à la fois aux doctorants et à des intervenants extérieurs.
Les séminaires doctoraux sont organisés en deux temps : le premier est la présentation du thème de la séance, les conseils apportés sur les difficultés rencontrées, la méthode à suivre, le deuxième est l’application de ces conseils par les doctorants à leur sujet de thèse.

Les six séances de ce séminaire seront assurées par Elsa Déléage et Bernard Bourdin à l’Institut Catholique de Paris aux premier et deuxième semestres de l’année 2018-2019.

Figures d’humanité

Dans le sillage du séminaire de l’an dernier, « L’humanité en récits : le pouvoir des fables », ce séminaire résolument interdisciplinaire entend s’interroger sur l’humanité de l’homme, non pas sur un plan théorique, mais sur un plan pratique : parler d’humanité, ou plus encore d’humanisation, c’est parler de pratiques qui la font exister (ou pas) ; de quelque chose qui se passe entre les hommes, qui se choisit et qui dépend d’eux. De cela, nombre de textes témoignent qui relèvent de genres et de disciplines très divers et s’offrent à des approches croisées propres à dessiner différentes « Figures d’humanité ».

Ce séminaire de 36 heures est dirigé par Véronique Wiel. Il a lieu le lundi de 16 h à 18 h aux dates qui suivent.

2018

1er octobre : Introduction. Pr. Véronique Wiel.

15 octobre : Introduction (suite). Pr. Véronique Wiel.

22 octobre : « Passions et humanité : le cas problématique de l’ambition au XIXe siècle ». Grégoire Tavernier, agrégé de Lettres modernes, doctorant en littérature française.

5 novembre : « Paul Jamin (1853-1903) peintre préhistorien ». Émilie Martin-Neute, docteur en Histoire de l’art contemporain (Paris IV).

12 novembre : « Figures de la genèse. La création de l’humanité dans l’art de la première modernité ». Florian Métral, docteur en Histoire de l’art (Paris 1 Panthéon Sorbonne).

19 novembre : « Le langage comme figure d’humanité ». Pr. Gilles Siouffi, Paris IV Sorbonne ; GEHLF (Groupe d’Étude en Histoire de la Langue Française).

26 novembre : « Figures d’humanités chez Léon Bloy ». Jean-Baptiste Amadieu, docteur ès Lettres, CNRS/ Collège de France/ENS.

3 décembre : « Baudelaire, de l’« idéal artificiel » à l’« éloge du maquillage ». Andrea Schellino, docteur ès Lettres (Paris IV Sorbonne).

10 décembre : « Rire et déshumanisation (Péguy, Céline et les polémistes de l’entre-deux guerres »). Patrick Brunel, docteur ès Lettres (Paris IV Sorbonne).

2019

4 février : Reprise. Pr. Véronique Wiel.

11 février : Reprise (suite). Pr. Véronique Wiel.

18 février : « Des histoires de fantômes : différentes portées anthropologiques de la figure du spectre dans la littérature européenne (19e-21e s.) ». Clélie Millner, docteur ès Lettres (littérature comparée), maître de conférences à la Faculté des lettres.

4 mars : « Figures féminines dans le western ». Céline Murillo, maître de conférences à l’Université Paris 13.

11 mars : « La représentation de la figure humaine dans la sculpture occidentale du Haut Moyen Âge : Sainte-Foy de Conques et les premières majestés romanes ». Cécile Coulangeon, docteur en Histoire de l’art, maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge à la Faculté des lettres.

18 mars : « La figure du « héros » dans les récits des historiens français du 19e siècle ». Pauline Piettre, docteur en Histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à la Faculté des lettres.

25 mars : « Le joueur comme figure d’humanité ». Pr. Anne Douaire-Banny, docteur ès Lettres (littératures francophones), doyenne de la Faculté des lettres.

1er avril : « L’effacement de la figure et du nom dans L’innommable de S. Beckett ». Pr. Jérôme de Gramont, docteur en philosophie, Faculté de philosophie.

8 avril : « Le bonheur, une religion civile ? » Laurence Devillairs, docteur en Philosophie, doyen de la Faculté de philosophie.

 

Création et eschatologie (II)

Aujourd’hui, notre contexte mondial est marqué par un certain nombre de difficultés (menace écologique, mutations anthropologiques…), voire une incapacité, à imaginer les conditions du vivre-ensemble. Quelles sont les ressources bibliques et théologiques que l’on pourrait mobiliser dans cette situation pour penser le dessein divin d’amour sur le monde ?

Ce séminaire de 24 heures animé par Brigitte Cholvy et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Violences et traditions religieuses

Certains intellectuels contemporains portent un regard suspicieux sur les religions et ciblent souvent les monothéismes : la profession d’un Dieu unique serait à l’origine de bien des violences et conflits contemporains. Même s’ils oublient que les religions sont aussi visées par la violence, les divers croyants sont invités à s’interroger sur leur propre rapport aux multiples formes de violence : celles qui ont pu être légitimées en leur nom, celles qui traversent leurs textes fondateurs et leurs traditions, celles auxquelles ils sont confrontés…
L’objectif du séminaire est d’examiner la manière dont les diverses
traditions rendent compte de cette violence, les questions pertinentes et les enjeux qui renvoient d’abord à un phénomène humain qui n’épargne aucune institution, aucune communauté.

Ce séminaire de 24 heures animé par Dominique Greiner et Pierre Diarra est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 19 h à 21 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Foi chrétienne et conduites déshumanisantes

La psychologie sociale a fourni récemment de nouveaux instruments
d’analyse des comportements portant atteinte à l’intégrité physique,
psychique ou morale des personnes ainsi que la condition de victime (Herbert Kelman, Ervin Staub, M.F. Hirigoyen), et la psychologie clinique a développé des compétences pour soigner celles-ci (traumatologie et victimologie).
Cette recherche porte sur tous les niveaux du lien social (État, associations diverses, familles, relations interpersonnelles). Elle s’effectue en corrélation avec l’anthropologie et la philosophie (H. Arendt, R. Girard), car elle implique une réflexion fondamentale sur l’humain et le politique. Elle peut contribuer à problématiser le discours des historiens. Elle ouvre aussi des perspectives à la théologie. Elle l’invite à revisiter et questionner ses sources, Bible, tradition, histoire de l’Église, à un approfondissement de sa compréhension de l’être humain, du salut, de la communion ecclésiale ; à une réflexion critique sur les modes d’exercice de l’autorité dans les communautés chrétiennes, en particulier à la réalité de l’« abus spirituel », sur les engagements de l’Église et des baptisés dans la cité, sur les modalités du dialogue œcuménique et interreligieux. Le séminaire aura pour but de dresser un premier état des questions. Il conjuguera l’interdisciplinarité et l’approche spécifique de la théologie spirituelle, dont l’horizon propre est celui de la sainteté chrétienne, envisagée historiquement et concrètement, de l’orientation et de l’accompagnement des personnes et des communautés dans leurs parcours spirituels.

Ce séminaire de 24 heures animé par Gilles Berceville et Marie-Dominique Trébuchet est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

Les jeunes et l’évangélisation

La 25e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur        « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » qui se tiendra en octobre 2018 sera un moment fort de la vie ecclésiale. Il y a dans cette initiative, comme dans le travail préparatoire qui se déploie dans les diocèses, un souffle certain : on veut restaurer « la capacité d’initiatives des jeunes ».
Mais ces belles intentions sont affaiblies par un rapport constant
d’extériorité entre « eux » et « nous » ! Les jeunes « et » l’Église. Ce
rapport d’extériorité se double d’une autre tendance ecclésiale à parler du monde des jeunes, comme si le monde dans lequel vivent les jeunes n’était pas le monde dans lequel nous vivons et au cœur duquel l’Église annonce l’Évangile. Il y a un excès évident dans l’utilisation d’expressions comme « génération Y ou Z », ou « digital natives ». C’est toujours une manière de dire « eux » et « nous ».
Le séminaire s’attachera donc à penser de manière inclusive la place des jeunes en comptant sur leurs capacités présentes de dynamisme et de transformation, afin de sortir du face à face « eux »/« nous ». Il s’appuiera sur les travaux du colloque de l’ISPC qui aura lieu du 12 au 15 février 2019 : « Entendre et proposer l’Évangile avec les jeunes ».

Ce séminaire annuel de 54 heures animé par Joël Molinario, Isabelle Morel, Pierre Durrande et Serge Tyvaert est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au cours de trois sessions : du 8 au 10 octobre 2018 ; du 19 au 21 novembre 2018 et du 12 au 15 février 2019 (colloque ISPC).

La Théologie des Pratiques : de Liégé à Kasper

Le séminaire interrogera la notion de théologie pratique afin de mettre à jour la démarche qui y est engagée en orientant le travail vers une théologie des pratiques ecclésiales. En permanence, il s’agira d’articuler une analyse des pratiques ecclésiales avec une théologie fondamentale en refusant de séparer une théologie pratique d’une théologie systématique.
A partir de lecture d’articles en théologie pratique et fondamentale, il s’agira de développer une compétence d’expertise théologique dans un contexte de pluralité des méthodes liées à une pluralité de disciplines.

Ce séminaire de 24 heures animé par  François Moog, Roland Lacroix et Joël Molinario, est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi de 14 h à 16 h du 20 septembre au 13 décembre 2018.

 

La liturgie : obstacle ou chance pour le dialogue œcuménique ?

Depuis Vatican II, l’engagement de l’Église catholique dans le dialogue œcuménique a connu des avancées spectaculaires mais aussi, et parfois en même temps, des passages plus difficiles. La liturgie apparaît cependant souvent comme un lieu de divergences pratiques et théoriques qui semblent inconciliables.

Dans un ouvrage de synthèse (Où bat le cœur de la foi. Une vie au service de l’unité, Lessius, 2011, original : Herder, 2008), le Cardinal Walter Kasper a proposé une vision stimulante d’une recherche de l’unité pour le XXIe siècle placée sous le signe d’une diversité réconciliée. A partir d’une lecture thématique de cet ouvrage, le séminaire s’attachera à voir comment on peut interpréter la liturgie catholique en vue d’une recherche œcuménique éclairée par la notion de consensus différencié. La célébration de la Semaine Sainte, comme cœur de la liturgie chrétienne, servira de lieu spécifique où se manifestent les diverses représentations et sensibilités qui peuvent favoriser l’accès à une foi commune dans la célébration de l’unique Mystère.

Ce séminaire annuel de 28 heures animé par  Patrick Prétot est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi 13 septembre et le mercredi 5 juin de 9 h à 12 h 30 et les mercredis 13 septembre ; 17 octobre ; 14 novembre ; 12 décembre ; 23 janvier ; 20 février ; 20 mars ; 17 avril ; 22 mai et 5 juin, de 9 h à 11 h 30.