Archives par mot-clé : liturgie

La liturgie : obstacle ou chance pour le dialogue œcuménique ?

Depuis Vatican II, l’engagement de l’Église catholique dans le dialogue œcuménique a connu des avancées spectaculaires mais aussi, et parfois en même temps, des passages plus difficiles. La liturgie apparaît cependant souvent comme un lieu de divergences pratiques et théoriques qui semblent inconciliables.

Dans un ouvrage de synthèse (Où bat le cœur de la foi. Une vie au service de l’unité, Lessius, 2011, original : Herder, 2008), le Cardinal Walter Kasper a proposé une vision stimulante d’une recherche de l’unité pour le XXIe siècle placée sous le signe d’une diversité réconciliée. A partir d’une lecture thématique de cet ouvrage, le séminaire s’attachera à voir comment on peut interpréter la liturgie catholique en vue d’une recherche œcuménique éclairée par la notion de consensus différencié. La célébration de la Semaine Sainte, comme cœur de la liturgie chrétienne, servira de lieu spécifique où se manifestent les diverses représentations et sensibilités qui peuvent favoriser l’accès à une foi commune dans la célébration de l’unique Mystère.

Ce séminaire annuel de 28 heures animé par  Patrick Prétot est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le jeudi 13 septembre et le mercredi 5 juin de 9 h à 12 h 30 et les mercredis 13 septembre ; 17 octobre ; 14 novembre ; 12 décembre ; 23 janvier ; 20 février ; 20 mars ; 17 avril ; 22 mai et 5 juin, de 9 h à 11 h 30.

La liturgie comme source de la théologie

Depuis le Concile Vatican II, l’affirmation selon laquelle « l’Écriture est en quelque sorte l’âme de la théologie » (DV 24) a provoqué une attention renouvelée aux sources bibliques dans l’enseignement et la recherche en théologie.
En désignant la liturgie comme l’une des disciplines « principales » dans les facultés de théologie, et en invitant les théologiens des autres disciplines à « faire ressortir le mystère du Christ et l’histoire du salut, si bien qu’on voie apparaître clairement le lien de ces disciplines avec la liturgie » (SC 16), Vatican II invitait à considérer aussi la liturgie comme l’une des sources de la recherche théologique.
La recherche de ce séminaire concerne donc en principe toutes les disciplines (exégèse, dogmatique, éthique, ecclésiologie, etc.) et la démarche de la recherche sera double. D’une part, il s’agit de voir comment les diverses disciplines prennent en compte la dimension liturgique et d’autre part, quelles ressources offre aux théologiens la considération de l’action liturgique, en tant que celle-ci renvoie à la lex credendi de l’Église.
Sur les deux axes, on s’attachera à préciser les exigences méthodologiques, et cela aussi bien en ce qui concerne la nature spécifique de la liturgie qui est une action et non seulement un discours, qu’en ce qui concerne l’épistémologie propre des différentes disciplines. Enfin, parce que la tradition s’est déployée dans des formes liturgiques diversifiées au cours de l’histoire, la recherche comporte un aspect historique dont les enjeux œcuméniques sont décisifs.
Le séminaire sera conduit en fonction du lieu de recherche des différents participants.

Ce séminaire, animé par le professeur Patrick Prétot, est réservé aux étudiants de M2-D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mercredi de 9 h à 11 h 30, les 20 septembre, 18 octobre, 15 novembre, 13 décembre 2017, 17 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai et 13 juin 2018.

 

 

Le mariage entre consentement et bénédiction par Hélène Bricout

Parution de l’ouvrage Le mariage entre consentement et bénédiction. Le sacrement et son ministre, Paris, Cerf (coll. « Lex orandi », 4), 2015, 432 pages.

MariageLe mariage figure d’emblée dans le septénaire constitué par l’Église catholique au XIIe siècle. Mais il y apparaît déjà comme un sacrement « à part ». À nouveau, aujourd’hui, la crise est là, dans une sorte de prolongement des débats antérieurs : qui est ministre du sacrement ? Est-ce le prêtre ou bien les époux ?

Parce que cette question est au cœur d’un nœud impliquant l’Écriture, l’ecclésiologie, la sacramentaire, la pneumatologie, le droit civil et canonique, l’historiographie et la liturgie, elle constitue une question théologique essentielle pour les catholiques du monde entier.

Pour résoudre la question, Hélène Bricout a cherché dans un premier temps à comprendre comment s’était posée la question pendant les périodes médiévale et moderne ; puis, en prenant appui sur la théologie de la liturgie, à ressaisir la question dans son site originel, à savoir la célébration liturgique. Elle revisite de ce fait la théologie du mariage et situe dans cette théologie la place respective des époux et du ministre ordonné dans la constitution du sacrement de mariage. Une étude magistrale sur la pratique du sacrement de mariage dont son approche renouvelle entièrement l’histoire et le sens.

Hélène Bricout, docteur en théologie, est maître de conférences au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris. Elle y enseigne l’histoire de la liturgie et la théologie de la liturgie et des sacrements.

Séminaire de recherche : Louis Bouyer, un théologien de la liturgie

Le P. Louis Bouyer (mort le 22 octobre 2004) a développé une pensée féconde ex-primée à propos d’une grande diversité de thèmes et de domaines. Le séminaire prolongera un colloque organisé en octobre 2014 – Louis Bouyer (1913-2004), Actualité et fécondité d’un maître, (10-11 octobre 2014), Institut catholique de Paris et collège des Bernardins) – en portant plus spécialement, mais non exclusivement, l’attention aux écrits qui touchent les questions liturgiques. La visée du séminaire consiste surtout à préciser l’apport de cet auteur au dis-cernement théologique opéré dans le cadre du Mouvement liturgique après la 2e guerre mondiale. théologie sacramentaire.

 

Ce séminaire de recherche est animé par les Professeurs Patrick Prétot et Jean-Louis Souletie. Il a lieu à l’Institut Catholique du 24 septembre 2014 au 14 janvier 2015.