Archives par mot-clé : Théologie

Création et eschatologie (II)

Aujourd’hui, notre contexte mondial est marqué par un certain nombre de difficultés (menace écologique, mutations anthropologiques…), voire une incapacité, à imaginer les conditions du vivre-ensemble. Quelles sont les ressources bibliques et théologiques que l’on pourrait mobiliser dans cette situation pour penser le dessein divin d’amour sur le monde ?

Ce séminaire de 24 heures animé par Brigitte Cholvy et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

La rétribution

Les textes bibliques présupposent souvent une logique de rétribution. Celle-ci peut être mise en évidence à la fois dans des textes législatifs qui énoncent les règles de la vie en société et qui mettent en place une justice rétributive, et dans des textes plus théologiques qui mobilisent l’idée de rétribution sous forme de métaphores, ou encore en font la clef d’une interprétation théologique de l’histoire ou de la relecture d’expériences individuelles. Certains textes, cependant, contestent l’idée de rétribution, ou encore cherchent à la dépasser. Le séminaire aura pour objectif d’appréhender l’idée de rétribution et les formes de son expression à partir de textes bibliques choisis, dont l’analyse permettra également de mettre au jour les contextes historiques de son émergence et de sa remise en cause, ainsi que ses dimensions sociale, éthique et enfin théologique.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Olivier Artus, Sophie Ramond et Régis Burnet (Louvain-la-Neuve), est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredis 17 octobre ; 7 et 21 novembre ; 5 et 19 décembre ; 16 et 30 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 3 et 10 avril ; 15 mai (de 14 h à 16 h, sauf en novembre, de 9 h à 11 h).

Le Dieu Un et Trine : recherches actuelles

L’articulation entre « unité essentielle » et « diversité personnelle » semble constituer le crux interpretum de la foi trinitaire. D’Augustin à Anselme, en passant par Boèce et les premiers essais de systématisation dans la tradition byzantine et latine, la relation entre Monade et Triade ne fait que traduire les exigences internes à la foi monothéiste. Le séminaire de recherche sera tout entier consacré à ce problème central de la foi trinitaire, d’Augustin à la période moderne et contemporaine. Il inclura les intuitions développées par le théologien réformé Karl Barth dans la Kirchliche Dogmatik. Il intégrera également les traditions orientales. Cette trajectoire longue sera ponctuée d’analyses et de synthèses dans des segments précis de la tradition théologique et de ses sources, tant bibliques que métaphysiques.

Ce séminaire animé par Vincent Holzer et Anne-Sophie Vivier-Muresan est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019.

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

Actualité de saint Thomas d’Aquin

L’œuvre de saint Thomas d’Aquin a une immense postérité intellectuelle, qui a laissé sa marque sur huit siècles de christianisme. Par-delà les différents thomismes historiques, elle transcende toute école de pensée et nous parvient dans sa constante nouveauté. Elle peut ainsi renouveler nos questionnements contemporains dans les domaines anthropologique, métaphysique, éthique et théologique.
Ce colloque international nous permettra donc de nous mettre à son écoute dans un contexte d’interrogations inédit. Quelles articulations proposer entre sa pensée et celle d’aujourd’hui ? Comment dire son actualité ?

Ce colloque international organisé par l’Académie catholique de France, la Chaire de métaphysique Étienne Gilson et l’Institut d’Études Médiévales de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’ICP, sous la direction du Professeur Olivier Boulnois, Président de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’ICP, aura lieu les 26-27 janvier 2018 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription (gratuite) sur : https://sthomas.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

La liturgie comme source de la théologie

Depuis le Concile Vatican II, l’affirmation selon laquelle « l’Écriture est en quelque sorte l’âme de la théologie » (DV 24) a provoqué une attention renouvelée aux sources bibliques dans l’enseignement et la recherche en théologie.
En désignant la liturgie comme l’une des disciplines « principales » dans les facultés de théologie, et en invitant les théologiens des autres disciplines à « faire ressortir le mystère du Christ et l’histoire du salut, si bien qu’on voie apparaître clairement le lien de ces disciplines avec la liturgie » (SC 16), Vatican II invitait à considérer aussi la liturgie comme l’une des sources de la recherche théologique.
La recherche de ce séminaire concerne donc en principe toutes les disciplines (exégèse, dogmatique, éthique, ecclésiologie, etc.) et la démarche de la recherche sera double. D’une part, il s’agit de voir comment les diverses disciplines prennent en compte la dimension liturgique et d’autre part, quelles ressources offre aux théologiens la considération de l’action liturgique, en tant que celle-ci renvoie à la lex credendi de l’Église.
Sur les deux axes, on s’attachera à préciser les exigences méthodologiques, et cela aussi bien en ce qui concerne la nature spécifique de la liturgie qui est une action et non seulement un discours, qu’en ce qui concerne l’épistémologie propre des différentes disciplines. Enfin, parce que la tradition s’est déployée dans des formes liturgiques diversifiées au cours de l’histoire, la recherche comporte un aspect historique dont les enjeux œcuméniques sont décisifs.
Le séminaire sera conduit en fonction du lieu de recherche des différents participants.

Ce séminaire, animé par le professeur Patrick Prétot, est réservé aux étudiants de M2-D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mercredi de 9 h à 11 h 30, les 20 septembre, 18 octobre, 15 novembre, 13 décembre 2017, 17 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai et 13 juin 2018.

 

 

Épistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodiques et dogmatiques pour l’élaboration d’une théologie de l’inculturation qui a une portée universelle pour toute l’Église dans le contexte actuel. Sur la base des études concrètes, le séminaire portera une attention particulière aux nouveaux défis de l’inculturation et tâchera d’établir des ponts entre ce concept opérationnel et d’autres paradigmes importants, comme la contextualisation, la libération, l’interculturalité et le dialogue interreligieux.

Ce séminaire animé par le professeur  Léonard Santedi est réservé aux étudiants de D1-D2. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 11 janvier au 8 février 2018, le jeudi de 9 h à 12 h.

Connaître et aimer

La question de la reconnaissance donnée en Christ (Jn 1, 10-18), concerne notre situation d’homme contemporain confronté à la «complexité de la vie». Elle interroge et déplace les repères traditionnels d’une théorie de la connaissance sur lesquels ont pu s’appuyer le discours théologique, notamment à partir du concept de l’Être. Le séminaire entend clarifier les enjeux fondamentaux liés au «parcours de la reconnaissance». En examinant la triade intelligence, volonté, mémoire à travers un corpus philosophique et théologique, nous chercherons ses différentes articulations et prendrons la mesure de ses implications tant du point de vue dogmatique que du point de vue éthique.

Ce séminaire animé par les Docteurs Francine Charoy et Clémence Rouvier est réservé aux étudiants de M2 et D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018, le mardi de 9 h à 11 h, le 26 septembre, les 3, 10, 17 et 24 octobre, les 7, 14, 21 et 28 novembre, les 5, 12 et 19 décembre 2017.

Séminaire de la chaire Dominique Dubarle

Expérience de Dieu et expérience du divin en théologie « révélée » et en théologie « philosophique »

Dans la critique très serrée qu’il construit à l’endroit des théologies rationnelles et des théodicées spéculatives, le théologien luthérien Eberhard Jüngel énonce un principe qui doit guider la « théologie évangélique » : « Une conversation avec la théologie philosophique n’est vraiment pensable qu’à titre de controverse » (Gott als Geheimnis der Welt, § 11, p. 206). Cette orientation épistémologique fondamentale constitue pour le théologien un principe de relecture de la tradition philosophique moderne, de Descartes à Fichte et Feuerbach, en passant par Kant et Nietzsche. Elle se donne pour tâche de construire un concept théologique d’expérience qui requiert l’intégralité de la confession de foi christologique et trinitaire et non pas son exclusion nécessaire. Le séminaire s’attachera à évaluer la pertinence prospective de ce principe critique et à en poursuivre éventuellement la tâche, en explorant d’autres voies possibles en vue de l’élaboration d’un concept rigoureux d’expérience en théologie.

Ce séminaire de recherche transversal de la Chaire de philosophie et de théologie Dominique Dubarle, animé par Vincent Holzer, est destiné à l’ensemble des doctorants du Collège doctoral de l’ICP.

Il aura lieu au premier semestre le jeudi de 9 h à 12 h et au deuxième semestre le lundi de 9 h à 12 h, aux dates indiquées ci-dessous.

Jeudi 26 octobre 2017, 9h-12h : Ouverture du séminaire de la Chaire – Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique : impossible liaison ? – salle J32
Jeudi 23 novembre, 9h-12h : Poursuite des travaux par le Pr Vincent Holzer : Théodicée spéculative et théologie christologique – séance fermée – salle Z21
Jeudi 14 décembre, 9h-12h : Dr Anthony Feneuil (Université de Lorraine) : La notion d’expérience religieuse dans la théologie de Karl Barth – séance publique – salle Z21
Jeudi 18 janvier, 9h-12h : Pr Dr Philippe Nouzille (Athénée Pontifical Saint-Anselme) : Une « pragmatique » théologale – séance publique – salle Z21
Lundi 12 février, 9h-12h : Dr David Sendrez (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : La notion d’expérience en théologie transcendantale – séance publique – salle F21
Lundi 19 mars, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 30 avril, 9h-12h : séance fermée – salle F21
Lundi 14 mai, 9h-12h : séance fermée – salle Z21
Lundi 4 juin, 9h-12h : séance fermée – salle Z21

Ouvrages indispensables au suivi du séminaire
1. Eberhard Jüngel, Dieu mystère du monde. Fondement de la théologie du Crucifié dans le débat entre théisme et athéisme, Paris, Cerf, coll. Cogitatio fidei n° 116-117 (en particulier le 1er tome pour ceux qui disposent de la première édition française, une seconde édition a rassemblé les deux tomes en un seul volume).
2. René Descartes, Meditationes de prima philosophia (Méditations de philosophie première), Texte latin et traduction du Duc de Luynes, Paris, Vrin, 1978.
3. Emmanuel Kant, La religion dans les limites de la seule raison, Paris, PUF, 2016, Traduction et présentation par Alain Renaut (toute autre édition plus ancienne conviendra).
4. J.G. Fichte, Essai d’une critique de toute révélation (1792-1793), Paris, Vrin, 1988, introduction, traduction, notes et index par J.-C. Goddard.

Épistémologie de la théologie et contextes culturels

Partant de la conviction que l’inculturation est une démarche incontournable pour toute théologie chrétienne, le séminaire cherchera à constituer des bases méthodiques et dogmatiques pour l’élaboration d’une théologie de l’inculturation qui a une portée universelle pour toute l’Église dans le contexte actuel. Sur la base des études concrètes, le séminaire portera une attention particulière aux nouveaux défis de l’inculturation et tâchera d’établir des ponts entre ce concept opérationnel et d’autres paradigmes importants, comme la contextualisation, la libération, l’interculturalité et le dialogue interreligieux.

Ce séminaire est animé par le Professeur  Léonard Santedi. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris du 5 janvier au 2 février 2017, le jeudi de 9 h à 12 h.

Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, sous la direction de Brigitte Caulier et Joël Molinario

Parution de l’ouvrage Enseigner les religions. Regards et apports de l’histoire, Québec, Presses de l’Université Laval (coll. « Religions, Cultures et Sociétés »), 2015, 400 pages.

details_L97827637225351Au cœur des débats actuels sur la tolérance, le dialogue interreligieux et la place des religions dans l’éducation, cet ouvrage rassemble des contributions européennes et américaines autour d’une discipline souvent négligée par les décideurs: l’histoire.

Les auteurs évaluent l’apport de cette discipline dans la formation des intervenants et des enseignants, ainsi que dans l’élaboration des contenus d’enseignement. Ils analysent sa place dans la recherche fondamentale et l’enseignement universitaire. C’est l’occasion pour eux de poursuivre un dialogue interdisciplinaire sans compromis qui mobilise les sciences de l’éducation, les sciences sociales et religieuses et la théologie.

Enseigner les religions dresse également le panorama de la recherche historienne qui a emprunté plusieurs avenues pour aborder la formation religieuse des populations à convertir ou à maintenir dans la religion ainsi que les enjeux identitaires qui s’y rattachent. Le lecteur pourra se familiariser avec les expériences contemporaines de plusieurs pays qui intègrent l’enseignement des religions à l’école.

Contributions de Catherine Fino, Raymond Brodeur, Roland Lacroix, Gilles Routhier, John Jairo Marin Tamayo, Claude Prudhomme, Luc Courtois, Joël Molinario, Isabelle Morel, Elisabeth Smyth, Brigitte Caulier, Antony Favier, Philippe Martin, Jacqueline Lalouette, Paul Servais, Jan Van Wiele, Bernard Delpal, Bram Mellink, Jean-Dominique Durand, Flavio Pajern, Mariachiara Giorda, Mireille Estivalèzes, Corinne Bonafoux, Isabelle Saint-Martin, François Moog.