Archives par mot-clé : Théologie

Églises en chantier par Luc Forestier (éd.)

Publication de : Églises en chantier. Justice et justification au cœur de nos pratiques. Actes du Colloque des Facultés tenu à l’Institut catholique de Paris du 12 au 14 mars 2019, Paris, Cerf, « Cerf Patrimoines », 2020, 288 p.

La signature entre l’Église catholique et la Fédération luthérienne mondiale, le 31 octobre 1999, d’une Déclaration commune sur la doctrine de la justification a constitué une étape majeure sur le chemin œcuménique qui nous conduit vers l’unité visible des Églises qui se réclament de la même foi chrétienne. Pour fêter le vingtième anniversaire de cet accord, en tenant compte des communions ecclésiales qui se sont officiellement associées à cette démarche, le Colloque des Facultés qu’organise chaque année l’Institut Supérieur d’Études Œcuméniques (Institut Protestant de Théologie, Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, Theologicum, Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Institut Catholique de Paris) a rassemblé des intervenants de différentes confessions chrétiennes venant du monde entier. La conférence magistrale du Dr Martin Junge, Secrétaire général de la Fédération Luthérienne Mondiale (Genève), inaugure ces Actes qui reprennent les conférences et les prédications. Honorant les pratiques des Églises (liturgie, catéchèse, diaconie), les contributions variées cherchent à faire un bilan de la réception de cet accord, tout en proposant de nombreuses pistes d’approfondissement.

Luc Forestier est maître de conférences au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Permanence d’Israël et silence de la théologie par Luc Forestier, Thérèse Andrevon, Pablo Arteaga et Anne-Marie Reijnen (éd.)

Publication de : Permanence d’Israël et silence de la théologie. Une question pour les Églises, Paris, Parole et Silence, 2020, 154 p.

Jusque dans le milieu du vingtième siècle, le judaïsme post-biblique n’intéressait pas la théologie. Ce n’est que progressivement que la conscience chrétienne a pris acte de la permanence d’Israël comme signe à interpréter positivement dans le dessein de Dieu. Bien que nombre de textes officiels de l’Église catholique, de déclarations des Églises issues de la Réforme — et en moindre mesure des Églises orthodoxes — montrent que cette rencontre à nouveaux frais avec le peuple juif et le judaïsme contemporains affecte tous les aspects de la théologie, le sujet reste encore très circonscrit dans des cercles de spécialistes, et optionnel dans les études de théologie. Ce silence de la théologie est particulièrement frappant dans le dialogue œcuménique, qui semble se dérouler sans référence au peuple d’Israël de manière organique. De plus, la position des Églises par rapport au peuple juif soulève de profonds désaccords, qui, comme par effet de miroir, mettent en lumière les enjeux de la théologie œcuménique. Au silence de la théologie sur la permanence d’Israël, l’ouvrage veut offrir quelques paroles qui en montrent l’importance, non seulement pour le dialogue judéo-chrétien, mais pour un renouveau de la théologie contemporaine et le labeur œcuménique.

Luc Forestier est maître de conférences au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Exodes et migrations dans les traditions bibliques par Sophie Ramond et Olivier Artus (éd.)

Publication de : Exodes et migrations dans les traditions bibliques. XXVIe congrès de l’Association catholique française pour l’étude de la Bible (Paris, 2018), Paris, Cerf, coll. « Lectio divina », 2020, 232 p.

L’ouvrage est la publication des actes du XXVIIe congrès de l’Association catholique française pour l’étude de la Bible (ACFEB), qui s’est tenu à Paris du 28 au 30 août 2018. Il cherche à mettre en évidence les enjeux historiques, la stratégie narrative, et la signification théologique des récits d’exode et de migration. Il montre que les migrations et exodes évoqués dans les diverses traditions bibliques sont multiples, connotés positivement ou négativement, perçus de manière différenciée selon les circonstances. Derrière chaque tradition biblique se jouent des questions identitaires et les enjeux sont à la fois politiques et théologiques. Cependant, la référence à l’Exode comme lieu fondateur d’une identité est retrouvée dans de multiples traditions de la Bible hébraïque, du judaïsme hellénistique et du Nouveau Testament. Les traditions bibliques ne cessent ainsi de déployer d’époque en époque les enjeux théologiques et spirituels d’une identité exodique.

Sophie Ramond est professeur au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Bible et Orient » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme par François Moog

Publication de : Éducation intégrale. Les ressources éducatives du christianisme, Paris, Salvator, coll. « Forum », 2020, 192 p.

La notion d’éducation intégrale fait écho à l’expression « écologie intégrale » popularisée par le Pape François. Elle désigne depuis Vatican II les principes de l’éducation catholique et mérite d’être interrogée alors que les écoles et structures éducatives catholiques connaissent un succès croissant et font preuve d’un dynamisme reconnu au-delà du public catholique. Mais que signifie-t-elle ? Dans un langage volontiers accessible, François Moog interroge les sources des l’expression pour mieux en dégager les ressources. Le mot « intégral » renvoie à l’Humanisme intégral de Jacques Maritain et implique que l’éducation intégrale repose sur une certaine vision de l’homme. Elle invite à revenir sur la notion de personne et sur le travail de la foi dans la culture. L’ouvrage se demande alors « Qu’est-ce qu’éduquer ? » et présente les ressources du christianisme pour permettre un renouvellement des pratiques éducatives susceptibles d’accompagner l’humanité dans la crise culturelle et sociale contemporaine.

Théologien, François Moog est professeur au Theologicum, la Faculté de théologie de l’Institut Catholique de Paris où il dirige le doctorat de théologie. Il a été directeur de l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC) et Doyen de l’ISP-Faculté d’Éducation. Spécialiste des questions d’éducation catholique, il a publié notamment A quoi sert l’école catholique ? (Bayard, 2012).

La Révélation. Lectures philosophiques et théologiques par Jérôme de Gramont et Vincent Holzer (éd.)

Publication de : La Révélation. Lectures philosophiques et théologiques, Paris, Cerf, 2020, 300 p.

Lorsque, le 15 avril 1630, dans une lettre adressée à Mersenne, Descartes décréta que révélation et théologie étaient des réalités non seulement réversibles mais identiques, le destin philosophique de la notion de révélation fut scellé et consommé. L’identité posée entre théologie et révélation est un événement instaurateur, une décision philosophique et nullement théologique. Elle a pour conséquence de ne laisser à la théologie qu’un espace de plus en plus réduit, jusqu’à ce qu’il devienne indiscernable et relègue ainsi la théologie hors de toute vérification rationnelle. Si la théologie est identique à la révélation, elle n’en est plus l’interprète puisqu’elle se confond totalement avec son objet. Cette identification tendancielle laisse le champ libre à l’investigation philosophique qui s’empare du concept de révélation et le soumet à la critique. Ce faisant, théologie et philosophie ne peuvent plus se rencontrer puisque, pour théologiser, il faudrait « être plus qu’un homme ». Lorsque Kant réclame une « théologie de la raison », il réclame que la révélation ne soit plus conçue comme un phénomène. C’est à cet endroit que la théologie impose une résistance qui va lui permettre de renaître, réclamant que le rapport de l’Idée au phénomène se résolve selon les dimensions propres à un événement de révélation qu’aucune théologie naturelle ou rationnelle ne peut raisonnablement épuiser.

Jérôme de Gramont est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Vincent Holzer est professeur au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Transmettre à la foi en temps de crise par Isabelle Morel

Publication de : Transmettre la foi en temps de crise, Paris, Cerf, 2020, 144 p.

Scandale des abus sexuels, bouleversements climatiques, révolution numérique… Alors que l’Église est en crise et que beaucoup préfèrent le silence, une femme, laïque, prend la parole. Avec puissance, Isabelle Morel renvoie les baptisés à leur mission première : être des témoins du Christ. Que signifie aujourd’hui annoncer la foi, l’espérance et la charité ? La légitimité du message de l’Église dépend-elle des conjonctures du temps ? Comment comprendre de manière ajustée la collaboration entre le peuple et le clergé ? Quel rôle doivent jouer les acteurs pastoraux ? Et quelle spiritualité vivante peut y concourir ? Un appel sans concession de sursaut.

Isabelle Morel est professeur extraordinaire au Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses) de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Théologie des pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

The Guide to Gethsemane, Nothing to It et Den Rubikon überschreiten par Emmanuel Falque

Publication de :

  • The Guide to Gethsemane. Anxiety, Suffering, Death, New York, Fordham University Press, 2019, 200 p.

Emmanuel Falque explores, with no small measure of doubt, Heidegger’s famous statement that by virtue of Christianity’s claims of salvation and the afterlife, its believers cannot authentically experience anxiety in the face of death. In this theological development of the Passion, already widely debated upon its publication in French, Falque places a radical emphasis on the physicality and corporeality of Christ’s suffering and death, marking the continuities between Christ’s Passion and our own orientation to the mortality of our bodies. Beginning with an elaborate reading of the divine and human bodies whose suffering is masterfully depicted in the Isenheim Altarpiece, and written in the wake of the death of a close friend, Falques’s study is both theologically rigorous and marked by deeply human concerns.

  • Nothing to It. Reading Freud as a Philosopher, Leuven, Leuven University Press, 2020, 136 p.

The confrontation between philosophy and psychoanalysis has had its heyday. After the major debates between Paul Ricoeur, Maurice Merleau-Ponty, Jacques Derrida, Gilles Deleuze, and Michel Henry, this dialogue now seems to have broken down. It has therefore proven necessary and gainful to revisit these debates to explore their re-usability and the degree to which they can provide new insights from a contemporary point of view. It can be said that contemporary philosophy suffers from an ‘excess of meaning’, and this is exactly where psychoanalysis comes in and may raise key questions. This is precisely what a philosophical reading of Freud demonstrates. To say ‘Nothing to It’ indicates that the ‘It’—or Freudian Id—is not visible as it never shows itself as a ‘phenomenon’. Such a reading of Freud exemplifies how psychoanalysis has a special role to play in phenomenology’s development.

  • Den Rubikon Überschreiten. Philosophie und Theologie : Ein Versuch über ihre Grenzen, Münster, Aschendorff Verlag, 2020, 201 p.

Als vor einigen Jahren die Rede von der „Rückkehr der Religion“ aufkam, war diese schon für längere Zeit wieder zu einem Thema der Philosophie geworden, vor allem in Frankreich und verbunden mit Namen wie Emmanuel Levinas, Paul Ricœur, Michel Henry, Jean-Luc Marion, u. a.. Diese sahen sich jedoch dem Vorwurf ausgesetzt, insgeheim eine „theologische Wende“ vollzogen und damit die Grenze zwischen den Disziplinen verletzt zu haben (Dominique Janicaud). Das vorliegende Buch nimmt diesen Vorwurf auf, entwickelt ihn jedoch zu einem Methodendiskurs weiter, welcher an die lange Tradition des Austausches zwischen Philosophie und Theologie anknüpft und einen Vorschlag zur erneuten interdisziplinären Zusammenarbeit unterbreitet. Dabei wird auch der Konfessionalität der Theologie(n) Rechnung getragen und im Gespräch mit den Hermeneutiken evangelischer und jüdischer Provenienz eine „katholische“ Hermeneutik des Leibes und der Stimme entwickelt. Dies geschieht im Kontext des Entwurfs einer „Philosophie der religiösen Erfahrung“, der sich explizit der Wahrnehmung stellt, dass viele Menschen in den westlichen Gesellschaften nicht glauben und darin auch kein Defizit sehen. Den Rubikon überschreiten kann daher als ein Dialogversuch in mehrfacher Hinsicht gelten: interdisziplinär (Theologie – Philosophie), ökumenisch, interreligiös, gesellschaftlich – und nicht zuletzt als ein Austausch französischen und deutschen Denkens über Religion in europäischer Perspektive.

Emmanuel Falque est professeur à la Faculté de Philosophie de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Philosophie et Théologie » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Le blasphème par Ludovic Danto et Cédric Burgun (éd.)

Publication de : Le blasphème. Le retour d’une question juridique oubliée entre droits sacrés et droits civils, Paris, Artège Lethielleux, 2020, 170 p.

La question du blasphème a fait sa réapparition dans les sociétés occidentales alors même que notre époque semblait l’avoir abandonnée au nom de la liberté de conscience et de la liberté d’expression : tout citoyen est interpellé et l’expérience juridique des États et des religions est sollicitée. Ainsi, celui qui veut appréhender cette notion de blasphème se doit d’embrasser divers systèmes juridiques sans oublier que ces derniers entrent en dialogue et se confrontent à des approches théologiques et philosophiques. Derrière l’apparente simplicité dans le discours quotidien du terme blasphème se cache une réflexion complexe entre régulation du croire et régulation de la vie sociale.

Ludovic Danto est professeur à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Cédric Burgun est maître de conférences à la Faculté de Droit canonique de l’Institut Catholique de Paris et membre du pôle « Éthique, Morale et Institutions » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Architecture et liturgie au XVIIIe siècle par Gilles Drouin

Publication de l’ouvrage Architecture et liturgie au xviiie siècle. Offrir avec et pour le peuple, Paris, Cerf, coll. « Lex orandi », 2020, 408 p.

Mettre l’architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l’architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.

Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l’architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l’espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l’écrit l’architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une « pierre de fondation » afin de penser des espaces sacrés… pour aujourd’hui.

Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, est maître de conférences au Theologicum-Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris. Il est membre du pôle « Théologie des Pratiques » de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Création et eschatologie (II)

Aujourd’hui, notre contexte mondial est marqué par un certain nombre de difficultés (menace écologique, mutations anthropologiques…), voire une incapacité, à imaginer les conditions du vivre-ensemble. Quelles sont les ressources bibliques et théologiques que l’on pourrait mobiliser dans cette situation pour penser le dessein divin d’amour sur le monde ?

Ce séminaire de 24 heures animé par Brigitte Cholvy et Sophie Ramond est réservé aux étudiants de M2-D1. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mardi de 9 h à 11 h, du 18 septembre au 11 décembre 2018.

La rétribution

Les textes bibliques présupposent souvent une logique de rétribution. Celle-ci peut être mise en évidence à la fois dans des textes législatifs qui énoncent les règles de la vie en société et qui mettent en place une justice rétributive, et dans des textes plus théologiques qui mobilisent l’idée de rétribution sous forme de métaphores, ou encore en font la clef d’une interprétation théologique de l’histoire ou de la relecture d’expériences individuelles. Certains textes, cependant, contestent l’idée de rétribution, ou encore cherchent à la dépasser. Le séminaire aura pour objectif d’appréhender l’idée de rétribution et les formes de son expression à partir de textes bibliques choisis, dont l’analyse permettra également de mettre au jour les contextes historiques de son émergence et de sa remise en cause, ainsi que ses dimensions sociale, éthique et enfin théologique.

Ce séminaire annuel de 24 heures, animé par Olivier Artus, Sophie Ramond et Régis Burnet (Louvain-la-Neuve), est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris les mercredis 17 octobre ; 7 et 21 novembre ; 5 et 19 décembre ; 16 et 30 janvier ; 13 février ; 13 mars ; 3 et 10 avril ; 15 mai (de 14 h à 16 h, sauf en novembre, de 9 h à 11 h).

Le Dieu Un et Trine : recherches actuelles

L’articulation entre « unité essentielle » et « diversité personnelle » semble constituer le crux interpretum de la foi trinitaire. D’Augustin à Anselme, en passant par Boèce et les premiers essais de systématisation dans la tradition byzantine et latine, la relation entre Monade et Triade ne fait que traduire les exigences internes à la foi monothéiste. Le séminaire de recherche sera tout entier consacré à ce problème central de la foi trinitaire, d’Augustin à la période moderne et contemporaine. Il inclura les intuitions développées par le théologien réformé Karl Barth dans la Kirchliche Dogmatik. Il intégrera également les traditions orientales. Cette trajectoire longue sera ponctuée d’analyses et de synthèses dans des segments précis de la tradition théologique et de ses sources, tant bibliques que métaphysiques.

Ce séminaire animé par Vincent Holzer et Anne-Sophie Vivier-Muresan est réservé aux étudiants de D1 à Dn. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris au premier semestre de l’année 2018-2019.

Parution du premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun

Ce numéro présente les travaux issus du colloque inaugural de la Chaire Bien commun, qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2016 à l’Institut Catholique de Paris.
Quinze experts décryptent ici la notion de bien commun, son évolution et sa pertinence actuelle. L’espérance du bien commun est déclinée en quatre parties, qui offrent une vision synoptique des grands axes de recherche de la Chaire Bien commun : une réflexion sur l’origine philosophique et théologique de la notion de bien commun (« Une notion, de multiples héritages »), une évaluation de sa pertinence politique (« L’idée de nation et l’Union européenne en question »), une évaluation de sa pertinence économique (« La financiarisation à l’épreuve de l’utilité sociale »), une ouverture sur les défis sociaux et environnementaux de notre temps (« Santé, environnement et refondation de l’éducation »).

Avec les contributions d’Olivier Artus, Patrick Artus, Bernard Bourdin, Pierre-André de Chalendar, Catherine Fino, Sylvie Goulard, Elena Lasida, Frédéric Louzeau, Pierre Manent, Éric de Moulins-Beaufort, Oliver O’Donovan, Bernard Perret, Jean-Paul Pollin, Émilie Tardivel, Angelo Vincenzo Zani.

Le premier numéro des Cahiers de la Chaire Bien commun est en vente dans les grandes librairies catholiques et à la Fnac, ainsi qu’à l’accueil de l’Institut Catholique de Paris : 74 rue de Vaugirard, Paris 6e.

Vous pouvez également commander en ligne un exemplaire.

Actualité de saint Thomas d’Aquin

L’œuvre de saint Thomas d’Aquin a une immense postérité intellectuelle, qui a laissé sa marque sur huit siècles de christianisme. Par-delà les différents thomismes historiques, elle transcende toute école de pensée et nous parvient dans sa constante nouveauté. Elle peut ainsi renouveler nos questionnements contemporains dans les domaines anthropologique, métaphysique, éthique et théologique.
Ce colloque international nous permettra donc de nous mettre à son écoute dans un contexte d’interrogations inédit. Quelles articulations proposer entre sa pensée et celle d’aujourd’hui ? Comment dire son actualité ?

Ce colloque international organisé par l’Académie catholique de France, la Chaire de métaphysique Étienne Gilson et l’Institut d’Études Médiévales de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » de l’ICP, sous la direction du Professeur Olivier Boulnois, Président de la Chaire de métaphysique Étienne Gilson de l’ICP, aura lieu les 26-27 janvier 2018 à l’Institut Catholique de Paris.

Inscription (gratuite) sur : https://sthomas.eventbrite.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme détaillé du colloque.

La liturgie comme source de la théologie

Depuis le Concile Vatican II, l’affirmation selon laquelle « l’Écriture est en quelque sorte l’âme de la théologie » (DV 24) a provoqué une attention renouvelée aux sources bibliques dans l’enseignement et la recherche en théologie.
En désignant la liturgie comme l’une des disciplines « principales » dans les facultés de théologie, et en invitant les théologiens des autres disciplines à « faire ressortir le mystère du Christ et l’histoire du salut, si bien qu’on voie apparaître clairement le lien de ces disciplines avec la liturgie » (SC 16), Vatican II invitait à considérer aussi la liturgie comme l’une des sources de la recherche théologique.
La recherche de ce séminaire concerne donc en principe toutes les disciplines (exégèse, dogmatique, éthique, ecclésiologie, etc.) et la démarche de la recherche sera double. D’une part, il s’agit de voir comment les diverses disciplines prennent en compte la dimension liturgique et d’autre part, quelles ressources offre aux théologiens la considération de l’action liturgique, en tant que celle-ci renvoie à la lex credendi de l’Église.
Sur les deux axes, on s’attachera à préciser les exigences méthodologiques, et cela aussi bien en ce qui concerne la nature spécifique de la liturgie qui est une action et non seulement un discours, qu’en ce qui concerne l’épistémologie propre des différentes disciplines. Enfin, parce que la tradition s’est déployée dans des formes liturgiques diversifiées au cours de l’histoire, la recherche comporte un aspect historique dont les enjeux œcuméniques sont décisifs.
Le séminaire sera conduit en fonction du lieu de recherche des différents participants.

Ce séminaire, animé par le professeur Patrick Prétot, est réservé aux étudiants de M2-D1-D2-D3. Il a lieu à l’Institut Catholique de Paris le mercredi de 9 h à 11 h 30, les 20 septembre, 18 octobre, 15 novembre, 13 décembre 2017, 17 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai et 13 juin 2018.